Emiel molenaar 110153 unsplash%20copy

Emiel Molenaar/Unsplash

La grandeur nationale promise à Israël ne fut jamais reçue par les Juifs—Pourquoi? (première Partie)

09/03/2018  •  de latrompette.fr
Les Anglo-Saxons selon la prophétie (chapitre trois)
 

La suite provenant de   Des prophéties scellées jusqu’à notre époque! (première Partie)

Avant la deuxieme guerre mondiale, les peuples britanniques et américains avaient acquis plus de deux tiers des ressources cultivées et des richesses du monde. Pourtant, si étonnant que cela puisse paraître, ils n’en ont bénéficié que soudainement, à partir de 1800. Une telle chose ne s’était jamais vue auparavant. Jamais aucune nation ne s’était agrandie de telle façon, ni ne s’était développée aussi rapidement, atteignant un tel niveau de prospérité nationale.

Et pourtant, nous voyons cette grandeur, puissance et prospérité nationale diminuer et même s’évaporer sous nos yeux. Pour ce qui est de la Grande-Bretagne, elle se désintègre plus rapidement qu’elle n’avait surgi! Du jour au lendemain, pour ainsi dire, elle s’est vu privée de ses colonies et de ses possessions—source de sa grandeur—et rabaissée au rang d’une puissance de deuxième ou de troisième rang. Pourquoi? Il existe une raison à cela! Ces événements sont étroitement liés aux promesses que Dieu fit à Israël. À ce jour, le peuple juif n’a jamais hérité de ces promesses. Et maintenant, à moins que le peuple et le gouvernement des États-Unis en tiennent compte et qu’ils prennent immédiatement des mesures draconiennes, la nation américaine est condamnée à dégringoler encore plus rapidement dans l’ignominie et ils perdront totalement leurs richesses, leur grandeur et leur puissance nationales!

Et pour la même raison!

Il nous appartient sans tarder à passer rapidement en revue cette histoire et ouvrir nos yeux aux promesses divines et aux avertissements presque entièrement non réalisés par nos peuples. Tout est relié avec la simple histoire biblique, généralement ignorée, qui mène à la connaissance de nos ancêtres incroyables et à notre identité prophétique moderne. Et c’est l’histoire la plus étonnante et fascinante que vous n’avez jamais lue. Plus étrange que la fiction—et pourtant, c’est vrai!

Pourquoi avons-nous la bible d’IsraËl?

Il y a plusieurs milliers d’années, Dieu tout-puissant promit à Abraham une grandeur, une prospérité et une puissance nationales. Pourtant, peu l’ont remarqué en parcourant la Bible, bien qu’elle décrive essentiellement, depuis la Genèse jusqu’à l’Apocalypse, l’histoire des Israélites. D’autres nations, bien sûr, y sont également mentionnées, mais seulement dans la mesure où elles entrent en contact avec Israël.

La Bible parle des Israélites et de leur Dieu. Elle a été inspirée par le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob; l’Ancien Testament a été préservé par les Israélites. Dans ses écrits sacrés, nous lisons que les promesses et les alliances de Dieu, de même que les rapports filiaux et la gloire appartiennent à Israël (Romains 9:4).

Nous sommes obligés de nous rendre à l’évidence: les Anglo-Saxons—pas les Juifs—ont hérité des phases physiques et nationales de telles promesses!

Pourquoi en a-t-il été ainsi? La Bible est un ouvrage destiné principalement à Israël, tant physique que spirituel. Elle a été inspirée par Dieu, et nous a été transmise grâce à Ses prophètes. N’est-il pas étrange, par conséquent, que les peuples anglo-saxons soient ceux qui croient le plus en elle, et qu’ils soient les protagonistes de cet ouvrage? De tous les peuples, ils sont les principaux adorateurs du Dieu d’Israël et du Messie d’Israël—tout au moins de nom et en apparence, même si ce n’est pas par les oeuvres et en vérité?

Plus on se rend compte de cette vérité, plus il s’avère qu’une connaissance approfondie des Israélites est indispensable à la bonne compréhension de la Bible qui s’intéresse principalement à eux, en tant que peuple. Une telle connaissance devient de plus en plus importante si l’on veut comprendre la situation actuelle dans laquelle se trouvent les Anglais et les Américains, de par le monde—la part qu’ils ont dans les conditions mondiales sans précédent, à notre époque fatidique!

Alors que nous entreprenons l’étude de cette histoire fascinante, lorsque la Bible parle de choses charnelles, matérielles, réelles, raciales et nationales autant que spirituelles, gardons-nous de «déspiritualiser» ce qui a trait aux nations, ou de rationaliser ce qui est spirituel.

Cherchons surtout à comprendre la parole sacrée de Dieu, telle quelle!

Son origine tirée d’un seul homme

Avant Moïse, il n’existait aucun peuple sur terre, connu sous le nom de peuple de Dieu. La parole de Dieu, sous forme écrite, n’existait pas: il n’y avait pas d’Écritures inspirées; pas de Bible!

Songez-y! Pendant plus de 2500 ans, soit deux millénaires et demi, l’humanité a vécu sans aucune révélation divine sous forme écrite. Les seuls renseignements concernant les rapports entre Dieu et l’humanité, avant la formation d’Israël, sont l’histoire telle que révélée dans la Bible. Et ce qui est encore plus surprenant, c’est que des cinquante chapitres qui constituent la Genèse, les onze premiers seulement se rapportent à l’histoire du monde avant Abraham, le père des Israélites!

Surprenant? Ces onze premiers chapitres couvrent une période de plus de 2000 ans, soit plus d’un tiers de toute l’histoire.

Dieu commença l’humanité par un seul homme—Adam. Lorsque Dieu utilise les êtres humains, Il commence toujours par agir sur une petite échelle; puis, comme le grain de sénevé, Il termine en faisant les choses en grand.

L’Éternel eut directement affaire avec le premier homme, et Il lui apparut personnellement. Il lui révéla toutes les informations essentielles, inaccessibles à l’esprit humain autrement que par révélation. Il lui communiqua les fondements indispensables de toute connaissance: ce qu’est l’homme; pourquoi il existe; le but de la vie; la voie qui procure la paix, la santé, la prospérité, le bonheur et la joie; le destin de l’homme et son avenir … 

Dieu révéla au premier homme ces fondements de toute connaissance. Il Se fit connaître à Adam en tant que l’Éternel, le Créateur, le Souverain de la terre et de tout l’univers. Il révéla que l’homme était différent des animaux; il a été créé à l’image et selon la ressemblance divines, muni de pouvoirs intellectuels que nulle autre créature physique ne possède. L’homme a la potentialité de développer le caractère divin et d’hériter la vie éternelle dans le Royaume de Dieu—s’il le désire. Dieu révéla à Adam la voie qui procure la paix, une vie palpitante, le bonheur et le bien-être dans l’abondance.

Pour permettre l’accès à ces bénédictions, Dieu avait mis en mouvement Sa Loi spirituelle, qui cause de tels effets. Mais Adam écouta Satan et se fia à son propre raisonnement humain. Il désobéit à Dieu, rejeta la voie qui produit tous les bienfaits voulus, et se dirigea dans la voie humaine de l’envie et de l’orgueil.

L’humanité méprise la voie divine

A mesure que les hommes se multiplièrent sur la terre, ils suivirent Adam dans sa voie charnelle, inspirée par Satan. Trois personnes seulement sont citées jusqu’à Abraham comme ayant accepté la voie divine—trois personnes seulement pendant plus d’un tiers de l’histoire! Il est dit d’Abel qu’il était juste; d’Enoc qu’il marchait avec Dieu, et de Noé, qu’il était prédicateur de justice (ce qui signifie qu’il obéissait au gouvernement divin—Psaumes 119:172).

A part ces trois personnes, et peut-être Sem, aucune mention n’est faite de quelqu’un qui se soit soumis au gouvernement divin, avant Abraham.

A l’époque d’Abraham, les hommes avaient déjà perdu 1a connaissance du véritable Dieu, de Son dessein et de la voie divine qui procure la paix, le bonheur et la vie éternelle. L’homme a agi à sa guise et s’est engagé dans la voie opposée a celle des lois divines spirituelles.

Le péché et la violence emplirent la terre. 

La suite sur...

Usbp Ad Fr