Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Dan meyers f1wmjr8plqo unsplash

Dan Meyers/Unsplash

Le mystère du royaume de Dieu (première partie)

Le Mystère Des Siècles – Chapitre 7

La suite provenant de Le mystère de l’Église (vingt-deuxième partie)

Que faut-il entendre, au juste, par « royaume de Dieu » ? Cela aussi est un mystère insoluble, non seulement pour les êtres humains, mais aussi pour toutes les églises de ce monde, les théologiens et les « spécialistes » de la Bible.

Pour commencer, ce mystère a fort à faire avec celui de l’évangile de Jésus-Christ.

Comment se fait-il que les églises soient en désaccord lorsqu’il s’agit de définir « l’Évangile de Jésus-Christ » ? Durant les vingt ou trente premières années qui succédèrent à la fondation de l’Église, en l’an 31 de notre ère, une violente dispute éclata au sujet de la définition de « l’évangile de Jésus-Christ ». Il s’ensuivit une centaine d’années au cours desquelles toute l’histoire de l’Église du Nouveau Testament fut détruite. Il s’agit du « siècle perdu de l’histoire de l’Église ». Lorsque le rideau se lève, vers le milieu du 2ème siècle, une Église totalement différente apparaît—chrétienne de nom—mais proclamant pour l’essentiel son propre évangile au sujet du Christ, au lieu de l’évangile du Christ. L’évangile du Christ, c’est l’Évangile que le Christ a proclamé. Jésus était un Messager envoyé par Dieu avec un message. Ce message, c’est celui du royaume de Dieu. Le message du Christ, c’est Son Évangile—l’Évangile du Christ. Il n’avait pas été proclamé au monde jusqu’à la première semaine de 1953 quand, pour la première fois en mille neuf cents ans—100 cycles de 19 ans, il fut diffusé sur la station de radio la plus puissante en Europe, Radio Luxembourg.

Aujourd’hui, il semble que toutes les églises aient perdu l’Évangile de Jésus-Christ. Elles prêchent principalement leur évangile au sujet du Christ.

Jésus vint prêcher l’Évangile du royaume de Dieu. Rares sont ceux qui, aujourd’hui, prêchent ce Royaume car on ne sait même plus de quoi il s’agit ! Y a-t-il, aujourd’hui, en dehors de la véritable Église de Dieu, une église qui proclame le véritable Évangile du royaume de Dieu ?

Un évangéliste bien connu a déclaré un jour, sur une radio de grande audience, que l’Évangile du royaume de Dieu n’était pas pour notre époque. Certaines dénominations proclament un « évangile de grâce » ; d’autres, « un évangile de salut » ; la plupart un évangile au sujet du Christ ; quelques-unes un évangile social ; d’autres encore proclament la « Science de l’esprit », ou la « Science religieuse ».

Aucun n’a raison !

Certaines églises prétendent que leur groupe particulier, ou que le « christianisme », dans son ensemble, représente le royaume de Dieu. Un évangéliste connu a même déclaré que « le royaume de Dieu est en vous ». On cite souvent Luc 17 : 21 que l’on a traduit comme suit : « Le royaume de Dieu est en vous ». Les notes marginales, la Version révisée standard, la Bible Moffatt et d’autres traductions montrent que ce passage devrait être traduit par : « au milieu de vous », c’est-à-dire que Jésus-Christ était parmi eux. Il est le Roi du futur royaume de Dieu. Dans Daniel 7, comme dans d’autres passages bibliques, les termes « roi » et « royaume » sont employés indifféremment. Autrement dit, le roi représente le royaume qu’il gouverne.

Aucun n’a raison ! Pourrait-il y avoir quelque chose de plus incroyable ? Certes ! Pour quelqu’un qui a été élevé selon les conceptions de ce monde, il existe quelque chose de bien plus incroyable ! Il s’agit de la pure vérité sur ce qu’est réellement le royaume de Dieu !

La vérité n’est pas seulement surprenante ; elle provoque un choc, elle est stupéfiante ! C’est un grand mystère ! Cependant, c’est réellement une bonne nouvelle—la bonne nouvelle la plus glorieuse à pénétrer dans la conscience humaine !

L’évangile DU CHRIST

Quel est le seul et unique évangile de Jésus-Christ ? Le monde n’en sait absolument rien. Aussi surprenant que cela puisse paraître, cet Évangile-là n’a pas été prêché pendant dix-neuf siècles. Regardez dans votre Bible. Commencez par le commencement !

« Commencement de l’évangile de Jésus-Christ », pouvez-vous lire dans Marc 1 : 1. Un peu plus loin : « Après que Jean eut été livré, Jésus alla dans la Galilée, prêchant l’évangile de Dieu. Il disait : Le temps est accompli et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle » (Marc 1 : 14-15).

Pour être sauvé, il faut croire à cet Évangile ! Or, comment peut-on y croire si l’on ne sait pas ce dont il s’agit ? Pendant quelque mille neuf cents ans, le monde n’a pas su ce qu’était cet Évangile, qui fut supprimé et remplacé par un évangile d’homme au sujet du Christ.

Jésus alla de lieu en lieu, proclamant la bonne nouvelle du royaume de Dieu. Il parla de ce Royaume en paraboles. Il envoya soixante-dix hommes prêcher, et Il leur ordonna de prêcher le royaume de Dieu (Luc 10:9). Il envoya les apôtres—fondement de l’Église de Dieu—pour qu’ils proclament, seulement, le royaume de Dieu (Luc 9 : 1-2). Après la résurrection, avant de monter au ciel, Jésus parla à Ses disciples des choses qui concernaient le royaume de Dieu (Actes 1 : 3).

N’est-ce pas stupéfiant que le monde ait perdu la connaissance s’y rapportant?

L’apôtre Paul prêcha le royaume de Dieu (Actes 19 : 8 ; 20 : 25 ; 28 : 23, 31). Et le Très-Haut, par l’intermédiaire de Paul, prononça une double malédiction sur l’homme, ou l’ange, qui oserait proclamer un autre évangile (Galates 1 : 8-9)!

Pourquoi, alors, tant de gens osent-ils prêcher autant d’autres évangiles ? La bonne nouvelle du royaume de Dieu est quelque chose que vous devez comprendre, et croire, afin d’être sauvé ! C’est ce que Jésus-Christ a dit ! Vous feriez mieux de savoir de quoi il s’agit !

Dans ce chapitre, je vous expliquerai cet Évangile—celui du royaume de Dieu. Il fait suite au mystère de l’Église parce que le royaume de Dieu succédera à l’Église. Rappelez-vous que le rôle de l’Église est de préparer « les appelés » à enseigner et à régner dans le royaume de Dieu.

Daniel savait !

N’avez-vous jamais entendu des gens parler du royaume de Dieu de la manière qui suit : « Par les chrétiens, travaillant ensemble dans le monde entier, à la paix mondiale, à la tolérance et à l’amour fraternel, le royaume de Dieu finira par s’établir dans le cœur des hommes » ?

Ayant rejeté l’Évangile du Christ, il y a quelque mille neuf cents ans, le monde a dû le remplacer par quelque chose d’autre. Il a dû inventer une contrefaçon ! Et c’est pour cela que vous entendez raconter des platitudes, qu’on vous décrit le royaume de Dieu comme un sentiment agréable dans le cœur des hommes ; bref, on l’a réduit à quelque chose de mystique, d’irréel et d’indéfini. On a aussi voulu vous faire croire que « l’église » est le royaume. Certains l’ont confondu avec le Millénium. D’autres encore, au début du vingtième siècle, ont prétendu que le royaume de Dieu, c’était l’Empire britannique. Toutefois, cette dernière conception n’attire plus guère de suffrages à l’heure actuelle. Combien ce monde a été séduit !

Le prophète Daniel, qui vécut six cents ans avant le Christ, savait que le royaume de Dieu représentait un royaume réel—un gouvernement dirigeant, littéralement, des êtres humains sur la Terre.

Jésus-Christ a apporté, à ce sujet, des détails supplémentaires, que Daniel ne possédait peut-être pas. Néanmoins, Daniel savait qu’un royaume concret, celui de Dieu, allait un jour s’installer sur la Terre.

Daniel était l’un des quatre jeunes hommes juifs, doués et intelligents, qui avaient été amenés captifs de Juda. Tous quatre résidaient au palais de l’empereur chaldéen Nebucadnetsar, où on les préparait à occuper des postes très spéciaux dans le gouvernement babylonien. Daniel, qui était prophète, avait reçu une sagesse particulière dans l’interprétation des songes et des visions (Daniel 1 : 17).

Nebucadnetsar était le premier empereur du monde. Il avait conquis un grand nombre de nations, y compris Juda. Ce roi eut un songe tellement impressionnant qu’il en fut troublé—cela le mit dans une terrible inquiétude. Il demanda à ce que ses magiciens, ses astrologues et ses devins lui disent, d’une part, quel était ce songe et, d’autre part, ce qu’il signifiait. Ils ne le purent pas. Ils étaient déconcertés. Daniel fut alors introduit auprès du roi.

Il nia posséder plus de talent que les magiciens chaldéens pour l’interprétation des songes. « Mais », dit-il, « il y a dans les cieux un Dieu qui révèle les secrets, et qui a fait connaître au roi Nebucadnetsar ce qui arrivera dans la suite des temps » (Daniel 2 : 28).

En premier lieu, Dieu voulait révéler à ce premier empereur au monde qu’il existe un Dieu au ciel, et que ce Dieu est le Souverain suprême de toutes les nations, de tous les gouvernements et de tous les rois—et que ce Dieu gouverne l’univers ! C’est Dieu qui a placé le chérubin Lucifer sur le trône de la Terre. Lucifer, qui est devenu Satan le diable, occupe encore le trône de la Terre parce que Dieu le lui permet, et ce jusqu’à ce que Jésus-Christ le chasse, et s’y installe. Le roi chaldéen ne connaissait que les divinités païennes. Il ne savait rien du véritable Dieu vivant et tout-puissant. À l’instar des gens et des dirigeants d’aujourd’hui, il ignorait que Dieu est le Personnage vivant, réel, actif, capable de régner et de gouverner, et qui effectivement gouverne littéralement non seulement ce qui est sur la Terre, mais aussi l’univers tout entier !

Ce songe avait pour but de révéler le gouvernement divin—faire savoir que Dieu règne—et d’annoncer la vérité sur le royaume de Dieu, ce qui constitue le seul véritable Évangile desus-Christ ! Il avait également pour but de révéler ce qui a été préservé par écrit pour notre époque—ce qui allait se produire « au temps de la fin ».

Fr Moa