Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

1 gettyimages 455966894b

SASHA MORDOVETS / GETTY IMAGES

Le retour de la Russie au statut de superpuissance

Pas à pas, le dirigeant russe restaure à sa nation son ancienne grandeur. Voici pourquoi nous prévoyons qu’il continuera à atteindre un succès spectaculaire—et pourquoi le monde devrait prendre garde.

Pendant une décennie après la chute de l’Union soviétique en 1991, la Russie était épuisée, vaincue, et hors du courant dominant des affaires mondiales. Mais Vladimir Poutine est devenu président en 2000, et depuis lors, la Russie a changé dramatiquement.

Poutine a qualifié l’effondrement de l’Union soviétique de « la pire catastrophe géopolitique » du 20e siècle. Il s’est consacré à inverser cette « catastrophe » et à restaurer la Russie à ce qu’il considère être sa position légitime comme puissance mondiale majeure.

Poutine a revendiqué le contrôle de territoires en Géorgie en 2008 et a annexé la péninsule de Crimée en Ukraine en 2014. Ses efforts pour reconstruire certaines parties de l'ancien empire soviétique ont été couronnés de succès—et il n'a pas terminé.

La reconstruction par la Russie de son pouvoir économique, politique et militaire est une tendance mondiale cruciale. La Trompette s'attend à ce que dans un avenir proche, la Russie devienne, remarquablement, encore plus puissante que l'Union soviétique.

Nous prévoyons également que la montée de ce géant asiatique contribuera directement à certains des événements les plus cataclysmiques de l'histoire de l'humanité. La prophétie biblique est claire sur le rôle que la Russie et ses partenaires asiatiques joueront dans la Troisième Guerre mondiale—la guerre la plus sanglante que l’humanité n’ait jamais vécue. C'est à cause de ces prophéties irréfutables que la Trompette observe attentivement et rapporte la résurgence de la Russie.

Une tendance connexe cruciale que nous surveillons aussi étroitement est la réponse de l’Europe à la montée de la Russie qui, selon la Bible, jouera aussi un rôle majeur dans les événements futurs.

2 Getty Images 455966894b
Les anciens États soviétiques : 1) Estonie, 2) Lettonie, 3) Lituanie, 4) Belarus, 5) Ukraine, 6) Moldavie, 7) Géorgie, 8) Arménie, 9) Azerbaïdjan, 10) Turkménistan, 11) Ouzbékistan, 12) Tadjikistan, 13) Kirghizistan, 14) Kazakhstan.

Un homme fort se lève

Avant de devenir président, Poutine a opéré durant 16 ans en tant qu’agent de l’infâme kgb—le bras du service secret meurtrier du gouvernement russe qui a succédé à la police secrète de Joseph Staline.

Durant les élections parlementaires en 2003, Poutine a combiné les tactiques du kgb avec son pouvoir présidentiel pour manipuler le processus électoral afin d’assurer la victoire à son parti. Ceci lui a permis de consolider son contrôle sur la Russie d’une manière qui rappelle l’histoire autoritaire de cette nation.

Dans les années qui ont suivi, Poutine a mené un régime qui contrôle systématiquement les médias nationaux, saisit les firmes privées, emprisonne ou assassine les opposants politiques, supporte les tyrans étrangers et prend le territoire d’autres nations par la force.

Depuis le début de son règne, Poutine a également travaillé à contrôler l’actif le plus stratégique de la Russie : le pétrole. En prenant le contrôle des vastes ressources de pétrole et de gaz naturel de la Russie, Poutine s’est acquis une influence mondiale considérable. Certains analystes disent que sa propriété de facto de l'énergie russe fait de lui non seulement l'homme le plus riche du monde aujourd'hui, mais l'une des personnes les plus riches de l'histoire du monde.

3 Getty Images 455966894b
Vladimir Poutine, magnat du pétrole et du gaz naturel, visite un laminoir à tubes à Tcheliabinsk. 
(ALEXEY DRUZHININ/AFP/Getty Images)

Dans l’hiver de 2005-2006, Poutine a dévoilé une arme puissante pour la première fois.

L’Ukraine s’était récemment rebellé contre la Russie en rejetant un candidat pro-russe en faveur du candidat pro-occidental Viktor Yushchenko. Le pays s’éloignait de l’influence de la Russie et prenait des mesures pour devenir membre de l'Union européenne, donc la Russie a riposté.

Au cœur de l'hiver, Moscou a fermé les gazoducs en Ukraine, annonçant qu'elle ne rouvrirait le flux que lorsque les Ukrainiens paieraient un prix beaucoup plus élevé. L'Ukraine n'a pas eu d'autre choix que de céder. La coupure de gaz affectait également l'Europe—un rappel opportun que la Russie pourrait faire payer les États européens s'ils osaient menacer le Kremlin.

À partir de là, la Russie de Poutine s'est seulement développée plus audacieuse et plus belliqueuse. En 2007, de fortes preuves ont démontré que la Russie était impliquée dans une attaque Internet massive et organisée contre l'Estonie. Elle a été étiquetée comme la première attaque cybernétique d'État à État dans l'histoire. Plus tard dans l'année, Poutine a annoncé que la force aérienne russe reprendrait ses vols de bombardiers nucléaires de style de la Guerre froide dans l'espace aérien international. Cet été-là, des bombardiers russes ont pénétré dans l'espace aérien au-dessus du Royaume-Uni et ont également volé sur une trajectoire d'interception vers la base militaire américaine de Guam. « Le message à l'Occident est clair : les jours d’exclusion de la Russie en tant que force mineure sont terminés », écrit le Washington Times (19 août, 2007).

La Russie a également augmenté son pouvoir grâce à des ventes stratégiques d'armes, courtisant les nations à travers l'Asie, l'Amérique du Sud et même le Moyen-Orient.

En décembre 2007, après une élection parlementaire qui a consolidé encore plus le pouvoir de Poutine, il a officiellement rejeté le Traité sur les forces armées conventionnelles en Europe. Ainsi, les Européens n'avaient plus aucune garantie que la Russie ne déploierait pas des milliers de chars d’assaut sur leurs frontières orientales.

Tous ces gestes étaient alarmants, mais 2008 semblait être la fin pour Poutine—du moins pour certains. Selon la Constitution russe, le président était limité à deux mandats consécutifs. Poutine ne pourrait pas continuer comme président au-delà des élections de 2008 sans changer la loi. Alors, il a changé d'emploi. Il est devenu Premier ministre, et a gardé le pouvoir, alors que Dimitry Medvedev, plus ou moins une marionnette, prenait la présidence. Poutine est resté au Kremlin, continuant à pousser ses politiques autoritaires, puis est retourné à la présidence en 2012.

4 Getty Images 455966894b
Une colonne de véhicules blindés russes borde la frontière entre la Russie et la Géorgie le 23 août, 2008. 
(DMITRY KOSTYUKOV/AFP/Getty Images)

Expansion géographique : Géorgie et Ukraine

En août 2008, la Russie a attaqué l’ancienne république soviétique de Géorgie et a pris le contrôle sur environ un cinquième du territoire Géorgien. Les régions d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie sont devenues de facto parties de la Russie.

Les violentes actions de la Russie en Géorgie sont faciles à comprendre à la lumière de l’histoire récente dans les Balkans, en particulier au Kosovo. Là, la Russie a estimé que les nations occidentales avaient essentiellement déclaré la guerre en poursuivant des ambitions européennes au détriment des alliés russes. L’invasion de la Géorgie était la riposte de la Russie.

Mais la Russie ne s'est pas arrêtée là.

Juste après que la Russie ait utilisé la force militaire pour envahir la Géorgie, le rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, écrivait dans le numéro d'octobre 2008 : « L'attaque de la Russie sur la Géorgie en août marque le début d'une dangereuse nouvelle ère dans l’histoire. C'était la première frappe militaire d'une superpuissance asiatique en plein essor—et il y en aura d’autres ! ... Une crise surviendra-t-elle en Ukraine ? Cette zone est le grenier de la Russie, et elle est sûrement prête à faire la guerre pour elle aussi. »

Le temps a prouvé que cette prévision était étonnamment précise.

Depuis plusieurs années, l'Ukraine a travaillé à rejoindre l'Union européenne. En 2009, elle a rejoint le programme de Partenariat Oriental de l'Europe et a cherché à l'utiliser comme un tremplin vers l'UE. Le président ukrainien Victor Ianoukovitch avait prévu de signer un accord le 29 novembre, 2013, marquant une intégration plus profonde avec l'UE. Mais le 21 novembre, Ianoukovitch annonça brusquement qu'il ne le signerait pas après tout. De nombreux analystes ont été choqués. Pourquoi le président ukrainien a-t-il fait une volte-face aussi dramatique ?

À cause de la Russie ! Il est apparu à la fin de novembre qu’Ianoukovitch avait volé secrètement à Moscou au début du mois pour rencontrer Poutine. Lors de cette réunion secrète, Poutine a apparemment accepté d'arrêter de mettre un frein économique à l'Ukraine et a offert à Ianoukovitch des récompenses financières qui l'aideraient à s'accrocher au pouvoir si le président ukrainien se retirait de l'accord avec l'UE.

« La pression sans précédent des Russes a été le facteur décisif », a déclaré l'ancien président et intermédiaire Polonais, Aleksander Kwasniewski.

L'Ukraine semblait alors sur la bonne voie pour devenir membre de l'Union douanière russe. Mais lorsque le gouvernement ukrainien a fait volte-face, de nombreux Ukrainiens se sont sentis trahis et opprimés. Ils craignaient l'autoritarisme croissant de la Russie et la corruption de leur propre gouvernement, alors ils ont organisé des manifestations massives.

5 Getty Images 455966894b
Le peuple de Crimée célèbre le vote parlementaire unanime de la Russie pour ratifier un traité incorporant la péninsule dans le territoire russe en mars 2014. 
(VIKTOR DRACHEV/AFP/Getty Images)

Les Ukrainiens ont protesté jusqu'à ce qu’Ianoukovitch ait fui le pays. Poutine peut ne pas avoir prévu ce résultat, mais il a utilisé la tourmente pour avancer vers son objectif. Il s'est concentré spécifiquement sur la République fédérale de Crimée, qui était une région semi-autonome de l'Ukraine. Après avoir déployé des agents secrets pour déstabiliser la Crimée, il organisa un référendum qui laisserait ostensiblement les habitants de la péninsule décider s'ils voulaient retourner à la mère Russie ou non.

En vérité, la loi ukrainienne interdit sans ambiguïté tout référendum de ce type. Mais personne ne s'est opposé à Poutine pour empêcher le faux référendum de se produire. Ainsi, le 18 mars, 2014, la Crimée est devenue une partie officielle de la Russie.

Poutine avait littéralement redessiné les frontières de l'Europe.

La Russie est de retour

Poutine continue de faire tout ce qu'il peut pour empêcher la Géorgie, l'Ukraine et tous les autres pays de l'ex-Union soviétique de développer des liens plus étroits avec l'Europe. Il a également poussé les États-Unis hors de son territoire en 2013 en faisant pression sur le Kirghizistan pour expulser l'Amérique de la base aérienne de Manas, qui était la dernière base militaire américaine en Asie centrale.

L'implication profonde de la Russie au Moyen-Orient a aidé le régime brutal syrien à conserver le pouvoir et a contribué à permettre à l'Iran de continuer à poursuive l’obtention d’armes nucléaires.

Sur le plan intérieur, Poutine a transformé les médias russes en une machine de propagande. Il a sévèrement réduit le pouvoir de la démocratie et émasculé le parlement russe. Sous le règne de Poutine, la Russie transforme également sa machine militaire en une force moderne et technologique du 21e siècle.

Par toutes ces tactiques brutales, le président Poutine a non seulement ramené la Russie au niveau de puissance mondiale, il a également assuré sa position à la tête de la nation.

Et n’oubliez pas : La Russie a un arsenal nucléaire incroyablement vaste et a déclaré publiquement que les armes nucléaires demeurent la clé de leur stratégie de défense nationale. Moscou a même fait comprendre qu'elle n'est pas opposée à la possibilité de lancer des frappes préventives pour défendre ses intérêts !

Les experts nous disent qu’une fois que la guerre nucléaire commence, elle ne peut pas être arrêtée.

Notre monde est à la limite de la folie nucléaire, précisément comme Jésus-Christ l’a prophétisé il y a près de 2000 ans : « Car alors, la détresse sera si grande qu'il n'y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais. Et, si ces jours n'étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés » (Mathieu 24 : 21-22).

Si la guerre nucléaire commence, et si elle n’est pas arrêtée par une puissance supérieure, aucune personne ou animal sur Terre ne survivrait !

Une armée de 200 millions d’hommes

La Bible nous avertit de nous attendre à ce qu’une grande puissance se lève en Orient. Elle l’appelle « les rois de l’Orient » (Apocalypse 16 : 12). Vers l’an 90, l’apôtre Jean a enregistré une prophétie étonnante au sujet de ce puissant bloc de l’Est : « Le nombre des cavaliers de l'armée était de deux myriades de myriades : j'en entendis le nombre » (Apocalypse 9 : 16).

Ceci veut dire que la force asiatique aura une armée de 200 millions d’hommes ! Cela représente plus de gens que ceux qui étaient en vie dans le monde quand cette prophétie a été enregistrée. C’est une prophétie du temps de la fin que nous sommes certains de voir s’accomplir très bientôt. 

La Bible donne d’importants détails au sujet de la plus grande armée jamais assemblée sur Terre, incluant le fait qu’elle aura un pays dominant : la Russie.

Une prophétie dans Ézéchiel 38 dit : « La parole de l'Éternel me fut adressée, en ces mots : Fils de l'homme, tourne ta face vers Gog, au pays de Magog, vers le prince de Rosch, de Méschec et de Tubal, et prophétise contre lui ! » (Ézéchiel 38 : 1-2).

Les érudits s'accordent généralement pour dire que « Gog » est la Russie et que « le pays de Magog » inclut la Chine. Les descendants de Méschec et Tubal ont été retrouvés ensemble à travers l'histoire. Dans les histoires assyriennes et grecques, Méschec apparaît comme Musku, Muski ou Mushki—tous ces noms sont liés à l'orthographe russe de Moscou, comme vous pouvez le lire dans l'International Standard Bible Encyclopedia. Qu'en est-il de Tubal ? Sur le côté oriental des montagnes de l'Oural se trouve la ville de Tobolsk, nommée d'après la rivière Tobol, dérivée de Tubal. Tobolsk était autrefois le siège du gouvernement russe sur la Sibérie et était fondamentalement considérée la capitale asiatique de la Russie.

Un autre peuple russe est mentionné dans Ézéchiel 38 : 2. Il existe une controverse sur la façon dont le mot hébreu rosh devrait être traduit dans ce verset. La version King James utilise l'adjectif « chef ». Mais la bonne traduction (utilisée par la Moffatt, New King James et d’autres) utilise le mot non comme un adjectif, mais comme un nom propre : Rosh. Ainsi, ce verset devrait se lire, « le Prince de Rosh, Méschec et Tubal ».

Rosh était l’ancien nom de la Russie, autrefois appelée Rus. Plusieurs encyclopédies et commentaires (tel le Jamieson, Fausset and Brown Commentary) reconnaissent ceci. Alors, qui est ce « prince » de la Russie, Moscou et Tobolsk ? L’utilisation des trois noms indique qu’il s’agit d’un dirigeant individuel de tous les peuples de la Russie, de l’Ouest à l’Est.

Cela prouve que la Russie sera la nation dirigeante de ce bloc de pouvoir massif des « rois de l'Orient » ! C'est la raison pour laquelle la Trompette observe le retour de la Russie au statut de superpuissance avec autant de vigilance.

Il est également essentiel de noter que « rois » est au pluriel dans l'expression « rois de l'Orient ». Cela différencie ce puissant bloc du « roi du Nord » et du « roi du Sud », qui sont également prophétisés dans le Bible. La pluralisation signifie que, bien que Moscou soit à la tête du bloc, la Russie va dépendre de son alliance avec d'autres pays asiatiques—et en particulier d'un pays plus puissant et plus peuplé : la Chine.

Comme Ézéchiel indique que la Chine est le principal allié de la Russie dans ce bloc, la Trompette surveille attentivement le partenariat florissant entre la Russie et la Chine.

Un passage remarquable dans Daniel 11 montre comment l'axe des « rois de l'Orient » dirigé par les Russes sera un facteur déterminant de la Troisième Guerre mondiale ! « Au temps de la fin, le roi du midi (ou roi du Sud) [ceci est une puissance radicale islamique du Moyen-Orient] se heurtera contre lui. Et le roi du septentrion (ou roi du Nord) [un Saint Empire romain ressuscité de l’Europe, mené par l’Allemagne] fondra sur lui comme une tempête, avec des chars et des cavaliers, et avec de nombreux navires ; il s'avancera dans les terres, se répandra comme un torrent et débordera. Il entrera dans le plus beau des pays, et plusieurs succomberont ; …Des nouvelles de l'orient et du septentrion viendront l'effrayer, et il partira avec une grande fureur pour détruire et exterminer des multitudes » (versets 40-44).

Le chef d'un Saint Empire romain ressuscité entendra des nouvelles troublantes de l'Est et du Nord. Ces nouvelles surviennent après que le roi du Sud ait été détruit, et elles proviennent de l’axe asiatique, mené par la Russie ! Le Saint empereur romain sera troublé par ce que font les Russes et les Chinois.

Avant cela, au début de la Grande Tribulation, cet empereur aura coopéré avec l'axe asiatique dirigé par la Russie pour assiéger économiquement les nations anglo-saxonnes. Mais peut-être entend-il des rumeurs selon lesquelles l'axe asiatique prévoit d'envahir l'Amérique du Nord et la conquérir pour eux-mêmes. Indépendamment de ce que les « nouvelles » s'avèrent être, la Bible est claire que les nouvelles, concernant l’axe asiatique prophétique conduit par les Russes, provoquera le Saint Empire romain à aller de l'avant avec une grande fureur pour détruire !

Tout se passe selon le plan

Aujourd'hui, l'Europe devient de plus en plus nerveuse face au comportement toujours plus belliqueux de la Russie. Cette nervosité nous donne une connaissance approfondie d’une prophétie biblique terrifiante. Tout est mis en place maintenant—en ce moment—vers un accomplissement spectaculaire ! Ces événements en Russie et en Europe s’accomplissent selon le plan magistral de Dieu.

Herbert W. Armstrong, le rédacteur en chef de la Pure Vérité, le précurseur de la Trompette, a prophétisé que la montée de la Russie et son comportement agressif serait un facteur clé incitant les nations européennes à s'unir. Il a écrit : « Ce que la Russie fait sera l'étincelle qui amènera les chefs des nations en Europe et le Vatican à former « les Nations-Unies d'Europe » (lettre aux co-ouvriers, 23 janvier, 1980).

Quelques années après que ceci fut écrit, l’Union soviétique menée par la Russie s’est effondrée. Après cet effondrement, il aurait été facile de rejeter la prophétie de M. Armstrong. Mais aujourd’hui, la Russie est de retour ! Et les dirigeants russes sont déterminés à restaurer sa puissance et sa gloire, ce qui accélère l’unification de l’Europe, tout comme l’avait dit M. Armstrong !

Il savait que cela se produirait parce que ses prévisions étaient basées sur la parole certaine de la prophétie biblique, y compris les passages spécifiques des Écritures mentionnés ci-dessus.

Même le peuple Russe ne comprend pas pourquoi leur nation est revenue au centre des événements mondiaux. Mais vous pouvez savoir si vous comprenez la Bible et surveillez les événements mondiaux (Luc 21 : 36).

Les événements mondiaux datent les prophéties de la Bible et révèlent où nous en sommes dans le calendrier global. Un gouvernement russe plus puissant et dictatorial est sur la scène, et vous devez savoir où il mène. Ce pouvoir sera capable de défier l'Europe quand personne d'autre ne le peut—y compris les États-Unis. L'UE deviendra la première superpuissance mondiale. La prophétie biblique le déclare.

L'économie et la démographie russes sont en difficulté. Le temps presse pour saisir l'occasion de se forger une position d’importance durable. Son armée conventionnelle et son arsenal nucléaire vieillissent rapidement, bien que Moscou dépense énergiquement pour moderniser ses armements. Démographiquement, les taux de natalité plongent précipitamment. Vladimir Poutine et le Kremlin sont à court de temps pour restaurer la Russie au statut de grand empire ! C'est le moment pour la Russie. L'Amérique presse la Russie, espérant que la nature suivra son cours et que le pouvoir Russe déclinera. Mais vous pouvez être sûr que la Russie va se défendre violemment plutôt que de sombrer discrètement dans l'obscurité.

La prophétie biblique dit que cela arrivera !

Ne vous attendez pas à ce que la Russie disparaisse des grands titres des journaux. En fait, attendez-vous à ce que la Russie intensifie ses efforts pour restaurer l'empire soviétique. Cela impliquera probablement de forger des liens plus étroits avec la Chine et d'autres pays asiatiques et de conclure un accord majeur avec l'Allemagne et l'Europe qui traitera des vulnérabilités européennes et russes. Attendez-vous à ce que la Russie continue à être très active dans la défense et l'élargissement de sa périphérie. Attendez-vous à ce que l'Ukraine, ou du moins ses régions orientales, continue de graviter vers Moscou. Il est hautement improbable que nous voyions l'otan se développer beaucoup plus à l'Est.

Les nations sont aveugles à voir où mènent ces événements. Mais derrière ces développements se cache une puissance invisible, assurant que ce plan magistral s’accomplisse. Dieu nous a donné un avertissement remarquablement détaillé dans la prophétie biblique sur la façon dont ces événements vont culminer dans une confrontation mondiale spectaculaire. Prêterez-vous attention ? 

 

Qui est le ‘prince de rosh’ ?

Comment la Russie a-t-elle pu commencer à reconstruire son empire soviétique ? Comment Vladimir Poutine est-t-il devenu si fort ? Que fera sa nation dans un avenir proche ?

La Bible prophétise l'avenir des descendants de Méschec et de Tubal, le « prince de Rosh » et le pays de Gog (Ézéchiel 38). L’histoire ancienne et les références modernes relient Méschec et Tubal à Moscou et Tobolsk, et le pays de Gog à la Russie. Le prince de Rosh pourrait-il être le président russe Vladimir Poutine ? Pour en savoir plus, regardez l'émission La Clé de David « Le prince prophétisé de la Russie  » avec Gerald Flurry. 

No Fr