Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

200529 minneapolis gettyimages 1216095269

Jordan Strowder/Anadolu Agency via Getty Images

Un prélude à la guerre civile ?

Après la mort violente d'un Afro-Américain à Minneapolis, des manifestations ont eu lieu aux États-Unis et dans certaines villes du monde. Malgré les restrictions imposées par le coronavirus, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour demander justice. Les voitures de police ont été incendiées, les magasins pillés et la Maison Blanche assiégée par les manifestants.

Alors que certains aux États-Unis déplorent la mort de George Floyd, tué par la violence policière, d'autres déplorent la destruction de leur ville natale, la perte de contrôle par les autorités et le manque de maîtrise de soi.

L'Amérique est divisée. Si tout le monde s'accorde à dire que l'officier de police qui a commis le meurtre doit être poursuivi, certains espèrent que le gouvernement prendra les mesures nécessaires, mais d'autres accusent le gouvernement d'être la cause de cette violence.

Il est presque impossible d'innocenter la police des actes discriminatoires. Quel que soit le nombre d'incidents et qu'il s'agisse de véritables cas de racisme ou simplement de cas présentés comme tels, les problèmes continueront à se poser. La tentative des citoyens de se faire justice eux-mêmes n'y changera rien.

Par crainte d'être traités de racistes, de nombreux policiers aux États-Unis adoptent déjà l'approche inverse et laissent les criminels noirs en liberté. D'autres commissariats de police augmentent le nombre de policiers noirs. Mais aucune de ces tentatives ne résoudra le problème.

Une chose est sûre, cependant : les destructions causées par les manifestants, les émeutes et les pillages ont des conséquences dévastatrices pour les États-Unis. Les manifestants affirment se battre pour la justice et ont détruit la vie de nombreux hommes, femmes et enfants innocents. La destruction de la cohésion sociale en Amérique est encore pire.

Dans le monde d'aujourd'hui, il n'existe pas de gouvernement sans corruption. Mais l'Amérique a longtemps été considérée comme un phare d'espoir pour un monde démocratique. Ce phénomène est lié à l'identité biblique des États-Unis, comme l'explique Herbert W. Armstrong dans Les Anglo-Saxons selon la prophétie .

Les Américains d'aujourd'hui, ainsi que de nombreuses autres nations anglophones, sont les descendants des anciens Israélites et les héritiers des bénédictions du droit d'aînesse promis à Abraham. Mais à cause des péchés d'Israël, qui sont une transgression de la Loi de Dieu, Dieu a prophétisé qu'Israël serait maudit en ce temps de la fin (Exode 28).

Les réactions irrationnelles de ceux qui se font justice eux-mêmes et terrorisent la nation sont sans aucun doute une indication que les États-Unis sont divisés. Un pays sans ordre public est encore pire que les crimes parfois commis par la police. Jésus-Christ a prophétisé qu'une maison divisée contre elle-même ne peut pas subsister (Marc 3:25).

Ésaïe 1:7 a prophétisé ce que nous voyons aujourd'hui : « Votre pays est dévasté, vos villes sont consumées par le feu. » Quelle description précise des conditions de vie en Amérique aujourd'hui. Dans un article de l'année 2015 « Vos villes sont consumées par le feu », le rédacteur en chef de la Trompette Gerald Flurry explique cette prophétie en détail et révèle qu'aucun homme ne peut résoudre les problèmes de ce monde et explique pourquoi il y a néanmoins une bonne raison d'espérer un monde meilleur.

Usbp Fr