Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Jip fr 04 01

restaurandocoracoes/Pixabay

Regarder vers la Nouvelle Jérusalem (première partie)

Jérusalem selon la prophétie : Chapitre 4

La suite provenant de Jérusalem : sur le point d’exploser (quatrième partie)

Chapitre 4: Regarder vers la Nouvelle Jérusalem

Après toute l’histoire ensanglantée de Jérusalem, Dieu a de bonnes nouvelles glorieuses. « Une voix crie : Préparez au désert le chemin de l’Éternel, aplanissez dans les lieux arides une route pour notre Dieu » (Ésaïe 40 : 3). Jean Baptiste a dit que c’était sa voix (Jean 1 : 23). « Que toute vallée soit exhaussée, que toute montagne et toute colline soient abaissées ! Que les coteaux se changent en plaines, et les défilés étroits en vallons ! Alors la gloire de l’Éternel sera révélée, et au même instant toute chair la verra ; car la bouche de l’Éternel a parlé. Une voix dit : Crie ! -Et il répond : Que crierai-je ? Toute chair est comme l’herbe, et tout son éclat comme la fleur des champs » (Ésaïe 40 : 4-6). Ces versets ne pouvaient s’appliquer qu’à un Jean du temps de la fin, personnifié par feu Herbert Armstrong. « Que toute montagne et toute colline soient abaissées » est, de toute évidence, une prophétie pour ce temps de la fin.

Il y a encore une autre tâche à accomplir. « Monte sur une haute montagne, Sion, pour publier la bonne nouvelle ; élève avec force ta voix, Jérusalem, pour publier la bonne nouvelle ; élève ta voix, ne crains point, dis aux villes de Juda : Voici votre Dieu ! » (verset 9). La référence dans la marge de ma Bible donne la traduction correcte : « Ô toi qui dit de bonnes nouvelles à Sion » et « Ô toi qui dit de bonnes nouvelles à Jérusalem ». C’est la tâche de l’Église de Philadelphie de Dieu (épd), aujourd’hui. Nous livrons de bonnes nouvelles à Sion la pécheresse, ou l’église tiède laodicéenne de Dieu, et à Jérusalem. Nous devons dire « aux villes de Juda : Voici votre Dieu ! ». Nous faisons cela aujourd’hui—en ce moment même !

Herbert Armstrong pensait que Dieu voulait qu’il accomplisse cette prophétie d’Ésaïe 40 : 9. Voici ce qu’il écrivait dans sa « Lettre de l’éditeur », dans la Plain Truth [La pure vérité] d’octobre-novembre 1980 : « Le monde arabe veut que la vieille ville de Jérusalem retourne sous contrôle arabe. Certains pays soutiennent que Jérusalem devrait devenir une ville internationale. Mais l’État d’Israël en a le contrôle, l’ayant arrachée de la Jordanie lors de la guerre de 1967.

« Qu’est-il arrivé à Jérusalem depuis la prise de contrôle israélienne dans cette guerre ?

« J’ai participé quelque peu personnellement aux événements qui se sont produits là depuis cette guerre.

« Immédiatement après la mort de celle qui a été ma femme pendant 50 ans, le 15 avril 1967, j’ai pris l’avion pour Jérusalem. J’avais deux raisons urgentes de m’y rendre. Je voulais sérieusement acheter du temps d’antenne sur Radio Jérusalem, station alors détenue et exploitée par l’État de Jordanie. Je voulais, également, m’éloigner immédiatement de Pasadena pour un environnement totalement différent afin de soulager le chagrin d’avoir perdu la compagnie de ma femme bien-aimée et partenaire dans l’OEuvre de Dieu.

« Je ne voulais pas seulement m’exprimer sur Radio Jérusalem, je voulais également faire porter sa puissance à 1 million de watts pour couvrir l’ensemble du Moyen-Orient. À Amman, en Jordanie, et à Jérusalem, en discutant avec le gouvernement jordanien et l’administration de sa radio, j’ai convenu d’un prix pour une plage horaire dans le cadre d’un contrat de longue durée au moyen duquel nos paiements mensuels, pour cette période, financeraient le gouvernement jordanien pour l’achat de matériel allemand Telefunken en vue d’accroître la capacité de la station pour atteindre cette puissance. Ce fut l’un des plus importants contrats d’achat de temps d’antenne jamais signé.

« Le dimanche matin 4 juin 1967, j’ai quitté mon domicile sur notre campus d’Angleterre pour me rendre à l’aéroport de Londres et prendre un vol pour Amman afin de diffuser, en personne, ce soir-là, la première émission de ce nouveau contrat. En route pour l’aéroport, nous avons entendu à la radio les nouvelles sensationnelles, selon lesquelles la guerre des Six Jours avait commencé tôt ce matin-là. Aucun avion n’était autorisé à se rendre à Beyrouth ou à Amman. Mon émission sur Radio Jérusalem n’a jamais commencé. Le vendredi suivant, 9 juin, la Vieille ville de Jérusalem était aux mains des Israéliens…

« Un message (Ésaïe 40 : 9-10) doit encore être donné par un serviteur de Dieu aux villes de Juda. Quelle que soit la façon dont Dieu le veut, il sera donné. »

M. Armstrong a fait beaucoup d’efforts pour accomplir cette prophétie. Il savait qu’un serviteur de Dieu devait le faire, en ce temps de la fin. Dieu avait prophétisé que cela arriverait ! L’épd a été mandatée par Dieu pour faire ce travail.

Le fait même que cette prophétie doit également être transmise « à Sion », ou l’Église de Dieu, révèle une division dans l’Église même de Dieu !

Le véritable évangile, ou bonne nouvelle, doit être livré à l’Église laodicéenne de Dieu ! Elle a perdu ce précieux évangile, qui est le message sur la manière dont le gouvernement de Dieu sera administré par la Famille de Dieu dans le merveilleux monde à venir. C’est le même gouvernement qui nous a été enseigné par Dieu, par l’entremise de M. Armstrong ! C’est ce que tous les Laodicéens ont perdu.

Cette prophétie montre que nous sommes très près de la fin. Nous sommes déjà en train de présenter Dieu aux villes de Juda. Vous ne présentez pas quelqu’un à moins qu’Il ne soit sur le point de paraître ! C’est, là, toute la merveille de notre message. Nous sommes déjà en train de présenter le nouveau Dirigeant qui doit régner sur Jérusalem pendant 1 000 ans !

Le fait que cette prophétie se réalise signifie que le retour du Christ est imminent. Nous en ressentons l’intensité ! C’est le seul espoir de Jérusalem ! C’est le seul espoir de l’humanité ! C’est plus extraordinaire que tout ce que l’humanité n’a jamais imaginé. Ésaïe fait plus qu’appeler cela de « bonnes nouvelles ». Il dit : « Voici votre Dieu ! ».

Si nous pouvons saisir cette vision avant le retour du Christ, nous recevrons une récompense magnifique. « Voici, le Seigneur, l’Éternel vient avec puissance, et de son bras il commande ; voici, le salaire est avec lui, et les rétributions le précèdent » (verset 10). Dieu a une récompense pour vous si vous faites Son oeuvre. 

La suite sur Regarder vers la Nouvelle Jérusalem (deuxième partie)

Jip Fr Bo