Imminent%20cover

Allemagne—Un nouveau roi est imminent

17/12/2018  •  de latrompette.fr
La fin de Merkel pourrait être un point tournant, non seulement pour l’Allemagne, mais pour le monde entier
 

Chaque lecteur devrait surveiller l’Allemagne attentivement. Cette nation connaît des changements qui vont remodeler le pays et toute l’Europe. Chose étonnante, la plupart du monde est endormi à ces développements dramatiques.

Le 29 octobre, la chancelière allemande Angela Merkel annonçait son intention de se retirer de la politique allemande. En décembre, elle céda son poste de chef de l’Union chrétienne-démocrate. Cependant, elle veut rester chancelière de l’Allemagne jusqu’à la prochaine élection, prévue pour 2021.

Beaucoup sont sceptiques au sujet de son plan. Être chancelière, sans être dirigeante du parti principal qui gouverne, est très inhabituel. De plusieurs façons Merkel pourrait être forcée de quitter son poste bien avant 2021. Jusque là, elle est dirigeante en fin de mandat. La chancelière allemande n'a maintenant plus le soutien de son propre parti, et son mandat au pouvoir a une date d’expiration bien précise.

La position politique de Merkel, aussi bien en Europe qu’en Allemagne, s’est affaiblie depuis un certain temps. Aujourd’hui, l’Allemagne crie pour un dirigeant fort, et l’Union européenne veut un dirigeant et une direction plus forte venant de l’Allemagne. Maintenant que Merkel est sur la voie de la sortie, l’Allemagne et l’Europe sont plus perdues que jamais.

Déjà, beaucoup se demandent si le déclin de Merkel annonce des temps instables et dangereux pour l’Europe. Le New York Times a écrit que son annonce a « créé un degré de panique au cœur de l’Union européenne » (30 octobre, 2018). L’ancien ministre allemand des Affaires étrangères, Joshcka Fisher écrivait le 30 octobre, « Il n’est pas exagéré de dire que 2019 sera l’année qui fera ou brisera l’Union européenne. »

Ces temps sont cruciaux et historiques pour le continent. Sa crise des migrants et ses problèmes financiers menacent d’exploser. L’Islam radical est maintenant profondément enraciné et pourrait lancer d'autres attaques à tout moment. Et maintenant, il n’y a pas de dirigeant fort à la barre. Pouvez-vous voir pourquoi nous avons besoin de surveiller l’Allemagne ?

« Ce n’est pas seulement à Berlin que la prise de décision devient cruellement difficile », écrivait le Telegraph. « Bruxelles se fiait sur Merkel pour donner la direction dans les moments de crise… En l'absence d'un véritable pouvoir à Berlin, Bruxelles manque d’une main ferme pour diriger le reste de l’Europe » (29 octobre, 2018).

La crise politique allemande est certaine de s’aggraver. D’importants segments du peuple allemand supportent maintenant des partis politiques extrêmes, tel que Alternative für Deutschland et Die Linke (La Gauche). Pendant ce temps, le soutien pour les partis politiques traditionnels est réservé. Il sera difficile pour le successeur de Merkel, quel qu’il soit, d'obtenir un large soutien de la population.

Les commentateurs ne voient aucune porte de sortie à cette crise. « L’avenir immédiat de l’Allemagne semble être un peu comme celui de beaucoup d’autres pays d’Europe—un paysage électoral changeant, des gouvernements instables, des tentatives d’essai et des erreurs qui mènent à l’impasse », avertissait Bloomberg (29 octobre, 2018).

L’avertissement de Geopolitical Futures était encore plus dramatique : « Ce qui est certain c’est que l’Allemagne est fatiguée de ses dirigeants politiques, mais incertaine de qui devrait les remplacer. Ce genre d’incertitude politique pourrait ne pas avoir d’importance dans la plupart des pays, mais en Allemagne, le cœur battant de l’Europe, cela a de profondes implications internationales » (29 octobre, 2018 ; l’emphase est la mienne tout au long).

Depuis de nombreuses années, nous avons averti de ce moment précis. La fin de Merkel pourrait être un point tournant non seulement pour l’Allemagne, mais pour le monde entier !

Des changements politiques stupéfiants

Depuis 2015, l’Union chrétienne-démocrate de la chancelière Merkel et son parti frère, l’Union chrétienne-sociale, ont subi plusieurs revers électoraux inattendus. En septembre 2017, les partis dominants ont obtenu de si mauvais résultats lors des élections fédérales qu’il a fallu six mois pour rassembler une coalition—ce fut la plus longue période depuis 1945, où l’Allemagne est restée sans gouvernement.

La position impopulaire de la chancelière Merkel en faveur des immigrants a causé la montée spectaculaire du parti anti-migrant, l’Alternative für Deutchland (AfD). Les sondages montrent que l’AfD est maintenant le deuxième parti le plus populaire du pays.

Ces changements devraient réveiller le monde entier à ce qui se passe en Allemagne ! Le mécontentement allemand et sa colère montent en flèche. Si vous comprenez l’histoire et le caractère national du peuple allemand, vous savez que cela a de sérieuses implications pour cette puissante nation au cœur de l’Europe !

Angela Parallaz
(Sean Gallup/Getty Images)

Il y a une forte demande pour un nouveau dirigeant en Allemagne. Le peuple ne peut pas se mettre d’accord sur ce que ses politiques devraient être—mais ils veulent quelqu’un de différent de Merkel, et quelqu’un ayant de la vision.

« Une chose n’a joué absolument aucun rôle » dans la politique de Merkel, écrivait le Foreign Affairs : « une réelle vision politique à elle » (2 novembre, 2018).

« Angela Merkel aurait fait une excellente dirigeante politique en temps ordinaire », continuait Foreign Affairs. Cependant, elle est venue sur la scène « à un moment dans l’histoire d’après-guerre en Allemagne lorsque le pays—et le monde—avaient désespérément besoin que son chancelier poursuive une vision courageuse ». Le Gardian a écrit que l’un des gros problèmes de Merkel, aux yeux de ses critiques, était qu’elle n’avait « aucune vision réelle ».

Les Allemands aujourd’hui ont faim pour quelqu’un de différent ! Quelqu’un avec du charisme et de la vision—quelqu’un qui peut vraiment calmer leurs craintes et résoudre les problèmes urgents auxquels l’Allemagne et l’Europe sont confrontées.

Un ‘Roi’ allemand est imminent

La Bible prophétise que les Allemands auront ce dirigeant. Elle décrit même les conditions politiques qui amèneront cet homme au pouvoir—et ces conditions politiques sont très semblables aux conditions politiques présentes en Allemagne et en Europe !

Daniel 8 est l'une des prophéties les plus phénoménales dans la Bible et vous avez besoin de la comprendre.

Le livre de Daniel a été écrit seulement pour la fin des temps (Daniel 12 : 4 et 9). La dernière partie de Daniel 8 : 17 dit : « car la vision concerne un temps qui sera la fin ». Elle devient plus spécifique au verset 19 : « Puis il me dit : Je vais t'apprendre, ce qui arrivera au terme de la colère,… » Dieu veut nous faire réaliser l'urgence de cette prophétie. Il parle non seulement du temps de la fin, mais de la toute fin—la finale du temps de la fin !

Daniel prophétise qu’un dirigeant fort s’élèvera en Europe, celui que Daniel décrit comme « le roi du nord ». « À la fin de leur domination, lorsque les pécheurs seront consumés, il s'élèvera un roi impudent et artificieux » (Daniel 8 : 23 ). Dieu appelle ce dirigeant « un roi ». Encore une fois, cet homme dirige « le roi du nord », cette superpuissance européenne.

La plupart des gens aujourd’hui sont tout à fait ignorants au sujet du Saint-Empire romain, même si cette puissante entité historique exerce une forte influence sur l’Europe moderne. Il y a des années, Herbert W. Armstrong a rencontré Otto von Habsbourg, le chef de la maison royale de Habsbourg, vieille de 700 ans, qui régna sur le Saint Empire romain dans l’ère qui précédait Napoléon. À cette époque, Otto von Habsbourg était membre du parlement Européen. Il a dit : « La Communauté [européenne] vit en grande partie de l’héritage du Saint Empire romain, quoique la grande majorité de ses habitants ignorent de quel héritage ils vivent ».

Regardez au cours de l’histoire, et vous trouverez six résurrections de ce Saint Empire romain. Aujourd’hui la septième résurrection nous fixe du regard—cependant les gens ne savent pas ce que c’est. C’est incroyable ! Même les gens qui y vivent ne le savent pas. Nous devons être familiers avec le Saint Empire romain !

« Nous possédons un symbole européen qui appartient également à toutes les nations d’Europe », disait M. Habsbourg. « C’est la couronne du Saint Empire romain, qui incarne la tradition de Charlemagne. » Le roi à venir en Europe s'appropriera cette couronne.

Ce dirigeant à venir bientôt pourrait littéralement être appelé un roi. Même s’il ne l’est pas, la Bible lui donne ce titre. Quand la Bible parle d’un roi, dans la plupart des cas, elle ne se réfère pas à un gouvernement démocratique. Même si cet homme n’a pas le titre de « roi », il régnera comme un monarque absolu, comme un roi autoritaire directement sorti du Moyen Âge. La vision de Daniel montre que le gouvernement de l’Europe est sur le point de devenir bien plus autoritaire. Il n’est pas difficile d’imaginer ce qui se passe, compte tenu de l’appétit croissant, en Allemagne et en Europe, pour exactement ce même type de gouvernement.

On parle encore de cet homme dans Daniel 11 : 21 : « Un homme méprisé prendra sa place, sans être revêtu de la dignité royale ; il paraîtra au milieu de la paix, et s'emparera du royaume par l'intrigue. »

Notez comment cet homme est décrit. Il est « impudent et artificieux », ce qui signifie qu’il est puissant, fort et cruel. Il comprend « les énigmes ». Clarke’s Commentary dit qu’il est « très éduqué et talentueux dans toutes les choses relatives au gouvernement et à ses intrigues »—un politicien rusé. Il hérite du trône de l’Europe « au milieu de la paix », obtenant son royaume par la « flatterie ». Il est malin et sournois, avec un esprit brillant et une personnalité engageante et attirante. Le Jamieson, Fausset and Brown Commentary dit « la nation ne lui donnera pas le royaume par un acte public, mais il l’obtiendra par l’intrigue, la ‘flatterie’ ». En d’autres mots, un public séduit, ou un groupe de dirigeants européens, invitent vraisemblablement cet homme au pouvoir.

Les conditions actuelles en Europe, incluant la crise des réfugiés et la confusion dans la politique allemande, fournissent probablement l'une des plus grandes opportunités jamais vues pour qu’un nouveau dirigeant arrive au pouvoir « par les flatteries ». La chancelière Merkel est sur la voie de sortie et est maintenant un canard boiteux. Attendez-vous à ce que les crises sociales et politiques en Allemagne et en Europe, ainsi que le ressentiment et la colère du public, augmentent encore plus profondément.

Ensuite surveillez un homme fort qui en tire avantage et se fraye un chemin vers le pouvoir par les flatteries !

Une Allemagne transformée

« Les Allemands s'élèveront-ils encore à des idées de grandeurs illusoires ? » demandait Gerhard Marx dans sa thèse de 1969 « Une analyse de deux mille ans du caractère allemand ».

C’est une question importante. En 1914 et 1939, l’Allemagne a commencé deux guerres mondiales. Lors de la Première Guerre mondiale, quelques 16 millions de personnes furent tuées ; et dans la Seconde Guerre mondiale, un autre 60 millions de personnes. Ceci fait que les sujets du leadership et du comportement allemand sont une question vitale pour le monde entier.

L’histoire nous dit que nous devons surveiller l’Allemagne et chercher les signes indiquant qu’elle pourrait commencer une autre guerre !

Voici comment Marx a répondu à cette question : « Pas tant qu’un élément manque—un dirigeant fort autoritaire. Une fois qu’il apparaît, les caractéristiques que les Allemands ont toujours eues redeviendront évidentes pour tous. »

Cela a été le cas tout au long de l’histoire. L’Allemagne n’ira en guerre que si elle a le pouvoir. Mais le pouvoir seul n’est pas suffisant. Les gens du peuple allemand ont besoin d’un homme fort, autoritaire pour les diriger.

Plus récemment, le journaliste Heribert Prantl écrivait quelque chose de semblable dans son article de 2011 intitulé « Le désir pour un Messie ». Comme le chroniqueur de la Trompette, le défunt Ron Fraser, l'écrivait à l’époque, « Prantl soulignait deux composantes profondes du caractère national allemand : l’incompatibilité avec la démocratie et la nostalgie pour un dirigeant messianique ».

Aujourd’hui, l’Allemagne est une grande puissance. Elle domine et même opprime l’Europe. Mais il lui manque un dirigeant fort. Et elle n’est pas sur le point de se lancer dans une guerre majeure ou de faire quoi que ce soit d’autre qui soit trop radical avant qu’elle ait ce dirigeant fort. L’Allemagne a toujours eu besoin d’un chef qui inspire la confiance. Et quand cet homme fort est présent, la nation peut changer rapidement et radicalement !

En 2011, Prantl pointait vers un homme qui pourrait remplir ce rôle de Messie allemand. « Tout véritable pouvoir politique a besoin d’un enchantement », écrivait-il. Il parlait de « la magie de la démocratie » et comment les gens languissent pour que ses promesses et ses illusions soient réelles. Puis il a écrit, « après son apparition sur scène, Karl-Theodor zu Guttenberg a satisfait ce désir durant deux ans ».

Il poursuivait : « Certain écrivent, ‘Nous pensons qu’il est gutt’ [jeu de mot avec le nom Guttenberg et le mot gut qui veut dire bon] ; d’autres parlent de son charisme, et comment cela manque généralement dans une démocratie, mais peut être trouvé doublement chez Guttenberg. … Le mot charisme est un mot significatif dans le contexte de la recherche de l’éclat et la splendeur dans la démocratie : ‘charisme’ contient ‘chrisme’ (chrême), l’huile sacrée pour l’onction royale. »

Guttenberg Parallax
(Johannes Simon/Getty Image)

Karl-Theodor zu Guttenberg a quitté la politique cette même année. Mais le souvenir de ce charisme demeure, et beaucoup d’allemands parlent encore de lui. En 2017, Spiegel Online écrivait, « Si l’ancien ministre de la défense Guttenberg revenait en Allemagne après son exil en Amérique et exigeait la direction de son parti, il la gagnerait en un rien de temps » (24 avril, 2017). En avril 2018, le journal britannique Express se référa à lui comme « le possible successeur d’Angela Merkel ».

L’Express a noté la dure condamnation de Guttenberg pour le refus de Merkel de bombarder le régime d’Assad en Syrie. Il accusait Merkel de « laisser les autres faire le sale boulot ». Merkel, disait-il, « n’a jamais pris les devants ».

Ces paroles sont dures. C'est clair qu'il n'a pas peur de critiquer son ancienne patronne, et il ne craint pas d’aller en guerre. Ses paroles dures contre Merkel ont sans aucun doute résonné chez beaucoup d’allemands !

Guttenberg a fait ses preuves politiquement. En tant que ministre de la défense, il a réformé l’armée allemande. Il a mit fin à la conscription, qui avait fourni à l’Allemagne une grande armée, mais peu mobile. Guttenberg voulait bâtir une armée agile qui puisse visiter les points chauds dans le monde entier et intervenir pour protéger les intérêts économiques de l’Allemagne. Il disait que l’armée devait être la « principale priorité » de l’Allemagne. Il préconisait d’unir les forces armées européennes en une puissance militaire unique. Aujourd’hui, les forces armées européennes travaillent de plus en plus ensemble, exactement comme Guttenberg le voulait.

Guttenberg sait que l’Allemagne conduirait cette armée européenne unie, parce qu’elle conduit déjà l’Europe !

Dans notre édition de janvier 2011, nous écrivions : « Sous la direction de Karl-Theodor zu Guttenberg, la Bundeswehr évolue exactement dans le même sens de ce que les dirigeants anglais et américains, après la Seconde Guerre mondiale, avaient si fort combattu pour l'interdire : une armée professionnelle sujette à l’influence de l’élite allemande. »

Daniel 8 nous en dit plus sur ce dirigeant à venir : Le verset 25 dit que « À cause de sa prospérité et du succès de ses ruses, »—il est trompeur—« il aura de l'arrogance dans le cœur, il fera périr beaucoup d'hommes qui vivaient paisiblement ». En d’autres mots, cet homme parle de paix tout le temps, mais ensuite il lance des combats et des guerres !

Karl-Theodor zu Guttenberg pourrait-il accomplir cette prophétie ? Il y a certainement quelques bonnes indications qu’il le pourrait, venant même de ces journalistes et écrivains allemands. Mais la Bible nous donne cependant une autre raison.

Une prophétie vitale

Apocalypse 17 parle du Saint Empire romain et donne une attention spéciale aux événements entourant sa septième et dernière résurrection. Le verset 10 est essentiel pour comprendre l’homme fort à venir en Europe. Dans la traduction Moffatt nous lisons, « Ils sont sept rois, desquels cinq sont tombés, un est vivant, et l’autre n’est pas encore arrivé—et quand il arrive, il ne restera que pour peu de temps. »

Notez l’élément de temps dans cette prophétie. Ces « sept rois » sont sept résurrections successives de ce Saint Empire romain. Mais notez, ce verset concentre notre attention sur un moment spécifique : le temps où « cinq sont tombés » et « un est vivant » (Moffatt). Il attire notre attention sur l’époque de la sixième de ces sept résurrections.

Étudiez l’histoire, et vous pouvez voir exactement ce que chacune de ces résurrections était : la Restauration Impériale de 554 après J.-C. ; le Royaume Franc de 774, dominé par Charlemagne ; le Saint Empire romain de 962 ; la Dynastie des Habsbourg de 1520 ; le royaume de Napoléon de 1805. La sixième tête de ce Saint Empire romain était sur la scène durant la Première et la Seconde Guerre mondiale, culminant dans le règne d'Adolphe Hitler, l’un des dirigeants les plus brutaux que ce monde aie jamais connu.

Pourquoi le verset 10 se concentrerait-il sur la sixième tête en particulier ? Parce que la signification d’Apocalypse 17 a été révélée quand la sixième tête était sur la scène ! Herbert W. Armstrong s’est converti en1927 et a commencé sa puissante œuvre religieuse dans les années 1930. M. Armstrong était la préfiguration de l’Élie du temps de la fin prophétisé par Jésus-Christ dans Matthieu 17 : 10-11 ; il est venu sur la scène mondiale et a « restauré toutes choses »—incluant la compréhension de la prophétie biblique que nous avons besoin de comprendre pour cette période de temps !

Dieu commença à travailler avec M. Armstrong pratiquement à la même époque où Adolphe Hitler écrivit Mein Kampf et commençait à prendre le pouvoir en Allemagne. M. Armstrong est apparu sur la scène durant la terrifiante sixième tête du Saint Empire romain ! Il vivait et travaillait dur quand la sixième résurrection du Saint Empire romain dévastait l'Europe. Et M. Armstrong a commencé à prophétiser au sujet de la septième et finale résurrection du Saint Empire romain même avant que la Seconde Guerre mondiale soit terminée !

Apocalypse17 : 10 ne révèle pas seulement le Saint Empire romain—il révèle l’Élie de Dieu du temps de la fin ! Il révèle où se trouve la véritable Église de Dieu.

Sans relâche, Herbert Armstrong donnait l'avertissement au sujet de la septième et dernière résurrection du Saint Empire romain, jusqu’à sa mort le 16 janvier, 1986. Durant sa vie, l’un des plus puissants politiciens d’après guerre s'appelait Franz Josef Strauss. M. Strauss parlait tout le temps de la nécessité pour l’Europe de ressusciter le Saint Empire romain. Qu’il l’ait réalisé ou non, Strauss parlait au sujet de la septième tête de cet empire.

Remarquablement, Franz Josef Strauss était un ami proche de Herbert W. Armstrong. Il visita même le Collège Ambassador à Pasadena, en Californie, où M. Armstrong était chancelier. Strauss décrivit sa visite comme le jour le plus heureux de sa vie et il disait à M. Armstrong, « Nous avons besoin d’un Collège Ambassador en Allemagne. » N’était-ce pas remarquable ? Je ne crois pas que c’était une coïncidence qu’il y ait eu un lien entre M. Armstrong et M. Strauss.

En juillet 1983, M. Armstrong s’est également lié d’amitié avec Otto von Habsbourg quand il visita le Collège Ambassador. M. Armstrong dirigeait un collège minuscule et une église minuscule selon les critères de ce monde. Pourtant, il recevait les dirigeants les plus significatifs en Europe en ce qui a trait au Saint Empire romain, M. Strauss et M. von Habsbourg. Pourquoi ? Parce que M. Armstrong est indirectement le point central d’Apocalypse 17 :10.

Mais l’histoire devient encore plus intéressante. Franz Josef Strauss était le mentor politique d’Edmond Stoiber, l'éminent politicien de l’Union chrétienne-sociale qui est presque devenu chancelier d’Allemagne avant que Angela Merkel le soit. Et M. Stoiber était le mentor de Karl-Theodor zu Guttenberg !

Que se passe-t-il ici ? Tout pivote autour d’Apocalypse 17 :10, et je crois que Dieu nous aide à voir qui est cet homme fort.

Voici ce que j’ai écris dans ma brochure Un dirigeant allemand fort est imminent  : « Guttenberg est aussi lié, à travers une partie de sa lignée familiale, à la maison des Habsbourg. Strauss et Otto von Habsbourg partageaient un rêve commun d’une Europe catholique unie. Les deux ont personnellement partagé des détails de cette vision avec Herbert W. Armstrong durant les visites qu’ils ont faites au campus du Collège Ambassador à Pasadena, en Californie. Pour Otto von Habsbourg, le rêve était une résurrection du Saint Empire romain. Pour Herbert Armstrong, ce rêve deviendrait la réalité de la septième résurrection du Saint Empire romain prophétisée dans la Bible. »

Le titre aristocratique du Baron Guttenberg est Reichsfreiherr, signifiant « Baron du Saint Empire romain ». Il vient d’une lignée d’élites d'aristocrates qui ont joué un rôle dévastateur dans l’histoire allemande. Est-ce seulement une coïncidence ?

La fin de l’Empire

Les livres de l’Apocalypse et de Daniel nous pointent vers des temps vraiment sombres dans un avenir proche. La prophétie biblique dit que cet homme fort conduit le monde entier dans un Armageddon nucléaire sans précédent. Mais ils pointent aussi vers une bonne nouvelle, juste au-delà de cette période sombre—et cette bonne nouvelle en éclipse totalement la négativité !

Juste quelques versets après Apocalypse 17 :10 il est écrit ceci : « Ils combattront contre l'Agneau [parlant de Jésus-Christ à Son retour], et l'Agneau les vaincra, parce qu’il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois, et les appelés, les élus et les fidèles qui sont avec lui les vaincront aussi. » (verset 14). Cette prophétie s’attache directement au Second avènement de Jésus-Christ ! Il reviendra pour arrêter le Saint Empire romain de causer encore plus d'effusion de sang. C’est une importante perspective à se rappeler.

La prophétie dans Daniel 8 mène à la même conclusion. Le verset 25 se lit ainsi, « Il s'élèvera contre le Prince des princes ; mais il sera brisé, sans l’effort d'aucune main. » Jésus-Christ détruira surnaturellement le terrible empire que cet homme commande !

Les événements en Allemagne et en Europe indiquent que la septième et finale résurrection du Saint Empire romain est maintenant sur place ! Cela donne à réfléchir, bien qu’incroyablement passionnant. La présence du Saint Empire romain signifie que le Christ est sur le point de revenir sur Terre pour mettre fin à la destruction. Il prophétisa dans Matthieu 24 : 21-22 que s’Il ne revenait pas, personne ne serait sauvé vivant ! L’humanité ne peut pas arrêter la violence qui approche. Mais le Christ va revenir—et Lui peut et Il l’arrêtera !

Seul Jésus-Christ peut donner à l’humanité la paix, la joie et le bonheur qui nous ont toujours échappé. Ces développements montrent que les prophéties du temps de la fin sont en train de s’accomplir rapidement ! Les événements actuels en Allemagne conduisent rapidement à cette conclusion remplie d’espoir. 

Lead Ad Fr