Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Hearers

iStock.com/mustafahacalaki

La montée des « Entendeurs »

Pourquoi la société a-t-elle changé son attitude envers les personnes qui entendent des voix ?

Les entendeurs se souviennent de 1987 comme l’année où entendre des voix est devenu normal. « Il reste difficile à contester que 1987 a marqué un tournant dans l'histoire de l'entente de voix », écrit Angela Woods dans un article paru dans le Journal of Mental Health (Journal de la santé mentale) intitulé « Les entendeurs de voix ». Traditionnellement, les gens qui entendaient des voix dans leur tête que personne d'autre ne pouvait entendre ont été diagnostiqués avec une schizophrénie ou un trouble bipolaire et sont devenus des exclus sociaux. Mais, depuis 1987 il y a eu un changement dans la façon dont la société réagi face aux entendeurs de voix. Plutôt que d'essayer d'arrêter les voix ou de donner aux entendeurs un traitement médical, les psychiatres encouragent les gens à dialoguer avec les voix qu’ils entendent, et ils veulent que la société considère ce comportement comme normal et acceptable.

Les gens qui entendent des voix dans leur tête sont plus communs que vous ne le pensez. En 1991, le département de l'hygiène mentale à l'Université Johns Hopkins a publié le plus grand sondage jamais réalisé sur l'entente de voix dans l’ensemble de la population en dehors des cliniques de santé mentale. Sur les 18,000 personnes évaluées, 10 à 15 pour cent ont expérimenté une sorte d’hallucination auditive ou visuelle.

Est-ce qu’entendre des voix est normal ?

Dans un article de juin 2017 pour l'Atlantic intitulé « Les médiums qui entendent des voix pourraient avoir trouvé quelque chose », Joseph Frankel a discuté des réseaux croissants qui visent à aider les gens à gérer et à contrôler les voix dans leur tête. Son article tourne principalement autour des travaux du psychologue de Yale Phillip Corlett et du psychiatre de Yale Albert Powers.

Corlett et Powers essaient d'aider les gens à apprendre à contrôler les voix dans leurs têtes plutôt que de s’en débarrasser. Leur approche consiste à étudier et à observer les médiums. Les médiums permettent volontairement les voix dans leurs esprits et prétendent pouvoir les contrôler.

Frankel a écrit que chaque psychiatre à qui il a parlé « partagent la croyance qu'un comportement inhabituel ne devrait entrer dans le domaine du diagnostic que lorsqu'il cause de la souffrance ». Ils disent que les personnes qui entendent des voix n'ont pas besoin de demander une aide médicale à moins que ces voix causent des dommages.

À certains égards, cette approche peut être bonne. Souvent, les médicaments que les médecins prescrivent amplifient effectivement le problème. Mais ce qui est troublant à propos des points de vue de Frankel et des autorités qu’il cite est qu’ils croient qu’entendre des voix n’est pas étrange et n’est pas un problème tant que vous contrôlez ce que vous entendez et que vous contrôlez votre réaction à cela.

« L'influence du contexte social faisait partie de ce qui a motivé Corlett et Powers », a écrit Frankel. « Lorsqu'ils ont entrepris de concevoir leur étude, ils avaient besoin d’un groupe de personnes en bonne santé qui entendent des voix régulièrement, et dont les expériences sont acceptées dans leur groupe social ».

Un point majeur que Corlett et Powers ont entrepris de faire était que l’opinion de la société en matière de santé mentale a un impact important sur la façon dont les gens se sentent à propos d'entendre des voix dans leur tête. Les médiums acceptent ces voix et interagissent avec des gens qui ne pensent pas qu’entendre des voix est bizarre ou dangereux. Corlett et Powers croyaient que si la société dans son ensemble cesse d'étiqueter les personnes qui entendent des voix comme schizophrènes ou bipolaires, ces gens se sentiront mieux à ce sujet, et seront plus en mesure de contrôler leurs symptômes.

L'homosexualité a connu le même processus, a souligné Frankel. Dans les années 1970, l'homosexualité était un trouble mental. Puis c’est devenu largement accepté. Aujourd'hui, cela est considéré comme normal et est encouragé.

Commencer une conversation

Au milieu des années 1980, une femme aux Pays-Bas nommée Patsy Hage avait du mal à surmonter les voix dans sa tête. Elle rechercha des soins médicaux. Les médicaments ne fonctionnaient pas et Patsy devenait de plus en plus frustrée et aliénée. En 1987, elle a confronté son psychiatre, Marius Romme. Les deux ont convenu que l'approche traditionnelle de la médication et la suppression des voix ne fonctionnaient pas. Ils ont décidé d'arrêter de traiter l'entente de voix comme une maladie mentale et de commencer à en parler ouvertement.

Ils ont participé à un entretien à la télévision nationale pour discuter ouvertement avec le monde des choses que Patsy expérimentait. Des centaines de personnes ont répondu au programme en admettant qu'elles avaient entendu des voix, mais qu'elles avaient réussi à vivre avec elles sans l'aide de la psychiatrie.

C'est alors que le Mouvement des entendeurs de voix a commencé. Angela Woods a écrit que « le premier congrès mondial des entendeurs de voix a eu lieu en Hollande plus tard cette année-là [1987], et à partir de là, un mouvement international des entendeurs de voix s'est répandu d'abord au Royaume-Uni, qui compte maintenant un réseau de plus de 180 groupes d’entendeurs de voix, puis en Europe, en Australie, en Amérique et au-delà ».

Le Mouvement des entendeurs de voix est un réseau libre de groupes organisés localement dans le but d'aider les gens qui entendent des voix à surmonter les voix dans leur tête.

« Avec l'aide d'un facilitateur ou d'un conseiller, les groupes encouragent une approche dans laquelle les gens qui entendent des voix écoutent, parlent et négocient avec le message qu'ils entendent dans l'espoir d'apprendre à le surmonter », a écrit Frankel. Le New York Times a signalé que ces types de groupes « ont triplé en nombres au cours des dernières années, à plus de 80 groupes dans 21 états ».

Qui est réellement en contrôle ?

Les psychiatres admettent qu'ils ne connaissent pas très bien la science derrière les voix. Pour la communauté intellectuelle, il est difficile de déchiffrer la cause physique de ce qui semble être un problème spirituel. Dans son article, Frankel cite une anthropologue nommé Tanya Luhrmann. Lorsqu'on lui a demandé à propos de l’audition des voix et de sa relation avec la santé mentale, Luhrmann a répondu : « Il y a tellement que nous ne comprenons pas ».

Encourager les gens à adopter ces voix, et ensuite essayer de normaliser ce comportement, est par contre, l'approche la plus dangereuse.

Pourtant, la source mystifiante de ces voix devient claire et simple, si vous croyez à la Bible et comprenez qu'il y a un monde des esprits.

« Est-ce que les esprits maléfiques affectent même votre propre vie ? » a demandé Herbert W. Armstrong dans son livre Le mystère des siècles. « C’est un mystère pour la majorité des gens, mais la Bible révèle l’existence d’un monde très réel, bien qu’invisible—une autre dimension, comme on l’appelle parfois—un autre monde existant avec le nôtre, absolument imperceptible à nos cinq sens. Il s’agit du monde spirituel », a-t-il écrit.

La Bible décrit un « dieu de ce monde » qui est aussi « le prince de la puissance de l'air ». Cet être a également « séduit toute la Terre » : C’est Satan le diable. La Bible dit que les Chrétiens n’ont pas à « lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes ». (Éphésiens 6 : 12, version Louis Segond). Elle dit aussi spécifiquement que Satan et les démons ont été précipités sur la Terre.

La Bible révèle également comment répondre à ce monde spirituel maléfique. Jacques 4 : 7 dit « Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il fuira loin de vous ». Éphésiens 5 : 11 dit « et ne prenez point part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt exposez-les » (selon la Revised Standard Version). C'est le contraire de ce que les médecins conseillent aux gens de faire.

Les scientifiques qui rejettent l'existence du monde spirituel diront que la Bible n'est pas basée sur des faits et est non valable. Pourtant, en même temps, ils n'offrent aucune explication pourquoi les gens entendent des voix. S'ils travaillaient à partir d'une fondation qui reconnaissait le monde spirituel, ils seraient en mesure de comprendre pourquoi tant de gens entendent des voix—et même pourquoi ces chiffres ont augmenté depuis le milieu des années 1980. Ils comprendraient qu’encourager les gens à entretenir les voix est la prescription la plus dangereuse qu'ils peuvent donner ! Il est extraordinairement dangereux pour la société d'essayer de normaliser ce type de comportement.

Même beaucoup de chrétiens doutent qu'il y ait un vrai démon, littéral ou réel, ou des démons littéraux. Pourtant, Jésus-Christ a rencontré Satan (Matthieu 4) et des démons à plusieurs reprises et a mis en garde de leurs influences maléfiques (par exemple, Marc 1 : 23-27, Matthieu 8 : 28-34 ; 17 : 18 ; 12 : 43-45).

Le royaume des esprits est réel, et les êtres humains sont définitivement influencés par cela. Ces esprits sont responsables de plus de problèmes dans ce monde que les gens réalisent.

Sous l'influence de Satan le diable, la société veut normaliser un comportement qui contredit directement ce que Dieu enseigne dans la Sainte Bible. Mais continuez à surveiller, parce que plus les gens adoptent ce genre de comportement, plus fou ce monde va devenir. Les universitaires sont tout aussi confus sur la façon de résoudre le problème que les gens qui se tournent vers eux à la recherche de réponses. Mais ça ne doit pas être un mystère. Vous pouvez comprendre pourquoi cela arrive. Vous pouvez comprendre qui est impliqué et comment ils sont impliqués. Et cela vous mènera à la solution réelle. 

No Fr