Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Fas khan iucs6xf gi4 unsplash

Fas Khan/Unsplash

Le mystère du royaume de Dieu (douze partie)

Le Mystère Des Siècles – Chapitre 7

La suite provenant de Le mystère du royaume de Dieu (onzième partie)

Sur le plan international

En plus des responsabilités et des postes gouvernementaux sur les nations et groupes de nations, au niveau national, il y aura également des postes importants au niveau international, dans le domaine de la science et des fonctions sociales. Il existe quelques indices nous permettant d’en savoir plus sur certaines de ces opérations.

Puisque Noé vécut en premier, jetons un coup d’œil sur lui. À l’époque de Noé, les principales causes de violence et de chaos, dans le monde, étaient la haine raciale, les mariages mixtes, et la violence raciale due aux efforts de l’homme pour intégrer et amalgamer les races, allant ainsi à l’encontre des lois de Dieu. Dieu avait, dès le commencement placé des frontières pour les nations et les races (Deutéronome 32 : 8-9 ; Actes 17 : 26). Mais les hommes avaient refusé de rester dans les terres que Dieu leur avait assignées. Ce fut la cause de la corruption et de la violence qui mit fin à ce monde-là. Pendant cent ans, Noé avait prêché les voies de Dieu aux gens—mais ils n’y prêtèrent pas attention.

À cette époque-là, tout comme aujourd’hui, le monde faisait face à une explosion démographique. Ce fut « lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre » (Genèse 6 : 1). Jésus dit ceci de notre monde actuel : « Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme » (Matthieu 24 : 37)—ou encore dans Luc 17 : 26 : « Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme ». C’est-à-dire juste avant le retour du Christ. Aujourd’hui, les guerres raciales, les haines raciales, les émeutes raciales et les problèmes raciaux sont parmi les plus grands troubles sociaux du monde.

Durant sa vie, Noé prêcha seulement. Mais à la résurrection, devenu immortel, avec puissance et gloire, il aura le pouvoir de faire appliquer les voies de Dieu en matière de race.

Il semble évident qu’à la résurrection Noé dirigera un vaste projet de relocalisation des races et des nations, à l’intérieur des frontières que Dieu a établies pour leur bien, leur bonheur, et pour les plus grandes bénédictions. Cela sera une énorme opération. Cela demandera une grande et vaste organisation, renforcée par le pouvoir de déplacer toutes les nations et les races. À ce moment-là, les gens et les nations iront où Dieu l’a prévu, et aucun défi ne sera toléré.

Quel paradoxe ! Les gens seront obligés d’être heureux, d’avoir la paix, de trouver une vie abondante et joyeuse !

Revenons, comme promis, à Joseph, fils d’Israël et arrière-petit-fils de Abraham.

Joseph devint, à l’époque, intendant de la plus grande nation du monde : l’Égypte. Joseph était synonyme de « prospérité ». « L’Éternel fut avec lui, et la prospérité l’accompagna. L’Éternel faisait prospérer entre ses mains tout ce qu’il entreprenait » (Genèse 39 : 2-3). Il fut nommé, par le pharaon, dirigeant de la plus grande nation du monde. Mais sa spécialité, c’était l’économie—la gestion de la prospérité. Ce qu’il fit, il le fit selon les méthodes divines.

Il est fort probable, par conséquent, que Joseph dirige l’économie mondiale—l’agriculture, l’industrie, la technologie et le commerce—et le système monétaire international. Ces systèmes fonctionneront sur le plan international, et seront les mêmes pour tous les pays.

À n’en pas douter, Joseph mettra sur pied une organisation de grande envergure, parfaitement efficace, composée d’êtres immortels devenus parfaits ; ces derniers seront sous ses ordres, dans cette vaste administration. Celle-ci supprimera les famines, la malnutrition et la pauvreté. Il y aura de la prospérité partout !

Toujours sur le plan international, un autre projet gigantesque sera celui de la reconstruction sur les ruines, et celui de l’érection de tout grand édifice ou structure que le Christ demandera pour le monde qu’Il va créer. « Ils rebâtiront sur d’anciennes ruines, ils relèveront d’antiques décombres, ils renouvelleront des villes ravagées, dévastées depuis longtemps » (Ésaïe 61 : 4).

Job, quant à lui, était l’homme le plus riche et le plus important de tout l’Orient (Job 1 : 3)—et il était un architecte de renom. (Comparez Job 3 : 13-14 avec le défi divin mentionné dans Job 38 : 4-6). Il était si intègre, et si droit, que Dieu mit Satan au défi de trouver un défaut quelconque dans son caractère. En réalité, il y avait un péché très grave dans la vie du patriarche : la propre justice. Toutefois, Dieu lui accorda le repentir (voir Job 38-42). Cet homme avait une si grande maîtrise de soi, qu’il pensait pouvoir être juste par ses propres moyens. Une fois humilié, poussé à se fier à Dieu, et rempli de l’Esprit de Dieu, qui pourrait l’égaler comme ingénieur pour les vastes et formidables projets mondiaux ?

Il semble tout désigné pour diriger les rénovations urbaines à l’échelle mondiale, la reconstruction des anciennes ruines et des villes détruites, non pas comme sont les choses maintenant, mais selon les directives divines. Il dirigera la construction de vastes projets tels des barrages, des centrales électriques—tout ce que le Christ régnant décidera.

Un autre homme, parmi d’autres, semble indiqué comme assistant dans cette grande administration : il s’agit de Zorobabel (Aggée et Zacharie 4).

Voilà ce qu’il en est pour la nouvelle et grande civilisation mondiale, tant sur le plan national qu’international.

Nous en venons maintenant au monde de demain, sur le plan individuel—l’Église, la religion et le système éducatif.

L’éducation et la religion de demain

Lorsque Jésus-Christ reviendra ici-bas, avec la puissance suprême du Dieu Créateur, ce sera, cette fois, pour sauver le monde, spirituellement.

Lorsqu’Il s’installera sur le trône de Sa gloire, à Jérusalem, toutes les nations—des êtres humains, mortels, faits de chair et de sang—seront devant Lui. Il commencera à séparer les brebis d’avec les boucs : « Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde » (Matthieu 25 : 34).

Ceux qui sont convertis, maintenant, sont héritiers. Nous hériterons du Royaume à l’avènement du Christ. Les morts en Christ seront ressuscités, en premier—changés à l’immortalité spirituelle. Nous qui serons encore vivants, en Christ, serons alors instantanément changés à l’immortalité, et nous nous joindrons aux ressuscités pour rencontrer, dans les airs, le Christ qui sera en train de descendre.

Nous serons alors séparés des humains mortels, sur la Terre, par l’immortalité.

À partir de ce moment-là, partout où le Christ sera, nous serons avec Lui. Où sera-t-Il alors ? Ses pieds se poseront, ce même jour, sur la montagne des Oliviers (Zacharie 14 : 4).

C’est après Son retour que le Christ séparera les brebis (ceux qui se repentent, qui croient en Lui, et qui reçoivent Son Saint-Esprit) d’avec les boucs (ceux qui se rebellent). Cette séparation—cette éducation spirituelle des gens pour leur permettre d’entrer dans le royaume de Dieu—se poursuivra pendant tout le règne millénaire du Christ, sur la Terre.

Le Christ donnera une langue qui sera nouvelle et pure, à toutes les nations. « Alors je donnerai aux peuples des lèvres pures, afin qu’ils invoquent tous le nom de l’Éternel, pour le servir d’un commun accord » (Sophonie 3 : 9).

La vérité divine, sous sa forme la plus pure, sera proclamée à tous les peuples. Désormais, nul ne sera plus séduit. Au lieu de cela, « la terre sera remplie de la connaissance de l’Éternel, comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent » (Ésaïe 11 : 9).

Le Christ est le « rejeton » de Isaï, père de David. Les gentils se tourneront alors vers Lui (Ésaïe 11 : 10). Il étendra Sa main pour racheter tout Israël (verset 11 ; voir également Romains 11 : 25-26).

Une telle évangélisation de proportion universelle, qui aura pour but de sauver le monde spirituellement (c’est-à-dire dans l’ensemble, mais pas obligatoirement chaque individu) nécessitera une rééducation immédiate du monde.

Un des grands problèmes auxquels le Christ glorifié aura à faire face, à Son retour, sera de rééduquer les soi-disant éduqués. Ces esprits—les plus capables et les meilleurs du monde—sont devenus si pervertis avec la fausse éducation qu’ils ne seront pas à même d’accepter la vérité jusqu’à ce qu’ils désapprennent d’abord leur erreur. Il est au moins dix fois plus difficile de rejeter une erreur bien gravée dans l’esprit que de partir de zéro, et apprendre une nouvelle vérité.

Cela pourrait, en fait, leur prendre plus de temps pour venir à la vérité—pour devenir vraiment éduqués—qu’il n’en faudrait aux illettrés du monde actuel.

La parole inspirée de Dieu, la Sainte Bible, est le fondement de toute connaissance. Malheureusement, on a formé les gens à avoir, à l’égard de ce véritable fondement, un mépris qui leur est préjudiciable.

L’une des tâches les plus ardues du royaume de Dieu—après le retour du Christ pour régner—sera, à n’en pas douter, l’éducation et la rééducation du monde. De nos jours, les gens vivent selon de fausses valeurs. Toute leur façon de penser requerra une réorientation—un changement de direction.

La suite sur...

Fr Moa