1 artem sapegin 229391%20%281%29

Artem Sapegin/Unsplash

Le Cheval Pâle (troisième partie)

11/01/2018  •  de latrompette.fr
Les quatre cavaliers de l'apocalypse (chapitre quatre)
 

La suite provenant de   Le Cheval Pâle (deuxième partie)

P

ERSONNE N’EST À L’ABRI

Le 10 octobre 1994, le U.S. News and World Report fit paraî- tre un article donnant un compte-rendu détaillé des efforts faits aux Indes pour essayer d’enrayer la première éruption de peste depuis près de 50 ans. Elle commença en septembre 1994 dans la ville côtière de Surat, tuant au moins 54 personnes. Comme nous l’avons expliqué pour les autres cavaliers de l’Apocalypse, la guerre, la famine et les épidémies peuvent sévir ici aussi facilement qu’à l’étranger. Dans une de ses éditions suivantes, le U.S. News montra que d’autres maladies que l’on croyait supprimées, ont réapparu. Elles comprennent le syndrome pulmonaire causé par le virus Hanta et la bactérie streptococcique “mangeuse de chair.”

Ici en Amérique, les soins de santé demeurent un sujet controversé parmi nos législateurs. Des milliards de dollars sont dépensés annuellement. Néanmoins, des dizaines de milliers d’individus n’ont aucune assurance médicale. Nous avons déjà trop de problèmes pour tenter de nous occuper de façon satis- faisante des nouveaux problèmes qui semblent apparaître sans avertissement.

Pour rendre les choses pires, nous vivons aujourd’hui dans un “petit monde.” Les officiels fédéraux du domaine de la santé avouèrent, au début de 1995, que certains passagers et personnel de bord sur les vols commerciaux aux Etats-Unis ont été infectés par la bactérie causant la tuberculose. Bien qu’ils soulignent que la possibilité d’attraper la tuberculose à bord d’un avion soit faible, ils conseillent aux gens dont la cutiréaction à la tuberculose est positive de voyager par moyen de transport privé ou de remettre à plus tard leur voyage jusqu’à ce qu’ils ne soient plus contagieux. Au moins une demi-douzaine d’individus ont été exposés et ont réagi positivement à la maladie. Ils sont maintenant porteurs de la maladie et ils sont à risque (5-10%) pour le reste de leur vie s’ils ne sont pas traités avec les drogues appropriées. La tuberculose se répand au moyen de gouttelettes lorsqu’une personne tousse, éternue ou respire. On peut empêcher les voyageurs ayant des maladies contagieuses qui se répandent par l’air de voyager par avion, mais le Air Transport Association avoue qu’il n’est pas facile de les identifier. Le syndicat représentant les hôtesses de l’air veu- lent que les lignes aériennes augmentent la quantité d’air frais dans les cabines afin de réduire les contaminants, mais cela n’aura pas pour effet de diminuer beaucoup les risques d’infection.

Et tout cela durant une période de paix et de “normalité.” Qu’en est-il des actes flagrants de terrorisme ayant pour objectif d’endommager la qualité de l’air, du sol ou de l’eau? Que se passe- rait-il durant une guerre nucléaire? Nicholas Wade dans A World Beyond Healing (p. 89) déclara: “Avec beaucoup de personnes affaiblies par les radiations, le stress et l’insuffisance alimen- taire, il pourrait y avoir des éruptions de maladies contagieuses. Des épidémies de maladies déjà conquises depuis longtemps, tel- les le choléra, la fièvre typhoïde, la tuberculose et même la peste bubonique, pourraient de nouveau prendre leur plein essor si les barrières érigées par les services de la santé publique devaient perdre leur efficacité.” M. Wade ajoute plus loin: “la radiation émise par les armes nucléaires ne fait pas apparaître de nou- veaux types de cancer, mais augmente l’incidence de ceux qui se produisent déjà de toute façon.” Le cancer, la leucémie, le dia- bète, les maladies coronariennes, la liste des malheurs affligeant notre société en temps de paix n’a pas de fin. Comment seraient les choses en période d’holocauste nucléaire?

Les docteurs en médecine pourraient-ils avoir la maîtrise de la situation? “La terre serait roussie, le ciel serait rempli de concentration mortelle de particules radioactives et les per- sonnes ayant besoin de soins médicaux ne peuvent s’attendre à aucune réponse de la part de la médecine” (1981, 1st Congress of the International Physicians for the Prevention of Nuclear War).

UN MAL NÉCESSAIRE

“Avons-nous compris?” comme M. Armstrong fut si souvent inspiré de demander. Il n’existe aucun espoir pour l’humanité comme collectivité; nous ferions mieux alors de nous tourner vers Dieu, individuellement. Après avoir minutieusement passé en revue et analysé dans le détail les quatre cavaliers de l’Apoca- lypse, nous devrions en arriver à cette unique conclusion. Mais l’humanité refuse d’avouer qu’elle fait erreur.

Le grandiose Créateur qui maintient l’univers en existence et qui aime les êtres qu’Il a créés, ne se réjouit nullement de voir ses futurs enfants dans la souffrance. Cela Le désole de savoir l’hor- rible perte en vies humaines qui va bientôt déferler sur la terre. Dans Exode 15:26, Dieu avait promis à l’Israël d’autrefois que s’ils Lui obéissaient, ils ne seraient jamais affligés par la maladie, mais qu’ils jouiraient au contraire d’une excellente santé. Dans Deutéronome 7:15, Dieu déclara qu’Il ne les châtierait pas avec les mêmes maladies que l’Egypte. Mais plus tard, il jura de leur infliger de pire fléaux. Pourquoi? Pour ne pas avoir obéi!

Deutéronome 29:22-25 décrit un temps encore plus lointain dans l’avenir où les nations demanderont pourquoi il fut néces- saire que ces maladies infectent l’humanité. La réponse est vraiment très simple: parce que les gens se sont rebellés et ont servi d’autres dieux. Ezéchiel 38:22 décrit de quelle façon Dieu implorera Israël et comment Il en viendra à être connu de mil- liards de personnes qui, soit par ignorance, soit volontairement, transgressèrent Ses lois. Même après les épidémies, plus toutes les autres choses qui se sont déjà produites et celles qui sont encore du domaine de l’avenir, la majorité des gens refusera encore de se repentir!

De façon générale, les gens ne se repentiront pas, mais une minorité d’entre eux se repentira. Dans le Psaume 91:3, 6, Dieu promet de nous protéger de la maladie si nous Lui faisons confiance. Certains prophètes des temps anciens furent mis dans de dangereux cachots pour avoir proclamé ce message d’avertisssement qui semble si pessimiste (Jérémie 38:2). En dépit de cela, Jérémie continua de sonner l’alarme parce qu’il savait fort bien quel sort encore pire s’abattrait sur lui s’il ne prophétisait pas. Nous partageons son inquiétude au sujet de notre sort si nous n’avertissons pas ce monde des événements qui sont sur le point de l’affliger.

UNE FAÇON DE S’EN SORTIR

Des millions sont morts, ou mourront inutilement, parce qu’ils ne tiennent ou ne tiendront pas compte des avertissements— celui-ci et d’autres—leur disant de se tourner vers Dieu avec le genre d’attitude de contrition requise pour Lui plaire (Esaie 66:2). Malheureusement, il semble que beaucoup voient les signes des temps où nous vivons et pourraient donc s’échapper, mais ils n’agissent pas. Naïvement, la plupart sont comme du bétail se rendant à l’abattoir, totalement inconscients de ce qui se profile devant eux, juste devant leur nez. Beaucoup d’autres reconnaî- tront les quatre cavaliers de la tromperie religieuse, de la guerre, de la famine, et des épidémies, mais ils ne sauront pas de quel côté se tourner pour s’échapper s’ils rejettent la seule source leur permettant de s’échapper de façon permanente—DIEU!

Dieu veut un repentir véritable—que nous nous détournions de la “nature humaine” matérialiste qui est nôtre, pour dévelop- per la nature spirituelle que, dès l’origine, Dieu voulait voir se développer en nous. Au lieu de cela, l’homme devient sa propre loi et construit des abris contre les bombes, des enclos parami- litaires ou même s’enfuit vers des endroits isolés dans une vaine tentative de sauver sa propre vie physique.

“Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés” (Matthieu 24:22). Les élus protégés comprendront ceux qui continuent de s’ac- crocher à Ses vérités révélées et qui obéissent à toutes Ses lois (Apocalypse 3:10; 12:14). Ce tout petit groupe de futurs dirigeants sera protégé dans le lieu de sécurité ultime où ils recevront leur formation finale avant d’être autorisés à régner, 3 1/2 ans plus tard, lors de l’Avènement du Christ. Il ne peut y avoir de plus grand intérêt que celui de s’efforcer de nous conformer aux standards de caractère édictés par Dieu, afin de survivre au châtiment symbolisé par les quatre cavaliers de l’Apocalypse. Bientôt cette vision sera “très réelle” pour ceux qui s’obstinent à refuser de se soumettre à Dieu.

Grâce à Dieu qui arrêtera les événements avant leur plein accomplissement à cause des véritables élus—quelques mil- lions d’êtres humains n’auront pas à mourir, bien qu’ils puissent certainement souhaiter le contraire! Ils auront à endurer le temps des pires souffrances que l’humanité a jamais subies (Jérémie 30). Le Message de Malachie explique de quelle façon les chrétiens laodicéens perdront leur vie physique durant la Grande Tribulation et comment la moitié d’entre eux perdront leur vie éternelle. L’Eglise philadelphienne de Dieu continue d’être une source d’encouragement pour tous ceux qui sont prêts à sou- mettre leurs natures humaines entêtées à la volonté de Dieu. Les broyeurs de noir ne peuvent que dire sans répit à quel point les choses empireront, mais sans avoir l’espoir que bientôt, les cho- ses seront tellement meilleures. Jésus-Christ reviendra sous peu sur cette terre pour lui apporter toute la joie et tout le bonheur que l’homme a sans cesse désirés!

Dieu dans sa miséricorde mettra fin au balayage mortel des quatre cavaliers de l’Apocalypse juste avant l’extermination complète de l’humanité de la surface de cette planète. Enfin, l’homme aura l’attitude plaisante d’un petit enfant grâce à laquelle Dieu peut accomplir Son travail dans le merveilleux Monde à Venir (Matthieu 18:1-6). Sommes-nous tous en train de travailler à notre salut “avec crainte et tremblement” (Philippiens 2:12) afin de pouvoir prendre part au Plan grandiose et magistral de Dieu pour l’humanité? 

Four Ad Fr