Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Crown

Pixabay/Pexels

La «brèche» mystérieuse (première Partie)

Les Anglo-Saxons selon la prophétie (chapitre Huit)

La suite provenant de  La mission mystérieuse de Jérémie (troisième Partie)

Que devinrent Jérémie avec son secrétaire Baruc et l’une ou plusieurs des filles du roi? L’histoire s’arrête à ce point. Ceux qui étudient la Bible et qui sont en mesure de la comprendre, savent pertinemment que les Dix Tribus—la Maison d’Israël—ont été perdues de vue. L’histoire ne sait rien à leur sujet. Elles ont été assimilées et, aujourd’hui, elles existent parmi les nations de «Gentils» sans que personne—ou presque—ne le sache. Dieu a caché leurs pays et leur identité aux yeux du monde.

En revanche, en ces temps de la fin, époque où il était prophétisé que la connaissance augmenterait, que les «sages» comprendraient (Daniel 12:4, 10), il nous est désormais possible de découvrir le secret dont font mention les prophéties, secret que personne jusqu’ici ne pouvait élucider. En tout premier lieu, nous devons apprendre en quoi consiste cette mystérieuse «brèche» dont parlent les Écritures, cette brèche s’étant produite du vivant de Juda, fils de Jacob.

Juda engendra deux fils jumeaux. Le premier-né recevait automatiquement l’héritage du sceptre ou de la royauté. Il semble que la sage-femme se soit doutée de la naissance de jumeaux. En effet, juste avant leur naissance, «il y en eut un qui présenta la main; la sage-femme la prit et y attacha un fil cramoisi, en disant: Celui-ci sort le premier. Mais il retira la main, et son frère sortit.

Alors la sage-femme dit: Quelle brèche tu as faite! Et elle lui donna le nom de Pérets [mot qui signifie brèche]. Ensuite sortit son frère, qui avait à la main le fil cramoisi; et on lui donna le nom de Zérach» (Genèse 38:27-30).

Pourquoi la Bible relate-t-elle cet étrange incident? C’est probablement à cause du fait que la «brèche» en question allait, à une date ultérieure, être réparée entre les descendants des deux jumeaux. Un tel événement n’eut pas lieu de leur vivant.

Zérach, à la main duquel le fil cramoisi avait été attaché, eut cinq fils (1 Chroniques 2:6). L’un de ses descendants prit-il enfin possession du trône, réparant de ce fait la brèche qui avait été faite? David, Sédécias, le Christ—tous appartenaient à la lignée de pérets—et non pas à celle de Zérach.

Notez bien ce qui suit: 1) La brèche préfigurait le transfert du sceptre de la lignée de Pérets à celle de Zérach. 2) Un tel transfert n’eut pas lieu avant Sédécias, roi de Juda, l’un des descendants de Pérets. 3) Un tel transfert, par conséquent, ne pouvait avoir lieu qu’après le renversement de Sédécias. 4) Étant donné que la lignée dont faisait partie David (celle de Pérets) devait demeurer sur le trône à perpétuité, cela ne pouvait se réaliser que lors d’un renversement du trône par un mariage entre un héritier du trône de la lignée de Pérets avec quelqu’un de la lignée de Zérach, réparant ainsi la brèche.

Les trois «ruines» ou renversements

L’histoire indique que les descendants de Zérach devinrent des nomades, se dirigeant vers le nord dans le territoire des Scythes. Leurs descendants émigrèrent ultérieurement en Irlande au temps du roi David.

Pendant ce temps, la lignée Pérets-David-Sédécias détenait le sceptre—elle était ÉLEVÉE—exalté. La lignée de Zérach, qui se sentait à juste titre de posséder le sceptre dans l’avenir, était abaissée—puisqu’elle était sans pouvoir royal.

Considérez maintenant un passage prophétique que très peu de gens ont compris. Au verset 23 du 21e chapitre du livre d’Ézéchiel, il est clair que l’Éternel parle de la captivité de Juda par le roi de Babylone. Nous lisons ensuite, au verset 30: «Et toi, profane, méchant, prince d’Israël [Sédécias] dont le jour arrive au temps où l’iniquité est à son terme! Ainsi, parle le Seigneur, l’Éternel: La tiare sera ôtée, le diadème sera enlevé [et c’est effectivement ce qui se produisit lors de la première partie de la mission de Jérémie]. Les choses [le sceptre, la couronne, la royauté] vont changer. Ce qui est abaissé sera élevé, et ce qui est élevé sera abaissé. J’en ferai une ruine, une ruine, une ruine. Mais cela n’aura lieu qu’à la venue de celui à qui appartient le jugement et à qui je le remettrai.»

Récapitulons ce passage, phrase par phrase: «La tiare sera ôtée, le diadème sera enlevé». Le roi Sédécias, de la dynastie de David, possédait le diadème (ou la couronne). Selon ce verset, le diadème allait lui être ôté. La couronne fut enlevée. Sédécias mourut à Babylone; ses fils et tous les grands (les nobles) de Juda furent exécutés.

«Les choses vont changer ». Le diadème n’allait pas disparaître mais changer de détenteur—le trône allait être renversé—un autre allait porter la couronne. La promesse que Dieu avait faite à David ne pouvait pas être anéantie!

«Ce qui est abaissé sera élevé, et ce qui est élevé sera abaissé ». Qui était «élevé»? Le roi Sédécias de Juda. Maintenant, il allait être «abaissé». Sa couronne (ou diadème) allait lui être ôtée. Juda était «élevé», tandis qu’Israël était «abaissé»—pendant bien des années sans roi (Osée 3:4). La lignée de Pérets avait été «élevée»; la lignée de Zérach fut «abaissée».

«J’en ferai une ruine, une ruine, une ruine». Qu’est-ce qui devait être ruiné ou renversé? Le diadème et le trône. Non pas une fois—il devait être renversé trois fois. Renversé par l’abaissement du roi Sédécias de Juda de la lignée de Pérets, et par l’élévation, maintenant, de la Maison d’Israël et l’un des descendants de la lignée de Zérach! Le premier de ces trois renversements eut lieu durant la première moitié de la mission de Jérémie.

«Mais cela n’aura lieu qu’à la venue de celui à qui appartient le jugement et à qui je le remettrai.» Cela signifie-t-il que le trône allait cesser d’exister? Absolument pas! Comment le trône aurait-il pu être renversé deux autres fois—c’est à dire, transféré d’un endroit à l’autre, si le trône avait cessé d’exister? Comment, après ces trois transferts du sceptre, la royauté (ou le sceptre) pourrait-elle Lui être remise—au Christ—Celui à qui appartient le jugement, lors de Son second Avènement si la couronne avait cessé d’exister? Comment celui qui était «abaissé» aurait-il pu être «élevé» par l’obtention de la couronne, si cette couronne ne devait plus exister? Si l’on compare le texte original avec la traduction française, on constate que celle-ci laisse à désirer. Le texte original dit: «Elle [la couronne] ne sera plus renversée jusqu’à ce que vienne celui à qui appartient le jugement et à qui je le remettrai.» En d’autres termes, la couronne n’allait plus changer de lignée jusqu’au second Avènement du Christ. À ce moment-là—au dernier renversement—elle Lui sera remise! Il devait donc y avoir trois ruines avant que le Christ n’hérite du sceptre lors de Son retour.

Dieu ne peut faillir à la promesse qu’Il fit à David! Tout au long de chaque génération, David aura toujours un descendant assis sur son trône et portant ce diadème. La deuxième partie de la mission de Jérémie devait maintenant être accomplit. Le trône devait maintenant être transplanté et rebâti. La couronne devait être renversée—transférée à une autre personne! Mais allait-il replanter le trône? Et qui allait recevoir la couronne? 

La suite sur...

Usbp Ad Fr