Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

9101

miszaqq/iStockphoto

Réussissez cet entretien d’embauche !

Votre pied a franchi le pas de la porte, et vous êtes maintenant prêt(e) pour un entretien personnel. Que faites-vous ?

Félicitations ! La société de vos rêves a aimé votre curriculum vitæ ; maintenant vous êtes programmé(e) pour un entretien d’embauche. Prenez un moment pour savourer cela : dans le marché du travail précaire d’aujourd’hui, obtenir ne serait-ce qu’un entretien peut être une victoire. Cependant, vous n’êtes qu’à mi-chemin de votre voyage pour l’emploi. Arriver à l’étape suivante a beaucoup à faire avec votre performance pendant cet entretien.

Les demandeurs d’emploi comprennent souvent mal le processus d’un entretien d’embauche. Ce n’est pas un interrogatoire où l’employeur bombarde le candidat de questions pour évaluer ses réponses sous la pression, ou posent des questions terribles, hors propos pour vérifier l’acuité d’esprit critique et mentale du candidat. (Bien que je connaisse quelqu’un à qui l’on a demandé : « Si vous deviez visiter le zoo, quels seraient les deux premiers animaux que vous verriez ? ») Ce n’est même pas tout à fait dans le but de déterminer si vous seriez approprié(e) pour le poste offert.

Le processus de l’entretien ne devrait pas être une conversation à sens unique totalement contrôlée par celui, ou celle, qui vous reçoit. Considérez les choses plus comme une collaboration entre deux experts concernant le poste en question. Vous devez utiliser l’entretien pour exprimer pourquoi vous (étant l’expert dans le domaine où vous êtes) seriez le plus apte pour le poste. Dans ce sens, vous contrôlez presque autant l’entretien que la personne qui vous reçoit

Diriger avec succès ce processus exige de le démarrer longtemps avant que vous n’entriez dans la pièce, et il continue même après que vous ne partez. Il peut être divisé en trois parties—c’est la règle des trois « P » : 1) la préparation ; 2) la performance ; et 3) le post-entretien.

La préparation

Non seulement la préparation est la première étape, elle peut bien être la plus importante. Pourtant l’erreur la plus commune que j’ai remarquée quand je travaillais avec des candidats à l’entretien d’embauche, c’est leur négligence presque totale de cette étape.

Si on vous demandait de donner un discours public devant une audience de quelques douzaines de décideurs engageant pour des sociétés pour lesquelles vous aimeriez travailler—et pour lesquelles vous possédez une expertise de carrière—prépareriez-vous ce discours, ou simplement l’improviseriez-vous ? Sûrement, si vous voulez vraiment un emploi, vous le prépareriez—probablement profondément et en détail.

Il en est de même pour vos arguments de vente devant un ou deux employeurs lors de l’entretien d’embauche. Benjamin Franklin l’a succinctement souligné : « En manquant de vous préparer, vous vous préparez à échouer ». Préparez-vous donc, et préparez-vous dur. Voici quelques éléments spécifiques pour vous préparer à votre entretien.

Revoyez votre CV. Votre interlocuteur va baser la plupart de ses questions sur votre curriculum vitae, alors connaissez-le bien.

Trouvez tout ce que vous pouvez sur la société à laquelle vous faites une demande. Explorez le site Internet de la compagnie ; demandez des documents montrant les services ou les produits qu’offre l’entreprise ; discutez avec un ami qui y a travaillé ou y travaille. Quand vous achetez un article, vous voulez savoir ce que vous achetez. Trouver un emploi exige encore plus de recherche.

Pensez aux questions que vous voudriez poser à l’interlocuteur. Maintenant que vous avez fait la recherche, formuler des questions devrait être facile. Considérez le fait que l’on vous offre le poste immédiatement après l’entretien. Quelles questions poseriez-vous avant d’accepter ? Qu’avez-vous besoin de savoir sur l’emploi et la compagnie avant de commencer à travailler ? Mettez-les par écrit d’une manière organisée et apportez-les avec vous à l’entretien d’embauche. Voici quelques questions que vous pourriez vouloir poser :

  • Comment mesurez-vous la productivité de ce poste ?
  • Quels problèmes critiques exigent une attention immédiate à ce poste ?
  • Quels sont les paramètres d’autorité pour ce poste ?
  • Quels avantages seront offerts à l’employé(e) engagé(e) par la compagnie ?
  • À qui devrais-je rendre compte si je suis engagé(e) ?

Anticipez les questions que, selon vous, l’interlocuteur vous posera sans doute. Certaines questions habituelles sont :

  • Quelles sont, d’après vous, vos trois plus grandes faiblesses ?
  • Quelles sont, d’après vous, vos trois plus grandes forces ?
  • Pourquoi avez-vous demandé ce travail ? Pourquoi voulez-vous travailler pour cette compagnie ?
  • Qu’est-ce qui vous fait penser que vous pouvez exécuter ce travail efficacement ?
  •  Qu’est-ce qui vous met à part d’autres employés, dans votre domaine ?
  • À quoi vous attendez-vous comme salaire de début ?
  • Pourquoi quittez-vous votre poste actuel ?
  • Êtes-vous ponctuel(le) ?
  • Quels sont vos intérêts, vos loisirs favoris, vos talents non liés à votre travail ?
  • Si vos collègues devaient vous décrire en un mot, quel serait-il ?

Préparez votre apparence physique pour l’entretien. Que vos habits soient propres et votre aspect professionnel. Douchez-vous ; rasez-vous ; brossez-vous les dents ; soyez sûr(e) que vos vêtements soient nets, propres et repassés. Aussi, peu importe le travail que vous demandez, venez vêtu(e) d’une tenue d’affaires modeste. Ne mâchez pas de chewing-gum ; ne mettez pas trop d’eau de Cologne ou de parfum ; n’amenez pas vos enfants ; et n’amenez pas votre mobile. Ayez l’air professionnel. L’importance de ce point ne peut être exagérée. Les premières impressions sont énormes.

La performance

Après que vous vous êtes préparé(e) avec zèle, c’est le moment de mettre en pratique tous ces efforts pendant l’entretien d’embauche lui-même. Peut-être connaissez-vous le dicton selon lequel le succès, c’est 10 pour cent d’inspiration et 90 pour cent de sueur. Eh bien, c’est l’occasion pour vous de transpirer !

Partez pour l’entretien au moins 20 minutes plus tôt que le temps qu’il faudrait normalement pour y être. Il n’y a rien de pire que vous arriviez en retard pour un entretien d’embauche. Ces 20 minutes supplémentaires peuvent faire toute la différence quand il y a un trafic intense, des problèmes d’automobile ou quand vous vous êtes perdu(e). Vous pouvez toujours attendre dans le parking durant quelques minutes supplémentaires, en revoyant vos notes pour l’entretien.

Soyez heureu(x)se. Souriez. Soyez sincèrement chaleureu(x)se, positi(ve)f, et une source d’inspiration dans votre conduite, votre voix et vos paroles. Personne n’aime travailler avec une personne négative. J’insiste sur sincèrement chaleureu(x)se et heureu(x)se Ne jouez pas la comédie. Vous êtes enthousiaste et heureu(x)se de l’occasion d’être embauché(e) par la compagnie, n’est-ce pas ? Alors, soyez heureu(x)se !

Utilisez le nom de votre interlocuteur. Quand vous posez une question ou faites une réponse, adressez-vous de temps à autre à la personne par son nom comme vous le feriez pour un(e) ami(e). Bien, Jim, c’est que je pense ; ou, Karen, c’est ce que je ferais. N’en faites pas une utilisation excessive ; soyez naturel(le).

Soyez vous-même. Naturellement, vous serez probablement un peu nerveu(x)se. Cependant, rappelez- vous, alors que vous marchez dans le bureau de celui ou de celle qui peut vous embaucher, que vous êtes là parce qu’il (ou elle) vous a demandé de venir en tant qu’expert pour contribuer au succès de leur affaire. Il a senti, basé sur votre CV, que vous seriez un candidat remarquable pour l’emploi. Ayez confiance et sachez que vous avez vraiment quelque chose d’intéressant à offrir à la compagnie avec vos compétences, votre expérience et votre éthique du travail.

Écoutez. N’abordez pas l’entretien tout feu tout flamme comme John Wayne dans un bar avec de mauvais garçons. Permettez à l’interlocuteur de poser les questions, surtout au début. Soyez courtois(e) et vigilant(e). Écoutez attentivement chaque question et, après que l’interlocuteur vous donne la parole, répondez exactement à ce qui a été demandé. Néanmoins, sentez-vous vraiment libre d’ajouter vos idées personnelles, vos pensées et vos vues à tout moment. Autrement dit, soyez courtois(e), mais ne soyez pas un automate.

Vendez-vous. Le CV n’est que le premier pas dans la tentative de vous vendre à une compagnie. L’entretien est la deuxième et la plus importante partie. Oui, il est important d’écouter ; cependant, ne soyez pas trop timide pour vous vendre. Par exemple, quand on vous demandera ce que vous estimez pouvoir offrir à la compagnie, dites en détail, avec enthousiasme et confiance, ce que vous pouvez offrir. Expliquez les résultats que vous voudriez obtenir, et comment vous projetez exactement de vous y prendre. Trop souvent, les postulants ne sont pas prêts, et manifestent un manque d’enthousiasme, ont de la rigidité, un caractère sombre—et sont dans l’insécurité à leur propre sujet. Cela ne vous donnera pas le travail ! Vendez-vous avec le même dynamisme dont vous feriez preuve pour exécuter votre travail, si vous étiez embauché(e). Vous n’avez qu’une chance de vous vendre, alors faites qu’elle compte.

Le post-entretien

Cette étape finale et essentielle, est également trop souvent négligée. Le post-entretien—s’il est exécuté efficacement—peut laisser les impressions les plus durables et les plus positives sur l’employeur. Cela vous donne une chance bien meilleure d’obtenir l’emploi que vous cherchez.

Revoyez les raisons pour lesquelles vous avez demandé l’emploi, et déterminez si elles s’appliquent encore après avoir revu vos notes d’entretien. Si ce n’est pas le cas, envoyez une note à l’interlocuteur en expliquant cela.

Si vous estimez toujours que vous seriez grandement approprié(e) pour le poste, envoyer une note « de remerciement » à l’interlocuteur dans les 24 heures de votre entretien. Exprimez de la gratitude pour le temps de la personne, ses efforts et sa considération. Une note « de remerciement » est, également, une grande façon d’annoncer, à nouveau, pourquoi vous croyez que vous seriez le meilleur candidat pour l’emploi. Cela remet également votre nom, encore une fois, devant les décideurs.

Si vous n’avez pas été rappelé(e) par l’employeur dans la semaine qui suit l’entretien, téléphonez-lui. C’est une bonne action pour un certain nombre de raisons. D’abord, vous ne savez jamais si la compagnie a reçu votre note de remerciement et si elle vous a oublié(e). Cela vous donne une chance, à nouveau, de mettre votre nom au premier rang. Deuxièmement, en appelant vous avez une autre occasion d’exprimer, avec enthousiasme, votre intérêt pour le poste. Vous pouvez, également, enchaîner avec toutes questions supplémentaires que vous pourriez avoir concernant le poste ou toute idée que vous seriez à même de faire aboutir dans cet emploi. L’appel consécutif montre aussi votre persistance et votre sérieux pour l’obtention de l’emploi.

La prochaine fois que vous aurez un entretien d’embauche programmé, utilisez les trois « P » dans votre processus d’entretien : la préparation, la performance et le post-entretien. Souvenez-vous, vous êtes (ou devriez être, si vous faites une demande d’emploi) l’expert appelé à discuter du poste en question et à expliquer pourquoi vous êtes celui, ou celle, qui convient parfaitement. Ensuite, montrez votre désir sérieux du poste en établissant le contact de post-entretien. Appliquez avec diligence ces points, et votre passage, de l’entretien d’embauche au nouvel emploi, sera à deux pas !  

No Fr