Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

211025 china%20missiles gettyimages 1172702537

ZOYA RUSINOVA/TASS/GETTY IMAGES

Les essais de missiles hypersoniques de la Chine ‘étonnent’ les responsables américains

Certains en Amérique sont sceptiques quant aux avancées de la Chine. Mais pour l'Europe, le statut mondial décroissant de l'Amérique ne laisse pas de place au scepticisme.

Selon un rapport du Financial Times du 21 octobre, la Chine a procédé cet été à deux essais de missiles hypersoniques à capacité nucléaire. Les responsables des services de renseignement des États-Unis ont été « stupéfaits » par les systèmes de missiles avancés de la Chine que, selon un responsable, « les États-Unis ne possèdent pas actuellement ».

Un rapport antérieur du Financial Times a rendu compte d’un test du 13 août au cours duquel le missile a raté sa cible d'environ deux douzaines de miles. L'essai a pris les responsables américains au dépourvu. L'un d'entre eux a même déclaré au Times : « Nous n'avons aucune idée de la façon dont ils ont fait cela. »

Mais le dernier rapport révèle un essai de missile hypersonique encore plus ancien, effectué le 27 juillet, que les scientifiques du gouvernement ont « du mal à comprendre ». La Chine aurait utilisé un système de « bombardement orbital fractionné », qui a propulsé un engin à capacité nucléaire autour de la Terre pour la première fois.

Les missiles hypersoniques sont pratiquement indéfendables. Ils se mettent en orbite terrestre basse avant de revenir sur Terre à une vitesse cinq fois supérieure à celle du son. Leur capacité à voler à basse altitude et à manœuvrer en plein vol les rend incroyablement difficiles à suivre et à détruire. La Russie, la Corée du Nord et cinq autres pays seraient en train de développer cette technologie d'armement. Elle est suffisamment avancée pour échapper même aux systèmes de défense américains.

La Chine, bien sûr, nie que l'essai soit un essai de missile hypersonique. « Ce n'était pas un missile, c'était un engin spatial », a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian. « Cela revêt une grande importance pour la réduction du coût d'utilisation des engins spatiaux. »

Mais selon Michael Shoebridge, directeur à l'Australian Strategic Policy Institute [Institut australien de la politique stratégique], la Chine n'a aucune raison de déclarer ouvertement son programme de développement d'armes.

« La transparence est un concept étranger pour les penseurs stratégiques de Pékin », a-t-il déclaré. Après tout, il s'agit du même pays dont la construction rapide de 119 silos à missiles n'a été découverte que grâce à l'imagerie satellite.

De nombreux Américains sont inquiets. Le représentant Mike Gallagher, de la Commission des armes de la Chambre des représentants, a qualifié le test d'un « appel à l'action ». Et pourtant, certains restent sceptiques. Taylor Fravel, expert en politique nucléaire chinoise à l’Institut de technologie du Massachusetts, a déclaré que les essais d'armes ne signifiaient pas nécessairement que Pékin allait déployer ces armes. Jeffrey Lewis, expert nucléaire à l'Institut d'études internationales Middlebury, à Monterey, a affirmé qu'il pouvait s'agir de « caractérisations exagérées ».

Ces arguments sont justes. Mais le reste du monde peut-il se permettre d'accueillir les avancées chinoises avec le même scepticisme ?

Considérez le contexte géopolitique.

Les États-Unis ont récemment abandonné l'Afghanistan sans le dire à leurs alliés. Cela a poussé les dirigeants européens à réclamer une plus grande « volonté politique » pour établir une force militaire européenne. « Vous pouvez avoir les forces les plus avancées du monde—mais si vous n'êtes jamais prêt à les utiliser, à quoi servent-elles ? », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. « L'Europe a une occasion unique de s'affirmer comme une puissance sur le plan stratégique », a déclaré la ministre française de la Défense, Florence Parly. « La nécessité d'une défense plus européenne n'a jamais été aussi évidente », a déclaré Josep Borrell, représentant de l'UE pour les affaires étrangères.

Pour l'instant, ce ne sont que des paroles.

Mais que se passerait-il si la Chine, enhardie par ses progrès en matière d'armement et l'abandon de l'Afghanistan par l'Amérique, envahissait soudainement Taïwan ? Et si les États-Unis abandonnaient un autre allié ? Et si la Russie refusait de condamner les actions de la Chine, comme lorsque la Russie a annexé la Crimée ? Et si la Chine partageait sa technologie des missiles hypersoniques avec la Russie ? Et si la Russie et la Chine s'alliaient militairement ? Que ferait alors l'Europe ?

Cela pourrait sembler une conjecture exagérée, et ces événements pourraient ne pas se dérouler en ligne droite, mais ceux qui sont familiers avec la Trompette sauront que nous avons fait des prédictions basées sur la Bible de tous ces scénarios depuis des années. Et l'Europe sera au cœur de tout cela.

Voici ce que le rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, a écrit dans « Après l'Afghanistan et AUKUS—surveillez l'Europe !  » :

Les dirigeants européens ont été choqués par le retrait de l'Amérique d'Afghanistan. Les États-Unis ont montré leur volonté d'abandonner nos amis et alliés. Ils ont prouvé, en fait, que nous n'aiderons même pas notre propre peuple ! Nous avons retiré furtivement nos militaires et laissé au moins des centaines d'Américains derrière nous. Ce n'est pas ainsi que fonctionne une superpuissance !

Après avoir été témoins de ce que l'Amérique a fait, les dirigeants européens savent qu'ils ne peuvent pas compter sur les États-Unis comme allié.

L'Europe se trouve actuellement dans un état précaire, et est à l'aube d'un changement radical. Nous devons comprendre comment la débâcle de l'Afghanistan accélère ce changement…

Les événements qui secouent la planète se succèdent si rapidement qu'il est difficile de les suivre. L'évacuation de l'Afghanistan par l'Amérique semble avoir eu lieu il y a longtemps, avec tout ce qui s'est passé dans les semaines qui ont suivi. Mais nous commençons à voir comment ce retrait, et l'effondrement du leadership américain qu'il a représenté, est en train de changer le monde.

Le développement des armes de la Chine laisse l'Amérique dans la poussière. Lorsque la Chine s'emparera de Taïwan (comme l'avait prédit M. Flurry en 1998) et émasculera davantage les États-Unis, surveillez l'Europe !

L'Europe a besoin d'un leadership fort. Ce leadership est toujours venu d'Allemagne. La Bible prophétise qu'un dernier dirigeant fort émergera d'Allemagne et apportera un « changement radical ». Observez comment l'évacuation de l'Amérique de la scène mondiale amènera l'Europe à embrasser ce dirigeant et à changer le monde.

Pour en savoir plus sur le changement radical imminent en Europe et dans le monde, demandez votre exemplaire gratuit de la brochure Un dirigeant allemand fort est imminent, par Gerald Flurry.

Lead Ad Fr