Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

52a43ftem1 file

La Trompette

Tu ne déroberas point

Le vol est le péché «acceptable». Pourriez-vous être un voleur? Voici comment vous pouvez empêcher ce péché d’entrer dans votre vie.

Le roi David, un homme qui aimait Dieu profondément, a écrit: «La loi de l’Éternel est parfaite, elle restaure l’âme». (Psaumes 19:8). Le mot restaure porte ici la signification imagée d’un retour à un point de départ originel. Ce mot contient l’idée forte que l’on se détourne d’une vie de péché pour vivre à la manière de Dieu. C’est évidemment le thème des Dix commandements. Dieu nous a donné ces lois incroyables et parfaites pour que nous puissions faire changer de direction à notre vie.

Jusqu’à présent, notre série nous a fait apprendre qu’en donnant les quatre premiers commandements, Dieu place la plus grande importance sur notre relation avec Lui. Dans les trois commandements suivants, Dieu enseigne comment protéger les autres relations les plus importantes: parent et enfant, mari et femme, avec notre prochain—qui représente les membres de l’espèce humaine au sens large. Bien plus encore, nous devons non seulement placer une grande valeur sur nos relations, mais aussi protéger la santé et la sécurité de chaque vie humaine! L’obéissance aux lois de Dieu est le seul vrai chemin qui mène à la paix, au bonheur et à une vie d’une abondance merveilleuse.

Le huitième Commandement

Avec le huitième Commandement, Dieu protège le droit de tous les êtres humains à posséder des biens. Du point le plus élevé sur Sinaï, Dieu a tonné à Israël: «Tu ne déroberas point» (Exode 20:15). Peu de gens s’arrêtent, ne serait-ce que pour envisager ce commandement dans notre monde du 21ème siècle. Cependant toutes les nations de la Terre sont infectées par une épidémie de vol.

Il y a les vols évidents: vols à la tire, vol à main armée, vol de voiture et vol à l’étalage. Les nations vont en guerre pour voler ce qui appartient à une autre nation. Mais il existe une sorte de vol qui menace encore plus: le crime des cols blancs. Admettez que ce n’est pas seulement un problème dans le monde de l’entreprise en Amérique. L’avidité des équipes de direction à Enron et dans d’autres sociétés reflète seulement le sommet de l’iceberg; beaucoup d’employés qui dirigent un doigt accusateur vers les chefs d’entreprise ne pensent rien du fait de voler leurs employeurs. En fait, le crime de col blanc s’est infiltré à chaque niveau de notre société.

Le «National White Collar Crime Center» (Centre national de lutte contre la criminalité des cadres) a annoncé qu’en 2000 un ménage américain sur trois était victime de crime des cadres. Ces statistiques devraient nous choquer. Cependant, le problème est bien plus grave. La police estime que seuls 41% des faits sont enregistrés. Cela signifie qu’il y a moins de la moitié de tous les crimes des cols blancs à être jamais jugée.

Les vols commis par des cadres se produisent sous des formes différentes. La plupart des gens sont bien conscients des procédés de la télévente, de la publicité mensongère et des prix gonflés. Nous souffrons d’une nouvelle vague de crime de cadres. L’ordinateur et les avancées de l’Internet ont ouvert la porte aux crimes de haute technologie. Les gens se retrouvent avec leur identité et leur numéro de carte de crédit volés. D’autres ont leurs comptes courants et des comptes d’épargne vidés. Les autorités se ruent pour développer des nouveaux outils légaux pour régler ce problème hors de contrôle. Cependant nous ne devrions pas écrire de nouvelles lois pour les régler. Il y a déjà une loi écrite du doigt de Dieu (Exode 31:18). C’est une loi très simple: Tu ne déroberas point!

Nous devons nous rendre compte que la majorité des gens dans ce monde vole quelqu’un. Comment? Peu de personnes remettent en question l’attitude qui consiste à prendre le meilleur que quelqu’un possède. C’est du vol!

Dans son livre La Culture de la triche, David Callahan a écrit: «La triche est partout. Par triche, j’entends le fait de violer les règles pour aller plus haut dans le domaine universitaire, professionnel ou financier. Une partie de cette tricherie implique la violation de la loi; l’autre partie ne l’implique pas. D’un côté ou de l’autre, elle est pratiquée par des gens qui, d’une manière générale, se considèrent comme des membres droits de la société. À maintes reprises, les Américains, qui ne voleraient même pas un paquet de chewing-gum, commettent des crimes au moment de payer les impôts, trahissent la confiance de leurs patients, induisent en erreur les investisseurs, arnaquent leur société d’assurance ou mentent à leurs clients.»

Rappelez-vous, tout péché commence dans l’esprit par de mauvaises pensées. Le problème du vol dans notre société montre à quel point nos pensées sont mauvaises. La plupart des gens justifient leur vol en disant: Tout le monde le fait. Cela ne fera jamais du vol quelque chose de correct! Si tout le monde voulait mesurer honnêtement ses actes face au huitième Commandement, et changeait ensuite, imaginez la révolution dans notre monde moderne! Une prospérité abondante éclaterait sur chaque continent. Comprenons ce commandement important.

Le droit à la propriété donné par Dieu

Il y a un côté très positif dans le commandement. Selon la Parole de Dieu et Sa loi, chaque être humain a le droit à la propriété. L’apôtre Jean a clairement indiqué les désirs de Dieu quant à notre prospérité et notre bien-être personnels. Il a écrit: «Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme» (3 Jean 2). Dieu n’a aucunement le désir qu’un être humain vive dans la pauvreté et la misère. En fait, Dieu désire que nous ayons les nombreuses bonnes choses de la vie, tant que nous ne mettons aucune d’entre elles avant Lui. C’est une connaissance merveilleuse. Le commandement enseigne aussi que chaque être humain a le devoir de protéger le bien d’autrui. Comment? En ne volant pas ce qu’un autre possède.

Ce commandement montre qu’il y a deux voies justes par lesquelles vous pouvez entrer en possession de quoi que ce soit. La première, c’est en recevant un don d’une autre personne, y compris de Dieu. La deuxième, c’est en travaillant honnêtement-en gagnant quelque chose comme un juste retour. Paul a enseigné ce principe biblique facile à comprendre. Il a écrit aux Éphésiens: «Que celui qui dérobait ne dérobe plus; mais plutôt qu’il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin» (Éphésiens 4:28). Dieu considère que c’est voler si vous obtenez un bien d’une autre manière.

Selon ce principe, toutes les formes de hasard, dans le jeu ou dans les affaires, sont un péché contre le huitième Commandement. Pourquoi? S’adonner aux jeux de hasard, c’est un effort pour obtenir de l’argent ou des biens sans travail honnête. S’adonner aux jeux de hasard, c’est simplement voler—prendre quelque chose qui appartient à quelqu’un d’autre. Outre les jeux comme les cartes ou les dés pour de l’argent, ces jeux de hasard incluent les loteries et les sweepstakes. Ces activités engendrent une soif insatiable de posséder sans avoir travaillé en ce sens. Les loteries soutenues par le gouvernement offrent souvent plusieurs millions de dollars à ses citoyens. Cependant, ce sont les pauvres et les plus désavantagés qui sont le plus touchés par les effets négatifs des loteries. Beaucoup dépensent l’argent nécessaire pour se nourrir et s’habiller dans des tickets de loto qui, considérant l’incroyable nombre de probabilités, ne donnent jamais la vie de bien-être désirée.

Paul a averti le jeune évangéliste Timothée: «Car l’amour de l’argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments» (1 Timothée 6:10). Paul parle de l’avarice—l’avidité du gain. Cette sorte de mentalité attire d’autres maux. Nous ne devrions donc pas être étonnés d’apprendre que les plus grands casinos et les plus grands centres de jeu attirent le milieu de la prostitution, du trafic de drogue et de la criminalité organisée. Où est le vrai bonheur dans ces genres de styles de vie? Il n’y en a aucun—seulement misère sur misère.

Des poids et des mesures justes

Menez une réflexion profonde sur la politique actuelle des affaires et de l’économie. Nous avons construit des systèmes qui prospèrent sur le vol. Dieu a averti la nation d’Israël ainsi: «Vous ne commettrez point d’iniquité ni dans les jugements, ni dans les mesures de dimension, ni dans les poids, ni dans les mesures de capacité. Vous aurez des balances justes, des poids justes, des épha justes et des hin justes. Je suis l’Éternel, votre Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d’Égypte» (Lévitique 19:35-36). Dieu voulait que Son peuple soit juste dans les affaires. Israël devait avoir une économie exemplaire—un exemple à suivre pour le monde entier.

Cependant, que trouvons-nous dans nos nations aujourd’hui? Nous subissons les conséquences de pratiques dans les affaires qui sont totalement à l’opposé des poids et des mesures justes. Par principe, les grandes industries et les commerces indépendants utilisent des poids et des mesures injustes. Il n’y a pas assez de place dans cet article pour couvrir tous les types de vol dans notre pratique des affaires. Voyons-en quelques exemples.

Les fabricants utilisent la publicité mensongère—avançant des affirmations trompeuses—pour inciter les acheteurs à faire des achats inutiles. Il y a des centaines de publicités qui promettent aux consommateurs qu’une nouvelle pilule fera miraculeusement perdre du poids, gagner du poids, repousser les cheveux ou accroître les performances sexuelles, pour n’en citer que quelques-unes. Dans de nombreux cas, ces publicités contiennent des mensonges délibérés. D’autres publicités agressives offrent des équipements de sport, des appareils électroménagers ou d’autres produits qui servent à réduire les efforts qui ne fonctionnent pas ou sont fabriqués avec des matériaux de mauvaise qualité. De telles pratiques volent littéralement les consommateurs.

Les grands fabricants d’articles nécessaires comme les automobiles, les meubles, les maisons et l’habillement, utilisent des matériaux de qualité inférieure pour fabriquer leurs produits, cependant ils appliquent un prix bien plus élevé que la valeur réelle du produit. C’est du vol. En plus de nuire aux consommateurs, la mauvaise qualité d’une majorité des produits manufacturés provoque aussi une diminution des exportations.

Une des industries modernes les plus coupables de vol manifeste est l’industrie alimentaire. Recherchant toujours plus le profit, les pratiques modernes de production et d’emballage des produits alimentaires privent les consommateurs de toute valeur nutritive réelle. Les méthodes agricoles actuelles—utilisant les engrais chimiques et les pesticides—non seulement détruisent le sol précieux, mais empoisonnent nos produits alimentaires. De plus, les produits alimentaires sont si fortement traités que les vitamines et les minéraux essentiels à la vie, que Dieu a créés pour qu’ils y soient, sont éliminés. Quels sont les résultats? Alors que les entreprises de l’industrie alimentaire remplissent leurs comptes en banque, les gens souffrent de mauvaise santé. Les professionnels honnêtes de la santé savent que la plupart de nos maladies médicales sont le résultat direct de notre mauvaise alimentation. Certes, l’ignorance individuelle, quant à la bonne alimentation et à l’exercice, est très répandue dans notre société. Néanmoins, l’industrie alimentaire a sa partie de responsabilité dans la santé déclinante dans nos nations. Priver sciemment les consommateurs de leur santé est l’un des vols les plus graves.

Les institutions bancaires, de crédit et de prêt sont coupables d’appliquer des taux d’intérêt excessifs pour de nombreuses personnes déjà aux prises avec de sérieux problèmes financiers. Voici un exemple basique: quelques sociétés de cartes de crédit font la publicité d’un transfert du solde du crédit sur une carte à taux d’intérêt réduit comme la solution pour ceux qui souffrent d’un problème de solde du crédit aux taux d’intérêts élevés. Cependant, certains plans ne font qu’empirer les problèmes. Il est bien connu que si vous déplacez les soldes vers une carte, alors que vous avez déjà un solde à taux élevé, la société de crédit remboursera le solde à taux réduit en premier. Cela signifie que le taux le plus élevé sur le solde restant ne cessera de grimper. C’est l’agression par la carte plastique!

Travail honnête, salaire honnête

Dans les précédents articles nous avons indiqué que le but de Dieu, dans la vie humaine, c’est de bâtir Son propre caractère dans tous ceux qui le désirent. Dieu n’imposera Son but à personne. Nous devons choisir la voie de Dieu. Jésus-Christ l’a enseigné simplement à Ses disciples: «Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait» (Matthieu 5:48). Nous devons vivre notre vie tout comme Dieu vit la sienne. Dieu ne mène pas une vie de paresse. Il est un Dieu travailleur. Le Christ a dit aussi: «Mon Père œuvre jusqu’à présent; moi aussi, j’œuvre» (Jean 5:17, version King James). Dieu travaille. Jésus-Christ est venu à cette Terre, et a fait l’œuvre de Son Père. Tous les deux travaillent toujours aujourd’hui. Nous devons faire de même.

Il y a un avertissement sérieux ici tant pour la gestion que pour le travail.

Les employeurs ne devraient pas voler leurs employés qui font du bon travail. Jésus-Christ a enseigné: «Car l’ouvrier mérite son salaire» (Luc 10:7). Cependant c’est un problème courant dans notre monde du travail. Certaines entreprises exigent même que les employés travaillent dans des conditions déplorables. L’apôtre Jacques a donné des avertissements: «Voici, le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs, et dont vous les avez frustrés, crie, et les cris des moissonneurs sont parvenus jusqu’aux oreilles du Seigneur des armées.» (Jacques 5:4). Dieu exige que des employeurs donnent le salaire quotidien honnête pour le travail quotidien honnête. Reconnaissez que Dieu entend les cris d’ouvriers volés.

D’une manière similaire, Dieu attend des manœuvres qu’ils donnent le plein effort d’une journée pour leurs salaires. C’est là où les syndicats violent la loi de Dieu. Beaucoup d’employés volent leurs employeurs quand leurs syndicats patronnent des grèves du zèle du travail ou d’autres natures. Quelques individus efficaces et travailleurs sont réprimés ou frappés d’ostracisme par leurs collègues membres de syndicats parce qu’ils travaillent trop rapidement.

Voici le principe: prendre un salaire sans donner le plein effort, c’est voler. C’est un fait généralement admis que, en moyenne, les employés sont productifs pendant seulement six heures dans un jour de travail de huit heures. Quelques employés vivent pour la pause du matin, la pause d’après-midi, la pause-café ou la pause cigarette. Nous devrions être plus passionnés par notre travail que par nos pauses. Beaucoup de pays moins privilégiés travaillent à présent plus que l’Amérique ou la Grande-Bretagne, par exemple. Nos économies payent un lourd prix pour notre paresse nationale.

Beaucoup d’employés ne réfléchissent même pas à deux fois quand il s’agit de voler leurs employeurs. Bien que seulement quelques-uns puissent envisager le détournement de millions de dollars, des milliers prennent des fournitures de bureau, du matériel, du café, de la nourriture, des produits de nettoyage, et du papier toilette de leur lieu de travail. Quelques employés dirigent même des affaires personnelles depuis leur lieu de travail, utilisant des équipements comme l’ordinateur et le téléphone—pendant qu’ils sont dans leurs heures de travails rémunérées. C’est franchement du vol.

Voler Dieu

Voler d’autres personnes n’est pas le seul point concerné par ce huitième Commandement. Parce que Dieu n’est pas réel pour la plupart des gens, les gens n’arrivent pas à Le voir comme un propriétaire. Le Prophète Aggée transcrit les propres paroles de Dieu: «L’argent est à moi, et l’or est à moi, dit l’Éternel des armées» (Aggée 2:8). Est-ce que vous volez Dieu? Ne soyez pas trop sûr que vous ne le faites pas.

Dans Malachie 3, s’adressant à l’Israël moderne (les États-unis, la Grande-Bretagne et la petite nation d’Israël), Dieu déclare: «Un homme vole-t-il Dieu? Cependant vous m’avez volé, et vous dites: En quoi t’avons-nous volé? Dans les dîmes et les offrandes» (Malachie 3:8). Peu de personnes religieuses obéissent au système de dîme de Dieu, établi au fil des pages de la Bible. Une dîme est simplement un dixième de son revenu. Paul montre que le ministère qui fait vraiment l’œuvre de Dieu a le droit de recevoir la dîme de Dieu (Hébreux 7:5).

Dieu continue: «Vous êtes frappés par la malédiction, car vous m’avez volé, la nation tout entière!» (Malachie 3:9). Une leçon fondamentale que toutes les nations doivent apprendre, c’est que Dieu possède l’univers et la Terre. Dieu a placé dans la matière de la Terre, des matériaux et des énergies—les moyens même de produire des richesses. Dieu partage Ses biens avec tous les hommes. En fait, Il donne à tous les hommes le pouvoir d’obtenir des richesses (Deutéronome 8:18). Il attend de nous que nous Lui rendions quelque chose, un dixième! Pour plus d’information sur le système de la dîme de Dieu, veuillez nous écrire pour demander les tirés à part «L’homme qui ne pouvait pas se permettre de payer la dîme» et «La fin de vos soucis financiers».

Pourquoi Dieu exige-t-Il cela des hommes? La réponse est étonnante. Dieu a fait cette promesse: «Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison; mettez-moi de la sorte à l’épreuve, dit l’Éternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance» (Malachie 3:10). Dieu nous demande un dixième pour remplir Sa maison, ou son œuvre. Pourquoi? Parce qu’Il veut nous bénir d’avantage.

Vivre par le système de la dîme de Dieu est une façon de vivre bénie. Dans notre monde moderne, c’est un défi, mais le résultat est toujours vraiment miraculeux. Dieu dit qu’Il vous bénira quand vous commencez à payer la dîme comme Il l’ordonne. Il tient toujours Sa parole. Il garde toujours une promesse. Il existe des milliers de cas qui prouvent que Dieu tient Sa parole. Dieu bénit ceux qui Lui obéissent - même d’une manière financière. Il se peut que la bénédiction matérielle ne soit pas immédiate. Dieu attend de nous que nous Lui obéissions, Lui fassions confiance et ayons foi en Lui. Le grand Dieu fera Sa part.

Comme un Père aimant, Dieu protège même des maux financiers ceux qui Lui sont fidèles. Il dit: «Pour vous je menacerai celui qui dévore, et il ne vous détruira pas les fruits de la terre, et la vigne ne sera pas stérile dans vos campagnes, dit l’Éternel des armées. Toutes les nations vous diront heureux, car vous serez un pays de délices, dit l’Éternel des armées» (versets 11-12). Ces promesses sont certaines. Bien que nos nations abandonnent Dieu au niveau national—nous subissons des malédictions dans notre météo et dans notre économie—Dieu bénira toujours des individus. Êtes-vous prêt à relever le défi?

Vivre la voie de donner

Il est temps pour tous les peuples de considérer ce commandement sérieusement. Notre vie éternelle dépend de la manière dont nous obéissons aux paroles de Dieu: «Tu ne déroberas point». Paul a clairement compris et enseigné cela. Il a écrit: «Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu» (1 Corinthiens 6:9-10). Aucun voleur n’entrera dans le Royaume de Dieu. Nous avons décrit pour vous certaines des façons dont les hommes violent cette loi. C’est à vous de faire davantage d’examen personnel.

Pendant que nous nous examinons, nous ne devons pas échouer à comprendre le côté positif de ce commandement. Le vol est clairement condamné. Cependant, nous devons en arriver à voir que travailler et donner représentent la manière positive de vivre. Il n’y a certainement rien mal à acquérir de la propriété et des biens par un travail honnête. Cependant, la propriété et les biens ne devraient pas être gagnés surtout pour satisfaire des désirs personnels. Dieu veut que nous apprenions à partager notre superflu avec les autres en donnant.

L’esprit du huitième Commandement montre que nous pourrions voler quelqu’un d’autre en ne travaillant pas ou en ne donnant pas à quelqu’un dans le besoin. Bien sûr, le besoin le plus grand, de la plupart des personnes dans ce monde, aujourd’hui, c’est de recevoir la vérité précieuse de Dieu. La prophétie de la Bible montre que, pendant que les temps deviennent dangereusement plus mauvais, la vérité sera la seule chose qui délivrera les gens des catastrophes naturelles, des plaies, des violences et des guerres à venir. Si vous souhaitez en savoir plus sur la manière dont vous pouvez soutenir cette grande œuvre de Dieu, écrivez à l’adresse au dos de ce magazine.

Paul a enseigné au ministère à Éphèse: «Je vous ai montré de toutes manières que c’est en travaillant ainsi qu’il faut soutenir les faibles, et se rappeler les paroles du Seigneur Jésus, qui a dit: Il y a plus de bénédiction à donner qu’à recevoir» (Actes 20:35). Travailler honnêtement, et vivre selon la voie qui consiste à donner, accomplit l’esprit du huitième Commandement. Dieu déverse des bénédictions incroyables sur ceux qui donnent comme Lui. Dieu est l’exemple parfait du mode de vie qui consiste à donner. Jacques nous dit: «Toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation» (Jacques 1:17). La nature même de Dieu se concentre sur le fait de travailler, de produire et de donner. Dieu ne volerait jamais un autre être, de quelque manière que ce soit. Si nous désirons vraiment la vie éternelle, nous devons apprendre à être semblables. Travaillons dur pour obéir au commandement qui dit: Tu ne déroberas point. 

Tb Ad Fr