Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Brooke cagle 170054 unsplash

Brooke Cagle/unsplash.com

Sauvez votre mariage!

Une belle vérité que l’industrie du divorce ne peut pas vous enseigner.

Le divorce est presque nouveau il est célébré comme l’est un mariage. Une petite, mais nouvelle, industrie bourgeonnante nous offre des cartes de vœux de divorce et des gâteaux—même des fêtes où de nouveaux divorcés peuvent communiquer avec des entraîneurs de vie, des planificateurs financiers et des agences de services de rencontres. C’est une attaque complète sur le stigmate de la rupture d’un mariage.

«Ouvrez un registre de divorce, lancez une réception de divorce (pourquoi pas?), prenez des vacances ou changez votre look!» dit un site Internet pour les divorcés. Liste de divorce? C’est ça! Des rayons de magasins—y compris une des plus grandes chaînes de détail de Grande-Bretagne—encouragent les nouvellement déliés à s’inscrire et à solliciter des cadeaux comme les couples se préparant à se marier.

Tous ces colifichets sont un effort pour mettre du rouge à lèvres sur la vilaine vérité: savoir que le divorce est un échec. Chacun se marie avec cet espoir: «jusqu’à ce que la mort nous sépare»! Mais souvent, alors que les réalités de la vie empiètent, l’égoïsme s’impose. Un ou les deux partenaires deviennent peu disposés à fournir les efforts requis pour surmonter les obstacles et rendre la relation plus forte. Ils perdent confiance; ils commencent à mettre en place un cordon de sécurité autour de leur cœur. Généralement, chaque époux pense que le problème est surtout avec l’autre. Souvent, ils commencent à croire que le bonheur conjugal serait le leur s’ils pouvaient seulement trouver quelqu’un de plus compatible.

Pas étonnant, alors, qu’un nombre grandissant de gens qui se déchirent aient les oreilles ouvertes à des vendeurs avides les encourageant: Faites une réception—vous le méritez! Ne vous inquiétez pas—votre véritable âme-sœur attend.

En réalité, la plupart des mariages échouent non à cause d’un manque de compatibilité, mais grandement à cause de l’ignorance de ce que le mariage est vraiment, et comment il doit fonctionner.

Ce que cela signifie, c’est que ces mariages ne doivent pas échouer. L’ignorance peut trouver son remède dans la bonne éducation, et dans l’application de la bonne connaissance.

Qu’attendez-vous de votre mariage?

La vérité fondamentale dont nous sommes tous pratiquement ignorants, au moins à un certain degré, c’est à quel point nous sommes profondément égoïstes. Et l’égoïsme est toxique pour un mariage.

La nature humaine a tendance à se concentrer sur ce que nous pouvons recevoir de l’autre personne. L’attraction romantique qui unit la plupart des couples est essentiellement une émotion orientée vers soi. Un individu «éperdument amoureux» peut facilement se convaincre qu’il a subitement un désir profond, pur, complètement altruiste pour rien d’autre que le bonheur de l’autre personne. Pourtant, en réalité, l’amour réel n’est même pas possible sans un degré de maturité. L’amour mature commence lentement et grandit. Le désir se fait souvent passer pour de l’amour, mais il est nul pour maintenir la ruse pendant longtemps.

Une relation basée sur le prendre est destinée à souffrir, voire à se fracturer. Dès qu’un partenaire estime que ses besoins ne sont pas adéquatement assouvis, il montrera généralement son mécontentement en donnant un peu moins de lui en échange. Un cycle négatif commence.

«Il n’y a, en général, que deux modes fondamentaux de vie—deux philosophies divergentes», a écrit Herbert W. Armstrong dans son livre La dimension manquante dans la sexualité. «Ces deux modes de vie vont dans des directions opposées. Je les expose très simplement: l’un est la voie de donner—l’autre est celle de prendre.»

Le mariage est fondamentalement une relation du don. Il est réussi—même au point d’être spectaculaire—dans la mesure où le mari et la femme comprennent les besoins de leur conjoint, et ensuite mettent l’assouvissement de ces besoins en priorité, au-dessus des leurs.

De ces deux modes de vie qui s’opposent, M. Armstrong dit encore: «Plus spécifiquement, l’un est la voie de l’amour, de l’humilité et de la sollicitude vis-à-vis des autres autant que vis-à-vis de soi-même. C’est la voie de la coopération, du service, de l’aide, du partage; de la considération, de la patience et de la gentillesse. Ce qui est plus important, c’est aussi la voie de l’obéissance, de la confiance et de l’adoration uniquement envers Dieu. C’est la voie, centrée sur Dieu, relative à l’amour envers Dieu et envers le prochain.

«L’opposé, c’est la voie égocentrique de la vanité, du désir et de l’avarice; de la concurrence et du conflit; de l’envie, de la jalousie et de l’insouciance à l’égard du bien-être des autres». Plus cet égocentrisme occupera un mariage, plus il en résultera de frictions, de blessures, de confiance brisée.

Il y a une raison à cela! M. Armstrong l’a expliqué: «Peu de gens comprennent ce fait essentiel: la voie de ‘donner’ est en fait une loi spirituelle en action, une loi invisible mais néanmoins inexorable. Elle est résumée, en principe, par les Dix Commandements.

«C’est une loi aussi réelle, aussi inflexiblement impitoyable, que la loi de la gravité! Elle gouverne et régule toutes les relations humaines!»

Oui!—le Dieu même qui a créé l’univers et toutes les lois physiques gouvernant la matière avec précision, a mis aussi en mouvement une loi spirituelle gouvernant les relations humaines. Chaque soupçon de conflit dans un mariage, chaque particule de découragement ou de frustration, chaque petite tache de tristesse ou de douleur dans cette relation, est la conséquence du viol de cette loi spirituelle.

Comment affermir un mariage

Le véritable amour n’est jamais «intéressé» (1 Corinthiens 13:5). C’est un point crucial qui distingue le véritable amour de l’amour qui est fondamentalement intéressé. «L’amour» intéressé vous fait vous retenir quand vous estimez que votre époux «ne le mérite pas». Cela signifie que vous ne vous disposez pas à surmonter des habitudes agaçantes; vous savez qu’elles ennuient votre conjoint, mais vous n’avez simplement pas envie de changer. Cela signifie que vous permettez aux petits intérêts personnels de consommer le temps que votre conjoint serait exalté de vous voir consacrer à la famille. Il y a peut-être des centaines de petites et de grandes façons que notre amour de soi peut se manifester dans notre mariage.

La société a tendance, aujourd’hui, à exalter l’amour de soi comme la plus haute vertu. Elle essaie de nous convaincre que nous avons tous un droit naturel de nous mettre en premier. Les Écritures révèlent que c’est la voie du prendre. Elle est contraire à la loi spirituelle de Dieu, qui est le véritable amour. Bien que nous ne voulions probablement pas l’admettre, l’amour de soi ne nous rend pas heureux—il crée, en fait, de la tension, de l’offense, des blessures et du chagrin dans notre mariage et en nous-mêmes.

L’amour de Dieu est toujours, toujours débordant. Il n’attend pas que l’autre type commence à agir généreusement avant de lui rendre la réciproque avec altruisme. Jésus-Christ est mort pour nous alors que nous étions encore des pécheurs.

Le principe consistant à toujours s’efforcer de mettre les besoins de votre conjoint au-dessus des vôtres est fondamental pour la réalisation d’un mariage qui soit ferme. Si chacun d’entre vous regarde l’autre davantage, et au-dessus de soi-même, alors il y aura abondance d’entrecroisements pour garantir que les besoins de votre conjoint et les vôtres soient amplement satisfaits. C’est cela le véritable amour! Ce n’est pas: «Je te donnerai ceci si tu me donnes cela». Il n’est jamais intéressé. Il est sans condition.

C’est une leçon difficile à apprendre. C’est pourquoi la relation du mariage convient de façon unique pour l’enseigner. Puisqu’il commence avec chaque conjoint prenant un engagement de toute une vie, un couple doit trouver une façon de coller ensemble à travers n’importe quelle épreuve que la vie peut présenter, et en sortir plus fort.

Un commandement simple—et difficile

Un des premiers ordres bibliques concernant le mariage se trouve dans Genèse 2:24: «C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair». Que veut dire Dieu quand Il commande à un mari et à une femme de s’attacher l’un à l’autre? Le mot hébreu est dabaq, qui veut dire s’accrocher ou adhérer, ou attraper par poursuite. Ailleurs dans la Bible, il est traduit demeurer solide, suivre de près, être attaché, poursuivre assidûment et coller.

Quelle instruction pratique sur la manière d’aimer! Au beau milieu du vacarme de la vie, s’attacher activement à son conjoint amoureux n’arrive pas par hasard. Les enfants, le travail, les amis, les travaux de routine, les courses, les factures, les distractions, les obligations spirituelles—tant de préoccupations font concurrence à votre attention! L’ordre selon lequel il faut s’attacher exige que vous structuriez vos priorités afin de vous poursuivre régulièrement, et activement, l’un l’autre!

Dieu ordonne que vous deveniez «une chair»—non pas seulement sur le plan sexuel, mais sur tous les plans. Il insiste sur le fait que vous construisiez l’unité en partageant vos pensées, vos attitudes, vos émotions, votre corps et les choses physiques de la vie. Pourquoi? Parce que c’est ainsi que vous vous exercerez, et grandirez dans le véritable amour fervent.

L’ordre de s’attacher est assez simple—mais il exige un effort réel pour obéir en esprit. Vous devez y consacrer un temps véritable. Partagez votre vie! Lisez ensemble, écoutez de la musique ensemble, faites des promenades ensemble, parlez ensemble, étudiez la Bible ensemble, faites des choses ensemble. Ranimez les flammes de la romance qui vous a unis. Courtisez-vous l’un l’autre! Prenez une baby-sitter pour vos enfants et sortez en rendez-vous, et pas trop rarement! Faites de courts voyages seuls—peut-être de deux ou trois jours, deux ou trois fois par an.

Comment va votre communication? Vous devriez avoir davantage de quoi parler ensemble tout au long de votre mariage. Si vous faites de vigoureux efforts pour aimer et vous attacher, alors vos intérêts communs et votre capacité à vous attacher grandiront avec le temps. Vous vous sentirez proches émotionnellement, et votre compréhension et votre affection partagées feront de votre mariage une joie.

Pour certains mariages, une montagne d’efforts réciproques est requise pour rétablir la relation là où elle devrait être. Si l’idée de s’aimer l’un l’autre de cette manière semble écrasante, c’est une bonne indication que vous et votre conjoint devriez tirer profit de conseils spirituels.

Jusqu’à ce que la mort nous sépare

Dieu a créé l’institution du mariage comme le noyau de la famille. Il avait une raison transcendante pour cela mais, en termes très pratiques, le fait est que cette institution fournit un terrain d’entraînement quotidien pour apprendre comment appliquer la loi spirituelle consistant à donner—ce qui est l’amour réel.

Un mariage sera ferme pour autant que le mari et la femme poursuivent ce but. Il sera harmonieux et heureux, récompensant et riche, dans la mesure où chaque conjoint chasse l’amour de soi, et le remplace par le véritable amour. L’amour réel et mature devient alors plus fort à travers les épreuves—et plus doux avec l’âge.

C’est une leçon qui a besoin de la sécurité d’un engagement tel que «jusqu’à ce que la mort nous sépare», de façon à devenir manifeste. C’est l’instruction que le divorce nous vole. Ceux qui brisent cet engagement, et célèbrent cela, ne savent pas vraiment ce qu’ils ratent. 

Tb Ad Fr