180904 heiko%20maas gettyimages 1026520340
Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas

GETTY IMAGES

L’Allemagne planifie la destruction du système financier américain SWIFT

19/10/2018  •  de latrompette.fr
La France et l’Allemagne annoncent qu’ils travaillaient sur un nouveau système de commerce international en dehors du contrôle américain.
 

La déclaration d’indépendance de l’Europe envers les États-Unis a atteint le domaine économique. Le 27 août, la France et l’Allemagne ont annoncé qu’ils travaillaient sur un nouveau système de commerce international qui n’était pas soumis au contrôle américain.

« Nous devons accroître l’autonomie et la souveraineté de l’Europe dans le commerce et dans les politiques économiques et financières », a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas. « Ce ne sera pas facile, mais nous avons déjà commencé à le faire. »

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a acquiescé, en disant, « Avec l’Allemagne, nous sommes déterminés à travailler sur un outil de financement européen ou franco-allemand indépendant qui nous permettrait d’éviter d’être les victimes collatérales des sanctions extraterritoriales américaines. Je veux que l’Europe soit un continent souverain, pas un vassal, et cela signifie avoir des instruments de financement totalement indépendants qui n’existent pas aujourd’hui. »

L'un des plus concrets de ceux-ci, est un plan pour créer un rival européen au système de paiement international swift. « Si cela se produisait, il pourrait peut-être ouvrir la voie à une redéfinition géopolitique de l'Europe en termes de son indépendance militaire et stratégique », a écrit Pepe Escobar pour l'Asia Times.

Ceci peut sembler comme un problème technique, mais il s'agit de l'Europe qui rejoint la Russie et la Chine pour isoler les États-Unis du commerce mondial, tout comme la Trompette l'avertit depuis des années.

Lorsque la Chine a présenté ses plans pour une nouvelle version du système swift, Robert Morley, de la Trompette a décrit ceci comme « un point tournant possible dans la domination économique des États-Unis ».

swift est un système de messagerie qui permet aux banques de s'envoyer les unes aux autres les détails de leurs transactions. Il s'agit de la principale forme de communication internationale pour les banques, qui se transmettent 15 millions de messages par jour. swift est basé à Bruxelles, mais il prend ses ordres des États-Unis. L'Amérique utilise ce pouvoir pour empêcher certaines nations à avoir accès au système financier mondial.

Plus récemment, les États-Unis ont ordonné à swift d'interdire l'accès à l'Iran, à partir du 4 novembre. Sans swift, les banques iraniennes n'auront aucun moyen de communiquer avec la communauté bancaire mondiale. Combinez ce pouvoir de l'Amérique sur le système swift avec le fait que le dollar est la monnaie de réserve la plus commune du monde et la monnaie la plus utilisée dans le commerce mondial, et cela signifie que l'Amérique est une superpuissance économique. Le reste du monde n'est pas heureux à ce propos.

L'Europe peut désirer commercer avec l'Iran. Mais à moins qu'elle ne fasse de grands changements, à partir du 4 novembre, ce sera très difficile pour elle de le faire.

La Chine a créé son système chinois de paiement international (cips) comme alternative à swift en 2015. Au début de cette année, la Russie a testé sa propre version de swift. À présent, l'Europe travaille sur son propre système.

C'est un changement énorme. Le yuan chinois a un long chemin à faire pour défier la suprématie du dollar. Il est utilisé dans seulement 1,6% des transactions de paiement international. Le rouble russe est encore plus loin de pouvoir contester le dollar. Mais l'euro est presque déjà à égalité: il est utilisé dans 36% des transactions internationales, contre 39,9 % pour le dollar. L'utilisation de l'euro comme monnaie de réserve est encore loin derrière le dollar. L'Europe doit trouver une solution convaincante et permanente à la crise de l'euro pour gagner la confiance à long terme des investisseurs. Mais une fois que cela se produira, l'euro deviendra un rival très crédible face au dollar.

Le professeur Christopher Bovis a déclaré à Deutsche Welle que l’Europe travaille déjà sur un système swift alternatif : « La commission Européenne développe un système parallèle à swift, qui permettra à l’Iran d’avoir une interface avec les systèmes financiers européens et les systèmes européens de compensation en utilisant les valeurs soutenues et créées par la Banque européenne d’investissement, et basées sur l’euro. »

Le désaccord sur l'Iran n'est simplement que le dernier déclencheur. Les Européens n'aiment pas qu'on leur dise avec qui ils peuvent ou ne peuvent pas faire commerce. « À l'heure actuelle, nous sommes sur un parcours de collision entre les deux continents, entre les deux systèmes économiques », a déclaré Bovis. « Et l'utilisation de l'environnement réglementaire financier, y compris swift, qui associe le système de paiement et celui de la compensation, est utilisé pour promouvoir les objectifs économiques et diplomatiques des États-Unis. Et l'UE répond avec beaucoup de succès. »

« L'UE qui développe un système indépendant la mettant à l'abri des sanctions des États-Unis, menace fortement les principaux intérêts américains dans la perception de l'administration de Trump », a déclaré à Deutsche Welle, Thordesten Benner, directeur du groupe de réflexion de l'Institut mondial de politique publique.

Bloomberg dit que la dernière avancée est « un signal que les puissances européennes essaient de faire preuve de sérieux pour démontrer un plus grand niveau d'indépendance face aux États-Unis. »

En 2015, Morley écrivait à propos de cette tentative de s'éloigner du contrôle des États-Unis en réponse aux sanctions américaines :

Un grand pouvoir, en particulier l'abus réel ou supposé d'une grande puissance, mène à l'insurrection.

En juin 2014, le Département de la Justice des États-Unis a condamné la banque française BNP Paribas à une amende de US$ 8,9 milliards pour avoir utilisé des dollars pour faciliter le commerce avec Cuba et l'Iran, bien que la banque n'enfreignait pas la loi française. L'Amérique n'a pas aimé que la banque aidait ces nations, ainsi la banque fut forcée de payer ou d'être exclue du système monétaire américain—une condamnation à mort financière.

La banque paya. Tout comme la Standard Chartered Bank britannique, la Commerzbank allemande et la banque suisse UBS, parmi tant d’autres.

Arnaud Montebourg, ministre des Finances de France, a déclaré au Financial Times que la politique américaine est une « guerre économique ».

Vous pourriez être d’accord qu’il était approprié pour l’Amérique de cibler les banques étrangères faisant affaire avec des pays sanctionnés par l’Amérique… Mais le résultat indéniable de cette action et des actions similaires est un monde qui recherche un nouveau système qui évite le dollar—et le contrôle des États-Unis.

Avec l'Amérique qui impose des sanctions à l'Iran, puis les supprime, puis les réimpose une fois de plus, cette recherche d'un nouveau système prend forme avec plus de vigueur que jamais. Bien sûr, je suis pour que les États-Unis prennent des mesures contre l'Iran. Mais le reste du monde a une vision différente.

« Le système swift—l'arme financière la plus puissante de l'Amérique—pourrait devenir obsolète », écrivait Morley. « Pas tout de suite. Mais bientôt. » Aujourd'hui cette l'obsolescence est plus proche que jamais. Une alternative prendra du temps pour être mise en place. Il semble improbable que l'Europe soit en mesure de concocter un nouveau système à temps pour sauver l'Iran de la date limite du 4 novembre. Mais les Européens ne veulent plus se retrouver à nouveau dans une telle position.

Avec la Russie, la Chine et maintenant l'Europe, tous cherchant à éviter la domination financière des États-Unis, l’Amérique se trouve avec toutes ces autres économies majeures se liguant contre elle.

C'est exactement ce que nous avons prédit depuis des années. Dans son livre Ezekiel : The End-Time Prophet (Ézéchiel : Le prophète du temps de la fin—disponible en anglais seulement), le rédacteur en chef de la Trompette, Gérald Flurry, écrit :

La prophétie indique que l'Union européenne, dirigée par l'Allemagne, va bientôt unir ses forces avec la Russie, la Chine et le Japon pour empêcher les États-Unis d’avoir accès à de plus en plus de marchés (voir Ésaïe 23). À mesure que les États-Unis et la Grande-Bretagne deviennent de moins en moins compétitifs dans le monde, le chômage augmentera graduellement. ... Les États-Unis et la Grande-Bretagne seront tenus à l'extérieur tandis que deux blocs commerciaux gigantesques, l'Europe et l'Asie, s'accorderont et commenceront à réglementer le commerce mondial. Ces nations ... seront littéralement assiégées—et économiquement éjectées hors du commerce mondial !

Nous voyons ceci se former en ce moment. Ces nations cherchent déjà des moyens de commercer entre eux, sans les États-Unis. La Bible nous dit qu'une fois qu'ils y arriveront, ils isoleront l'Amérique, de la même façon que les États-Unis se coupent maintenant de l'Iran, mais avec des conséquences beaucoup plus désastreuses. Deutéronome 28 : 52 et d'autres prophéties affirment que la Grande-Bretagne et l’Amérique seront « assiégées »—coupées du commerce.

La prophétie biblique s’accomplit devant vos yeux. Pour comprendre exactement ce que la Bible dit sur ce siège à venir et comment il se déroulera, lisez notre article “Les guerres commerciales ont commencé.” 

Tb Ad Fr