Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Syria

Qui aidera les enfants syriens ?

Cinq millions d'enfants en Syrie ont besoin d'aide ; toutes les 10 heures, un enfant meurt.

Avons-nous oublié les enfants syriens ? « Un enfant meurt toutes les 10 heures des suites de la guerre », a rapporté le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) le 13 mars. Depuis 2011, environ 9 000 garçons et filles ont perdu la vie ou ont été blessés dans des attaques et des bombardements en Syrie.

La guerre civile en Syrie a éclaté il y a neuf ans en mars 2011. La crise syrienne est l’une des pires crises humanitaires de l’histoire de l’humanité. Depuis ses débuts, nous avons assisté à la montée en puissance de l'État islamique, aux horreurs qui en résultent dans la région et à l'intervention ultérieure de l'Iran, de la Russie, de la Turquie et des États-Unis.

Malgré les souffrances, la plupart des pays impliqués considèrent la Syrie davantage comme un champ de bataille géopolitique plutôt qu’une crise humanitaire. La Turquie, l’Iran, la Russie et d’autres se battent en Syrie, mais aucun d’entre eux ne se bat pour mettre fin aux souffrances du pays.

Ceux qui soutiennent le gouvernement du président syrien Bashar al-Assad, comme l’Iran et la Russie, soutiennent un régime qui utilise des armes chimiques contre ses propres citoyens et est responsable de la mort de centaines de milliers de personnes et de la fuite de millions d’autres. D'autres qui soutiennent les rebelles cherchent à renverser le gouvernement dans l'espoir d'apporter un changement de régime en leur faveur. D'autres, comme les Kurdes, espèrent utiliser la crise pour établir leur propre État indépendant—un objectif auquel la Turquie s'oppose avec véhémence. Tout cela a des conséquences dévastatrices pour le pays.

Des millions d'enfants grandissent en Syrie sans éducation. La guerre civile est leur réalité quotidienne, et nombre d’entre eux ne connaissent rien d’autre.

L'UNICEF plaide pour du soutien, tandis que plus de 5 millions d'enfants syriens et 2,5 millions d'autres dans les pays voisins ont besoin d'aide.

Mais les réfugiés n'ont aucun endroit où aller. La Turquie en a accueilli près de 4 millions et est surchargée et dans une situation économique désastreuse. L'Europe a fermé ses frontières à la Turquie, ne laissant, aux réfugiés, aucun endroit où aller.

Des vidéos de jeunes enfants sans espoir entre les frontières ont attiré l’attention du monde. Mais qui peut mettre fin à leurs souffrances ?

L'Europe, menée par l'Allemagne, se positionne désormais pour s'impliquer en Syrie. Certains voient cela comme le seul espoir de la Syrie. Mais comme le rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, l’a expliqué dans « Comment la crise syrienne se terminera », « Pour l’Allemagne, la révolution syrienne ne concerne pas une crise humanitaire. Il s'agit de la géopolitique et de la manière dont Berlin peut faire progresser de manière agressive ses intérêts stratégiques au Moyen-Orient ! » Demandez un exemplaire gratuit du Roi du Sud pour comprendre les prophéties fondamentales auxquelles M. Flurry fait référence dans son article.

Les efforts américains en Syrie ont échoué, et si l’Europe n’aide pas la Syrie, qui peut ramener la paix dans ce pays ?

L’histoire de l’humanité est celle de la guerre et du désespoir. La plupart ne semblent s'en soucier que s'ils sont personnellement affectés. Lorsque Jésus-Christ a marché sur cette Terre, il a été ému de compassion en voyant la souffrance de ce monde (Matthieu 9 : 36). Il a prophétisé d'un temps si terrible que « personne ne serait sauvé » vivant, à moins que Dieu n'intervienne surnaturellement (Matthieu 24 : 22).

Dieu mettra fin aux souffrances de l’humanité ; Il est le seul qui le peut. L’intervention de Dieu est le seul espoir de l’humanité.

Tb Ad Fr