Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

1m1nowxrq7 file

SEBASTIAN WILLNOW/AFP/Getty Images

Les hommes des cavernes sont aussi des personnes!

Comme il s’avère, l’oncle Jed était vraiment un homme des cavernes. Cent cinquante ans de théorie de l’évolution se dénouent.

Après des années d’attente, le code génétique des «hommes des cavernes» de Néandertal est déchiffré. Et cela dénoue la théorie de l’évolution. Apparemment, les Néandertaliens sont un peu plus étroitement liés aux humains que prévu. Avec quel degré de liaison? Disons simplement que l’homme que tante Thelma a épousé pourrait être un «homme de Néandertal», après tout.

Selon un article de Science du 7 mai, le séquençage du génome de l’homme de Néandertal est en voie d’achèvement. Il n’est pas encore complet, mais ce que les scientifiques ont trouvé jusqu’ici est étonnant: les humains et les «hommes de Néandertal» sont pratiquement identiques au niveau du code de l’adn.

Les chercheurs ont utilisé l’adn tiré de noyau de cellules trouvées dans trois fragments d’os provenant de trois femmes de Néandertal découvertes en Croatie. Les scientifiques ont ensuite comparé le génome de l’homme de Néandertal à celui de l’humain en examinant 14 000 segments de gènes codant pour des protéines qui diffèrent entre les humains et les chimpanzés. Ce faisant, ils ont examiné plus de 3 milliards de combinaisons de quatre molécules de protéines clés.

Qu’ont trouvé les scientifiques? En termes simples: les Néandertaliens sont humains. Il n’y avait pratiquement pas de différence entre les deux codes. Les quelques différences qu’ils ont trouvées étaient si légères que les chercheurs disent qu’elles sont fonctionnellement sans importance—et que si davantage de génomes néandertaliens pouvaient être comparés, il pourrait n’y avoir aucune différence du tout!

Mais ce n’est pas tout ce que les scientifiques ont constaté. Les données suggèrent que les Néandertaliens sont, également, étroitement liés à l’homme comme les Chinois le sont aux Allemands, ou les Français aux Javanais. En outre, le matériel génétique analysé a indiqué que les Néandertaliens et les humains ont échangé du matériel génétique, et ont eu des descendants qui à leur tour en ont échangé—et ce, régulièrement.

Et les sourcils saillants d’oncle Jed? Présent dans l’adn, le gène a été transmis de génération en génération.

«Quelles que soient nos différences, elles ne sont pas dans la composition de vos blocs de construction», a rapporté Wired Science. «Le génome néandertalien montre que la plupart des humains sont des hommes des cavernes» (6 mai).

Avez-vous saisi? Tous ces présumés os de pré-hommes, d’hommes des cavernes, sont en fait tout simplement de vieux squelettes humains.

C’est un aveu surprenant pour les évolutionnistes, car cela sème la pagaille dans la théorie évolutionniste classique.

Des humains à moitié? En fait, complètement humains!

Selon la pensée darwinienne, il y a des millions d’années, les singes ancestraux ont commencé à évoluer le long d’un chemin qui finirait par produire des êtres humains. Sur le chemin, il y a environ 400 000 ans, le premier homme de Néandertal est né. Les humains ancestraux, cependant, sont supposés avoir continué à évoluer séparément le long d’une branche divergente de l’évolution, devenant modernes, il y a environ 40 000 ans.

Selon cette théorie, les Néandertaliens et les humains ont vécu et ont coexisté ensemble pendant des dizaines de milliers d’années avant que des humains moins robustes, mais plus intelligents, tuent ou mettent hors compétition les hommes de Néandertal. Mais parce que les ancêtres de l’homme de Néandertal et des humains se divisaient en espèces distinctes, très longtemps avant, le métissage aurait été impossible, même si, du point de vue des squelettes, les scientifiques admettent que l’ossature de Néandertal tient de celle des humains de la vie moderne.

Cette idée que les Néandertaliens représentent une branche intermédiaire entre les humains et les singes est un témoignage crucial couramment avancé par les évolutionnistes pour démontrer que l’évolution est en cours. Ainsi, beaucoup d’évolutionnistes auront des réticences à accepter les découvertes génétiques récentes.

Voici le problème: Les évolutionnistes trouvent de nombreux os de singe. Ils trouvent beaucoup d’ossements humains. Mais, ils ne trouvent pas d’os à moitié-singe et à moitié-homme. Cela leur pose un énorme problème, car si l’homme a évolué à partir du singe pendant des millions d’années, vous vous attendriez à trouver des millions de ces os intermédiaires, moitié-singes, moitié-hommes.

Les os de Néandertal, même si relativement peu d’entre eux ont été trouvés, étaient retenus comme le candidat proto-humain le plus prometteur. Les récentes preuves par l’adn réduisent cette théorie en fragments d’os.

Des Néandertaliens élégants

Mais, il s’agissait d’une théorie qui devenait totalement discréditée, de toute façon.

Au fil des ans, comme plus d’os d’hommes de Néandertal étaient déterrés, une image bien différente de la brute, ignorante, homme-singe des cavernes insalubres a émergé. La plupart des scientifiques admettent désormais que les Néandertaliens marchaient debout avec une posture et une démarche identiques à celles des humains d’aujourd’hui. Ils se souciaient de leur famille, enterraient leurs morts, utilisaient de nombreux types d’outils, et faisaient cuire leurs aliments. Des découvertes récentes montrent également qu’au moins certaines femmes avaient des poudriers, et utilisaient différents types de maquillage y compris des fonds de teint et du fard à joues.

Les évolutionnistes trouvent de nombreux os de singe. Ils trouvent beaucoup d’ossements humains. Mais ils ne trouvent pas d’os à moitié-singe et à moitié-homme.

La principale différence, c’est que les Néandertaliens sont légèrement plus courts que la moyenne, mais ont de grandes mains, les os des bras et des jambes plus épais, et étaient beaucoup plus musclés. Ils avaient également le crâne plus volumineux, et le cerveau environ 11 pour cent plus grand que celui de l’homme typique, mais bien dans la gamme trouvée aujourd’hui.

Les scientifiques qui admettent désormais que les Néandertaliens étaient pleinement humains les ont reclassés comme Homo sapiens neanderthalensis—ce qui n’est que la manière scientifique de dire que les os sont une variété de ceux des véritables humains.

Voilà pour l’homme de Néandertal en tant qu’ancienne théorie d’homme-singe.

Mais peut-être que l’aspect le plus étonnant, mais non déclaré de l’histoire de Néanderthal, c’est que si les scientifiques avaient regardé la Bible, ils auraient su que les Néandertaliens étaient, de tout temps, pleinement humains.

Les Néandertaliens étaient-ils les «géants» de la Genèse?

La Bible décrit une race d’humains d’avant le Déluge qui s’est développée au point de dominer le paysage culturel avant d’être anéantie.

Genèse 6:4 parle de «géants» dans le pays, avant le déluge. Le mot géants vient de la traduction de deux mots hébreux: Rephaïm et Nephilim. Les Rephaïm sont mentionnées uniquement après le Déluge; c’était des hommes de grande taille, comme Anakim (Deutéronome 2:11, 20).

Comme Roy Shultz le fait ressortir dans Exploring Ancient History [Explorer l’histoire ancienne], le mot géant dans Genèse 6:4 vient du mot, Nephilim, qui signifie «un abatteur», ou celui qui abat un arbre grâce à sa force peu commune. Le terme implique le fait qu’il s’agisse d’un «dur», ou d’un tyran, d’un individu de grande force physique. En d’autres termes, les Nephilim d’avant le Déluge étaient des géants du point de vue de la force, mais pas du point de vue de la stature.

La description des Nephilim de l’époque d’avant le Déluge va parfaitement avec les Néandertaliens aux grands os, exceptionnellement musclés.

La Bible indique même comment ces Nephilim ou Néandertaliens ont été tués.

Avant le déluge, la Terre s’est remplie de mal et de violence. C’était un temps de mariages mixtes entre les différentes races que Dieu avait créées. C’était également un temps de progrès technologique rapide.

La Bible parle d’un grand chef nommé Tubal Caïn. C’était le premier à travailler le métal, et à développer des instruments de guerre (Genèse 4:22). Et à cette époque-là, la violence remplissait la Terre (Genèse 6:11, 13). Les hommes de Néandertal n’étaient pas de taille face aux épées, aux lances et aux flèches des armées de Tubal Caïn.

Selon Shultz, la «violence» qui remplissait la Terre fait référence à une grande guerre qui a eu lieu avant le Déluge—une guerre que Dieu a permise à cause de la dégénérescence, et de la méchanceté brute des Néandertaliens et des autres humains. Cela correspond aussi aux preuves archéologiques qui indiquent que bon nombre des sites néandertaliens qui ont été découverts montrent des indices selon lesquels le cannibalisme était commun. Des os trouvés dans les grottes de Néandertal montrent souvent les signes révélateurs de repères de coupe et le fractionnement indiquant que l’homme de Néandertal mangeait la moelle des os. Un autre site de Néandertal, en Allemagne, fournit des preuves supplémentaires de la violence. Trente-trois crânes ont été découverts disposés en cercle. La tête de leurs propriétaires avaient été coupée avec une hache de pierre et enterrée.

Finalement, la violence et la déchéance étaient devenues tellement intenses que Dieu a décidé de détruire tous les humains, sauf Noé, ses trois fils et leurs épouses dans un déluge universel.

Est-ce des fragments de ce code génétique d’avant le Déluge qui ont été transmis à travers les âges et les générations que les scientifiques détectent maintenant chez les gens d’aujourd’hui? Adam et Ève sont les ancêtres communs de tous les êtres humains.

Une fois de plus, la science démontre que ce que dit la Bible s’avère juste. C’est certainement de bonnes nouvelles pour la tante Thelma et l’oncle Jed—mais pas pour les évolutionnistes. Il ne leur reste qu’à modifier leur théorie, à nouveau. 

Tb Ad Fr