Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

27292360730 c3a6165a06 b

A snapshot of a demonstration by ANBerlin Ondré is licensed under CC BY-NC-SA 2.0

Affrontement entre la police et le mouvement anti-vaccin ‘Querdenker’

Dans la dernière étape de la réponse de l'Europe face au coronavirus, les gouvernements cherchent à encourager avec force les gens à se faire vacciner. De plus en plus, exigent même que les enfants prennent le médicament expérimental. Il n'est pas surprenant que les personnes qui ont choisi de ne pas se faire vacciner s'opposent à ces mesures. Ce groupe comprend plusieurs millions de citoyens à travers l'Europe. Les décomptes officiels révèlent que 200,000 personnes ont défilé dans les rues en France au cours du week-end, bien que les chiffres réels puissent même être plus élevés. En Allemagne, le gouvernement a rapidement cherché à réprimer la protestation en interdisant les manifestations. Alors que les citoyens ignoraient l'ordre, des affrontements avec la police ont suivi. Dimanche, environ 600 manifestants ont été arrêtés.

Les autorités locales de toute l'Allemagne avaient interdit plusieurs manifestations qui devaient avoir lieu ce week-end. Des milliers à Berlin, cependant, ont défié l'interdiction et pris position pour ce qu'ils considéraient comme leur droit. Les affrontements qui en résultent avec la police sont un triste témoignage de l'état de la démocratie.


Martin Heller, responsable de la vidéo Innovation for Welt, a enregistré certains des affrontements dans « ‘Then We Use Force’ » et a noté : « Coups de poing, poings, gaz poivré : la police de Berlin réprime les manifestations inopinées de ‘Querdenkern’. À maintes reprises, ils envahissent les policiers. »

Les gens qui descendent dans la rue se battent pour leurs libertés. Ils expriment leurs opinions et cherchent à être compris—ces dernières années, cela était célébré comme une tendance mondiale qui donnait l'espoir d'un avenir démocratique. Mais il devient de plus en plus clair que les gouvernements européens décident eux-mêmes à quoi devrait ressembler ce futur ordre « démocratique ».

En avril, le gouvernement allemand a placé le mouvement Querdenker, ou « penseurs latéraux », sous surveillance nationale, affirmant que le mouvement provoquait une « délégitimation antidémocratique et/ou mettant en danger la sécurité de l'État ». Mais la question est de savoir qui détermine ce qu'est la démocratie et ce qu'elle n'est pas : le peuple ou le gouvernement ?

Bien sûr, il existe des groupes d'extrême droite qui veulent réellement renverser le gouvernement, et certains d'entre eux se mêlent de temps en temps à la manifestation de Querdenker. Mais si un individu refuse de se faire vacciner, et veut exprimer son opinion dans la rue, menace-t-il la démocratie ?

Même soulever cette question aujourd'hui vous met en difficulté avec le gouvernement et peut vous amener à être surveillé et un jour, votre voix peut être réduite au silence, comme les voix de ceux qui ont choisi de descendre dans la rue. Certains membres du mouvement Querdenker pourraient être considérés comme préoccupants, mais la réponse du gouvernement à leur égard est encore plus préoccupante.

« L'un des effets les plus importants de la panique mondiale à propos de la COVID-19 a été presque négligé », a déclaré Gerald Flurry, rédacteur en chef de la Trompette. « La réponse de l'Europe à la pandémie accélère l'accomplissement de l'une des prophéties de la fin des temps les plus cruciales de votre Bible ! Le coronavirus accélère l'arrivée du Saint Empire romain prophétisé… La réponse de l'Europe face à la COVID-19 a ouvert la voie pour la montée des dictateurs. » Pour comprendre ce que M. Flurry voulait dire par là et pour savoir pourquoi cela devrait vous concerner, je vous invite à lire son article « Le coronavirus et le Saint-Empire romain ». Cet article s'avérera d'une importance capitale pour comprendre la crise actuelle.

Tb Ad Fr