180320 horst%20seehofer gettyimages 931759086
Le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer
GETTY IMAGES

Le ministre allemand de l'Intérieur : C’est le christianisme, pas l'Islam, qui façonne l'Allemagne

16/04/2018  •  de latrompette.fr
La chancelière Merkel n'est pas d'accord, mais la plupart des Allemands sont d'accord avec Horst Seehofer : « L'Islam n'appartient pas à l'Allemagne. »
 

Quelques jours après que le gouvernement allemand a été assermenté, le nouveau ministre de l'Intérieur, des Travaux publics et de la Patrie a déclenché un nouveau conflit. Horst Seehofer a déclaré au quotidien allemand Bild dans une entrevue publiée le 16 mars que « l'Islam n'appartient pas à l’Allemagne ». D'autres membres du gouvernement nouvellement formé ont critiqué le commentaire de Seehofer, mais beaucoup d'Allemands sont d'accord avec lui.

Attribuable en grande partie aux crises des réfugiés au Moyen-Orient et des politiques d'immigration permissives du gouvernement, le nombre de musulmans vivant en Allemagne est passé à environ 4,5 millions. De nombreux électeurs allemands ont puni les partis traditionnels lors des élections fédérales de septembre, préférant voter pour des partis populistes comme Alternative pour l’Allemagne (AfD). Seehofer, qui est président de l'un des principaux partis allemands, l'Union chrétienne-sociale (csu), espère récupérer ces électeurs.

Dans l’entrevue, Seehofer a expliqué que bien que les musulmans appartiennent à l'Allemagne, leur religion ne l'est pas. « L'Islam n'appartient pas à l’Allemagne. L'Allemagne est façonnée par le christianisme », a-t-il déclaré à Bild. « Cela inclut le repos du dimanche, les fêtes religieuses et les rituels tels que Pâques, la Pentecôte et Noël. Bien entendu, les musulmans qui vivent avec nous appartiennent à l'Allemagne. Mais bien sûr, cela ne signifie pas que nous abandonnons nos traditions et nos coutumes qui sont spécifiques à notre pays par fausse considération » (traduction de la Trompette tout au long).

Un sondage mené par la firme Civey pour le quotidien allemand Die Welt a révélé que la plupart des Allemands étaient d'accord avec la déclaration de Seehofer (76 pour cent). Dans le parti sœur de Seehofer, l’Union chrétienne-démocrate (cdu), une majorité encore plus grande est d'accord (88 pour cent). La déclaration de Seehofer a davantage de soutien de la part des partis d'opposition, tels que le Parti libéral-démocrate (91 pour cent) et l’AfD (95 pour cent).

Cependant, seulement 51 pour cent des sociaux-démocrates sont d'accord. Cela montre qu'une proportion beaucoup plus élevée de sociaux-démocrates, comparé au ratio des autres partis, s'opposent à l'opinion de Seehofer. Et ce sont les sociaux-démocrates qui viennent tout juste d’entrer dans un gouvernement de coalition avec la csu de Seehofer et la cdu de la chancelière Angela Merkel.

Peu de temps après la publication de la déclaration de Seehofer, la chancelière Merkel a exprimé son désaccord. Elle a dit que les musulmans et l'Islam font indéniablement partie de l'Allemagne.

Seehofer a été l'un des plus grands détracteurs de la politique de réfugiés de Merkel. Après que son parti et d'autres grands partis aient perdu un énorme soutien lors des élections de l'an dernier, elle a lutté pour obtenir une coalition. Afin d'amener les parties nécessaires à la table, Merkel a dû faire plus de compromis que par le passé et ses démocrates-chrétiens ont dû renoncer à des ministères clés. Maintenant, possiblement son principal critique sur la politique des réfugiés est en charge du ministère de l'Intérieur, le département du gouvernement qui traite le plus étroitement avec la crise. En outre, Seehofer dirige également le nouveau ministère Heimat. Deutsche Welle a expliqué :

« Heimat » sera un défi pour les traducteurs officiels lorsque le gouvernement aura à changer le site internet anglais du ministère. L'équivalent le plus proche, « patrie », est insatisfaisant car il lui manque les connotations émotives. Heimat est un mot qui vise à faire plus que simplement dénoter l'intégrité territoriale—il évoque un sentiment d’appartenance, de chez soi. Certains paysages, certains aliments ou certains vêtements traditionnels peuvent être des associations pour les Allemands nationalistes lorsqu'ils entendent Heimat. C'est un mot censé gonfler le cœur allemand. ...

Le mot a déjà eu des connotations plus sombres, et il était susceptible de faire lever au ciel les yeux des Allemands des générations d'après-guerre. Le régime nazi reliait Heimat à l'État-nation, ce qui signifiait que beaucoup de politiciens évitaient le mot—avec sa dérivation adjective, « heimisch »—après la Seconde Guerre mondiale.

Rejoindre le ministère de la Heimat et le ministère de l'Intérieur, c'est préserver la culture allemande contre le multiculturalisme. Au début de la crise des migrants, le chroniqueur de la Trompette Brad Macdonald a écrit :

La tolérance est en voie d’être remplacée par les préjugés, le multiculturalisme par le patriotisme, l'esprit communautaire par une plus grande détermination pour la préservation et la promotion de soi-même.

Les démons du passé reviennent et ils provoquent la plus importante transformation en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le christianisme catholique et protestant, pas l'Islam, ont façonné l'Europe. « Notre pays, l'Allemagne, a été façonnée pendant des siècles par le christianisme », a déclaré Seehofer à Munich. « Et c'est pourquoi la déclaration selon laquelle l'Islam appartient à l'Allemagne est erronée. »

Les racines catholiques de l'Allemagne remontent à l'an 800, lorsque Charlemagne a mené 45 ans de guerres pour conquérir et unir les peuples germaniques en un seul royaume, imposant le christianisme comme religion du royaume. Il a mis à mort tous ceux qui refusaient de se convertir à sa religion. Les rois suivants du Saint-Empire romain se sont efforcés de suivre ses traces, et cet empire a détruit des millions de vies. La Bible prophétise qu'une résurrection finale du Saint Empire romain est en train de se lever (Apocalypse 13 et 17). Lisez en plus à propos de cette prophétie fascinante dans notre livre gratuit L'Allemagne et le Saint Empire romain

Ger Fr Bo