Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Caleb woods sfn5kbvopwy unsplash

Caleb Wood/Unsplash

Le mystère de l’Église (dix-neuvième parties)

Le Mystère Des Siècles – Chapitre 6

La suite provenant de Le mystère de l’Église (dix-huitième partie)

Le baptême du Saint-Esprit

Le mouvement moderne pentecôtiste est basé sur une mauvaise interprétation, et sur une escroquerie de Satan par rapport à la signification réelle du baptême du — ou, pour être plus précis, par le — Saint-Esprit. Par la bouche de l’apôtre Paul, Jésus a dit que les chrétiens sont tous baptisés dans un seul « corps » — l’Église (1 Corinthiens 12 : 13). Le mot baptisés signifie « immergés » ou « plongés dans ».

Les « pentecôtistes » ont été séduits au point de penser que l’on est, selon eux, « sauvé » lorsqu’on reçoit Jésus-Christ en tant que notre propre Sauveur. Ils estiment que le « baptême du Saint-Esprit » est mis en évidence par le « parler en langues », qui survient lorsqu’on se sent « envahi par Esprit ». Je connais très bien ces gens-là. Ce « baptême » dont ils parlent semble délier leurs langues lors d’une sorte d’expérience où ils se sentent envahis par un pouvoir et, lors de cette expérience, ils se mettent à parler de manière émotionnelle et souvent fanfaronne.

L’explication ci-dessus ne persuadera pas ceux qui sont déjà séduits par ce leurre mais, espérons-le, en empêchera d’autres de se laisser fourvoyer par cette « spiritualité » émotionnelle de contrefaçon.

De nos jours, l’évangile qu’on a coutume d’entendre, et qui concerne la personne du Christ, soutient qu’il suffit tout bonnement de « croire en Christ » — prétendre qu’Il est notre Sauveur personnel — pour que l’on soit aussitôt sauvé ! Or, selon Marc 7 : 7-9, il est clair qu’un grand nombre de gens vont même jusqu’à adorer le Christ en vain, parce qu’ils n’obéissent pas aux Commandements de Dieu — notamment à celui du sabbat — préférant suivre les traditions par lesquelles Satan a séduit toute la terre.

Dans Jean 8 : 30-44, Jésus déclara que les Juifs qui croyaient en Lui, mais qui ne Le croyaient pas, ou qui ne gardaient pas Ses Commandements, avaient pour père le diable. Dans 1 Jean 2 : 4, il est écrit que quiconque prétend avoir Jésus pour Sauveur, mais qui ne garde pas Ses commandements est un menteur, et la vérité n’est point en lui.

Le jour de la Pentecôte, parmi les Juifs venus des autres pays, quelque trois mille d’entre eux furent baptisés le jour même, après s’être réellement repentis, et après avoir cru en Christ et en Sa parole. Un ou deux jours plus tard, après que l’apôtre Pierre eut guéri l’homme boiteux de naissance à la porte du temple, deux mille autres personnes furent baptisées. Dieu multipliait Son Église nouvellement fondée.

Toutefois, cette croissance phénoménale n’allait pas se poursuivre bien longtemps à ce formidable taux de croissance.

Rappelez-vous que les membres de l’Église étaient spécialement appelés par Dieu du milieu du monde de Satan. Ce dernier était toujours assis sur le trône de la terre. Il s’acharna vicieusement à sauvegarder son règne, et à saboter le Dessein divin relatif à la rédemption de l’humanité. Satan avait déjà essayé de faire mourir l’enfant Jésus. Lorsque Jésus était âgé de trente ans, Satan essaya désespérément de Le tenter et de L’empêcher de Se qualifier. Il ne s’avoua pas vaincu et, à l’heure qu’il est, il n’a toujours pas abandonné la partie. Quoi qu’il en soit, Satan se mit en devoir de détruire l’Église. Et puisqu’il ne pouvait pas la détruire, il se résigna à séduire le monde en l’amenant à croire à un faux christianisme.

Pour commencer, Satan influença les Juifs, pour qu’ils luttent contre l’Église en refusant d’accepter Jésus comme le Messie prophétisé. Au départ, l’Église était presque entièrement composée de Juifs. Les Juifs non convertis s’opposèrent à elle pour maintenir les rituels physiques et les sacrifices d’animaux de la loi mosaïque.

En un rien de temps, alors que les membres se multipliaient dans l’Église de Dieu (Actes 6 : 1), une grande persécution fit rage (Actes 8 : 1). Les membres furent disséminés à l’étranger, çà et là dans la Judée et dans la Samarie, à l’exception des apôtres.

Un faux évangile est proclamé

Une violente controverse ne tarda pas à surgir entre ceux qui soutenaient que l’Évangile à proclamer était celui du Christ (l’Évangile ou la « bonne nouvelle » du Christ concernant le Royaume de Dieu), et ceux pour qui il fallait proclamer un évangile sur la personne du Christ, se contentant de prêcher qu’il suffit d’accepter le Christ en tant que Sauveur personnel. Alors que l’apostasie se répandait, une bonne partie de l’Église se tourna vers un autre évangile, un évangile de contrefaçon, proclamant le Christ en tant que Sauveur. Mais cet évangile négligeait totalement de mentionner que le péché représente la transgression de la Loi spirituelle de Dieu ; il omettait de proclamer la bonne nouvelle du Royaume de Dieu, la mise hors d’état de nuire de Satan, la restauration du Gouvernement de Dieu sur la terre, et la possibilité pour tous les hommes d’être sauvés un jour, lorsqu’ils seraient jugés, se repentiraient, croiraient et recevraient la vie éternelle en tant qu’enfants de Dieu et qu’êtres Divins.

L’apôtre Paul a écrit dans 2 Corinthiens 11 : 3-4 : « Toutefois, de même que le serpent séduisit Ève par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ. Car si quelqu’un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien. »

Ensuite, Paul décrit les faux prédicateurs qui s’infiltraient dans l’Église et qui changeaient l’Évangile du Christ, même à cette époque-là.

« Je m’étonne », déclare encore l’apôtre Paul dans Galates  1 : 6-7 « que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés [et pour faire partie de l’Église il faut avoir été appelé, car nul ne peut venir à Christ tant qu’il n’est pas appelé] par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile. Non pas qu’il y ait un autre Évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Évangile de Christ ». L’Évangile du Christ, c’était le message du Royaume de Dieu à venir. Ces membres se tournaient déjà vers un évangile différent.

La suite sur...

Fr Moa