Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Atlas close up dark 592753

Aaditya Arora/Pexels

Le droit d’aînesse retenu pendant 2520 ans! (première partie)

Les Anglo-Saxons selon la prophétie (chapitre Dix)

La suite provenant de  La nouvelle terre des Israélites (troisième partie)

L e droit d’aînesse retenu pendant 2520 ans!

Le plus extraordinaire accomplissement prophétique, en ces temps modernes, fut l’apparition soudaine des deux plus grandes puissances mondiales—l’une, appelée

Commonwealth, formant le plus grand empire que le monde ait jamais connu; l’autre, la nation la plus riche et la plus puissante du monde. Ces peuples, héritiers du droit d’aînesse, sont soudaine- ment entrés en possession de plus des deux tiers—presque des trois quarts—des terres les plus fertiles et des ressources du globe! Le fait qu’ils aient surgi aussi soudainement, comme du néant, et qu’ils soient devenus si puissants en si peu de temps, constitue une preuve indéniable de l’inspiration divine. Jamais rien de semblable n’avait eu lieu dans l’histoire.

Mais pourquoi les héritiers du droit d’aînesse sont-ils entrés en possession de ces richesses incalculables et sont-ils devenus si puissants seulement à partir du début du 19e siècle? Pourquoi Ephraïm et Manassé n’ont-ils pas reçu ces bénédictions plu- sieurs milliers d’années plus tôt—aux jours de Moïse, de Josué, de David ou d’Élie?

Une «nation» et un «Groupe de Nations»

Souvenez-vous que la promesse relative au droit d’aînesse fut attribuée aux deux tribus—Ephraïm et Manassé—et non pas aux autres tribus ou à leurs descendants. Ces deux tribus, héritières du droit d’aînesse, appartenaient au Royaume d’Israël situé au nord de la Palestine.

Notez, à nouveau, la promesse originale: «Une nation et une multitude de nations naîtront de toi» (Genèse 35:11) Le mot anglais «Commonwealth» signifie précisément: multitude de nations.

En transmettant la promesse du droit d’aînesse, Jacob mou- rant dit d’Ephraïm et de Manassé, les fils de Joseph: «Qu’ils soient appelés de mon nom» (Genèse 48:16). Par conséquent, ce sont eux—les descendants d’Ephraïm (les habitants des îles Britanniques) et de Manassé (le peuple américain)—et non pas les Juifs, dont il est question dans les prophéties qui se réfèrent à Jacob ou Israël. Jacob poursuivit: «et qu’ils multiplient en abon- dance au milieu du pays!»

Ensuite, à l’intention de Manassé et de ses descendants, Jacob prophétisa: «Lui aussi deviendra un peuple [une nation], lui aussi sera grand; mais son frère cadet [Ephraïm] sera plus grand que lui, et sa postérité deviendra une multitude [une compagnie, un commonwealth] de nations» (verset 19).

En 1800, le Royaume-Uni et les États-Unis étaient des nations relativement petites et peu connues des autres nations du globe. Le Royaume-Uni ne comportait que les îles Britanniques, une petite partie de l’Inde et du Canada et quelques petites îles. Quant aux États-Unis, ils ne comptaient que 13 colonies et 3 États supplémentaires. Ni les États-Unis ni le Royaume-Uni ne possé- daient de grandes richesses et ils n’étaient pas puissants.

Toutefois, à partir de 1800, ces deux nations commencèrent à se développer. Elles se mirent à posséder des richesses énormes et elles acquirent une puissance qu’aucun autre peuple n’avait jamais possédée. En un temps record, l’Empire britannique se répandit sur tout le globe, à tel point que l’on disait: «Le soleil ne se couche jamais sur l’Empire britannique.» Le Canada, l’Aus- tralie et l’Afrique du Sud reçurent des statuts coloniaux—ce qui leur permit de se gouverner librement, comme des nations indé- pendantes avec des gouvernements indépendants de l’Angle- terre—une multitude de nations unies, pas par un gouvernement légal, mais uniquement par le trône de David!

Comment se fait-il que le droit d’aînesse, un héritage colossal qui fut promis inconditionnellement à Abraham, promis à nou- veau à Isaac et à Jacob, n’échut-il pas à Ephraïm et à Manassé plusieurs siècles auparavant? Pourquoi ne l’acquirent-ils qu’au début du 19e siècle? La réponse est fascinante—excitante!

Pour comprendre la raison de cette ascension miraculeuse et subite, nous devons examiner une prophétie clef de l’Ancien Testament—le 26e chapitre du livre du Lévitique.

Une Prophétie pour notre Époque

Cette prophétie remarquable est pour notre époque, et elle servit à avertir les enfants d’Israël aux jours de Moïse. Bien peu de gens se rendent compte que les prophéties de l’Ancien Testament sont surtout pour le 20e siècle—et ne se réfèrent pas, dans la plupart des cas, au temps de l’Ancien Testament.

La plupart des ministres et des théologiens, aujourd’hui, ont été formés dans des séminaires ou dans des institutions religieuses de leur propre confession. Dans une large mesure, ce qu’ils ont appris est tiré d’ouvrages sectaires, et non de la Bible. Ils vous diront, par exemple: «Nous sommes une Église du Nouveau Testament»; ils supposent que les prophéties de l’Ancien Testament appartiennent au passé, et qu’elles ne s’ap- pliquent pas à nous. Quelle erreur monumentale et quelle illu- sion! Une grande partie des prophéties de l’Ancien Testament n’ont jamais été écrites pour les Israélites de l’époque. Elles n’ont même pas été communiquées à ces Israélites. En revanche, l’Église de Dieu du Nouveau Testament est bâtie sur le fonde- ment des prophètes de l’Ancien Testament, autant que sur les apôtres (Ephésiens 2:20).

Le livre de Daniel fut rédigé après qu’Israël et Juda ont été emmenés en captivité, réduits à l’esclavage. Il n’avait aucun moyen de communiquer ses prophéties à ses compatriotes, qui étaient devenus esclaves; de plus, la signification de ces prophé- ties devait rester cachée jusqu’à notre époque (Daniel 12:8-9).

Ézéchiel fut établi prophète, non pas sur les Juifs de la Maison de Juda, même s’il était en captivité parmi eux. Mais sa pro- phétie devait être communiquée à la Maison d’Israël—emmenée captive 130 ans plus tôt, et qui avait disparu du vivant d’Ézéchiel. Sa prophétie devait être communiquée à la Maison d’Israël pour notre époque, en ce 20e siècle, par les ministres de Dieu qui sont conscients de leur identité!

La prophétie de Lévitique 26, bien qu’écrite par Moïse avant l’arrivée des Israélites en Terre promise, avait un double accom- plissement. Elle constituait un avertissement pour ceux qui vécurent à l’époque de Moïse, mais son accomplissement final, comme nous le verrons, a eu lieu et se déroule actuellement— à notre époque. Et conformément au principe de dualité dans les prophéties, c’est aussi un avertissement aux peuples améri- cains et britanniques concernant les événements qui vont bientôt se produire! Le 26e chapitre de Lévitique est la prophétie de base de l’Ancien Testament. Il contient un message important et un avertissement solennel pour nos peuples aujourd’hui!

Une Prophétie-clef

Dans cette prophétie-clef, Dieu réitéra la promesse relative au droit d’aînesse—mais avec des conditions—pour ceux qui vécu- rent au temps de Moïse! En ce temps-là, les tribus d’Ephraïm et de Manassé vivaient avec les autres tribus—formant une nation. L’obéissance aux lois de Dieu aurait pu apporter les vastes richesses nationales et les bénédictions du droit d’aînesse à non seulement les tribus d’Ephraïm et de Manassé, mais la nation tout entière aurait pu en profiter automatiquement en ce temps-là.

Notez bien que Dieu met surtout l’accent sur deux des Dix Commandements. Ce sont les principaux Commandements- tests! Ils ont pour but de nous mettre à l’épreuve et de montrer à Dieu si, oui ou non, nous sommes déterminés à Lui obéir, à placer notre confiance en Lui et à Lui être loyaux. Dieu déclare: ‘’Vous ne vous ferez point d’idoles, vous ne vous élèverez ni image taillée, ni statue ... pour vous prosterner devant elle; car je suis l’Éternel, votre Dieu. Vous observerez mes sabbats ...» (versets 1-2).

Ils devaient remplir une condition—avec un grand «si»— pour recevoir les bénédictions formidables du droit d’aînesse de leur vivant! Dieu déclara: «Si vous suivez mes lois, si vous gardez mes commandements et les mettez en pratique, [alors] je vous enverrai des pluies en leur saison, la terre donnera ses pro- duits ...» (versets 3-4). Toute richesse provient du sol. Ils auraient pu récolter plusieurs fois par an, coup sur coup, des récoltes exceptionnelles. Et verset 6: «Je mettrai la paix dans le pays et personne ne troublera votre sommeil ... et l’épée [la guerre] ne passera point par votre pays.» Quelle bénédiction fantastique! Existe-t-il un pays qui jouisse d’une paix sans fin et qui ne craigne aucune invasion?

Bien entendu, sur cette terre, chaque pays a des ennemis. Qu’allait-il se produire en cas d’agression ennemie? Versets 7-8: «Vous poursuivrez vos ennemis, et ils tomberont devant vous par l’épée. Cinq d’entre vous en poursuivront cent, et cent d’entre vous en poursuivront dix mille ...»

Étant donné qu’il y a toujours eu des nations belliqueuses dans le monde, Israël aurait été attaqué. La nation disposant d’une supériorité militaire capable de vaincre tous les assaillants éventuels n’aurait pas tardé à devenir le pays le plus puissant au monde—surtout si elle possédait des ressources colossales de son sol. Verset 9: «Je me tournerai vers vous, je vous rendrai féconds et je vous multiplierai, et je maintiendrai mon alliance avec vous.»

Un grand «Si»

Dans le cas contraire—SI les conditions n’étaient pas remplies: «Si vous ne m’écoutez point et ne mettez point en pratique tous ces commandements ... voici alors ce que je vous ferai: J’enverrai sur vous la terreur, la consomption et la fièvre, qui rendront vos yeux languissants et votre âme souffrante; et vous sèmerez en vain vos semences: vos ennemis les dévoreront. Je tournerai ma face contre vous, et vous serez battus devant vos ennemis; ceux qui vous haïssent domineront sur vous...» (versets 14-17). Si les enfants d’Israël désobéissaient, ils seraient envahis, conquis et deviendraient à nouveau esclaves—comme ils l’avaient été en Égypte avant que Dieu ne les délivrât. 

La suite sur...

Usbp Ad Fr