Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Aaron burden 1054030 unsplash

Aaron Burden/unsplash.com

Un roi anglais a changé le monde en publiant le livre saint

Pendant des siècles, les élites intellectuelles, y compris les scientifiques, ont travaillé fiévreusement pour présenter la Bible comme un livre imparfait, ce, de manière à étayer leur propre autorité. Mais la sainte Bible n’est pas un problème, et n’a pas de problèmes. L’humanité, cependant, a de sérieux problèmes—des problèmes de l’ordre de l’extinction humaine, que les intellectuels et la science ne peuvent résoudre.

Nul autre livre préservé dans la civilisation occidentale n’a été si minutieusement scruté et déchiqueté par les esprits modernes. Les orgueilleux calomnient et écartent ce livre, inspiré par Dieu, d’un revers de main, en clamant qu’il est inutile à cause de son ancienneté. Un regard honnête sur notre monde dangereux, cependant, nous dit que nous avons besoin d’ancienneté judicieuse—et vite.

Dans les pages de ce livre unique est attaché une collection unifiée de l’histoire nationale, de la constitution civile, de la doctrine religieuse, de la poésie prophétique, des hymnes de vénération et des écrits de sagesse de l’ancien Israël. Elle a été mise par écrit par des rois, des princes, des présidents, des Premiers ministres, des gouverneurs, des avocats, des fermiers, des vachers, des pêcheurs; même un docteur en médecine, un percepteur et un fabricant de tente—tous des hommes farouchement dévoués, instruits, rationnels.

Comme des enfants impudents, nous en sommes venus à croire que nous savons mieux que les pères qui ont été avant nous. Nous nous moquons de notre propre histoire. Pourtant cela ne fait pas de cette histoire des mensonges.

Nous devons ressaisir, étudier et apprendre à partir de notre passé—même très ancien. Le livre saint de l’ancien Israël est la seule fenêtre dans le monde originel de nos commencements.

L’histoire biblique et la prophétie démontrent que les peuples anglophones colonisateurs, de race blanche, du nord-ouest de l’Europe et de l’Amérique du Nord sont les descendants des 10 tribus d’Israël capturés et réduits en esclavage par les Assyriens. En fait, la Bible rapporte que les peuples de la Grande-Bretagne et des États-Unis sont les descendants des temps modernes du patriarche Jacob, et sont à l’échelon national appelés Israël, ce qui est la clé de la compréhension, et qui rend net la prophétie (Genèse 35:11). La Bible montre aussi qu’un descendant du roi David est assis sur le trône en Angleterre. À Son retour, Jésus-Christ est destiné à s’asseoir sur ce trône à un centre gouvernemental mondial palpitant, dans une Jérusalem qui sera bientôt reconstruite (Luc 1:33). Faite la demande de votre exemplaire gratuit de Les Anglo-Saxons selon la prophétie pour avoir une explication complète de cette histoire et de cette prophétie étonnantes.

Ces faits donnent la seule explication raisonnable quant à la raison pour laquelle un roi anglais a préservé le livre saint d’Israël. Personne ne peut nier que le monde a été un bien meilleur endroit à cause de ce que les peuples britanniques et américains ont fait avec ce livre. En ce temps de célébration du 400ème anniversaire de la publication de la Bible King James [la Bible du roi Jacques], il est pertinent de réfléchir sur ce qu’un livre a fait pour notre monde, maintenant secoué par des crises chaotiques.

Le roi Jacques VI et Ier

Le roi Jacques n’aurait pu avoir des débuts plus difficiles. Son père, Lord Darnley, était un ivrogne violent. Sa mère, Mary, reine d’Écosse, avait la réputation d’être une femme de mœurs légères. Lord Darnley, avide de son droit au trône d’Angleterre et jaloux de l’intimité de Mary avec David Rizzio, son secrétaire (et père soupçonné de l’enfant), a comploté pour exécuter D. Rizzio sous ses yeux, croyant que cette violence atroce provoquerait une fausse couche. Cela n’a pas été le cas—mais nettement, la vie de Jacques a été menacée avant même qu’il n’ait une chance de respirer. Très probablement résultat de la protection divine, Jacques a été orphelin quand son père a été assassiné par une explosion que sa mère aurait pu avoir planifiée. Mary a été emprisonnée et finalement exécutée pour avoir conspiré avec les catholiques pour tuer la reine Élizabeth Ière d’Angleterre. Il est intéressant de noter que Shakespeare a écrit Macbeth basé sur l’histoire horrible de la famille de Jacques.

Couronné, à l’âge de 13 mois, sous le nom de roi Jacques VI, il a reçu une éducation incroyable. Il pouvait parler latin et grec à l’âge de 5 ans. Ses mentors presbytériens l’ont instruit dans les saintes Écritures d’Israël. À cause du régicide rampant en Écosse, il a appris comment être politiquement rusé et comment contrôler des situations sérieuses.

Pourtant la partie la plus importante de toute son éducation était sa connaissance de l’histoire de sa lignée royale. Le roi Jacques savait et a maintenu la foi qu’il était un descendant du roi David, remontant à Fergus I et de là aux rois d’Irlande (King James VI and I Political Writings) [Les écrits politiques du roi Jacques VI et Ier]). Il croyait fermement que Dieu l’avait mis sur le trône d’Angleterre. Lors d’un discours au Parlement, le 21 mars 1610, il a dit: «L’état de la monarchie est la chose suprême sur terre, car les rois ne sont pas seulement les lieutenants de Dieu sur la terre, et assis sur le trône de Dieu, mais, même par Dieu Lui-même, ils sont appelés dieux…» (David Teems, Majestie). Il est évident que les vues de Jacques sur le «droit divin des rois» sont basées sur la Bible—particulièrement sur des passages comme 2 Samuel 7:4-16 et 1 Chroniques 29:23. Quand il a été couronné roi d’Angleterre, devenant ainsi le roi Jacques Ier, il s’est assis sur la pierre de Scone, sachant que c’était le pilier de pierre de Jacob (Genèse 28:10-22). Jacques Ier se considérait lui-même comme le nouveau Salomon.

Jacques a apporté à l’Angleterre un génie exceptionnel fondé sur les Écritures. Il connaissait bien la Bible, et l’a souvent utilisée pour illustrer ses vues sur la loi et le gouvernement. En auteur prolifique, Jacques est connu pour son commentaire de l’Évangile de Matthieu. Le roi était pleinement conscient des conflits internes entre les protestants, les catholiques et les puritains dans l’Église d’Angleterre, et leurs vues différentes sur l’autorité gouvernementale. Il s’est saisi de la suggestion de John Reynolds (un puritain) pour une nouvelle traduction de la Bible afin de guérir la désunion dans l’Église et comme un moyen de protéger sa propre position en tant que souverain absolu de l’Église et de l’État. Et le reste, comme on dit, c’est de l’histoire.

Les nations bénies de Dieu

L’impact de la version du roi Jacques [King James Version ou kjv] de la Bible sur notre monde a été énorme. Bien que Jacques Ier n’ait pas vécu pour voir ce phénomène, la traduction de la Bible portant son nom est devenue un livre mondial. Bien que beaucoup de gens puissent voir ce fait, peu d’entre eux comprennent comment ou pourquoi cela est arrivé.

Pour complètement saisir pourquoi la kjv est devenue mondiale, nous devons être au courant d’une cérémonie survenue anciennement. L’apôtre Paul montre son importance essentielle dans Hébreux 11:21. La signification de cette cérémonie est complètement expliquée dans Les Anglo-Saxons selon la prophétie.

Le fils de Jacob, Joseph, avait deux fils, Éphraïm et Manassé. Juste avant sa mort, Jacob a adopté ces deux garçons comme les siens et leur a donné son nom (Genèse 48:16). Il leur a aussi conféré des bénédictions dont ils ont héritées, et qui se sont accrues pour devenir une richesse physique nationale incroyable. Jacob a accordé la plus grande bénédiction au plus jeune fils de Joseph, faisant de ses descendants une multitude, ou un Commonwealth, de nations. Le fils le plus âgé, Manassé, devait devenir une seule grande nation (verset 19).

Dans Genèse 49, Jacob déclare que ces deux grandes nations—y faisant référence comme à Joseph—«dans les derniers jours», notre actuelle époque, seraient des peuples colonisateurs (versets 1, 22-26). Cette prophétie est une description exacte de l’histoire ahurissante de la Grande-Bretagne et des États-Unis d’Amérique. Alors que ces deux nations—le véritable Israël moderne—croissaient en grandeur nationale et se dirigeaient vers la prééminence mondiale, elles ont porté leur livre saint (renommé la Bible King James) avec elles, et l’ont utilisé pour établir un empire et une nation fondés sur les principes bibliques de gouvernement, de loi et de justice comme cela a été révélé à Moïse par Dieu.

Herbert W. Armstrong a écrit: «Dans les années 1800 apr. J.-C., le Royaume-Uni et les États-Unis étaient petits et insignifiants parmi les nations de la Terre… Mais à partir de 1800, ces deux petites nations ont commencé à germer et à croître en une vaste richesse et puissance nationales telles qu’aucun peuple n’en a jamais possédé. Bientôt l’empire de la Grande-Bretagne s’est étendu dans le monde, jusqu’à ce que le soleil ne se couche jamais sur ses possessions» (Les Anglo-Saxons selon la prophétie). Les incroyables bénédictions que Dieu a accordées à ces deux nations se sont bientôt répandues sur la terre.

Le gouvernement, la loi et la justice

Quand l’Empire britannique couvrait le globe, il a généré une culture basée sur le règne de la loi. La Grande Charte anglaise était le premier exemple d’une telle loi constitutionnelle dans la culture anglo-saxonne. Elle a établi les droits et les libertés de l’individu, et a œuvré à garantir que les rois et autres dirigeants étaient soumis à cette même loi. En plus du fait de garantir la liberté personnelle, ce code de loi a accentué la responsabilité sociale—le respect des droits, des privilèges, des possessions et de la paix des autres. Une telle loi est un don qui nous est accordé par la Bible.

Quand les citoyens anglais ont colonisé l’Amérique, les premiers colons sont venus pour chercher la liberté de religion. Ils ont fait face à des épreuves personnelles incroyables. Ce qui les a fait tenir, dans une entreprise aussi difficile, c’était leur foi et leur ferveur religieuse. Évidemment, ils avaient apporté la Bible avec eux. C’était ce livre qui les inspirait à se sacrifier pour construire une grande nation malgré la faiblesse due à la maladie et aux privations. Beaucoup de gens considéraient le continent nord-américain comme la terre du Nouvel Israël.

Se séparant, finalement, de l’Angleterre, le gouvernement qui a été établi avec la Constitution américaine et la Déclaration des droits a suivi l’exemple britannique. Les droits juridiques et les libertés garanties aux Américains ont été enviés par des multitudes de gens opprimés à travers le monde entier. La population de l’Amérique s’est accrue en grande partie en raison des masses populaires, aspirant à la liberté, grouillant sur ses côtes. Pourtant, peu de gens, aujourd’hui, reconnaissent que les systèmes juridiques britanniques et américains sont fondés sur la loi mosaïque trouvée dans les cinq premiers livres de la Bible.

Il y a encore un siècle, les gens comprenaient mieux l’impact de la Bible dans le développement de nos nations occidentales. Lors du 300ème anniversaire de la publication de la Bible King James, le président Theodore Roosevelt l’a appelé «la grande Charte des pauvres et des opprimés… le livre le plus démocratique au monde». Un de nos présidents les plus forts et les plus importants, a compris que la Bible était la fondation des libertés personnelles établies par la loi. Comme Moïse l’a enseigné à nos aïeux: «Il y aura une seule loi et une seule ordonnance pour vous et pour l’étranger en séjour parmi vous». (Nombres 15:16). Le règne de la loi a apporté la grandeur en Grande-Bretagne et en Amérique. Cependant, nous avons oublié que le concept est venu de l’esprit de notre Dieu, qui, même, Se soumet à Sa propre loi.

La base de l’éducation

Une des plus grandes réalisations de l’Empire britannique, c’était son engagement à instruire les gens qu’il gouvernait. La kjv était le fondement de ce système éducatif. Theodore Roosevelt a dit: «Une connaissance approfondie de la Bible est mieux qu’une éducation au collège».

De façon pratique et élémentaire, la kjv et ses traductions racines associées ont contribué à standardiser la langue anglaise. Quand William Tyndale s’est mis à traduire la Bible dans la langue populaire d’Angleterre, il a créé une tempête de feu pour deux raisons. D’abord, c’était un pas pour établir que la Bible—et non pas le pape—était la seule vraie autorité religieuse sur la terre. Cela exigeait que les gens puissent lire le Livre. La Vulgate était la seule Bible disponible pour la plupart des Anglais, et peu d’entre eux pouvaient lire le latin.

Deuxièmement, la langue anglaise était considérée comme une langue grossière, de façon répugnante, de loin inférieure au latin. Le latin était la langue des érudits et du système juridique. L’anglais était éclectique, difficile à comprendre à cause de ses nombreux dialectes, et n’avait même pas d’orthographe standardisée ou de forme écrite. La traduction de W. Tyndale a contribué à changer cela. Derek Wilson déclare: «Ce n’était pas assez pour Tyndale de, simplement, se contenter de transmettre les paroles de l’Écriture, passant du grec à l’anglais; elles devaient être transmises dans un anglais vivant, de telle manière qu’‘un garçon qui conduit la charrue’ puisse comprendre. En cela il avait complètement réussi; son Nouveau Testament avait une vigueur familière, qui l’a rendu immédiatement compréhensible et populaire. Les traducteurs suivants ont trouvé impossible d’améliorer bon nombre de ses équivalents, qui ont paru version après version depuis le temps de la Bible King James» (The People’s Bible).

Beaucoup d’expressions que nous utilisons aujourd’hui viennent directement de la Bible King James—par exemple, rendre l’âme, le gardien de mon frère, les puissances qui existent, le sel de la terre et lève-toi, briller. Bien que la plupart de ces expressions aient été forgées par W. Tyndale, tous viennent de la kjv.

Art, musique et culture

De nombreux enfants autour du monde ont appris à lire l’anglais en utilisant la kjv. Les histoires dramatiques des Ancien et Nouveau Testaments ont captivé des imaginations sans nombre, du très jeune au très vieux. Le pouvoir d’inspiration de la kjv a fait naître des artistes et des musiciens.

Nous avons une culture remplie d’un art précieux et de haute qualité grâce à la Bible. Larry Stone, dans son beau livre, The Story of the Bible [L’Histoire de la Bible], fournit des exemples de décoration artistique incroyable confectionnée à la main sur les copies manuscrites de la Bible remontant à l’âge des Ténèbres (le Moyen-âge). Bien que ces illustrations ne faisaient pas, techniquement, partie de la kjv, c’était le grand respect pour la Parole de Dieu qui a inspiré une telle beauté. Deux de ces ouvrages, The Lindinsfarne Gospels [Les évangiles de Lindisfarne] et The Book of Kells [Le Livre de Kells], sont un tel travail d’art compliqué que les experts, aujourd’hui, ne peuvent toujours pas comprendre, complètement, comment cela a été fait. Concernant Le Livre de Kells, L. Stone dit: «Les décorations sont extrêmement complexes et tellement compliquées qu’elles ne peuvent être mieux vues qu’avec une loupe, instrument qui n’était pas disponible quand le livre a été créé». Des pages de The Lindisfarne Gospels peuvent être vues aujourd’hui au British Museum.

Considérez les peintures classiques inspirées par l’histoire de la Bible. Le Caravage a peint La conversion de Paul; Rembrandt, Le festin de Belschatsar; Nicolas Poussin, L’adoration du veau d’or. Certains suggèrent même que Gutenberg a inventé l’imprimerie afin de pouvoir imprimer la Bible. L’utilisation de l’impression en deux couleurs a été développée pour imiter la décoration des pages des anciennes bibles manuscrites peintes à la main.

Nous ne devons pas manquer de mentionner l’impact de la Bible sur certaines des plus incroyables et inoubliables œuvres de musique classique. Il y a Le Messie de Haendel et le Élie de Mendelssohn. Il y a une liste innombrable de chants spirituels tirés des psaumes du roi David et d’autres textes bibliques.

Honnêtement, nous pourrions remplir une revue entière en parlant de l’impact que la kjv a provoqué dans notre monde moderne. Le roi Jacques VI et Ier a supervisé la production d’un phénomène spirituel et culturel. Ses efforts ont inspiré l’établissement d’un gouvernement juste et efficace, d’une éducation et d’une société en bonne santé. Aujourd’hui au moins un livre de la Bible est traduit dans plus de 2 400 des 6 900 langues vivantes du monde. Plus de gens, comme jamais auparavant dans l’histoire, peuvent lire au moins une partie de la Bible dans leur propre langue natale.

Pourtant lire la Bible, ce n’est pas suffisant. Nous devons apprendre à la comprendre, à vivre par elle et à être gouvernés par elle. Être gouverné par elle est la partie difficile. Même si notre monde occidental, pour sa construction, s’est appuyé sur la Bible, il est improbable que nous nous tournions vers elle pour sauver notre société.

Mais il y a encore un grand espoir pour nous. La Bible, que le roi Jacques VI et Ier a tellement honorée, déclare sans aucun doute possible, qu’une nouvelle société—en fait, un nouveau monde—va être construit par un descendant de David. Ce Roi des rois, Jésus-Christ, utilisera le trône de Son père David et le livre d’Israël pour révolutionner et revitaliser toute l’humanité (Luc 1:32-33). Combien nous serons bénis de voir et d’expérimenter cette époque magnifique juste devant nous! 

Tb Ad Fr