Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

King david on his palace balcony looking south

PT/BALAGE BALOUGH/ARCHAEOLOGY ILLUSTRATED

Un palais digne d’un roi

Réimprimé de La Trompette philadelphienne, octobre-novembre 2013

Les critiques ont longtemps prétendu que la Bible est une source incertaine en matière d’histoire. Qu’elle est remplie d’exagération, de légendes et de fables, enflant l’importance du passé d’Israël.

Une source particulière de dédain, ce sont les descriptions extraordinaires de l’âge d’or de la monarchie d’Israël, des règnes du roi David et du roi Salomon. Les historiens révisionnistes prétendent que le récit exagère l’importance de leur autorité.

En 2005, cependant, lors de ce que beaucoup d’archéologues ont appelé « la découverte du siècle », quelque chose a été déterrée, et a apportée une créance fraîche au récit scripturaire. Et de façon assez intrigante, c’était un respect pour la Bible qui a précipité la découverte.

Ce que dit la Bible

Le roi David était ce guerrier-poète du dixième siècle av. J.-C. et le tueur de Goliath, dont la Bible dit qu’il a consolidé et étendu l’ancien royaume israélite en une puissance régionale. Vers 1000 av. J.-C., le roi David a conquis Jérusalem et en a fait sa capitale.

Le récit biblique de cette conquête est remarquable. Avant que David n’y établisse la capitale d’Israël, Jérusalem était une forteresse jébuséenne (Josué 15 : 8). David a régné pendant sept ans à Hébron avant d’attaquer cette forteresse ennemie au cœur du territoire d’Israël. Les Jébusiens étaient tellement sûrs de pouvoir se défendre contre l’attaque de David qu’ils ont raillé le jeune roi—se vantant que même les aveugles et les boiteux pourraient défendre la ville (2 Samuel 5 : 6). David offrait en récompense le commandement de l’armée à quiconque s’emparerait de la forteresse. Joab a saisi l’occasion. Il a mené une attaque furtive en montant dans la ville fortifiée par un conduit d’eau, aboutissant à sa capture (versets 7-8 ; article, page 12).

Le récit continue : « David s’établit dans la forteresse, qu’il appela la cité de David. Il fit de tous côtés des constructions, en dehors et en dedans de Millo. David devenait de plus en plus grand, et l’Éternel, le Dieu des armées, était avec lui » (versets 9-10). Ainsi le royaume d’Israël, sous le règne de David, est devenu une puissance régionale, selon la Bible.

À ce point, les Écritures décrivent la construction du palais de David—par des ouvriers envoyés par le roi phénicien de Tyr, en geste d’amitié (verset 11).

Un autre détail valant la peine d’être noté dans le passage se trouve au verset 17 : « Les Philistins apprirent qu’on avait oint David pour roi sur Israël, et ils montèrent tous à sa recherche. David, qui en fut informé, descendit à la forteresse ». Ce verset en particulier a eu un profond impact sur Eilat Mazar de l’Université hébraïque.

‘Une maison fantastique’

« D’où David descendait-il ? », s’est demandée le Dr Mazar, avec 2 Samuel 5 : 17 en mémoire. Elle a déduit qu’il a dû descendre de son palais—qui était situé au sommet de la colline, à l’extérieur de la ville jébuséenne originale.

Beaucoup d’archéologues avaient supposé que le palais de David était localisé dans la ville emmurée. Mais pourquoi le roi d’Israël aurait-il construit son palais royal à l’intérieur de la muraille étroite de la vieille forteresse jébuséenne, s’est demandé Eilat Mazar. La vieille ville ne faisait qu’environ 9,5 acres carrés. Se reposant sur l’histoire enregistrée dans 2 Samuel, cependant, l’emplacement du palais au nord avait du sens : une fois que David a entendu parler de l’approche des Philistins, il a quitté son palais, au sommet du mont Sion, et « est descendu » à la forteresse, ou est entré dans la ville emmurée.

Avec, en mémoire, cette théorie basée sur la Bible, le Dr Mazar a commencé à creuser immédiatement au nord de la cité de David, bien au sommet du mont Sion. Et après seulement une saison de fouilles, elle a découvert un mur massif—jusqu’à trois mètres de largeur à certains endroits, et s’étendant sur une longueur de trente mètres, d’est en ouest.

Sous les murs, Eilat Mazar a d’abord trouvé des poteries du onzième siècle av. J.-C. Ensuite, à l’intérieur d’une pièce datant de la fin du onzième siècle av. J.-C., son équipe a localisé des poteries du dixième siècle—remontant à l’époque du roi David, et sans autres objets d’une autre période.

La saison suivante de fouilles, le Dr Mazar a étendu le site de fouilles, découvrant un beaucoup plus grand mur de plus de 4,8 mètres de largeur, témoignant de l’importance et de la splendeur de la construction. Comme elle l’a dit, ce n’était « pas seulement une maison, mais une maison fantastique ».

Une maison—pourriez-vous dire—digne d’un roi d’une puissante nation. Tout comme la Bible le dit. Et à l’emplacement où le récit biblique l’a suggéré.

Le Dr Mazar croit que seulement 20 pour cent du palais a été découvert. Des plans sont en voie de réalisation pour de nouvelles fouilles dans un avenir proche. 

Tb Ad Fr