Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Quarantine

ISTOCK.COM/DEMAERRE/GARY DORNING/TROMPETTE

Vous pouvez survivre à la coronapocalypse

Dieu est-Il en colère contre l’humanité ? La prière aide-t-elle ? Comment un chrétien devrait-il réagir ?

Pourquoi cela se produit-il ? Le coronavirus a mis le monde à l’arrêt.

Dieu est-Il en colère contre l’humanité ? Est-ce la prophétie de la Bible qui s’accomplit ?

Que pouvons-nous apprendre de cet événement extraordinaire ? Une telle perturbation et une telle épreuve contiennent des leçons. Nous ne devrions pas simplement trébucher et espérer que tout se termine rapidement afin que nous puissions reprendre la vie exactement comme elle était avant.

Que dit la Bible ? Quelle devrait être la réaction d’un chrétien ? Vous devez savoir comment réagir, physiquement et spirituellement―parce que des crises encore plus sérieuses arrivent.

Prière et panique

Le président des États-Unis, Donald Trump a déclaré le dimanche 15 mars un « Jour national de prière pour tous les Américains affectés par la pandémie du coronavirus et pour nos efforts de réponse nationale ». C’était une proclamation plutôt insipide, demandant que les gens prient pour avoir « plus de sagesse, de réconfort et de force », prient pour ceux qui sont touchés par la maladie, « prient pour que la main guérissante de Dieu soit placée sur le peuple de notre nation », « prient pour la santé et le bien-être de nos compatriotes américains, et se souviennent qu’aucun problème n’est trop grand pour que Dieu ne s’en occupe ». Cette déclaration ne mentionnait pas pourquoi Dieu permettrait cette pandémie. Elle a évité de parler de notre humilité devant Dieu ou de notre recherche à restaurer la faveur de Dieu. Elle ne mentionnait pas la repentance ni le fait de se détourner du péché. Elle recommandait simplement de demander à Dieu du réconfort, de la force, de la protection, de la santé et de la guérison.

Pourtant, beaucoup de gens ont réagi viscéralement. Ils ont ridiculisé la prière comme étant « anti-scientifique ». Une dame a microblogué : « Les vœux pieux ne vont pas rendre les tests et les soins accessibles aux malades. Les vœux pieux ne vont pas nourrir les gens ni payer leurs factures. Ils ne nous gardent pas au chaud ni ne nous protègent du danger ». D’autres ont demandé la séparation de l’Église et de l’État, comme si encourager des prières volontaires était en quelque sorte imposer une religion d’État. Une autre femme a microblogué : « Cela va à l’encontre de tout ce que les pères fondateurs défendaient »―ignorant que les fondateurs profondément religieux avaient souvent appelé à des journées nationales non seulement de prière, mais aussi d’humiliation et de repentance.

Dans l’ensemble des conversations nationales sur les nouvelles, on ne parle pas de Dieu. Au lieu de cela, ce sont tous les médecins, les scientifiques, les célébrités et les spécialistes qui donnent leur avis sur les mesures de confinement et qui publient des scénarios du pire. Les experts spéculent sur des infections massives, des confinements prolongés, et des millions de morts.

Cela provoque beaucoup d’hystérie. La plupart des secousses sur les marchés financiers n’ont pas été causées par des problèmes existants, mais par la crainte de problèmes possibles. Les pénuries dans les épiceries et les magasins ne résultent pas généralement de perturbations dans l’approvisionnement, la fabrication ou la distribution, mais de la crainte, de la panique et de l’accumulation de réserves. Il y a beaucoup de nourriture, de papier hygiénique et d’autres choses essentielles, mais les gens s’en emparent comme des fous, pour eux-mêmes et pour les leurs.

Cela expose certaines vérités affreuses sur nous-mêmes―des vérités qui se révéleront extrêmement pertinentes dans un avenir proche. Nous avons un avant-goût sur la façon dont les gens réagissent en temps de crise―et la prophétie biblique dit qu’il y aura bien plus de crises et de bien pires.

Que se passerait-il si une maladie encore plus mortelle ou une catastrophe environnementale ou financière venait perturber la chaîne d’approvisionnement ? Et si des tremblements de terre ou d’autres phénomènes naturels détruisent l’infrastructure ou anéantissent la production de nourriture, ou une dépression économique à long terme frappe, ou les monnaies s’effondrent, ou nous souffrons d’un embargo énergétique ou des terroristes qui déploient des armes biologiques, chimiques ou nucléaires dans plusieurs villes ? De telles menaces sont très réelles.

Voyez le comportement des gens dans cette crise comparativement mineure. Le monde n’a jamais réagi à une pandémie comme il le fait aujourd’hui. Même si les pires scénarios ne se matérialisent pas, cela révèle à quelle vitesse une catastrophe inattendue peut surgir de nulle part, et altérer complètement le paysage mondial.

La correction

C’est une période où nous avons besoin de journées nationales de prière. Nous devons sincèrement rechercher Dieu, pas seulement pour le réconfort, la force, la protection, la santé et la guérison, mais aussi pour de la direction et, oui, pour de la correction. Nous devons voir les choses de Son point de vue. Nous devons voir combien Il est impliqué et ce qu’Il tente de nous enseigner.

Pourtant, la notion que Dieu est impliqué dans quelque chose comme une pandémie est entièrement étrangère aux gens.

« Pour les chrétiens, ce terrible virus n’est pas une punition, mais une épreuve de notre foi et de notre charité », a écrit le Telegraph le 16 mars. Cet auteur ridiculise l’idée de correction divine, et explique combien le raisonnement « éclairé » a pris le dessus sur la pensée « médiévale ». « Très peu de dirigeants chrétiens ont attribué le coronavirus au péché (même si c’est en grande partie le cas), et certains ecclésiastiques ont été tellement enthousiastes pour nous décourager d’aller à l’église, de peur que nous puissions tousser sur la congrégation, que l’on doit se demander ce que la foi a à offrir quand la nature devient folle. » La solution proposée par cet auteur : les chrétiens doivent s’occuper des autres.

Aider ceux qui sont dans le besoin est certainement noble―mais pouvons-nous rejeter l’idée qu’une crise comme celle-ci pourrait être une malédiction de Dieu ?

Supposez que Dieu veuille, en effet, nous corriger. Supposez qu’Il déteste vraiment le péché et la façon dont le péché nous fait du mal. Supposez qu’Il veuille nous montrer à quel point nous sommes égoïstes, cupides, matérialistes, et combien nous sommes gavés de sport et de divertissements. Supposez qu’Il veuille effectivement que nous changions, que nous nous écartions du péché, que nous nous tournions vers Lui, et que nous menions une meilleure vie.

Supposez que Dieu veuille nous montrer que le confort moderne et le luxe dominent notre vie et nous éloignent du spirituel. Supposez qu’Il veuille nous aider à voir comment nous nous fions trop à nous-mêmes, et à réaliser à quel point la civilisation que nous avons construite est fragile, à quel point le tissu social est précaire.

Supposez que Dieu veuille que nous examinions sérieusement notre nature humaine et veuille nous aider à voir que nous ne sommes pas aussi bons de cœur que nous le pensons. Les difficultés et les privations tendent à révéler notre vrai caractère ; et si Dieu voulait nous montrer combien peu de difficultés il faut pour commencer à exposer nos tendances laides comme l’égoïsme, le tribalisme et les dissensions internes ?

Et s’Il voulait nous avertir de plus grandes épreuves à venir, et nous donner un avant-goût―une dose de réalité ? Et si Dieu voulait que nous cessions d’adorer notre sport, que nous fassions une pause sur nos divertissements―pour que nous ralentissions un moment, que nous restions à la maison avec la famille, que nous réfléchissions, et considérions nos voies ? Et si Dieu voulait, en fait, vraiment corriger Ses enfants pour leurs péchés, et les mener à la repentance ?

N’est-il pas possible qu’Il puisse utiliser une pandémie pour le faire ?

Notre guide de navigation

Dieu rend claires les réponses à toutes ces questions, et plus encore, dans Sa révélation à l’humanité, la Bible.

La Parole de Dieu nous dit pourquoi de tels événements se produisent. Elle explique pourquoi Dieu permet de telles épreuves―parfois sur une grande échelle―pour atteindre des buts spécifiques. Elle nous dit aussi ce que Dieu attend de nous : à savoir quels sont les standards de Dieu et comment reconnaître quand nous nous en détournons. Elle démasque la méchanceté dans notre cœur et explique comment la combattre. Elle est, également, pleine d’exemples, tant historiques que prophétiques, de Dieu corrigeant le peuple par des épreuves―même des maladies et des épreuves de santé.

La Bible est donc un guide inestimable à travers un événement comme celui-là. Elle nous dit à quoi nous attendre et comment naviguer avec succès à travers ces eaux agitées.

Voyons d’abord pourquoi Dieu permet cette épreuve.

Dieu a un but magnifique pour l’homme. Mais ce but exige que nous ayons le libre choix ; Dieu ne nous forcera pas d’aller dans Sa voie. Au début du Livre, nos premiers parents, Adam et Ève, ont eu à faire ce choix. Dieu leur a décrit en détail et les a laissé choisir entre l’arbre de la vie et l’arbre de la mort. Ils ont choisi la mort (Genèse 3).

Le reste de ce chapitre montre qu’en raison de leur décision, Dieu prononça certaines malédictions sur eux. Il les a bannis du Jardin d’Éden et leur a coupé l’accès à l’arbre de la vie. Leur décision a coupé l’humanité de Dieu, de Sa vérité, de Sa connaissance et de Sa direction. Depuis lors, l’homme a construit sa propre civilisation loin de Lui, essayant de faire fonctionner les choses par lui-même. C’est pourquoi le monde est si affligé par la misère : parce que, à quelques rares exceptions, nous ne nous soumettons pas à Dieu. Nous vivons d’une manière qui mène à notre propre destruction.

C’est une voie que Dieu a prophétisée, qui mènerait à notre annihilation de la planète―s’Il n’intervenait pas ! Jésus-Christ Lui-même a prophétisé cela, concernant la période juste avant Son Second avènement : « Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé… » (Matthieu 24 : 21-22).

Dieu veut redonner à l’humanité l’incroyable potentialité à laquelle Adam et Ève ont tourné le dos. Il veut convertir le cœur de chaque personne dans le monde, pour nous aider à voir notre erreur en allant dans la mauvaise voie, et instiller en nous un amour pour Sa voie. « Le Seigneur... ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance » (2 Pierre 3 : 9).

C’est Son objectif : nous amener à la repentance.

Qu’est-ce que la repentance ?

La repentance signifie se comparer à la loi d’amour de Dieu, pour voir où nous péchons et où nous avons des défauts, et ensuite changer de direction et obéir à cette loi !

La loi de Dieu, par exemple, vous commande d’aimer Dieu de tout votre cœur, de toute votre pensée et de toute votre force (Deutéronome 6 : 5 ; Matthieu 22 : 37). Se repentir de ne pas agir ainsi signifie s’efforcer de changer. La loi de Dieu interdit de placer quoi que ce soit devant le véritable Dieu (Exode 20 : 2-3). La repentance signifie chercher dans votre vie des domaines où vous donnez la priorité à d’autres intérêts, personnes ou choses devant Dieu. La loi de Dieu interdit l’adultère (Exode 20 : 14 ; Matthieu 5 : 27-28). Cela signifie se détourner de toutes les formes de sexualité en dehors du mariage, y compris la fornication, la pornographie et toute convoitise et perversion (comme définies par Dieu, et non par la société).

La loi de Dieu est parfaite, et elle libère (Jacques 1 : 25). C’est une loi d’amour (Romains 13 : 10). La loi de Dieu définit comment Il pense, comment Il vit, et qui Il est. C’est de cette façon que Jésus-Christ a vécu. « Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements » (1 Jean 5 : 3).

Notre propre pensée, nos raisonnements et nos voies sont irrémédiablement imparfaits. Le monde instable, injuste et malheureux que nous avons construit en est la preuve abondante. Dieu veut que chacun d’entre nous voie la réalité, « la plaie de son cœur » (1 Rois 8 : 38). Il veut que nous évitions la souffrance qui découle de notre confiance en nous-mêmes et en nous comparant aux autres. Il veut plutôt que nous vivions par Sa loi et que nous utilisions le Christ comme notre modèle, parce que c’est ce qui est le meilleur pour chacun d’entre nous, et pour le monde que nous habitons.

Pour Dieu, il s’agit d’une ambition grandissante qu’il faut avoir, parce que le cœur de chaque humain est envahi par la méchanceté (Jérémie 17 : 9). Mais Il réalisera cette ambition par étapes : Il n’essaie pas encore de convertir les gens à la repentance, à grande échelle, mais Son plan magistral inclut bien, en fin de compte, chacun d’entre nous.

Dieu a un avenir extraordinaire pour tous ceux qui sont désireux de venir à la repentance. La véritable repentance comble le fossé entre un individu et Dieu. Donc, la toute première étape vers le bonheur véritable et durable, c’est une repentance authentique, profonde et complète.

Vous êtes-vous jamais repenti devant Dieu ? Très peu de gens l’ont fait. Mais c’est la première étape vers le véritable bonheur et l’accomplissement. Nous devons reconnaître nos propres impuissances et inaptitudes loin de Dieu. C’est la leçon la plus fondamentale que chacun d’entre nous puisse apprendre.

C’est ce qui manquait dans la déclaration du président Trump pour une Journée nationale de prière. Comme l’explique 1 Jean 3 : 22 : « Quoi que ce soit que nous demandions [en prière], nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable ». La prière seule ne suffit pas : nous devons aussi nous tourner vers Lui dans la repentance et l’obéissance. Ses oreilles sont ouvertes aux prières des justes, « mais la face du Seigneur est contre ceux qui font le mal » (1 Pierre 3 : 12). C’est une raison majeure pour laquelle tant de prières ne sont pas exaucées―parce que les gens ne se sont simplement pas soumis entièrement à Dieu. Ils vivent toujours dans la rébellion.

Les bénédictions et malédictions

Une fois que vous comprenez que Dieu tente de nous amener à la repentance, alors plusieurs des prophéties de la Bible prennent tout leur sens.

Considérez Lévitique 26 et Deutéronome 28, connus comme les chapitres des « bénédictions et malédictions ». Ils énumèrent les bénédictions que Dieu donnera, même au niveau national, à ceux qui Lui obéissent—et les malédictions qui viendront pour ceux qui ne le font pas. Ces chapitres sont spécifiquement adressés aux Israélites et à leurs descendants (qui incluent, aujourd’hui, principalement les États-Unis et la Grande-Bretagne), mais le principe s’applique à nous tous, même individuellement.

« Mais si tu n’obéis point à la voix de l’Éternel, ton Dieu, si tu n’observes pas et ne mets pas en pratique tous ses commandements et toutes ses lois que je te prescris aujourd’hui, voici toutes les malédictions qui viendront sur toi et qui seront ton partage : Tu seras maudit dans la ville, et tu seras maudit dans les champs... L’Éternel enverra contre toi la malédiction, le trouble et la menace, au milieu de toutes les entreprises que tu feras... à cause de la méchanceté de tes actions, qui t’aura porté à m’abandonner. L’Éternel attachera à toi la peste » (Deutéronome 28 : 15-16, 20-21). Le mot peste décrit différents types de destruction et de mort ; elle pourrait même être la violence que nous commettons les uns contre les autres.

Dieu devient ensuite plus spécifique, en discutant même des maladies : « L’Éternel te frappera de consomption [maladies dégénératives chroniques], de fièvre, d’inflammation [maladies transmises comme l’influenza―le coronavirus serait inclus], de chaleur brûlante... » (verset 22).

Être maudit par Dieu, qui a une puissance totale, c’est terrifiant ! Peu de gens prennent cet avertissement au sérieux, mais ce n’est qu’un parmi beaucoup de passages bibliques qui montrent comment Dieu corrige Ses enfants quand nous nous éloignons de Lui. Il est comme tout père qui aime ses enfants : ce père interviendra quand il les voit se blesser.

Tout au long de Deutéronome 28, Dieu dit sans cesse que ces malédictions visent à nous ramener à Lui ! Si nous revenions―et aussitôt que cela serait fait―les malédictions cesseraient ! C’est seulement parce que nous refusons de nous repentir qu’elles empireront.

Confinement et idolâtrie

Au sein de cette crise actuelle, combien de personnes recherchent Dieu ? Combien s’examinent selon la parole de Dieu ? Combien se préoccupent des péchés de nos peuples qui amènent ces malédictions sur nous ?

Au lieu de cela, nous voyons les gens faire des réserves, se battre pour des marchandises dans les magasins, vendre des actions sous l’effet de la panique, et rechercher des divertissements pour tout oublier. Des reportages ont fait état d’une augmentation spectaculaire du trafic Internet, en grande partie en raison de personnes s’isolant apparemment à la maison pour jouer à des jeux vidéo en ligne.

Beaucoup de choses que la société aime sont en fait des idoles : les sports, les concerts, les bars, les commodités et le luxe, l’argent et le matérialisme, notre travail, nos portefeuilles d’investissement. Non pas qu’une de ces choses soit mauvaise en soi―mais beaucoup de gens font passer ces choses avant Dieu, ce qui est une forme d’idolâtrie. Maintenant, soudainement, beaucoup de ces « dieux » nous sont enlevés de force.

Peut-être êtes-vous parmi les nombreuses personnes qui ne peuvent pas aller travailler. Vous avez beaucoup de temps devant vous. Profiter de cette occasion pour diriger votre attention sur les choses les plus importantes dans la vie, qui sont trop souvent négligées parmi le brouhaha des responsabilités quotidiennes et des distractions.

Dieu veut que nous voyions tous l’erreur de nos voies et que nous tournions notre cœur vers Lui ! Il veut que l’humanité reconnaisse à quel point la civilisation imparfaite que nous avons construite loin de Lui est défaillante et imparfaite. Il peut utiliser une crise comme celle-là pour essayer de pousser les gens dans cette direction. Mais si les gens ne répondent pas, que peut faire de plus un Dieu aimant ?

Si vous regardez avec la perspective de Dieu, vous verrez pourquoi il est pratiquement certain que ces problèmes s’intensifient. Dieu veut amener les gens à la repentance―afin qu’Il puisse rendre possible cet avenir magnifique qu’Il a pour l’humanité. Ainsi, il va permettre à ce monde d’endurer même de plus grandes souffrances.

Pourquoi les pandémies

La Bible inclut certaines prophéties sinistres au sujet de pandémies, au temps de la fin. Même les sources séculières de nouvelles ont cité certaines d’entre elles.

Dans cette prophétie de Matthieu 24, Jésus a prédit les conditions qui précéderaient Son Second avènement. Il a entre autres parlé de pestes, ou de maladies, survenant dans divers lieux (versets 6-8). Le livre de la Bible le plus détaillé sur les prophéties du temps de la fin, l’Apocalypse, dépeint les quatre cavaliers de l’apocalypse, parmi lesquels le quatrième qui est une représentation des maladies : « Je regardai, et voici, parut un cheval d’une couleur pâle. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjour des morts l’accompagnait. Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre » (Apocalypse 6 : 8). Parmi les armes que ce cavalier manie figurent les maladies épidémiques. Avec ces trois autres cavaliers, ce cavalier à l’aspect anémique sur un cheval pâle terrifiant fera périr « le quart de la terre ». Sur une population actuelle de 7,7 milliards, cela signifie près de 2 milliards de personnes !

Le coronavirus est vraiment un problème―mais comparé à l’échelle de ce qui va arriver, il est à peine notable. Dieu prophétise qu’au moins des dizaines de millions de personnes mourront par la peste !

Mais ne perdez pas de vue la cause. Dieu ne détruit pas sans discernement : Il punit le monde avec amour et de façon mesurée―pour aider l’humanité à se détourner ultimement des chemins de la destruction et à s’engager sur la voie de la vérité et de la paix !

Dieu trompette Son message d’avertissement du temps de la fin à ce monde à travers cette œuvre, accomplissant littéralement Sa prophétie dans Ésaïe 58 : 1 : « Crie à plein gosier, ne te retiens pas, élève ta voix comme une trompette, et annonce à mon peuple ses iniquités, à la maison de Jacob ses péchés ! » Mais si Dieu ne peut pas nous amener à la repentance à travers des paroles, alors Il tentera de le faire par des épreuves, des afflictions et des désastres.

Quand le malheur viendra, certains finalement crieront à Dieu pour avoir Son intervention dans leur vie. Mais physiquement, il pourrait être trop tard. Nous devons chercher Dieu « pendant qu’Il se trouve » (Ésaïe 55 : 6).

Devez-vous souffrir avec ce monde ? Non. Le même Dieu qui contrôle les événements mondiaux est tout à fait capable de protéger les individus. Agissez alors que l’avertissement est toujours en cours, pas seulement après que la calamité frappe. Prenez garde aux paroles de Dieu et tournez-vous vers Dieu maintenant, et vous serez soulagé de Ses malédictions. Il promet de pardonner et ensuite de protéger chaque personne qui se repent. N’attendez pas jusqu’à la grande Tribulation, la pire souffrance que l’humanité aura jamais connue, pour répondre.

Agissez !

La Bible est remplie d’exemples de repentance individuelle et de protection individuelle. L’apôtre Pierre a écrit que « le Seigneur sait délivrer de l’épreuve les hommes pieux, et réserver les injustes pour être punis au jour du jugement » (2 Pierre 2 : 9). Cette leçon imprègne la Bible : Dieu protège les justes, ceux qui obéissent et qui cherchent Sa protection.

Dieu a tout pouvoir sur les maladies. Il dit dans Exode 15 : 26 que « si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les Égyptiens ; car je suis l’Éternel, qui te guérit ». Dieu promet de guérir après la repentance : « Mon âme, bénis l’Éternel, et n’oublie aucun de ses bienfaits ! C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, qui guérit toutes tes maladies » (Psaumes 103 : 2-3). Cela ne veut pas dire que vous ne serez jamais malade. En fait, cette promesse de guérison ne pourrait s’appliquer à quelqu’un qui n’a jamais eu d’infirmités ou de maladies. Le peuple de Dieu peut même contracter le coronavirus. Dieu peut permettre cela comme un test de notre foi.

Mais nous n’avons pas besoin de paniquer durant des temps comme ceux-ci. Le monde est hystérique et apeuré, et cette panique pousse les gens à un comportement répugnant, et à des décisions politiques coûteuses non nécessaires. Mais ceux qui mettent leur confiance en Dieu sont en paix. Ils sont remplis de foi, d’espoir et de réconfort. Dieu promet ces choses.

Il promet aussi, de façon absolue, la guérison. Pourtant, Dieu parfois permet à Son peuple de tomber malade―même de mourir dans la foi, n’ayant pas encore reçu la promesse de la guérison en cette vie (Hébreux 11 : 35-39). La guérison est une promesse certaine, et beaucoup de ceux qui la réclament sont guéris, même immédiatement ! Mais pour certains, cela aura lieu à la résurrection. (Si vous voulez plus d’informations sur cette doctrine biblique inspirante, demandez notre brochure gratuite La pure vérité sur la guérison.)

Dieu ne promet pas que l’on ne mourra jamais dans cette vie physique. En fait, Dieu promet que vous allez subir des épreuves ! Mais avec le Christ en vous, vous pourrez vaincre ces épreuves avec foi. Cela fait toute la différence―quelle que soit l’issue.

Dieu garantit la paix d’esprit durant la pire des crises. Il est aux commandes, et Il promet, dans Romains 8 : 28, que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein ». Il se peut que nous connaissions quelques-uns des mêmes problèmes qui s’abattent sur le monde, pourtant, nous avons un espoir solide dans l’avenir que Dieu a promis comme « une ancre de l’âme » pour nous stabiliser même dans les troubles.

Êtes-vous prêt pour les crises à venir ? Commencez à vous préparer en vous repentant devant Dieu. C’est ce que Dieu recherche par-dessus tout. Et à ceux qui se tournent vers Lui avec des cœurs suppliants, Il offre une protection—une sauvegarde—individuelle contre la pire des tempêtes à venir (voir Luc 21 : 36). C’est le seul endroit sûr où investir votre foi.

Si vous voulez être guidé sur la façon de se repentir, et réagir par rapport à ce que vous lisez, nous pouvons vous aider. Nous produisons beaucoup de documents qui visent à vous aider à faire du mode de vie de Dieu votre mode de vie ! Un bon point de départ pour commencer, c’est de lire la brochure de notre rédacteur en chef, Comment être un vainqueur , en commençant par le chapitre un, « La repentance envers Dieu ». Il vous donne une instruction essentielle et pratique, sur la vie chrétienne, pour vous aider à faire de réels changements dans votre vie. Vous pouvez, également, trouver une éducation utile, et adaptée sur notre autre site web, pcg.church.

Over Fr Ad