Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Patrick fore b shpu5m3nk unsplash

Patrick Fore/Unsplash

Le mystère de l’Église (douze partie)

Le Mystère Des Siècles – Chapitre 6

La suite provenant de Le mystère de l’Église (onzième partie)

Le véritable nom de l’Église

Jésus pria pour Son Église en ces termes : « Père saint, garde en ton nom ceux que tu m’as donnés, afin qu’ils soient un comme nous. Lorsque j’étais avec eux dans le monde, je les gardais en ton nom … Et maintenant je vais à toi … Je leur ai donné ta parole ; et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal [ou du malin]. Ils ne sont pas Du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité » (Jean 17 : 11-17).

Jésus dit que Sa véritable Église devait être gardée dans le nom du Père — Dieu. Douze fois dans le Nouveau Testament, le nom donné à cette seule et véritable Église est l’Église de Dieu ! C’est l’Église de Dieu, et Jésus-Christ est le Chef qui la guide, la soutient et la dirige.

Dans cinq passages où le véritable nom de l’Église apparaît, il s’agit du corps entier du Christ — l’Église dans son ensemble. Lorsqu’il est question de toute l’Église, incluant tous les membres de la terre qui en font partie, le nom est « l’Église de Dieu ». Voici ces cinq passages : 

1) Actes 20 : 28 : l’exhortation faite aux anciens est de « paître l’Église de Dieu ».

2) 1 Corinthiens 10 : 32 : « Ne soyez en scandale ni aux Grecs, ni aux Juifs, ni à l’Église de Dieu ».

3) 1 Corinthiens 11 : 22 : « Ou méprisez-vous l’Église de Dieu, et faites-vous honte à ceux qui n’ont rien ? »

4) 1 Corinthiens 15 : 9 : où l’apôtre Paul a écrit : « … parce que j’ai persécuté l’Église de Dieu ».

5) Galates 1 : 13 : verset qui répète l’idée contenue dans le passage précédent :  …  « je persécutais … l’Église de Dieu ».

Où il est fait allusion à une congrégation locale, la véritable Église porte le nom de « L’Église de Dieu », souvent en relation avec le lieu ou la localisation. Il s’agit des quatre passages suivants : 

6) 1 Corinthiens 1 : 2 : « l’Église de Dieu qui est à Corinthe ».

7) 2 Corinthiens 1 : 1 : « l’Église de Dieu qui est à Corinthe ».

8) 1 Timothée 3 : 5 : Parlant d’un « ancien » dans une congrégation locale, Paul écrit à Timothée : « Car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Église de Dieu ? »

9) 1 Timothée 3 : 15 : « … que tu saches … comment il faut se conduire dans la maison de Dieu, qui est l’Église du Dieu vivant ». Il est ici question de l’Église du Dieu vivant.

Parlant de toutes les congrégations locales, collectivement, non pas pour désigner l’Église, en général, mais pour désigner l’ensemble des congrégations, le nom biblique est : « Les Églises de Dieu ». Voici les trois derniers versets qui révèlent le nom de la véritable Église : 

10) 1 Corinthiens 11 : 16 : «  … nous n’avons pas cette habitude, pas plus que les Églises de Dieu. »

11) 1 Thessaloniciens 2 : 14 : « Car vous, frères, vous êtes devenus les imitateurs des églises de dieu qui sont en Jésus-Christ dans la Judée ».

12) 2 Thessaloniciens 1 : 4 : « Aussi nous glorifions-nous de vous dans les églises de Dieu ».

Cependant, aucune Église n’est véritablement l’Église de dieu à moins d’être celle de Dieu : perpétuant la doctrine, la pratique, l’organisation, en tous points selon le modèle biblique original ; conduite par Jésus-Christ — bien qu’appartenant à Dieu le Père ; rendue puissante par le Saint-Esprit ; ayant la vérité de Dieu ; accomplissant la mission confiée par le Christ de proclamer au monde entier Sa bonne nouvelle du royaume de Dieu.

Une seule Église remplit tous ces critères !

De plus, elle ne peut être divisée. Elle demeure une.

Dans 1 Corinthiens 1, l’apôtre Paul fut inspiré d’ordonner à tous dans l’Église, de « tenir un même langage ». Il ne doit y avoir aucune division dans les croyances, les enseignements ou les prédications.

Le christianisme traditionnel

Mais que dire de toutes ces Églises qui se disent appartenir au « christianisme » — certaines avec des millions de membres ? Elles sont toutes décrites dans Apocalypse 17 : 5 : 
« … un mystère : Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre ».

Sont-elles donc mauvaises ? Nécessairement, que ce soit inconsciemment ou sciemment ! Le monde des hommes a été coupé de Dieu. Satan est toujours sur le trône de la terre, avec le plus de pouvoir juste après dieu Lui-même. Toute la terre a été séduite par Satan (Apocalypse 12 : 9). Ceux qui sont séduits n’en savent rien. Autrement, ils ne le seraient pas. Ils peuvent même être convaincus d’avoir raison !

Sont-ils condamnés ? En aucune façon ! Ils ne sont tout simplement pas encore jugés — ni « condamnés », ni « sauvés ». Rares sont ceux, en effet, qui se rendent compte de la formidable puissance de Satan et de l’étendue de sa séduction !

C’est Satan qui est inique et diabolique. C’est une puissance invisible — non vue par les humains, et méconnue d’eux.

Satan est un grand contrefacteur ! Il apparaît comme un « ange de lumière » (2 Corinthiens 11 : 13-15). Il a ses églises de contrefaçon. Il trompe ses ministres en leur faisant croire qu’ils sont « ministres de justice », et du Christ (2 Corinthiens 11 : 15 et Matthieu 24 : 5).

« Toutefois, de même que le serpent séduisit Ève par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ. Car, si quelqu’un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien … Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ. Et cela n’est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Il n’est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs œuvres ». (2 Corinthiens 11 : 3-4, 13-15).

Remarquez que ces Églises qui sont séduites, et qui sont de fausses Églises, croient être la véritable Église ; leurs ministres « se déguisent en ministres de justice » — en d’autres termes, ils passent pour être les vrais ministres de Jésus-Christ. Bien sûr, beaucoup d’entre eux peuvent être tout à fait sincères, étant eux-mêmes séduits. De ce fait, ils n’ont jamais connu ni prêché le vrai Évangile de Jésus, concernant le royaume de Dieu (Matthieu 24 : 14). Ils ne comprennent pas non plus ce qui est écrit dans cet ouvrage, au sujet de l’Église de Dieu.

Une vérité partielle

Un grand nombre de confessions protestantes, de même que certains « ministres » indépendants, citent, de manière correcte, certaines Écritures, notamment celles qui concernent la vie chrétienne, la foi, l’amour etc. Mais, ils en ignorent de nombreuses autres qui sont fondamentales, et qui apparaissent dans le présent ouvrage. Il semblerait que Satan soit disposé à laisser ceux qui sont séduits posséder une partie de la vérité.

En revanche, ces gens s’opposent sur des vérités essentielles. D’ordinaire, ils ne portent pas le nom convenable, « Église de Dieu ». Ils ne savent pas ce qu’est le Royaume de Dieu, et ils ne le proclament pas, ce qui revient à dire qu’ils n’ont pas ou ne proclament pas l’Évangile du Christ. Ils n’ont pas le gouvernement de Dieu conduit par Jésus-Christ et les apôtres, les évangélistes, les pasteurs et autres anciens. Ils ne savent pas ce qu’est le salut. Ils ne comprennent pas le Dessein ou Plan de Dieu.

Une Église des origines, beaucoup persécutée et contrée, mais existant encore, détient ces indices qui prouvent qu’elle est la véritable Église originale. Même celle-ci, jusqu’en 1933, avait perdu beaucoup de ces vérités qui sont vitales. Au moins 18 vérités fondamentales, essentielles, y ont été restaurées, à partir de cette année-là.

La suite sur...

Fr Moa