9466
Gerald Flurry et le Dr Eilat Mazar posent pour une photo au site de fouilles sur la colline d'Ophel.

PT

Un partenariat enrichissant

13/03/2018  •  de latrompette.fr
Les relations entre l’archéologie à Jérusalem et un tout petit collège du centre de l’Amérique
 

Au cours des sept années passées, l’archéologie de Jérusalem a joui d’un soutien inhabituel : la participation directe de plusieurs douzaines d’étudiants d’un tout petit collège de l’Oklahoma.

L’éditeur de la Trompette de Philadelphie, l’Église de Philadelphie de Dieu, s’occupe également d’une petite école d’enseignement général, le collège Herbert W. Armstrong (chwa). Pendant les six dernières phases de fouilles archéologiques dans la ville de David et sur la colline de l’Ophel, il y avait des étudiants et d’anciens étudiants du collège Armstrong, brisant des roches avec enthousiasme, enlevant et évacuant la terre à la pelle.

Presque un quart des étudiants du collège a passé quelque temps à Jérusalem, se portant volontaires pour ces fouilles. Ces étudiants considèrent cette occasion comme un honneur et un plaisir.

De son côté, le premier archéologue de Jérusalem, Eilat Mazar, dit qu’elle considère comme indispensable la contribution du collège Armstrong. Non seulement le personnel du chwa travaille avec enthousiasme sur le site de fouilles, mais de plus un ancien étudiant sert de superviseur dans un des secteurs ; un étudiant était assistant-superviseur lors de la phase la plus récente des fouilles ; quelques étudiants ont fait une chronique en tant que vidéographes et photographes : plusieurs ont contribué à publier de la littérature sur les fouilles. Le personnel étudiant a également produit le site Internet officiel des fouilles, la Clé pour la ville de David.

Les relations inattendues, mais merveilleusement productives entre ces deux entités, quoique âgées de seulement sept ans, ont, en réalité, des racines beaucoup plus profondes. Elles ont commencé avec celui dont le collège porte le nom, Herbert W. Armstrong.

‘Les grandes fouilles’

En tant que président de la Fondation culturelle internationale Ambassador, Herbert W. Armstrong a soutenu des projets humanitaires dans le monde entier, et a rencontré des douzaines de chefs d’État, de l’Asie à l’Afrique et à l’Europe, et au-delà.

De tous les endroits où il a voyagé et de tous les liens qu’il a tissés, cependant, l’affection la plus grande de M. Armstrong était pour un nouveau, et petit, pays au cœur du monde : Israël. Se vouant à l’étude de la Bible et à son enseignement, M. Armstrong a chéri tant l’histoire remarquable que l’avenir glorieux de Jérusalem. Entre 1967 et sa mort, en 1986, il a rencontré beaucoup de Premiers ministres d’Israël, de présidents et d’autres dignitaires, y compris Zalman Shazar, Golda Meir, Yitzhak Rabin, Yitzhak Navon, Menachem Begin, Yitzhak Shamir, Shimon Peres, Moshe Dayan, Moshe Kol et Teddy Kollek.

Une relation particulièrement forte, développée par M. Armstrong, a été avec le professeur de l’Université hébraïque, Benjamin Mazar. Après que Israël a obtenu le contrôle de la vieille ville au cours de la guerre de 1967, le professeur Mazar a eu la responsabilité des importantes et nouvelles fouilles archéologiques de l’Université hébraïque près du mont du Temple, en 1968. M. Armstrong a pris l’avion pour Israël afin de rencontrer B. Mazar, et a été ébloui par la portée et l’importance des fouilles.

Peu après, le professeur Mazar, rejoint par le doyen du Programme de lettres de l’Université hébraïque, Josef Aviram, a voyagé en Amérique pour visiter les campus du collège Ambassador (CA) de M. Armstrong, en Californie et au Texas. Dans le même temps, l’Université hébraïque examinait les propositions de plusieurs grandes universités américaines qui espéraient collaborer au projet. Ces offres ont été rejetées, et le CA s’est vu proposer un partenariat à 50/50 avec le professeur Mazar et l’Université hébraïque.

Le partenariat a été formalisé le 1er décembre 1968, au palais présidentiel à Jérusalem. Là, le ministre du Tourisme, Moshe Kol, a proposé « un pont de fer » entre l’Université hébraïque et l’Ambassador College « qui ne pourra jamais être détruit ».

Commençant l’été 1969, de nombreux étudiants de l’Ambassador College ont fait leurs bagages et ont pris l’avion pour Israël afin de se porter volontaires sur les fouilles. Les « grandes fouilles », nom sous lequel comme elles ont été connues, ont continué pendant 10 ans et ont donné à des centaines d’étudiants du CA l’occasion de toucher ces pierres anciennes.

En plus d’envoyer des étudiants qui étaient louangés comme les travailleurs les plus enthousiastes des fouilles, l’Ambassador College a également participé pour moitié au coût des fouilles, de 1968 à 1976. Le travail effectué a permis de découvrir beaucoup d’objets impressionnants, dont certains remontaient au temps du temple de Salomon.

Lien d’amitié

À mesure que passaient les années, l’amitié entre le professeur Mazar et Herbert Armstrong s’est épanouie. On pouvait souvent voir les deux amis marchant bras dessus bras dessous visitant le site de fouilles, ou se détendant chez le Dr Mazar, à Jérusalem. Le professeur Mazar a également visité l’Ambassador College plusieurs fois. Lors d’une occasion, M. Armstrong, Josef Aviram et le professeur Mazar se sont associés pour accueillir une exposition archéologique au Japon, où ils ont rencontré le prince Mikasa.

Le professeur Mazar et M. Armstrong partageaient beaucoup de choses en commun. Tous deux étaient directs et ne faisaient pas de compromis. Tous deux croyaient à l’autorité de la Bible, et étaient prêts à démontrer objectivement la vérité, quelle qu’elle puisse être, plutôt que de se laisser imposer des croyances préconçues. En fait, B. Mazar a été le pionnier d’une discipline de recherche qui a fusionné l’archéologie, la géographie et les histoires décrites dans les Écritures juives et dans d’autres sources proche-orientales anciennes. Il a également été remarqué pour l’exactitude de ses détails sur l’importante période omeyyade de Jérusalem sous le règne musulman, impressionnant, par sa sincérité, les dirigeants arabes en visite.

Après que le professeur Mazar a achevé ses fouilles du mont du Temple, en 1978, M. Armstrong a continué de soutenir l’archéologie dans la ville de David avec les fouilles du professeur Yigal Shiloh.

Herbert Armstrong est mort le 16 janvier 1986. Le professeur Mazar a écrit : « Pendant les années de notre association avec lui, nous avons tous développé un très grand respect pour sa merveilleuse personnalité et pour ses qualités. Sa dévotion profonde pour les idéaux de paix et de justice dans l’esprit des prophètes bibliques a été appréciée par ses amis, en Israël. Ses sentiments pour Israël et Jérusalem ont été manifestés dans son réel intérêt pour les fouilles archéologiques près du mont du Temple et dans la ville de David. Son nom sera toujours attaché à cette très grande entreprise effectuée à Jérusalem.»

Restaurer le pont de fer

Pendant les fouilles de Benjamin Mazar, dans l’ombre du mont du Temple, on voyait souvent une jeune fille à ses côtés, côtoyant les archéologues et les étudiants du collège Ambassador. C’était Eilat, la petite-fille du professeur.

Les fouilles de Benjamin Mazar, sur le mont du Temple, se sont terminées en 1978, mais des années plus tard, une deuxième reprise des fouilles y a commencé, cette fois sous la direction de Eilat Mazar.

Entretemps, aux États-Unis, l’œuvre de Herbert W. Armstrong était également ranimée. Après la mort de M. Armstrong, ses successeurs ont abandonné son legs ; en une décennie, son œuvre humanitaire, à l’échelle mondiale, portant sur des millions de dollars, était pratiquement morte, et son œuvre, en Israël une ruine abandonnée. Mais en décembre 1989, son legs a été ranimé quand Gerald Flurry a commencé l’Église de Philadelphie de Dieu.

En 1996, M. Flurry a établi la Fondation culturelle internationale Armstrong, modelée sur la Fondation culturelle internationale Ambassador de M. Armstrong. La Fondation a commencé à soutenir un petit nombre d’entreprises humanitaires en Jordanie et en Israël. Son premier projet, en fait, a été de relever un des programmes que M. Armstrong avait établis et que ses successeurs avaient abandonné : aider à l’enseignement des enfants handicapés en Jordanie.

Le collège Herbert W. Armstrong a commencé en 2001 (initialement nommé Collège Impérial), visant à continuer les activités éducatives de l’Ambassador College.

À l’été 2005, le monde de l’archéologie a été ébranlé quand le Dr Mazar a annoncé que son équipe avait déterré une énorme construction dans l’ancienne ville de David, qui datait du 10ème siècle av. J.-C. : le palais du roi David !

Gerald Flurry a lu des articles sur la découverte historique du Dr Mazar avec un intérêt enthousiaste, et a été ravi de connaître ses liens de parenté avec Benjamin Mazar.

En juillet 2006, le président du collège Herbert W. Armstrong, Stephen Flurry est entré en contact avec le Dr Mazar. Quoique beaucoup d’années aient passé depuis qu’elle avait travaillé avec M. Armstrong, ses souvenirs d’enfance ont resurgi. « Sans le soutien de M. Armstrong et des Ambassadeurs, les fouilles du mont du Temple ne seraient jamais devenues, comme cela a été le cas, les fouilles les plus importantes et les plus grandes en Israël, à ce moment-là », s’est-elle rappelée.

Quand M. Flurry a dit que le collège Herbert W. Armstrong désirait fournir un soutien pour ses fouilles, le Dr Mazar a bondi sur l’offre. En quelques mois, une poignée d’étudiants du chwa vivaient à Jérusalem, travaillaient sur le projet de la ville de David du docteur Mazar. Elle a vu cela comme une suite naturelle du partenariat avec lequel elle avait grandi, et a dit qu’elle était « enthousiaste d’avoir les Ambassadeurs de retour avec nous ».

Des découvertes enthousiasmantes

Depuis l’automne 2006, le collège Herbert W. Armstrong a participé à plusieurs phases clés des fouilles du Dr Mazar à Jérusalem, et a contribué à toute une série de découvertes remarquables.

En fin 2006, les étudiants du chwa étaient présents quand le Dr Mazar a découvert le mur est du palais de David (article, page 8). Ils étaient sur le site en 2007, quand des fouilles continues ont révélé qu’un mur que l’on pensait précédemment remonté à la période hasmonéenne était en fait un segment du mur de fortification construit par Néhémie (article, page 15).

En 2008, des étudiants Armstrong creusaient avec elle dans la ville de David quand le Dr Mazar a découvert le sceau de Guedalia, qui est mentionné dans Jérémie 38 : 1 (article, page 14). Pendant les mêmes fouilles, l’équipe a découvert un tunnel pour le passage de l’eau de près de 500 mètres de long qui pourrait être le conduit par lequel les forces du roi David ont rampé pour conquérir la ville au 10ème siècle av. J.-C. (article, page 12). Les fouilles du tunnel, a dit le Dr Mazar, ont été presque entièrement une « entreprise du collège Armstrong ».

En 2009 et 2010, le collège Herbert W. Armstrong était de nouveau avec le Dr Mazar quand elle a déterré ce que l’on croit être un complexe royal construit par le roi Salomon (article, page 10).

L’année dernière, des étudiants du collège Armstrong ont de nouveau rejoint le Dr Mazar lorsqu’elle a repris le travail sur le complexe de Salomon. Un autre contingent d’étudiants a aidé au cours d’une deuxième partie de fouilles dans la même zone l’été passé, où a été remonté le trésor de l’Ophel (article, page 2).

Le collège Armstrong et la Fondation culturelle internationale Armstrong projettent de continuer de soutenir les aventures archéologiques du Dr Mazar. Et le Dr Mazar projette de continuer de faire des découvertes qui exposent l’histoire ancienne spectaculaire de Jérusalem.  

No Fr