Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Pt2011q4 fr

nicolas kamm/afp/getty images, getty images (2)

Qu’est-ce qui ne va pas avec la météo ?

Quand les États-Unis reçoivent une raclée avec des records de tornades, d’inondations et de sécheresse—tout cela en même temps—vous devez vous poser des questions.

Les États-Unis avaient déjà connu une saison dramatique due aux tornades dans le milieu des années 1970, avec 365 morts. Puis il y a eu Joplin.

«Vous voyez des images de Deuxième Guerre mondiale, de la dévastation et tout ce qui provient d’un bombardement. C’est vraiment ce à quoi cela ressemblait», a dit Kerry Sachetta, directeur du Lycée de Joplin. «Je ne pouvais croire ce que je voyais».

Le 22 mai, une tornade a déchiré la ville de Missouri tuant 125 personnes et blessant environ 1 150 autres, selon les premiers chiffres. Des andains de banlieue larges de 800 mètres ont été nivelés sur une étendue de plus de 9 km laissant la ville méconnaissable. Les débris d’un hôpital qui a été frappé ont été retrouvés à plus de 90 km de distance. 

«Si vous aviez envoyé une bombe nucléaire sur la ville, je ne pense pas qu’elle aurait fait autant de dégâts», a dit Zach Tusinger, un reporter sur le Web de cnn, qui a perdu son oncle et tante dans la tornade.

Dévastateur

La tornade de Joplin a tué plus de personnes que n’importe quelle autre tornade depuis qu’on a commencé à tenir des comptes, il y a six décennies, et a fait de 2011 l’année où il y a eu le plus de gens tués par des tornades, depuis 1953.

67 autres tornades ont traversé, le même jour, le Midwest. Deux jours plus tard, encore cinq tornades ont frappé l’Oklahoma, tuant neuf personnes, y compris deux petits enfants d’une famille affligée, à juste quelques kilomètres des bureaux de la Trompette.

Tout cela moins d’un mois après que 362 tornades frappent sept États pendant quatre jours terrifiants—un déchaînement qui a tué plus de 350 personnes, blessé des milliers d’autres, coupé l’électricité d’un million d’autres et fait voler en éclats des villes entières. C’était le pire désastre, en Amérique, depuis Katrina.

Un record a été battu par 312 de ces tornades sur une période unique de 24 heures entre le 27 et 28 avril; avant cela, le maximum de tornades que l’Amérique avait jamais vues en un seul jour, c’était 148. La tornade la plus violente était 20 fois la normale. Ce monstre a fait une cicatrice de plus d’un kilomètre de large et d’une longueur record de près de 483 kilomètres à travers l’Alabama et la Géorgie.

Remarquablement, tout cela juste quelques jours après une autre éruption dévastatrice de 155 tornades entre le 14 et 16 avril.

Comme c’était inhabituel! Les 10 mois d’avril précédents ont engendré chacun une moyenne de 161 tornades, aux États-Unis; le record d’avril passé était de 267. Mais en avril de cette année, la National Oceanic et Atmospheric Administration (noaa) estime que le nombre de tornades qui se sont abattues sur le sol américain était celui inégalé de plus de 600.

«C’est une vague de tornades qui fera date dans l’histoire», a dit le météorologue Jeff Masters.

Le problème, c’est que, quand on en vient aux désastres, ceux qui «feront date» deviennent courants.

Toutes les deux ou trois semaines semble-t-il, la Terre libère une fureur, sans précédent, d’une autre sorte. Un record encore plus affreux tombe, et une autre constellation de survivants sont laissés haletants dans son sillage.

Qu’est-ce qui ne va pas avec la météo? Vous devez avoir des œillères pour ne pas, au moins, poser la question.

Sans précédent

Même avec l’Alabama, l’Arkansas, la Géorgie, le Kentucky, le Mississippi, le Missouri, l’Oklahoma et le Tennessee en état d’alerte à cause des tornades, d’autres désastres frappent ailleurs dans le pays.

Le Texas se fane sous sa pire sécheresse depuis 1895. Aucune partie de l’État n’échappe à la sécheresse, selon l’édition du 17 mai du U.S. Drought Monitor; plus de 80 pour cent sont dans une sécheresse «extrême» ou «exceptionnelle». Cela détruit la production de blé de l’État. Le Département américain de l’Agriculture s’attend à ce que la production de blé tombe à 63 pour cent au Texas, cette année—ce qui est certain de nuire aux provisions mondiales déjà basses.

Les conditions extrêmement sèches ont créées une poudrière pour les incendies de forêt. Plus de 6 900 incendies isolés, cette année, ont détruit plus de 1 million d’hectares à travers l’État. «Parfois, nous brûlions littéralement d’une frontière à l’autre», a dit un porte-parole du Texas Forest Service. «Je n’ai jamais rien vu de tel».

Les feux de forêts éclatent également en Arizona, carbonisant plus de 20 000 hectares jusqu’ici.

Beaucoup de personnes dans ces régions desséchées et noircies doivent secouer la tête d’ironie lorsqu’elles voient d’autres parties du pays submergées par des inondations sévères.

Des pluies torrentielles, à travers le sud, ont inondé près de 2 millions d’hectares de terres cultivées, 1/2 million d’hectares dans le seul Arkansas. 

Le Tennessee, le Mississippi, le Missouri, l’Illinois et la Louisiane ont également été frappés durement après que de fortes pluies et la fonte des neiges ont gonflé l’Ohio et les rivières du Mississippi jusqu’à des niveaux records. Les autorités fédérales au Missouri ont été forcées de faire sauter une digue qui craquait sous la pression de la crue, inondant une région de 320 kilomètres carrée. «Personne n’a vu ce type d’eau dans le système», a dit le président de la Mississippi River Commission. «C’est une inondation sans précédent.»

Embarrassant

Ces désastres d’où-cela-vient-il, une-seule-fois-dans-la-vie, aucun-témoignage-antérieur s’accumulent les uns sur les autres. Pourquoi? Les scientifiques font des pieds et des mains pour avoir des réponses.

Les modèles de changements climatiques n’expliquent pas l’augmentation des désastres frappant les États-Unis maintenant. «Des ingrédients qui sont favorables aux tornades augmenteront dans un monde qui se réchauffe, d’autres diminueront», dit Harold Brooks du National Severe Storms Laboratory.

«Je ne pense pas qu’il y ait une quelconque preuve que le changement du climat soit responsable des tendances climatiques cette semaine et la semaine précédent», a dit, début mai, le météorologue Howard Bluestein de l’Université de l’Oklahoma.

Après la tornade de Joplin, un représentant du National Weather Service a dit qu’il était difficile de trouver une corrélation entre le changement climatique et la météo, pendant le printemps 2011. «Nous ne savons tout simplement pas», a-t-il dit.

Indépendamment des instruments et des modèles informatiques qu’ils consultent, cependant, les scientifiques négligent la dimension la plus importante de cette tendance.

À savoir, que le temps n’est pas entièrement aléatoire.

Il a un Créateur. Et il a Quelqu’un qui le soutient.

Déterminé

Si vous croyez la Bible, Dieu vous met au défi d’accepter cette affirmation selon laquelle Il a le pouvoir sur les phénomènes puissants et destructifs qui assiègent de plus en plus notre monde. Il peut les créer et Il peut les empêcher.

Job 38:28, par exemple, révèle Dieu comme le père de la pluie. Il peut commander des nuages d’orages, des tornades et des ouragans afin qu’ils servent Ses desseins: «L’ouragan vient du midi, et le froid, des vents du nord. Par son souffle Dieu produit la glace, Il réduit l’espace où se répandaient les eaux. Il charge de vapeurs les nuages, Il les disperse étincelants; leurs évolutions varient selon ses desseins, pour l’accomplissement de tout ce qu’il leur ordonne, sur la face de la terre habitée; c’est comme une verge dont il frappe sa terre, ou comme un signe de son amour, qu’il les fait apparaître» (Job 37:9-13).

Oui, parfois Dieu baigne la terre avec une douce pluie pour montrer Son souci rempli d’amour et de pitié—et d’autres fois, Dieu utilise le temps, y compris les inondations et les tornades, pour corriger les gens!

Le Dieu de la Bible n’est pas impotent. Il compare Ses jugements contre le méchant à une tornade ou à un ouragan (voir Jérémie 23:19; 30:23-24). Il utilise l’épée punitive de l’inondation et de la moisissure—et aussi celle de la sécheresse (Deutéronome 28:22; 11:17). Parfois Il brandit toutes les deux en même temps pour intensifier leur puissance de correction (Amos 4:7).

La Bible révèle aussi que Dieu a mis des lois spirituelles et physiques en mouvement, et que dans cet âge présent Il permet à l’humanité de développer ses propres modes de vie—contraires à ces lois—et de récolter les conséquences naturelles qui en résultent, y compris les bouleversements météorologiques.

Encore plus, Dieu, dans Son grand dessein, permet aussi à Satan le diable—le dieu actuel (et temporaire) de ce monde, selon 2 Corinthiens 4:4—d’avoir un rôle dans la production d’un temps catastrophique, pour l’enseignement ultime de l’homme (voir le Job 1).

Nous devrions considérer la tendance du temps à empirer comme un avertissement de Dieu. Cela ne veut pas dire— comme le Christ l’a Lui-même rendu clair—que ceux qui sont spécifiquement frappés par ces tempêtes sont plus coupables que ceux qui ont été épargnés. Nous devrions reconnaître cela comme des malédictions et des avertissements dirigés contre la nation, et non pas contre des individus particuliers. Le message du Christ, c’était: «… si vous ne vous repentez, vous périrez tous également» (Luc 13:5). La prophétie montre que nous pouvons nous attendre à ce que ce temps de plus en plus chaotique devienne bien pis très bientôt (voir Apocalypse 6:5-8; 8:4-12). Les puissantes forces naturelles vont être lâchées sur un monde désobéissant pour le pousser à se mettre à genoux pour se repentir.

Dans Lévitique 26, Dieu promet les «pluies en leur saison» et la terre qui «donnera ses produits» (verset 4)—«Si vous suivez mes lois, si vous gardez mes commandements et les mettez en pratique» (verset 3). Si les nations faisaient cela, nous serions bénis avec une belle météo et des climats stables. Nous ne devrions pas craindre de mauvaises récoltes et la famine, ou d’être tués au cours de conditions météorologiques sévères.

Nous pouvons—et la prophétie montre que ce sera le cas—connaître une vie prospère avec un temps plaisant quand nous reconnaîtrons Dieu et Lui obéirons, de même qu’à Ses lois et à Son autorité bienveillante. 

No Fr