Farmland

John Reed/Unsplash

Le droit d’aînesse—à son apogée—et maintenant! (première partie)

08/11/2018  •  de latrompette.fr
Les Anglo-Saxons selon la prophétie (chapitre douze)
 

La suite provenant de  Pourquoi Israël a perdu son identité (cinquième partie)

J

usqu’à quel point les peuples britanniques et américains sont-ils devenus puissants et prospères? Et que dire de leur situation présente? Pourquoi la Grande-Bretagne a-t-elle déjà perdu la plupart de ses colonies—de ses possessions—de ses ressources, de ses richesses, de sa puissance et de son influence dans le monde? Pourquoi n’est-elle plus vraiment la Grande-Bretagne—une grande puissance mondiale?

Pourquoi les États-Unis sont-ils maintenant discrédités, méprisés, haïs de tant de nations? Pourquoi n’ont-ils pas pu remporter la victoire dans la guerre de Corée? Pourquoi n’ont-ils pas pu vaincre le petit Vietnam du Nord?

Ce qui compte, avant tout, c’est de se rendre compte jusqu’à quel point les peuples britanniques et américains ont atteint une telle renommée—de telles richesses et une telle puissance.

Les gens on coutume de considérer leur position—et celle de leur pays—comme allant de soi. Seulement une infime minorité se rend compte de l’abondance inouïe dont ces nations ont bénéficié. Lorsque nous évaluons, nous procédons par comparaisons. Le citoyen moyen, de la Grande-Bretagne, de l’Australie ou du Canada, ne s’est jamais rendu dans les pays du Tiers monde, arriérés, infestés d’épidémies, dans ces contrées où l’on rencontre tant de gens illettrés, vivant dans une misère abjecte, telles que certaines régions reculées de la Chine, de l’Inde, du Moyen-Orient ou de l’Afrique Noire. Il ne se rend pas vraiment compte de la malpropreté, de la puanteur, de la pauvreté et de la misère dans lesquelles vit la plus grande partie de l’humanité.

Peu de gens ont vraiment suffisamment voyagé pour s’apercevoir des différences qui existent entre le niveau de vie des pays occidentaux et celui des vastes régions sous-développées du globe. Nous autres, nous ne nous rendons généralement pas compte de ce que nous avons reçu—et nous n’en sommes pas non plus reconnaissants. Nous n’avons pas rendu grâce à Dieu, et nous n’avons pas su apprécier notre responsabilité face à ces bénédictions immenses.

Peu de gens se rendent compte que leurs possessions ,ou ce qu’ils voudraient posséder, impliquent automatiquement une certaine responsabilité quant à leur utilisation. Si un garçonnet de huit ans reçoit en cadeau une bicyclette toute neuve, sait-il ce qu’on attend de lui? A-t-il conscience de sa responsabilité? Si ses parents ne lui en parlent pas, comment le saura-t-il? Ses parents doivent lui expliquer qu’il a besoin de prendre soin de sa bicyclette, qu’il doit conduire prudemment, et faire attention de ne pas se blesser ou de blesser autrui.

Quand Dieu a prodigué à nos peuples—aux descendants des tribus d’Israël—une si grande prospérité et une si grande puissance, des possessions économiques telles qu’aucun autre peuple n’en a jamais reçu, avons-nous su les apprécier? Nos peuples ont-ils perçu le poids immense de leur responsabilité quant à l’utilisation sage et adéquate de leurs possessions?

Pas du tout! Ils n’ont même pas su en apprécier la valeur. Ils n’ont surtout pas témoigné leur gratitude envers leur Créateur pour les biens qu’Il avait mis à leur disposition! Mais quelle était, au juste, la valeur de ces bénédictions relatives au droit d’aînesse? Comment celles-ci se mesuraient-elles?

La richesse inhérente au droit d’aînesse

Relisez les promesses prophétiques contenues dans Genèse 22:17.

Dieu déclara à Abraham: «Je te bénirai et je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer; et ta postérité possédera la porte [les portes, dans l’original] de ses ennemis.»

Relisez également la prophétie faite à l’occasion du départ de Rebecca, alors qu’elle quittait les siens pour épouser Isaac: «Ils bénirent Rebecca, et lui dirent: ô notre sœur, puisses-tu devenir des milliers de myriades, et que ta postérité possède la porte de ses ennemis!» (Genèse 24:60).

Dans ce passage, une fois encore, la traduction française laisse à désirer. Il faut lire, en effet, «les portes [et non pas la porte] de ses ennemis». Comme nous pouvons le voir, les «portes» des nations ennemies représentent les points stratégiques (canaux, isthmes, détroits, etc.)—les portes maritimes contrôlant les allées et venues, les entrées et les sorties, à destination et en provenance de ces pays. Bien que toute richesse provienne du sol, la prospérité et l’abondance des nations sont toujours fonction, malgré tout, de leurs industries et de leur commerce. Tout commerce entre les nations s’est toujours fait grâce aux voies maritimes—grâce aux bateaux et, à l’intérieur des continents, par voies ferrées.

Fait significatif: le premier bateau à vapeur fut mis en service par Robert Fulton, en 1803—précisément à l’époque où la Grande-Bretagne et l’Amérique amorçaient leur ascension économique en tant que nations! C’est également au 19e siècle que les chemins de fer firent leur apparition!

Comme nous l’avons déjà vu, étant donné que le droit d’aînesse avait affaire avec des nations, les «portes» de leurs ennemis allaient être des passages tels que Gibraltar, Suez, Singapour, le canal de Panama, etc.

La Grande-Bretagne et l’Amérique prirent possession de toutes les «portes» principales du globe! En conséquence, ce doit être une indication supplémentaire montrant que ces nations sont en majorité l’Israël moderne. L’issue de la Seconde Guerre mondiale s’est jouée sur ces «portes». Elles étaient devenues non seulement des passages stratégiques, mais elles représentaient également les plus grandes forteresses du monde. Toutefois, à présent, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont perdu la plupart de leurs portes. Il n’y a pas longtemps, l’Amérique a perdu le canal de Panama—et il semble que, sous peu, la Grande-Bretagne perdra Gibraltar. Pourquoi?

Lisez Genèse 39:2,23: «L’Éternel fut avec lui [Joseph], et la prospérité l’accompagna … l’Éternel était avec lui. Et l’Éternel donnait de la réussite à ce qu’il faisait.» Et Dieu a fait, assurément, prospérer les descendants de Joseph—les îles Britanniques et les États-Unis—en leur accordant la fabuleuse promesse du droit d’aînesse qu’Il avait faite aux descendants de Joseph! 

Considérez la bénédiction prophétique que Moïse fit avant de mourir, et dans laquelle fut annoncé l’avenir de chacune des tribus, en ces derniers jours.

«Sur Joseph il dit: Son pays recevra de l’Éternel, en signe de bénédiction, le meilleur don du ciel, la rosée, les meilleures eaux qui sont en bas, les meilleurs fruits du soleil, les meilleurs fruits de chaque mois, les meilleurs produits des antiques montagnes, les meilleurs produits des collines éternelles … Que la grâce de celui qui apparut dans le buisson vienne sur la tête de Joseph [Ephraïm et Manassé]. «De son taureau premier-né [héritier du droit d’aînesse] il a la majesté; ses cornes sont les cornes du buffle [la licorne—le sceau national de la Grande-Bretagne]; avec elles il frappera tous les peuples, jusqu’aux extrémités de la terre: Elles sont les myriades d’Ephraïm, elles sont les milliers de Manassé» (Deutéronome 33:13-17).

Où qu’ils se situent à présent, Ephraïm et Manassé doivent avoir hérité des meilleures terres, des meilleurs minerais, et autres richesses—des plus grandes mines d’or, d’argent et de fer, des meilleurs gisements pétrolifères, des meilleures mines de charbon, des meilleures forêts, bref, des meilleures ressources du globe.

Quelles sont les nations qui correspondent à une telle description, pour qui de telles prophéties ont été accomplies? En particulier, la Grande-Bretagne et les États-Unis!

Plus de la moitié de toutes les terres cultivables fertiles des régions tempérées du globe échurent, à partir du début du 19ème siècle, à ces deux grandes puissances! Les riches terres agricoles du bassin du Mississipi; les immenses champs de blé et de céréales du Midwest américain, du Canada et de l’Australie; les forêts gigantesques du nord-ouest de l’Amérique et de plusieurs autres parties du monde; les gisements aurifères de l’Afrique du Sud, de l’Australie, de l’Alaska et des États-Unis; les gigantesques mines de charbon des États-Unis et des îles Britanniques; les chutes d’eau naturelles et autres ressources génératrices d’énergie responsables du fonctionnement intensif des industries et des manufactures de l’Angleterre et de l’est des États-Unis; les terres productrices des meilleurs fruits de la côte Pacifique et de la Floride . Quelles autres nations combinées ont jamais possédé tant de richesses matérielles?

Toute cette richesse n’a surgi qu’à partir du début du 19ème siècle! 

La suite sur...

Usbp Ad Fr