Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

4a5658c6%21h.300%2cid.4683%2cm.fill%2cw.540

(Getty Images)

Les parties d’échecs chinoises au Chili et ailleurs

Il avait raison – Première partie : L’Europe

Il est crucial de surveiller les profondes avancées économiques constamment faites par la Chine dans l’Amérique latine, spécialement depuis l’année 2000. L’Europe les surveille certainement ! Mais il y a une différence fondamentale entre l’avancée de l’Europe en Amérique latine et celle de la Chine.

Beijing est là pour une raison simple : Il a besoin de ressources pour alimenter la croissance de la Chine, et l’Amérique latine en a abondamment. Les efforts humanitaires et commerciaux de l’UE en Amérique latine, d’un autre côté, sont plus complexes. Plutôt qu’une simple soif de ressources, les efforts de l’Europe visent l’expansion de son empire en croissance. Le sang et la religion que l’Amérique latine partage avec l’Europe sont plus solides que les liens économiques qu’elle partage avec la Chine.

Cependant, l’influence de l’Europe en Amérique latine a légèrement dérapé alors que les ambitions de Beijing s’étendent. Le révolutionnaire marxiste chinois Mao Tse Toung avait fait le vœu envers son peuple il y a des décennies, « Tout ce que l’Occident possède, la Chine l’aura aussi ». L’avancée vorace de la Chine en Amérique latine et dans d’autres régions est l’évidence que les paroles de Mao résonnent encore clairement dans la pensée chinoise.

Mais nous pouvons être assurés que l’Europe ne restera pas assise passivement pendant que Beijing avale les richesses de l’Amérique latine.

Alors que l’empreinte de la Chine en Amérique latine prend de l’ampleur, l’Europe travaillera férocement à y affermir sa propre présence. L’Europe est troublée par le fait que les Chinois (et à un moindre degré les Russes) étendent leurs racines en Amérique latine parce qu’ils savent que si l’axe asiatique peut conquérir les Amériques, alors non seulement les Asiatiques pourraient monopoliser les continents riches en ressources, mais en gros, ils encercleraient aussi l’enclave européenne—avec les Amériques à la gauche de l’Europe et les territoires asiatiques à la droite de l’Europe.

À présent, le manque de cohésion entre les nations européennes empêche l’Allemagne et l’UE d’en faire plus pour renverser la pénétration profonde de la Chine en Amérique latine. Mais l’avancée de l’Asie dans la région latine agira en fait comme un catalyseur pour l’unité de l’UE.