Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Régionales en Île-de-France : quand gauche et extrême-gauche fusionnent, la République se fissure

«

À peine les résultats du premier tour annoncés, la gauche régionale s’est empressée d’annoncer la fusion des trois listes qualifiées pour le second tour. Soyons clairs : cette alliance n’est en aucun cas un rassemblement derrière un projet commun – on a vu les divergences profondes durant la campagne, sur la tarification des transports en commun comme sur les grands projets d’infrastructures.

Cette union sera simplement l’addition dangereuse d’intérêts électoraux opportunistes et d’une dérive idéologique grave, à mille lieux de la gauche républicaine d’antan, avec laquelle nous pouvions avoir des désaccords, mais qui s’inscrivait pleinement dans le cadre de la République. Ce qu’il restait de la gauche républicaine a donc décidé de s’allier avec les Verts – dont Anne Hidalgo dit elle-même qu’ils ont « un problème avec la République » – et avec les Insoumis, malgré les délires complotistes récents de leur chef de file Jean-Luc Mélenchon. La gauche républicaine est morte, vive la gauche anti-républicaine ! Cette gauche de l’exacerbation des replis identitaires est un poison mortel pour la cohésion du pays. Quand la gauche et l’extrême-gauche fusionnent, la République se fissure.

»