Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Garden%20of%20eden%20river

Gary Dorning/Trompette

Les origines incroyables de la Jérusalem antique

Un aperçu inspirant de la ville la plus importante et la plus célèbre du monde.

L'histoire de Jérusalem est l'histoire du monde. » Telle est la première ligne de Jérusalem , un livre éclairant, retraçant l'histoire de cette ville, écrit par l'historien britannique Simon Sebag Montefiore.

Dans l'introduction, Montefiore décrit à quel point Jérusalem est absolument centrale dans l'histoire de la civilisation humaine, en particulier dans l'histoire et la théologie du judaïsme, du christianisme et de l'islam. À l'aide d'exemples et d'anecdotes, il montre que Jérusalem a été un point focal pour l'humanité depuis le début.

Il pose ensuite cette question cruciale : « De tous les endroits du monde, pourquoi Jérusalem? »

Cette question touche à l'essence de la compréhension de Jérusalem. Montefiore écrit : « Le site était éloigné des routes commerciales de la côte méditerranéenne ; il manquait d'eau, chauffait au soleil d'été, refroidi par les vents d'hiver, ses rochers escarpés, boursouflés et inhospitaliers. » Malgré ces inconvénients, Jérusalem est devenu le « centre de la Terre ». Pourquoi ?

Quiconque connaît la Bible le moindrement sait que Jérusalem est au cœur du récit biblique. Cette ville est introduite dans le livre de la Genèse et est présentée tout au long des livres des Chroniques. Mais la Bible n’enregistre pas seulement les événements qui se produisent à Jérusalem et dans ses environs. Elle répond également à la question essentielle : Pourquoi Jérusalem ?

Dans cet article, je montrerai que l'histoire passionnante et la prophétie de Jérusalem ont commencé dans le livre de la Genèse. En fait, il existe des preuves que l'histoire de cette ville tout à fait unique a commencée avant même la création des êtres humains.

Le Jardin d’Éden

L'histoire de l'humanité commence dans le jardin d'Éden. Dans Genèse 1, Dieu a renouvelé la face de la Terre et, le sixième jour, Il a créé des êtres humains. Genèse 2 montre qu'Il a placé le premier homme dans ce magnifique jardin, une petite zone dans la partie orientale d'une zone beaucoup plus grande appelée Éden (verset 8).

Où était situés Éden, et ce jardin dans Éden ? La Bible donne des indices fascinants.

Remarquez la géographie remarquable décrite dans Genèse 2 : Un fleuve sortait d'Éden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras (verset 10). Le nom du premier est Pischon ; c'est celui qui entoure tout le pays de Havila. Le nom du second fleuve est Guihon ; c'est celui qui entoure tout le pays de Cusch. Le nom du troisième est Hiddékel ; c'est celui qui coule à l'orient de l'Assyrie. Le quatrième fleuve, c'est l'Euphrate (versets 11-14).

L'historien Flavius Josèphe a fait la lumière sur ces quatre fleuves dans son œuvre épique Antiquités judaïques. Il a écrit que le Pishon était associé au fleuve Gange, et le Gihon au Nil. Le Tigre et l'Euphrate conservent aujourd'hui leur nom d'origine.

Comme nous le verrons, le récit biblique suggère que la plus grande terre d'Éden était ce que nous considérons maintenant comme toute la région côtière situé sur la côte Est de la mer Méditerranée—la zone générale entourant Jérusalem. Elle peut également avoir inclus la région de la mer Rouge au sud, jusqu'à la ville portuaire et au golfe remarquablement nommés Aden (un endroit que la tradition prétend être aussi ancienne que l'histoire humaine).

Il est possible que ce jardin, où Dieu a placé Adam et Eve, se trouve précisément là où se trouve Jérusalem aujourd’hui.

Genèse 2 indique fortement que le jardin existait près de l'ouverture de la source de Gihon. Cette source, qui n'est aujourd'hui qu'un simple filet d’eau par rapport à ce qu'elle était autrefois, prend sa source juste à l'extérieur de ce qui est aujourd'hui la vieille ville de Jérusalem.

L'image dépeinte dans la Bible suggère que la Terre à cette époque était un paradis avec un climat doux, et que ces quatre affluents étaient de larges rivières douces qui coulaient vers l'est en direction des mers. Les changements géologiques, notamment causés par le déluge biblique, auraient depuis modifié le schéma de drainage. En conséquence, ces rivières ont maintenant des sources distinctes et coulent dans des directions différentes.

Le verset 10 dit que la source qui s'est divisée en quatre fleuves « sortait d'Éden ». Cela indique que le jardin d'Éden était peut-être le point culminant du pays. Jérusalem n'est pas le point le plus élevé de la région aujourd'hui. Cependant, l'Écriture révèle que lorsque le Messie viendra, un grand tremblement de terre élèvera Jérusalem—et ouvrira des fleuves d'eaux vives (Zacharie 14 : 8-10). Un grand fleuve coulera vers l'est par la porte du temple de Dieu dans la mer Morte (Ézéchiel 47). Une fois que cette mer sera remplie d'eau vive, elle débordera et des ruisseaux couleront à travers la région environnante.

Jérusalem est nommée à plusieurs reprises dans la Bible comme « la montagne sainte » de Dieu (Ésaïe 11 : 9 ; Joël 3 : 17, etc.). Ézéchiel 28 : 13-14 utilise exactement le même langage à propos du jardin d'Éden : « Tu étais en Éden le jardin de Dieu ; ...tu étais sur la sainte montagne... »

Serait-ce parce que ces deux sont une seule et même chose—Jérusalem et le jardin d'Éden—tous deux la « sainte montagne » de Dieu ?

N'est-il pas logique de penser que lorsque Dieu fera ce changement, Il restituera la géographie de la région telle qu'elle était quand Il a créé l'homme pour la première fois ? Le portrait que la Bible dépeint pour l'avenir pourrait révéler comment les conditions étaient dans le passé.

Genèse 3 : 23-24 montre qu'après qu'Adam et Eve eurent mangé de l'arbre interdit, Dieu les a retirés du jardin d'Éden. Il a ensuite placé un ange avec une épée flamboyante « à l’orient du jardin d’Éden », indiquant qu'Adam et sa famille se sont installés sur le territoire à l'est du jardin d'Éden.

Il y a d'autres preuves de cela dans Josué 3 : 16, qui rapporte que lorsque les enfants d'Israël ont traversé le Jourdain et sont entrés dans la Terre promise environ 2 500 ans plus tard, ils sont revenus « près de la ville d'Adam, qui est à côté de Tsarthan ». Cette ville était dans la région de « la mer de la plaine, la mer Salée », une référence évidente à la mer Morte, une confirmation supplémentaire qu'Adam et Eve se sont installés sur des terres à l'est du jardin.

Plus récemment, les archéologues ont associé Tel ed-Damiyeh, d'anciennes ruines près de la rivière Jabbok, à la « ville d'Adam ». A proximité se trouve le pont Damia, ou le pont Adam, un ancien pont qui traverse le Jourdain.

Tous ces signes confirment qu'Adam et Eve se sont installés dans un territoire adjacent à l'est du jardin d'Éden, dans la région que nous appelons maintenant la vallée du Jourdain. Compte tenu de l'importance de Jérusalem pour Dieu et du rôle central qu'elle joue dans le plan magistral de Dieu, à la fois historiquement et dans le futur, n'est-il pas logique de penser que Dieu aurait établi cette ville au même endroit qu'Il a créé l'humanité ?

Lorsque le fils d'Adam, Caïn, a assassiné son frère Abel, Dieu l'a exilé du pays de sa mère et de son père. « Puis, Caïn s'éloigna de la face de l'Éternel, et habita dans la terre de Nod, à l'orient d'Éden » (Genèse 4 : 16). Nous ne connaissons pas les frontières précises du pays de Nod, mais ce passage montre clairement qu'il était plus à l'est de la région de la vallée du Jourdain, où Adam et Eve s'étaient installés. « Terre de Nod » signifie « terre d'errance », une description appropriée des déserts arides d'Arabie.

Le verset 17 dit qu'après leur arrivée au pays de Nod, Caïn et ses descendants ont construit la première ville, appelée Hénoc. Certains ont associé Hénoc à Eridu, un site archéologique dans le sud de la Mésopotamie et l'une des plus anciennes villes du monde. Hénoc a également été associé à Babylone, qui se trouve dans la même zone générale. Les archives bibliques ainsi que les archives sumériennes et babyloniennes anciennes identifient clairement Babylone comme le siège du gouvernement rebelle et de la religion païenne. Genèse 10 et 11, par exemple, indiquent que l'archi-rebelle Nimrod, le tyran qui a construit la tour de Babel, avait son siège à Babylone. N'est-il pas rationnel de penser que Nimrod aurait établi son quartier général dans la même région—et peut-être reconstruit la ville—de son ancêtre Caïn, le rebelle et le tyran d'origine ?

Eden

Melchisédek fonde Jérusalem

Environ 2 000 ans après Caïn, Dieu a fondé Sa nation choisie par un homme nommé Abram. Genèse 12 : 1 mentionne que Dieu lui a dit : « Va-t’en de ton pays…dans le pays que je te montrerai. » Abram vivait dans la ville d'Ur à Babylone, dans la même région générale que Caïn et Nimrod—dont l’historique montre que la région était imprégnée dans le paganisme. Dieu a dit à Abram de partir et de s'installer dans une terre qu'Il avait choisie.

Abram obéit et « Ils partirent pour aller dans le pays de Canaan, et ils arrivèrent au pays de Canaan » (verset 5).

Quand Abram a quitté Ur et s'est rendu à Canaan, Il a inversé le voyage de Caïn. Les rebelles, Adam et Caïn, se sont éloignés d'Éden. Abram, obéissant et fidèle, a voyagé à l'ouest de Babylone retournant en direction d’Éden.

Après qu'Abram ait obéi à Dieu et soit retourné à Canaan, Dieu a fait cette merveilleuse promesse : « Je donnerai ce pays à ta postérité » (verset 7). Cette promesse est ce qui a fait de cette terre, Canaan, la « Terre promise ». C'est sur cette terre que Dieu amènera plus tard la nation d'Israël, qui comprenait les descendants de ce patriarche. Cette terre était clairement très spéciale pour Dieu. Pourquoi était-elle spéciale ? N'est-il pas logique que le jardin d'Éden, l'endroit où Dieu a créé l'homme à l’origine, se situait dans cette même région ?

Abram a déménagé à Canaan vers 1900 av.J.-C. ; c'est alors que Dieu a fait cette promesse épique. Des fouilles archéologiques et des écrits anciens confirment que la terre de Canaan à cette époque abritait déjà certaines villes importantes, dont Jérusalem.

Genèse 14 décrit la rencontre d'Abram avec « Melchisédek, roi de Salem ». Qui était ce grand roi ? Les versets 1 à 17 décrivent les grandes victoires militaires d'Abram contre quatre puissants rois assyriens. Les versets 18-20 indiquent qu'après ces victoires, « Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin : il était sacrificateur du Dieu Très-Haut. Il bénit Abram, et dit : ‘Béni soit Abram par le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre ! Béni soit le Dieu Très-Haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains !’ Et Abram lui donna la dîme de tout. »

Abram et Melchisédek avaient clairement une relation étroite. Melchisédek avait une énorme affection pour Abram, et ce grand patriarche, que Dieu a renommé plus tard Abraham, a donné la dîme à ce « roi de Salem » ! Melchisédek n'était pas seulement un roi, il était aussi un « sacrificateur du Dieu Très-Haut ». Cet individu unique a été appelé « roi de Salem ». « Salem » est traduit par « paix » et « complétude ».

La ville de Salem est finalement devenue connue sous le nom de Jéru-salem. Dans la Bible, Salem est synonyme des termes Sion, Cité de David, Jébus, Morija et Jérusalem. Par exemple, le Psaume 76 : 2 (verset 3 dans la Bible Louis Segond) dit : « Sa tente est à Salem, et sa demeure à Sion ». Un certain nombre d'Écritures indiquent que Melchisédek a fondé la ville de Jérusalem ! (Voir Archaeology Reveals Jerusalem’s Origins à la page 22).

Qui était Melchisédek, exactement ?

Les archives juives anciennes, y compris le texte sur les manuscrits de la mer Morte, montrent que certains juifs des deuxième et premier siècles avant J.-C. croyaient que Melchisédek était un être divin. De nombreux Juifs se référaient à lui en utilisant les mêmes termes hébreux utilisés pour décrire Dieu, et pensaient qu'il expierait un jour, et jugerait plus tard, son peuple. Cette première croyance juive est cohérente avec les écrits ultérieurs de l'apôtre Paul du Nouveau Testament, qui a enregistré dans Hébreux 7 : 3 que Melchisédek était « sans père, sans mère, sans généalogie, qui n'a ni commencement de jours ni fin de vie… »

Si nous croyons ces premiers Juifs, leur témoignage que Melchisédek était un être divin ajoute une signification supplémentaire à Son établissement de Jérusalem, soulignant l'importance de cette ville pour Dieu.

Le sacrifice d’Abraham

Le patriarche Abraham aimait la famille. Il aspirait à un fils, mais pendant des décennies, lui et Saraï n'ont pas pu concevoir. Néanmoins, Dieu lui a promis qu'un fils viendrait—un fils par lequel Il donnerait à Abraham des descendants trop nombreux pour être comptés (Genèse 15 : 1-5). Abraham a attendu 25 ans pour ce fils promis et il était âgé de 100 ans quand Isaac est né.

C'est par Isaac que Dieu a donné plus tard à Abraham l'épreuve la plus difficile de sa vie—une épreuve comme aucune autre, qu'Il a donnée à aucun autre homme. Cette épreuve a eu lieu dans la région de Jérusalem.

Genèse 22 : 1-2 déclare, « Après ces choses, Dieu mit Abraham à l'épreuve, et lui dit : Abraham ! Et il répondit : Me voici ! Dieu dit : Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l'une des montagnes que je te dirai. »

Le pays de Morija inclut Jérusalem. 2 Chroniques 3 : 1 rapporte que plus tard, le premier temple avait été construit par le roi Salomon « à Jérusalem sur la montagne de Morija ».

Genèse 22 : 10-12 montre qu'Abraham, dans un acte suprême de foi, était prêt à sacrifier son fils—mais que Dieu l'a arrêté juste à temps. Après cela, Dieu savait qu'Abraham ne lui refuserait rien. Ce n'était pas un simple acte d'obéissance. Il pourrait s’agir d’un acte de foi sans parallèle par un homme créé ! Et cela s'est produit tout juste aux environs de Jérusalem, la ville spéciale de Dieu.

Abraham Sacrificing Isaac Final

Dieu établit sa nation choisie

Dieu avait promis à Abraham et à ses descendants le pays de Canaan (Genèse 12 : 5, 7). Cette promesse a été transmise par Isaac, puis Jacob. Vers le 17e siècle avant J.-C., Jacob et sa grande famille ont été forcés de déménager en Égypte, où son fils Joseph était un haut fonctionnaire. Les Israélites vivaient à Gosen, la région de choix en Égypte. Ils trouvèrent grâce auprès des Égyptiens et prospérèrent.

Après la mort de Joseph, un nouveau roi qui « n’avait point connu Joseph » se leva sur l’Égypte (Exode 1 : 8). Il était préoccupé par la montée en puissance des Israélites et il commença à les mépriser. Pendant de nombreuses années, les Israélites ont subi un traitement terriblement dur de la part des Égyptiens. Dieu a entendu leurs cris d'angoisse et a promis de retourner les Israélites dans le pays qu'Il avait promis à Abraham—de retour dans la région de Jérusalem !

Dieu a ensuite suscité un homme de caractère qui craignait Dieu et obéissait à ses commandements : Moïse. Sous la direction de Moïse, Dieu a libéré les Israélites de l'esclavage en Égypte. Il les a amenés à travers la mer Rouge et les a conduits au mont Sinaï à travers une série de miracles spectaculaires. Au Sinaï, Dieu a donné à Israël un cadeau sans précédent : Sa loi (Exode 20). C'était une forme détaillée et codifiée de la loi spirituelle de Dieu, qui existait avant même la création des êtres humains. Ce système de loi donné par Dieu distinguait Israël de toutes les autres nations sur Terre.

Dieu a également donné à Moïse des plans détaillés pour la construction d'un tabernacle (Exode 25-30). Au cœur de cette tente sacrée se trouvait l'arche de l'alliance, qui était couverte par le propitiatoire, symbolisant le trône de Dieu. Les Israélites ont construit cet impressionnant tabernacle mobile, où Dieu est descendu et y a habité en esprit (Exode 35-40). Ce tabernacle serait plus tard remplacé par un temple spectaculaire au siège central de Jérusalem.

Héritant la Terre promise

Avant qu'Il n'emmène Israël en Terre promise, Dieu ordonna à Moïse d'envoyer des espions dans le pays pour avoir un aperçu du merveilleux héritage qu'Il leur donnait (Nombres 13). Cependant, tous les espions sauf deux ont rapporté un rapport infidèle, et les gens ont eu peur. Ils ne faisaient pas confiance à Dieu pour leur livrer la terre—et Dieu les maudit (Nombres 14). Cette génération d'Israélites a fini par errer dans le désert pendant 40 ans.

Après la mort de cette génération d'Israélites, la génération suivante entra dans la Terre Promise sous Josué. Avec une main haute, ils ont traversé le Jourdain, mis en déroute la ville fortifiée de Jéricho et se sont installés à Canaan. Cette terre prospère, ruisselante de lait et de miel, était la terre de leur père Abraham. Une abondance de preuves archéologiques aujourd'hui confirme le récit biblique de Jéricho, y compris sa destruction miraculeuse par Dieu—preuve que les murs se sont vraiment « écroulés ».

Pendant la période des juges, Jérusalem s'appelait Jébus (Josué 18 : 28 ; Juges 19 : 10). Bien que la ville fût l'héritage des tribus de Juda et de Benjamin, Jébus resta habité par les Jébusiens, un peuple cananéen descendant de Ham. La ville était bien fortifiée et les Jébusiens étaient convaincus qu'elle ne pourrait pas être conquise.

Jag  I Stock 911144230

David conquiert Jérusalem

Le plus grand roi d'Israël, David, a pris le pouvoir vers l’an 1000 avant J.-C. Il avait environ 30 ans. Pendant les sept premières années, David a gouverné Israël à partir de la ville d'Hébron, qui était située à environ 32 kilomètres au sud-ouest de Jérusalem dans la région attribuée à la tribu de Juda. Mais le roi David voulait contrôler Jébus. Il savait que c'était la ville spéciale de Dieu ; il était conscient de son histoire glorieuse avec Abraham et Melchisédek. Dès qu'il fut couronné roi des tribus du nord d'Israël, unissant la nation, il entreprit de conquérir Jébus. Ces événements sont enregistrés dans 2 Samuel 5 et 1 Chroniques 11.

2 Samuel 5 : 6 rapporte que les Jébusiens se moquaient du roi d’Israël, lui disant que même les aveugles et les boiteux pouvaient défendre la ville fortifiée. David fit alors une offre audacieuse à ses troupes : « Quiconque atteindra la gouttière et frappera les Jébusiens, et les boiteux et les aveugles qui sont haïs de l'âme de David, il sera chef et capitaine » (verset 8—King James française). Joab a accepté le défi et a pénétré la ville à travers des tunnels souterrains utilisés pour recueillir l'eau.

« Mais David s'empara de la forteresse de Sion : c'est la cité de David… David s'établit dans la forteresse, qu'il appela cité de David. Il fit de tous côtés des constructions, en dehors et en dedans de Millo… David devenait de plus en plus grand, et l'Éternel, le Dieu des armées, était avec lui » (versets 7, 9-10).

La conquête de Jérusalem par le roi David a marqué le début d'une période dorée dans l'histoire d'Israël. Pour un bref moment, la nation entière était unifiée sous un roi de Dieu avec Jérusalem comme capitale.

Sous le roi David, Jérusalem était à nouveau au centre de l'œuvre de Dieu sur Terre ! L'histoire de cette ville à partir de la période du roi David est bien documentée, non seulement dans la Bible, mais aussi dans des documents historiques séculaires et par des preuves archéologiques.

Jag   085.Cedars Are Cut Down For The Jerusalem Temple

Maison pour Dieu

Quelque temps après que David a pris le contrôle de Jérusalem, il a été inspiré pour construire une maison permanente pour l'arche (2 Samuel 7). Dieu était heureux du désir de David de construire le temple, mais Il ne voulait pas que David construise le bâtiment. Alors Dieu lui a dit seulement de planifier et de préparer pour la construction du temple. David a saisi l'opportunité de tout son cœur !

1 Chroniques 22 : 5 dit qu'à partir du moment où il a reçu cette instruction, David « prépara en abondance » ! Il a donné et rassemblé cent mille talents d'or et un million de talents d'argent, ainsi que de grandes quantités d’airain et de fer, et des pierres (verset 14). Au cours des dernières années de son règne, le roi David a consacré ses énergies à préparer pour la construction du temple à Jérusalem.

Pourquoi David voulait-il construire la maison de Dieu à Jérusalem ? « Vois donc ! J'habite dans une maison de cèdre, et l'arche de Dieu habite au milieu d'une tente. (2 Samuel 7 : 2).

David était gêné par le fait qu'il habitait dans un magnifique palais et que l'arche de l'alliance demeurait dans une tente. Pour lui, c'était une parodie, et il voulait y remédier. David voulait construire à Dieu une maison si impressionnante qu'elle serait célèbre dans le monde entier—pour magnifier le nom de Dieu pour toujours !

David voulait que le temple de Jérusalem soit le centre de culte pour toute la nation. C’est pourquoi il était si enthousiaste à l'idée de construire la maison de Dieu. Tout en Israël tournerait autour de Jérusalem et du temple !

Vers la fin de sa vie, David a appris une autre leçon puissante. 1 Chroniques 21 rapporte que le diable, qui était au courant des plans exaltés de Dieu pour David, l'a convaincu de faire un recensement. Dieu a été bouleversé par cet acte infidèle et a maudit la nation. Soixante-dix mille personnes sont mortes à la suite du péché de David (2 Samuel 24 : 15). Mais quelque chose de vraiment inspirant s'est produit.

Lorsque David se repentit, Dieu envoya le prophète Gad avec un message pour lui : « Monte, élève un autel à l'Éternel dans l'aire d'Aravna, le Jébusien (verset 18). Le roi a rendu visite à cet homme et lui a proposé d'acheter sa terre. Mais cet homme Jébusien a offert de le donner simplement à son roi (versets 20-23). David a insisté qu’il voulait payer pour cela (verset 24). Il voulait donner une offrande à Dieu, et il voulait qu'il y ait un sacrifice en cela.

Une fois qu'il eut acquis la terre, le roi David y construisit un autel et fit des offrandes à Dieu.

L’emplacement de cet autel a fini par être l’emplacement exact du lieu saint dans le temple que Salomon construirait.

Construire le temple

Le début du règne de Salomon en tant que roi d’Israël était vraiment magnifique (2 Chroniques 1 : 1). Salomon avait une attitude humble devant Dieu, et cela a facilité la tâche à Dieu de l'utiliser. Salomon vient du mot hébreu shalom, ce qui signifie paix. Les mots Salem et Salomon partagent la même racine : shalam, qui signifie paix, complétude.

Salomon avait 200 000 travailleurs pour construire la structure la plus magnifique jamais réalisée pour orner la Terre. Il a engagé les ouvriers les plus qualifiés disponibles. Dieu a dit de Salomon : « Ce sera lui qui bâtira une maison à mon nom. » (1 Chroniques 22 : 10). Le temple de Salomon à Jérusalem était le temple de Dieu !

Bib7cover 8003956

Lorsque le temple fut terminé, Salomon fit apporter l'arche de l'alliance avec une pompe et une apparence sans égal, y compris un immense orchestre avec 120 sacrificateurs sonnant des trompettes ! (2 Chroniques 5 : 12). Dieu était si heureux que « la maison de l'Éternel fut remplie d'une nuée… car la gloire de l’Éternel remplissait la maison de Dieu » (versets 13-14). Après toute la fanfare, le roi Salomon s'est levé et a dit : « L'Éternel veut habiter dans l'obscurité ! Et moi, j'ai bâti une maison qui sera ta demeure, un lieu où tu résideras éternellement ! » (2 Chroniques 6 : 1-2).

Salomon a rappelé au peuple ce que Dieu avait dit à son père David : « Depuis le jour où j'ai fait sortir mon peuple du pays d'Egypte, je n'ai point choisi de ville parmi toutes les tribus d'Israël pour qu'il y fût bâti une maison où résidât mon nom, et je n'ai point choisi d'homme pour qu'il fût chef de mon peuple d'Israël ; mais j'ai choisi Jérusalem pour que mon nom y résidât, et j'ai choisi David pour qu'il régnât sur mon peuple d'Israël ! » (Versets 5-6).

Lorsque le roi Salomon a dit à son peuple que Dieu avait choisi Jérusalem, il faisait référence au passé, au présent et au futur ! Le roi Salomon était sans doute au courant de l'histoire de Jérusalem avec Abraham et Melchisédek. Peut-être savait-il également que Jérusalem était située dans la même région que le jardin d'Éden.

Si vous étudiez les Écritures, y compris les Proverbes et le livre de l’Ecclésiaste, il est évident que le roi Salomon—comme son père David, et Abraham bien avant lui, et tous les prophètes juifs—ont compris les plans futurs de Dieu pour Jérusalem. Il a compris que le temple qu'il avait construit pour Dieu n'était qu'un type d’un futur temple, le troisième temple qui sera érigé lorsque le Messie viendra.

Comme les premier et deuxième temples, le troisième temple sera construit à Jérusalem. Cela est précisé par les prophètes, y compris Ésaïe, Jérémie et Ézéchiel. Ce temple à venir est décrit dans les chapitres 40 à 48 d'Ézéchiel. « Dans les visions de Dieu, il m’emmena au pays d'Israël, et me plaça sur une très haute montagne, près de laquelle, du côté du Sud, se trouvait comme la silhouette d’une ville. » (Ézéchiel 40 : 2—King James française).

À bien des égards, c'est peut-être la preuve la plus forte que Jérusalem est aujourd'hui située dans un pays qui faisait partie du jardin d'Éden. Dieu fait tout avec un grand objectif, une logique et une conception. Il planifie méticuleusement et Il vérifie parfaitement. Il est parfaitement logique que lorsque le Messie viendra, Il établira Son quartier général, le troisième temple, exactement à l'endroit où Dieu a travaillé avec l'homme depuis le tout début !

Fr Jip