Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Immigration : l’Europe au pied du mur

«

1 200 kilomètres de murs anti-migrants sont érigés dans l’Union européenne. Et début décembre, la Pologne, qui a déjà clôturé de barbelés sa frontière biélorusse, prévoit de renforcer 180 km de frontières par la construction d’un nouveau mur. La Lituanie et la Lettonie envisagent de faire de même. Mais le président lituanien Gitanas Nauséda s’interroge : est-ce aux contribuables de financer ces mesures ? « Nous protégeons les frontières extérieures de l’Union européenne et de l’OTAN et la réponse doit être collective », déclarait-il, le 16 novembre, lors d’une rencontre avec les présidents des pays baltes.

Pour lui, il serait légitime que Bruxelles participe à ce financement. La Pologne, la Lituanie et la Lettonie appellent aussi ce financement de leurs vœux. Et le 7 octobre dernier, les ministres de l’Intérieur de l’Autriche, la Bulgarie, Chypre, le Danemark, l’Estonie, la Grèce, la Hongrie, la Lituanie, la Lettonie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie écrivaient à la Commission européenne : « Une barrière physique apparaît comme une mesure de protection des frontières efficace, qui sert les intérêts de l’ensemble de l’Union européenne, pas seulement les États membres en première ligne. » Alors, l’Europe doit-elle porter ces barbelés ? Interrogée par Boulevard Voltaire, Nadine Morano, députée européenne (PPE) s’oppose « d’un point de vue philosophique aux murs entre les hommes », mais reconnaît l’urgence de la situation : « Par définition, les barbelés sont des structures temporaires. Quand on doit faire face de manière temporaire à un afflux migratoire non désiré, non contrôlé, non contrôlable, je suis favorable à ce qu’on puisse protéger nos frontières extérieures. »

»
la Trompette dit...

Nombreux sont ceux qui ne souhaitent pas que l’Europe vive une nouvelle crise migratoire. Si cela se produisait, encore plus de gens voudraient un dirigeant fort, capable de gérer la situation et protéger l’identité européenne contre la nouvelle vague des migrants. Dans « Le Saint Empire romain s’expose au public—en grand ! » le rédacteur en chef de La Trompette a écrit :

Une tendance que vous devriez surveiller de près se développe en Europe. Les Européens sont assiégés par des immigrants du Moyen-Orient, de plus en plus de populations musulmanes au sein de leurs paysages urbains, remplis de mosquées et de minarets, de quartier de leurs villes se transformant en des enclaves musulmanes où la police locale n'ose plus entrer, même des attentats terroristes islamiques. …

La prophétie biblique indique clairement : Bientôt, les Européens obtiendront exactement ce qu'ils demandent, un autre dirigeant, un type de Charlemagne. Cet homme viendra au pouvoir et s'imposera comme un homme fort sur toute l'Europe. Il détournera effectivement l'Union européenne !