Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

200713 bible istock 165888125

ISTOCK/DUCKYCARDS

Une défense de Jésus-Christ

Répondre à la culture de ‘l’annihilation du Christ’

Au début de juillet, la campagne Trump affichait une image de la statue emblématique du « Christ Rédempteur » sur Facebook et Instagram , sous-titrant l’image avec « Nous allons protéger cela ». Dans les instants qui ont suivi, la communauté des médias sociaux a qualifié le président des États-Unis, Donald Trump, d’idiot parce que la célèbre statue se trouve à Rio de Janeiro, au Brésil, et non en Amérique. Et ils se demandent comment le président Trump peut dénoncer des attaques contre des statues alors que des milliers de gens meurent de la COVID-19 chaque semaine.

La réalité, cependant, c’est que bien des sujets associés au christianisme sont attaqués. C’est le Fils de Dieu Lui-même—et non une statue—qui est la cible principale des radicaux.

Cette attaque n’a rien de nouveau. Les principaux médias et agitateurs d’aujourd’hui sont les sadducéens et pharisiens d’autrefois—des critiques qui essayèrent de réfuter et d’accuser Jésus-Christ, et finalement l’assassinèrent, il y a quelque 2 000 ans.

Aujourd’hui, la gauche tente un assassinat différent—celui de l’histoire et du caractère du Christ.

Le Christ—l’imparfait

Lors d’une entrevue avec son collègue journaliste, Chris Cuomo, l’animateur de la chaîne CNN, Don Lemon, a calmement et directement déclaré : « Jésus-Christ… si c’est ce que vous croyez… n’était pas parfait, il faut l’admettre, quand Il était ici-bas sur cette Terre ». Curieusement, Cuomo a gardé son sérieux face à ces allégations contre le Christ.

Certains commentateurs conservateurs se sont empressés de proclamer cela comme l’évidence de l’ignorance de la gauche concernant les fondements des croyances chrétiennes. Mais c’est bien plus sinistre que cela.

Pensez-y. Lemon et Cuomo sont tous les deux des journalistes éduqués à l’université. Ne se rendent-ils pas vraiment compte que la perfection de Jésus-Christ est fondamentale au christianisme ? Lemon savait probablement ce qu’il disait, et il l’a dit à la télévision nationale. Loin de révéler leur ignorance, ces commentaires montrent que la gauche sait ce qui est à la base de la religion chrétienne—et qu’ils s’en prennent à elle.

Pourquoi ? Il suffit de considérer si Dieu et le Christ n’étaient pas parfaits.

Et si le Christ ne « pratiquait pas ce qu’Il prêchait » ? Si on ne pouvait lui faire confiance à 100%, alors Ses enseignements—les enseignements de Dieu—seraient discrédités. Les Dix commandements sont le mode de vie de Dieu. Si le Christ ne les avait pas pratiqués parfaitement, alors l’éclat de ces commandements serait terni par l’ombre du doute. Il en serait de même pour tout ce qui s’y rattache.

Le programme de la gauche est clair. Assassinez le caractère du Christ et vous pouvez assassiner le caractère de Washington et de Jefferson. Vous pouvez réfuter l’état d’esprit de Samuel Adams et la plume d’Alexander Hamilton. Si le Christ Lui-même n’était pas parfait, comment Sa loi pourrait-elle l’être, et la loi de notre nation ?

Le Christ—un suprémaciste blanc

Poussant l’attaque plus loin, des radicaux reconnus, tels que Shaun King, ont microblogué des choses telles que : « Oui, je pense que les statues de l’Européen blanc qu’ils prétendent être Jésus, devraient, également, être abattues. Elles sont une forme de suprématie blanche. Elles l’ont toujours été… Détruisez-les. » 

Bien sûr, le Christ était blanc. Il était né d’une mère juive—une descendante d’Abraham. Vous pouvez voir Sa généalogie dans Matthieu 1. Ces descendants vivent dans le monde occidental, aujourd’hui. (Faites la demande de notre livre gratuit Les Anglo-Saxons selon la prophétie pour en savoir plus sur ce sujet.) Judas devait embrasser le Christ la nuit de Son arrestation simplement pour aider les gardes à l’identifier. Il y eut aussi de nombreuses occasions où le Christ s’échappa loin des foules en colère, se mêlant aisément avec la foule juive (voir Luc 4 : 30 ; Jean 8 : 59).

Cela réfute aussi presque toutes les représentations du Christ que vous voyez aujourd’hui—y compris la statue de Rio de Janeiro. Le Christ n’avait pas de cheveux longs (1 Corinthiens 11 : 14). Et étant un charpentier vivant en parfaite santé physique, le Christ aurait été fort, bronzé et en forme, non pâle et frêle comme beaucoup de représentations le dépeignent.

Et pendant qu’on en parle, Dieu, en fait, condamne la création et l’adoration de statues d’êtres célestes (Exode 20 : 4). À la lumière de ces choses, les détruire est, en fait, une bonne chose ! Mais encore une fois, la destruction des statues est un objectif secondaire pour la gauche. Elle en veut premièrement et avant tout à la loi de Dieu.

Réfuter la véritable apparence du Christ en tant qu’homme blanc juif, a pour but de dépeindre notre Sauveur comme un outil de l’extrême droite—un symbole de sectarisme et de haine. Ils feraient du Christ le visage du racisme ! Transformer quelque chose de bon en quelque chose de raciste se produit partout en Amérique, du mont Rushmore à la place Lafayette.

Le Christ—Guerrier pour la justice sociale

À l’heure actuelle, la « justice sociale » est sur les lèvres de tous les pillards, émeutiers et manifestants en Amérique. Et l’appel universel est à la destruction des Pères Fondateurs et de la Constitution. Honte à la fondation de l’Amérique basée sur la Bible.

Le rédacteur en chef de La trompette, Gerald Flurry, a exposé quelques vérités peu connues dans son article de 2016 intitulé « The Real Agenda Behind Black Lives Matter » [Le réel programme derrière ‘Les vies noires comptent’]

La Constitution des États-Unis a probablement apporté plus de justice raciale que tout autre document de l’histoire du monde, à part la Bible. Les personnes qui dirigent le mouvement Black Lives Matter ne font pas la promotion d’un plan qui apportera plus de justice raciale. Leur plan ne pourra s’achever qu’avec le renversement de notre république constitutionnelle !

En dépit de cela, certains tentent de représenter le Christ aux côtés du mouvement de la « justice sociale »—donnant à leurs efforts un sceau d’approbation religieuse. Certains ont même qualifié Jésus-Christ de « premier guerrier de la justice sociale ». Cela aussi est un détournement du caractère du Christ.

Le Christ a certainement épousé la justice et la morale fondée dans la Bible. Le problème est que la « justice sociale » propagée aujourd’hui est farouchement anti-loi, anti-gouvernement et, par la suite, anti-Dieu.

« L’enseignement de la justice sociale » est défini dans Education Week [Semaine de l’éducation] comme « l’enseignement aux enfants à remettre en question quiconque détient les rênes du pouvoir à un moment donné. Il s’agit de ne pas se voir seulement comme un consommateur (d’information), mais comme un acteur-critique. »

Cela ressemble-t-il à Jésus Christ qui, lorsqu’Il vint sur la Terre, proclama dans Jean 6 : 38 : « Car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé ». Le Christ s’est-Il rebellé ? A-t-Il remis en question le gouvernement parfait de Son Père ? Le Christ ne s’est même pas rebellé contre le gouvernement romain local !

Le Christ vint pour soutenir Son Père et respecter Sa loi ! Les « guerriers de la justice sociale » d’aujourd’hui ne veulent rien de plus que de piétiner la primauté du droit dans nos nations ! Ils veulent supprimer le financement de la police. Ils veulent démolir les statues. Ils veulent déchirer la Constitution. Ils veulent effacer l’histoire de Dieu avec l’Amérique et l’Occident !

Au moins, le radical et mentor auto-proclamé de Hillary Clinton, Saul Alinsky, a donné crédit à qui il était dû dans son livre Rules for the Radicals [Règles pour les radicaux] quand il a écrit :

De peur que nous oubliions au moins une reconnaissance personnelle au tout premier radical : de toutes nos légendes, mythologie, et histoire (et qui sait où la mythologie s’arrête et où l’histoire commence—ou qui est qui), le premier radical connu de l’homme qui se rebella contre l’establishment et le fit si efficacement qu’il gagna au moins son propre royaume—Lucifer.

Celui-là—selon les normes du monde—était le premier guerrier de la justice sociale.

Christ—le parfait Roi des rois

Quand le Christ buvait de l’alcool, les pharisiens l’accusaient d’être un ivrogne. Quand il mangeait, ils l’accusaient de gourmandise. D’autres ont même accusé le Christ d’être possédé par un démon (Jean 8 : 48). Et pas étonnant ! Satan est lui-même connu par Dieu comme « l’accusateur de nos frères » (Apocalypse 12 : 10). Le Christ appela ces hommes les enfants du diable ! (Jean 8 : 42-44). Une condamnation puissante.

Devrions-nous être plus surpris quand nous voyons des radicaux s’en prendre au Christ, dans notre monde moderne malade du péché ? Ce monde ne connaît pas le Christ. Et la grande majorité ne le veut pas ! « Si vous étiez du monde », a dit le Christ à Ses disciples, « le monde aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait. Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre » (Jean 15 : 19-20).

Nous pouvons nous attendre à des persécutions lorsque nous soutenons Jésus-Christ. Et cette persécution ne fera que s’intensifier à mesure que nous avançons plus profondément dans ce temps de la fin.

Malgré tout cela, le fait le plus palpitant et le plus étonnant, c’est que le Christ est mort pour tous—même pour les Don Lemon du monde. Même pour ceux qui louent Satan. Même les radicaux qui cherchent à effacer Dieu et le Christ de l’histoire de notre nation. Le Christ est venu, et Il a vécu parfaitement, sans pécher. Il donna Sa vie parfaite à notre place. Et au moment où Il mourut—cloué à un poteau—nous avons été rachetés avec une chance d’être dans le Royaume aux côtés de Dieu et du Christ ! Toute l’humanité aura bientôt cette chance ! Comme la vie et le sacrifice parfaits du Christ sont impressionnants !

Merci à Dieu de ce que le Christ ait bien vécu parfaitement pour que nous n’ayons pas à mourir dans nos péchés. Merci à Dieu de ce que le Christ se soit qualifié pour régner sur le trône de cette Terre et qu’Il reviendra bientôt pour détruire le royaume rebelle de Satan.

Alors nous verrons la véritable justice sociale. Ensuite nous verrons le règne parfait d’un Être divin parfait. Est-ce, là, le Christ que vous désirez connaître—celui qui va bientôt libérer ce monde et vous offrir une chance de vivre la vraie vie abondante ?

Usbp Fr