Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

210607 israel gettyimages 887757808%20copy

MOHAMED EL-SHAHED/AFP/GETTY IMAGES

L’antisémitisme : un virus plus mortel que le COVID-19

Pendant l'épidémie de coronavirus, les théories du complot, anciennes et nouvelles, se répandent en ligne en allemand et en français.

La montée de l'antisémitisme est un effet moins signalé de la crise du COVID-19. Au cours de la dernière année, le monde a radicalement changé de diverses manières, mais cette tendance à elle seule montre que nous sommes dans des eaux dangereuses. Une étude des contenus français et allemands sur les principales plateformes en ligne pendant la pandémie du coronavirus a révélé une augmentation drastique de l'antisémitisme, selon un rapport publié par la Commission européenne le 3 juin.

« Tout comme nous nous unissons pour vaincre le COVID-19, nous devons nous unir pour lutter contre l'antisémitisme », avait commenté l’ancien ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, le 20 avril 2020. L'ambassadeur d'Israël aux Nations Unies, Danny Danon, a déclaré : « La lutte contre le virus de l'antisémitisme est aussi importante que toute autre lutte. »

Le monde a cherché à combattre le COVID-19 avec des mesures drastiques : les confinements, les masques et mandats de distanciation sociale, et les vaccinations de masse. Mais combien a-t-on fait pour lutter contre le « virus de l'antisémitisme » ? L'un de ces deux virus est à peine plus mortel que la grippe ordinaire. L'autre a duré des millénaires et a tué des millions.

Les Juifs ont été la cible d'inquisitions, de croisades, de pogroms et de l'Holocauste. Ils ont été torturés et brûlés. Les dirigeants européens et l'Église catholique se sont associés pour effacer la littérature juive. Ce virus a été récurrent à travers l'histoire, mais nous nous considérons comme trop modernes et sophistiqués pour que notre antisémitisme croissant puisse produire une telle effusion de sang barbare.

La Commission européenne a été menée par l'Institut pour le dialogue stratégique (ISD) à Bruxelles. L'étude a révélé que, par rapport à la même période l'année dernière, les deux premiers mois de cette année ont vu 13 fois plus de contenu antisémite publié en allemand sur Twitter, Facebook et Telegram. L'étude a révélé une multiplication par sept sur les mêmes plateformes en français.

Une telle augmentation des cas de COVID-19 entraînerait des mesures drastiques. Mais comment peut-on combattre un virus de l'esprit et du cœur ?

« L’analyse a révélé des déclarations courantes et anciennes, ainsi que des déclarations nouvelles et ciblant directement la pandémie », a noté le journal allemand Die Welt. « Parmi eux se trouvaient des théories du complot qui décrivaient la vaccination comme un projet juif pour stériliser ou contrôler la population, et des récits tels que celui selon lequel les Juifs contrôlaient les institutions financières internationales. » Dans son résumé exécutif, le rapport de l'UE indiquait :

Depuis le début de la pandémie du COVID-19, les incertitudes économiques et les inquiétudes autour du virus ont été instrumentalisées par un large éventail d'extrémistes, de théoriciens du complot et d'acteurs de la désinformation, qui ont cherché à propager, radicaliser et mobiliser des publics en ligne, captifs pendant les confinements mondiaux. Le discours de haine antisémite est souvent une caractéristique commune de ces diverses menaces, avec des implications dangereuses pour la sécurité publique, la cohésion sociale et la démocratie. Mais la crise du COVID-19 n'a fait qu'exacerber une tendance inquiétante en matière d'antisémitisme en ligne.

Tout cela est très préoccupant.

« Comment les effroyables atrocités et le message de haine inspiré par Adolf Hitler et le régime nazi, durant la Seconde Guerre mondiale, pourraient-ils resurgir en cet âge sophistiqué ? » a demandé l’éditeur exécutif de la Trompette, Stephen Flurry dans La résurgence de l’Allemagne nazie. L’histoire mondiale et les prophéties de la Bible devraient nous frapper comme la foudre, en apportant la réponse convenable à cette question ! Cependant, l’homme n’a jamais appris les leçons de l’histoire, et les prophéties de la Bible sont prises en dérision.

La Bible révèle dans le Psaume 83, Daniel 8 : 23-25, Daniel 11 : 40-45 et d'autres écritures qu'un autre holocauste encore plus atroce contre le peuple juif se profile. Le Psaume 83 révèle que cette fois, l'Allemagne et ses alliés européens feront équipe avec les nations arabes et chercheront à anéantir la nation juive nommée Israël, mais aussi les autres principales nations descendantes des anciens Israélites, dont les États-Unis et le Royaume-Uni. Le rédacteur en chef de la Trompette Gerald Flurry explique dans L'Allemagne et le Saint Empire romain qu'il y a une raison cachée à la réapparition de l'antisémitisme :

Beaucoup de monde regardent les Juifs comme le people choisi de Dieu. À Vienne, Hitler en vint à croire que Dieu avait remplacé les Juifs par les Allemands et le Saint Empire romain. Il croyait que les Allemands étaient le peuple élu de Dieu. Hitler considérait le Juif comme étant le mal personnifié. En vérité, les Juifs ont reçu la mission spéciale de préserver les oracles de Dieu (Rois 3 : 1-3). Les oracles incluent le calendrier sacré, la connaissance de la semaine biblique, y compris le sabbat du septième jour, et les Écritures de l’Ancien Testament. Les Juifs souffrirent aux mains de Hitler plus qu’aucune autre race. Historiquement, les principales victimes du Saint Empire romain ont été les Juifs spirituels—ou l’Église de Dieu (Apocalypse 6 : 9 ; 17 : 5-6). Donc, la haine de Hitler envers les Juifs était plus profonde que le monde ne l’a jamais imaginé. La violence essentielle de ce sentiment est la haine de Satan contre Dieu ! La Bible révèle un monde spirituel très réel, y compris un Satan le diable très réel et très actif. L'antisémitisme, sous toutes ses formes et récurrences, est une expression de la haine de Satan. Pour en savoir plus sur les raisons, lisez L’unique minorité que la société aime haïr.

Ger Fr