Recevez gratuitement notre bulletin électronique.

La vague de crimes est plus grave que vous ne le pensez

STANTON SHARPE/SOPA IMAGES/LIGHT

La vague de crimes est plus grave que vous ne le pensez

Les crimes violents dans les grandes villes battent des records historiques.

L'approbation de Joe Biden s'effondre sur le contrôle des frontières, l'inflation et la criminalité. Un nouveau sondage ABC News révèle que 48% des personnes interrogées n'apprécient pas la façon dont l'administration Biden gère la criminalité. La porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a répondu à ces critiques en attribuant la vague de criminalité au COVID-19 et aux armes à feu, mais de nombreux Américains soupçonnent que le laxisme des forces de l'ordre est le véritable coupable.

Le taux de criminalité violente aux États-Unis baissa de 4,6% pendant les trois premières années de mandat du président Donald Trump, mais il commença à augmenter après qu'un policier ait tué George Floyd. Face aux protestations destructrices de Black Lives Matter, de nombreux services de police cessèrent d’être financés et de nombreux policiers renoncèrent à faire leur travail. Résultat : la nation a subi sa plus forte hausse des meurtres depuis le début de la tenue des registres nationaux en 1960. Les crimes violents ont augmenté de 5% et les meurtres ont augmenté de près de 30%.

Le taux d'homicides augmente actuellement à un rythme plus lent qu'en 2020, mais son augmentation est suffisamment rapide pour faire craindre que le pays ne retourne aux années 1970, 1980 et 1990, lorsque la criminalité faisait rage. En réalité, si vous vous concentrez sur les crimes violents commis dans les grandes villes américaines, les meurtres sont déjà pires que dans les années 70, 80 et 90. Le fait que la campagne américaine soit paisible fait baisser la moyenne nationale, mais au moins 12 grandes villes ont battu des records d'homicides en 2021.

Ces 12 villes étaient Albuquerque (Nouveau-Mexique), Austin (Texas), Baton Rouge (Louisiane), Columbus (Ohio), Indianapolis (Indiana), Louisville (Kentucky), Philadelphie (Pennsylvanie), Portland (Oregon), Rochester (New York), St. Paul (Minnesota), Toledo (Ohio) et Tucson (Arizona). D'autres villes comme Chicago (Illinois), Seattle (Washington), et Fort Worth (Texas), n'ont pas établi de records, mais il faut remonter 25 ans en arrière pour voir des taux de meurtres comparables à ceux d'aujourd'hui. C'est pourquoi les Américains fuient vers la campagne.

À l'échelle nationale, le taux de meurtre est de 6,5 meurtres pour 100,000 habitants, mais le taux le plus bas parmi les 50 villes les plus dangereuses d'Amérique est d'environ 23 homicides pour 100,000 habitants, soit plus de 3,5 fois le taux de meurtre national. St. Louis, dans le Missouri, est la ville la plus dangereuse du monde en dehors du Brésil, du Mexique et du Venezuela. Au total, 4,9 millions d'Américains quittèrent les villes pour les banlieues ou les zones rurales en 2020, en grande partie parce que les gens se rendent compte de la dangerosité des villes américaines.

C'est une tendance inquiétante qui fut prédite dans le livre d'Ézéchiel. Dans une prophétie du temps de la fin annonçant la destruction de l'Amérique et de la Grande-Bretagne, le prophète Ézéchiel écrivit : « On sonne de la trompette, tout est prêt, mais personne ne marche au combat ; car ma fureur éclate contre toute leur multitude. L’épée au dehors, la peste et la famine au-dedans ! Celui qui est aux champs mourra par l’épée, celui qui est dans la ville sera dévoré par la famine et par la peste » (Ézéchiel 7 : 14-15).

Dans son livre Ezekiel—The End-Time Prophet [Ézéchiel : Le prophète du temps de la fin—disponible en anglais seulement], le rédacteur en chef de la Trompette Gerald Flurry note que le mot peste au verset 15 signifie destruction ou mort, et fait spécifiquement référence à un fléau de violence dans les villes américaines. Ce passage parle de citadins tués par une vague de criminalité et de violence domestique, et de campagnards survivant assez longtemps pour subir une invasion étrangère.

La cause profonde de ces malédictions est l'éclatement des familles et le laxisme des forces de l'ordre. La hausse de la criminalité dans les villes américaines pourrait aider Donald Trump à revenir au pouvoir, mais ses efforts pour rétablir la loi et l'ordre n'auront qu'une durée limitée avant que la nation ne doive s'attaquer à la cause profonde de la crise. Un renouveau en Amérique est une chance de se repentir des péchés qui ont permis à tant de corruption de s'infiltrer dans le gouvernement de la nation. Mais cette fenêtre de temps ne restera pas ouverte longtemps si nous ne l'utilisons pas avec sagesse.

Pour comprendre plus profondément ce que Dieu prophétise sur les villes américaines, veuillez lire « La mort et la renaissance des villes américaines  » par le directeur de la rédaction de la Trompette, Joel Hilliker.

Tb Ad Fr