Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Gettyimages 842341404

SOUTH KOREAN DEFENSE MINISTRY VIA GETTY IMAGES

La Corée du Sud développera-t-elle bientôt des armes nucléaires?

Le pays du matin calme a intensifié son élan pour construire la bombe.

Sur la péninsule coréenne, les tendances s'alignent de manière qui pourrait inciter la Corée du Sud à développer des armes nucléaires, selon une analyse par le Bulletin of the Atomic Scientists publiée le 23 octobre.

Le Bulletin des scientifiques de l’atome (BSA) est l’organisme qui exploite la célèbre « horloge de la fin du monde » (Deux minutes plus près de minuit ), une mesure symbolique de la probabilité que l'humanité entame une guerre nucléaire, minuit représentant l'heure zéro—la destruction mondiale. Dans son analyse de la Corée du Sud, l'organisation souligne que le calcul de Séoul sur la question de savoir s'il faut ou non développer des armes nucléaires repose sur deux facteurs principaux : la probabilité que la Corée du Nord abandonne volontairement ses armes nucléaires, et la fiabilité de la dissuasion étendue des États-Unis si un conflit nucléaire venait à éclater sur la péninsule.

« Les deux », écrit le Bulletin, « sont orientés dans la mauvaise direction ».

Dans le cas de la Corée du Nord, durant les deux premières années de la présidence de Donald Trump, l’espoir était grand que l’Amérique parvienne à un accord pour dénucléariser l’armée du pays en échange de la levée des sanctions qui lui étaient infligées. Mais les discussions entre Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un ont échoué en février, et une autre série de négociations a échoué plus tôt ce mois-ci. Pendant ce temps, le Nord a repris les essais de missiles nucléaires à courte portée en mai (Pourquoi la Corée du Nord teste des missiles ). Le président Trump a réagi aux tests essentiellement avec un haussement d'épaules, en les compensant par des lettres charmantes qu'il reçoit de Kim et en soulignant que les armes à courte portée ne peuvent pas atteindre le continent américain ou de nombreux actifs américains d'outre-mer. Mais les missiles sont parfaitement capables de frapper n'importe où à l'intérieur de la Corée du Sud.

Dans le cas des États-Unis, la Corée du Sud est un allié du traité, ce qui obligerait l'Amérique à la protéger en cas d'attaque. Les États-Unis seraient également censés dissuader de telles attaques avant qu'elles ne surviennent avec les 28,000 soldats, les systèmes de missiles antibalistiques thaad et autres armes qu’ils ont stationnées en Corée du Sud. Mais depuis les débuts de sa présidence, M. Trump s’est hérissé face à l’accord de partage de la charge de l’Amérique avec le Sud. Il a renégocié les conditions pour augmenter le montant versé par la Corée du Sud et fait valoir que Séoul devrait toujours payer davantage.

Le « mépris de l’alliance traditionnelle par l’administration américaine sape la crédibilité de la dissuasion étendue et rend les Sud-Coréens pessimistes quant à leur dépendance continue à l’égard des États-Unis », a écrit le Bulletin. « Plus Trump se vante des lettres de Kim Jong-un, plus il aliène un allié. »

L’organisation a ajouté : « Si ces tendances se maintiennent, une Corée du Sud nucléaire est une question de ‘quand’ pas de ‘si.’ »

Certains dirigeants américains reconnaissent le résultat logique de ces tendances. Le mois dernier, Stephen Biegun, représentant spécial des États-Unis pour la Corée du Nord, a posé la question de façon éloquente, « À quel moment les voix en Corée du Sud, au Japon et ailleurs en Asie commenceront-elles à demander si elles doivent envisager leurs propres capacités nucléaires ? »

Le Bulletin a pris soin de noter que même si le peuple et les dirigeants sud-coréens décidaient de passer au nucléaire, ils seraient limités par les traités que le Sud a signés. « Les instruments globaux et bilatéraux de non-prolifération, tels que le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires » est-il écrit, « empêchent strictement le gouvernement de Séoul de se doter d’armes nucléaires ». Et la Corée du Sud serait également contrainte « par la présence de la surveillance étanche par l’Agence internationale de l’énergie atomique ».

Mais la Corée du Nord et l’Iran ont également signé le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. Et bien que l’Agence internationale de l’énergie atomique sonne régulièrement les alarmes à propos de ces deux pays, sa « présence de surveillance étanche » à peine ralenti la volonté de l’une ou l’autre de ces deux nations de développer des armes nucléaires.

Aucun des divers traités, programmes de surveillance et plans de paix de l’homme ne sont en mesure de garantir la paix. Dans toutes ces idées, il n'y a rien pour empêcher par la force de construire et d'utiliser des armes destructrices insondables. Et il n’y a pas de véritable raison d’espérer.

Mais il y a de l'espoir dans la Bible.

« Seul Dieu peut résoudre notre problème principal : celui de la survie humaine », écrit le rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, dans son livret gratuit L’Harmaguédon nucléaire est « à la porte »

M. Flurry explique clairement la solution de la Bible à ce « problème principal ». Mais il montre que les Écritures sont également remplies d’avertissements sévères, montrant que les tentatives de paix de l’homme faibliront de plus en plus et que la guerre nucléaire explosera dans un avenir proche.

Matthieu 24 : 21-22 rapporte Jésus-Christ disant : « Car alors, la détresse sera si grande qu'il n'y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais. Et, si ces jours n'étaient abrégés, personne ne serait sauvé [vivant] » (selon la version New Living Translation).

Cela ne pourrait être que la description d’une guerre nucléaire mondiale avec suffisamment de détonations pour provoquer un hiver nucléaire. Et cela menacera d'effacer toute vie humaine.

Amos 5 : 3 montre que dans certaines villes, seulement 10 pour cent des populations humaines survivront. Jérémie 2 : 15 indique clairement que d'autres villes seront entièrement brûlées par la dévastation nucléaire, sans qu'il ne reste aucun habitant. Ce sont des prophéties cauchemardesques, et les tendances dans la péninsule coréenne les rapprochent de l’accomplissement.

Mais les prophéties ne se terminent pas avec un conflit nucléaire mettant fin à toute vie humaine. Continuant dans Matthieu 24, juste après que Christ ait dit qu'un conflit nucléaire à la fin de cette époque serait tellement cataclysmique qu'il pourrait éteindre toute vie humaine, Il a ajouté un détail important : « ces jours seront abrégés ».

La Troisième Guerre mondiale nucléaire sera écourtée ! Avant que les puissances mondiales ne fassent exploser suffisamment d'armes nucléaires et d’autres armes pour anéantir l'humanité, Jésus-Christ interrompra la destruction.

M. Flurry explique dans son livret : « Les bonnes nouvelles, c’est que Dieu va abréger la période, et Il nous sauvera vivant. Mais s’Il n’intervenait pas, il n’y aurait personne de vivant sur cette planète. Il laissera les choses avancer afin que les gens apprennent qu’ils ne peuvent pas se gouverner. Les hommes ne connaissent pas le chemin de la paix. Dieu le connaît—et si vous observez Sa loi d’amour, cela apportera une grande joie et une grande paix dans votre vie ».

Après cette époque de guerre sans précédent, Christ inaugurera une ère de paix sans précédent. Amos 9 : 14 montre que les villes qui n'avaient plus que 10 pour cent de leur population seront reconstruites à partir des cendres. Le livre de Jérémie révèle que, à mesure que le peuple se reconstruit, chaque personne finira par connaître le vrai Dieu et à respecter Sa loi. Ésaïe 11 : 9 déclare : « Car la terre sera remplie de la connaissance de l'Éternel, comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent. » Comme résultat de ce changement climatique mondial, la « grande joie et la grande paix » dont parlait M. Flurry abonderont dans le monde entier. À propos de cet âge futur de la paix mondiale, Ésaïe 2 : 4 dit : « Une nation ne tirera plus l'épée contre une autre, et l'on n'apprendra plus la guerre ». La guerre, nucléaire ou autre, sera alors le vestige d'une époque révolue.

« Nous sommes maintenant au bord de cet abîme nucléaire ! » a écrit M. Flurry « À mesure que tous ces signes horribles se produisent, nous savons que le Christ est sur le point de retourner. »

Pour comprendre ces Écritures et savoir vivre la « grande joie et la paix » qui découlent de l’observance de la loi de Dieu aujourd'hui, commandez votre exemplaire gratuit du livret de M. Flurry L’Harmaguédon nucléaire est « à la porte »

Fr Arm