Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Gettyimages 1231214767

GEOFF CADDICK – WPA POOL/GETTY IMAGES

Ça commence : l'Europe adopte les passeports vaccinaux

Le 19 juillet, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé que le Royaume-Uni allait suivre la France dans le monde autoritaire des passeports vaccinaux. Trois semaines pour arrêter la propagation de la maladie se transforment rapidement en une surveillance mondiale à la manière du Parti communiste chinois, complet avec des citoyens de deuxième classe et une censure de la presse, dans le monde entier.

Plus tôt en juillet, la Grèce et le Royaume-Uni ont décidé d'obliger tous les personnels soignants à choisir entre se faire vacciner ou perdre leur emploi. L'Irlande a imposé des passeports vaccinaux aux restaurants et aux pubs. Et la France a dévoilé un plan visant à rendre la vie normale impossible pour ceux qui refusent le vaccin.

Les passeports COVID-19 seront obligatoires pour entrer dans les cinémas, les musées, les parcs à thème et les centres culturels, a annoncé le président français Emmanuel Macron lors d'une allocution télévisée. Ils seront bientôt exigés pour entrer dans les cafés, les restaurants, les centres commerciaux, les hôpitaux et les transports longue distance.

Le passeport COVID sera également disponible pour les personnes ayant subi un test négatif récent. Mais ce test ne sera plus gratuit. Donc, à moins que vous ne vouliez payer pour avoir le privilège de vous mettre un écouvillon dans le nez tous les quelques jours, vous devrez être vacciné pour mener une vie normale.

Le Spectator a écrit : « Il ne fait aucun doute qu'en termes pratiques, [le vaccin] sera non seulement obligatoire, mais qu'il sera impossible de mener une vie normale sans le vaccin. »

« C'était sans aucun doute le discours le plus autoritaire prononcé par un président français depuis des décennies, mais enveloppée dans un discours ouvertement politique pour cinq années supplémentaires », prévient l'article.

Le New York Times est arrivé à la même conclusion. Macron, écrit-il, « a brandi un gros bâton, personnalisant le pouvoir d'une manière qui a conduit dans le passé à des critiques à son égard en tant que figure semblable à Jupiter ».

Macron est clair sur la finalité du jeu : « Nous devons aller vers la vaccination de tous les Français ; c'est le seul moyen de retrouver une vie normale. »

Le coronavirus pousse le monde dans une direction plus autoritaire. Plus tôt le 19 juillet, dans une première version de cet article, j'ai écrit : « Combien de temps avant que cela n'arrive dans votre pays ? » Quelques minutes plus tard, il est arrivé dans le mien.

Du point de vue de Macron, son nouvel autoritarisme fonctionne. Oui, plus de 100,000 personnes sont venues manifester pendant le week-end du 17-18 juillet. Macron a fait un petit pas en arrière—seuls les centres commerciaux de plus de 200,000 mètres carrés nécessiteront des passeports vaccinaux. Mais dans les 48 heures qui ont suivi son discours, 2,2 millions de personnes se sont précipitées pour réserver leur vaccin. Mais si cela ne suffit pas, « nous devrons peut-être nous poser la question de la vaccination obligatoire pour tous », a-t-il déclaré.

C'est peut-être pour cette raison que Boris Johnson a décidé de lui emboîter le pas. Au début du mois de juillet, il a essayé de faire faire son sale boulot par le secteur privé. Le gouvernement a publié des « conseils » indiquant qu'il « encourageait et soutenait les entreprises et les grands événements à utiliser le passeport COVID du NHS [Service de santé national britannique] dans les environnements à haut risque. Le gouvernement travaillera avec les organisations où les personnes sont susceptibles de se trouver à proximité d'autres personnes extérieures à leur foyer, afin d'encourager l'utilisation de ce type de service ».

Les propriétaires d’entreprises craignent maintenant que leurs compagnies d'assurance, leurs syndicats ou des poursuites judiciaires ne les obligent à rendre obligatoire le passeport vaccinal. Mais même si ce n'est pas le cas, les directives du gouvernement indiquent désormais : « Si des mesures suffisantes ne sont pas prises pour limiter l'infection, le gouvernement envisagera de rendre obligatoire la certification dans certains lieux à une date ultérieure. »

L'industrie a montré peu de signes de conformité. Alors, le 19 juillet, Johnson a resserré les directives. Les passeports de vaccination seront exigés dans toutes les « boîtes de nuit et autres lieux où se rassemblent de grandes foules ». Ne vous y trompez pas—il ne s'agit pas seulement des boîtes de nuit. Il s'est concentré sur cela parce que la plupart des gens ne vont pas dans ces établissements. Nous sommes déjà passés par là. Une fois que les gens se seront habitués à l'idée des passeports vaccinaux, la catégorie « autres lieux » sera progressivement élargie pour inclure les matchs de football et les concerts, puis les cinémas et les restaurants. Bientôt, comme en France, il sera impossible de vivre normalement sans vaccin. Seulement, contrairement à la France, un test négatif ne sera pas acceptable—même si vous le payez. C'est le vaccin—ou sinon gare.

On ne sait pas exactement comment M. Johnson compte faire appliquer cette loi. Son langage était vague—il n'a pas parlé d'élaborer de nouvelles lois. Il craint peut-être de ne pas pouvoir faire adopter une telle loi par le Parlement et a donc l'intention d'utiliser la législation existante en matière de santé et de sécurité pour contraindre les établissements à s'y conformer. Si tel est le cas, il s'agirait d'une nouvelle attaque contre l'État de droit, sous le couvert de la COVID-19.

L'aspect le plus sinistre de toute cette histoire est peut-être le nombre de fois où les dirigeants ont insisté sur le fait qu'ils n'introduiraient jamais de passeports vaccinaux. En avril, Macron a déclaré que le laissez-passer COVID-19 « ne sera jamais un droit d'entrée qui différencie les Français ». Le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran a déclaré que la France avait « une passion pour l'égalité » et qu'il était « presque inconcevable que lorsque les lieux rouvrent, ils ne rouvriront pas à tout le monde ».

En décembre, on a demandé au sous-secrétaire d'État parlementaire pour le déploiement du vaccin de la COVID-19, Nadhim Zahawi, si les entreprises seraient encouragées à exiger des passeports vaccinaux. « Je demande instamment aux entreprises qui écoutent ce débat de ne même pas y penser », a-t-il répondu. Des documents ont été publiés prouvant qu'ils avaient prévu ces passeports depuis le début.

Si les gouvernements ont menti sur leurs intentions concernant ces passeports vaccinaux jusqu'à présent, sur quoi d'autre planifient-ils et mentent-ils ?

Alors que les confinements liés au coronavirus ont choqué le monde l'été dernier, le rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, a averti que ces mesures rendraient l'Europe plus autoritaire.

« La réponse de l'Europe face à la COVID-19 a ouvert la voie pour la montée des dictateurs », était le point principal de son article « Le coronavirus et le Saint-Empire romain » dans le numéro de la Trompette de juillet 2020. Il a averti :

L'un des effets les plus importants de la panique mondiale à propos de la COVID-19 a été presque ignoré. La réponse de l’Europe à la pandémie accélère l’accomplissement de l’une des prophéties les plus cruciales de votre Bible concernant le temps de la fin ! Le coronavirus accélère l’arrivée du Saint-Empire romain prophétisé.

La Bible dit que 10 rois se lèveront en Europe, dans ce temps de la fin, dirigés par un homme fort dominant. Ces rois formeront le Saint-Empire romain. La pandémie liée au coronavirus aide à la mise en place de ces 10 rois ! Nous devons penser à ces rois prophétisés, qui se lèvent maintenant. À la suite de la récente crise, divers dirigeants européens ont pris des mesures dictatoriales. Ce changement dictatorial était déjà clair l'été dernier. Maintenant, l'Europe entraîne le monde développé dans le nouveau monde courageux de la certification COVID.

« Les dirigeants européens se comportent de plus en plus comme des dictateurs et assument un pouvoir dictatorial », a écrit M. Flurry. « Les citoyens européens sont conditionnés pour accepter une direction plus tyrannique. »

Ce fait s'est clairement avéré vrai. Les sondages indiquent que la majorité en France soutient les mouvements dictatoriaux de Macron. Bien sûr, les sondages se sont révélés à plusieurs reprises ouverts à la manipulation et peu fiables. Mais il y a plusieurs années, aucun dirigeant français n'aurait pu s'en tirer avec quelque chose comme ce que Macron a fait.

Ces laissez-passer COVID pourraient facilement évoluer vers une société de style communiste chinois de surveillance totale de l'État—le gouvernement surveillant chacun de vos mouvements et contacts, et excluant les personnes qu'il désapprouve.

Les choses peuvent ralentir et reculer pendant un certain temps, mais le Rubicon a été franchi. Le monde occidental se soumettra à un niveau de contrôle gouvernemental qui aurait été impensable il y a quelques années à peine.

Ici, à la Trompette, cependant, nous prévoyons depuis des décennies un changement global vers l'autoritarisme. La couverture du numéro de la Trompette de janvier 2018, par exemple, annonçait « The New Strongman Age », (La nouvelle ère des hommes forts) par le rédacteur exécutif Stephen Flurry.

« C'est l'un des renversements les plus étonnants de l'histoire », a-t-il écrit. « Pendant près de deux siècles, la tendance géopolitique dominante dans le monde a été la diffusion de sociétés libres et démocratiques. L'Empire britannique a ouvert la voie au 19e siècle. Les États-Unis l'ont fait au 20e siècle. Ce siècle sera totalement différent. La tendance dominante jusqu'à présent a été la montée des hommes forts autoritaires. »

Nous ne nous attendions pas à une pandémie mondiale qui a tué relativement peu de personnes, mais a bouleversé tout le mode de vie occidental pendant plus d'un an pour inaugurer cette nouvelle ère. Mais la Trompette, et la Pure Vérité avant elle, ont prédit le passage à l'autoritarisme depuis des décennies. L'article de M. Gerald Flurry de l'été dernier est un excellent endroit pour découvrir pourquoi. Ce n'est pas à cause d'un talent supérieur en analyse ou en prévision de l'actualité. Il est entièrement basé sur les prophéties de votre Bible. Vous pouvez vous tourner vers les Écritures et les lire par vous-même.

Cette compréhension prophétique est essentielle. Cela montre qu'en fin de compte, ce n'est pas une cabale obscure contrôlant les événements mondiaux. Les hommes peuvent comploter tout ce qu'ils veulent, mais au bout du compte, Dieu contrôle et permet aux événements mondiaux de se dérouler selon Son plan. « Le coronavirus et le Saint-Empire romain » vous montrera quel est ce plan et comment Il met en œuvre tous ces événements à Ses propres fins.

Ger Fr