Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

210428 pope gettyimages 1232458342

SAAD HARIRI PRESS OFFICE/HANDOUT/ANADOLU AGENCY VIA GETTY IMAGES

Le Pape rencontre le Premier ministre libanais

La visite du pape au Liban suffira-t-elle à unir cette petite nation fracturée ?

Le 21 avril, le pape François a rencontré le Premier ministre libanais désigné, Saad Hariri, pour discuter de la situation politique au Liban. Le Pape a exhorté tous les dirigeants politiques libanais à « s'engager d'urgence au profit de la nation », d'autant plus que la nation a été enfermée dans une impasse sur la formation d'un nouveau gouvernement depuis octobre 2020.

Après la réunion, Hariri a déclaré que le pape François « était conscient des problèmes actuels au Liban et comprenait et encourageait que nous puissions former un gouvernement. Il a également exprimé son désir de visiter le Liban, mais seulement après la formation du gouvernement. C'est un message aux Libanais que nous devons former un gouvernement pour que toutes les puissances et tous les pays se réunissent pour nous aider. »

Hariri travaille depuis sa désignation en octobre dernier pour former un gouvernement de spécialistes non partisans, mais à la suite de désaccords entre lui et le président Michel Aoun—un chrétien maronite—son travail a été en grande partie en vain. « Le Vatican sait très bien qui obstrue et qui n'obstrue pas le processus de formation du gouvernement », a déclaré Hariri. 

Hariri a présenté à Aoun son projet de gouvernement en décembre : son objectif avec la liste était de choisir des membres qui ne sont pas affiliés au Hezbollah afin de briser l'emprise du Hezbollah sur le gouvernement. Cependant, Aoun, qui est en alliance avec le Hezbollah, a refusé et a proposé à la place sa propre liste de noms pour le cabinet. Hariri a déclaré à Aoun qu'il continuait de s'en tenir à la liste originale qu'il avait présentée il y a plus de 100 jours. Il a déclaré aux médias que « ce n'est pas le devoir du président de former un gouvernement ».

Le Hezbollah a eu une emprise mortelle sur le gouvernement libanais pendant de nombreuses années, mais maintenant nous commençons à voir des signes de dérapage. Le Liban a le plus grand pourcentage de chrétiens au Moyen-Orient et c'est le seul pays arabe avec un chrétien à la tête de l'État. L'Europe a une histoire avec le Liban. Et maintenant, le Vatican prend également note de la situation.

La visite du Pape au Liban suffira-t-elle à unir cette petite nation fracturée ?

La visite de Hariri avec le pape François a eut lieu alors que le Liban traverse sa pire crise économique et financière, un résultat de décennies de corruption aux postes les plus élevés du gouvernement libanais. Depuis près de 18 mois, le Liban est frappé par une crise après l'autre, aggravée par le COVID-19 et l'explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020. Depuis la fin 2019, le Liban est enfermé dans une crise grave, avec la livre libanaise ayant perdu près de 90 pour cent de sa valeur.

Au cours de la rencontre de 30 minutes, le 22 avril, le Pape a souligné sa solidarité avec le peuple libanais qui « vit dans de grandes difficultés et incertitudes ».

Selon le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni, le Pape espère « qu'avec l'aide de la communauté internationale, le Liban pourra à nouveau être le pays du rassemblement, de la coexistence et du pluralisme ».

Le Pape n’est pas le seul à rechercher une aide internationale pour le Liban. Hariri lui-même a également cherché de l'aide auprès d'autres pays—spécifiquement ceux en Europe.

Il a récemment effectué une tournée au Moyen-Orient et en Europe, cherchant à gagner le soutien de ses efforts pour former un gouvernement. Parmi les pays qu'il a visités, figuraient la France, la Turquie, l'Égypte et les Émirats arabes unis. Hariri a également rencontré des responsables italiens après sa rencontre avec le Pape, le 22 avril.

Hariri a demandé au Vatican « de se préoccuper du Liban et d'intervenir là où ils peuvent être efficaces car c'est ce qui concerne le Liban et les Libanais. Nous sommes dans une très mauvaise situation, mais une fois que nous formons un gouvernement, nous pouvons arrêter l'effondrement ».

Quelques pays extérieurs ont envisagé d’aider le Liban, mais beaucoup craignent que l’argent donné pour aider le peuple libanais ne tombe entre les mains des mêmes politiciens corrompus qui ont détruit les finances du pays en premier lieu.

Peu de temps après l'explosion du port de Beyrouth, le président français, Emmanuel Macron, s'est rendu dans le pays. Pour beaucoup, sa visite a été un moment décisif, un coup de main pour un homme qui se noie. Et cela illustre que les Libanais font plus confiance à un président étranger qu'à leurs propres politiciens, qu'ils soient sunnites, chiites, druzes ou chrétiens.

Un jeune habitant de Beyrouth a déclaré au journal New York Times que « nous demandons au président de la France de prendre le contrôle du Liban. Débarrassez-nous simplement du gouvernement. Il n’y a pas d’avenir ici pour nous si les politiciens actuels restent. Nous préférons être colonisés plutôt que de mourir ici ».

Ce sont des mots forts.

Commentant la situation au Liban, Maximilian Felsh, professeur à l’Université Haiganzian de Beyrouth, a déclaré : « Dans une situation comme celle-ci, il est parfaitement compréhensible que les gens espèrent se débarrasser de leur leadership politique. N’importe quoi est mieux que ceci. Je peux donc comprendre que la majorité du peuple libanais espère que, si c'était possible, qu’une puissance étrangère prendra le contrôle du pays. »

Depuis l'explosion de Beyrouth, le Liban appelle à l'aide étrangère.

La France a largement entendu l'appel en premier.

Et maintenant, le Pape regarde également le Liban.

Votre Bible prophétise spécifiquement qu'un tel changement de gouvernement aura lieu bientôt au Liban.

Au cours de la dernière décennie, le rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, a prédit que le Liban changera d'alliances vers des pays européens et arabes modérés, au lieu de l'Iran. Cette prévision est basée sur une prophétie trouvée dans le Psaume 83 ; ce psaume décrit une alliance de nations qui s'unissent pour lutter contre Israël. « Ils ont dit : Venez, et exterminons-les, de sorte qu'ils ne soient plus une nation et qu'on ne fasse plus mention du nom d'Israël. Car ils ont consulté ensemble d'un cœur, ils ont fait une alliance contre toi » (Psaumes 83 : 4-5—version Darby).

Les nations de cette alliance sont énumérées dans les versets 6-8. Comme l'écrit M. Flurry dans son livret gratuit Le roi du sud , les nations modernes du Moyen-Orient dans cette alliance sont la Turquie, les États du Golfe, la Jordanie, la Syrie et le Liban (mentionnés au verset 7 comme Guebal et les habitants de Tyr). Assur, qui est l'Allemagne moderne, figure également dans cette alliance (pour plus d'informations, veuillez lire Le roi du sud et « La remarquable identité du peuple allemand »—disponible uniquement en anglais).

Aucune alliance de ce genre n'a eu lieu dans l'histoire, ce qui est une preuve supplémentaire qu'il s'agit d'une prophétie pour les temps à venir.

Sur la base de cette prophétie, nous pouvons savoir que le Liban sera allié à une Europe dirigée par l'Allemagne.

Une autre prophétie de Daniel 11 : 40 montre également que le Liban ne sera pas allié à l'Iran : « Au temps de la fin, le roi du midi [du Sud] se heurtera contre lui. Et le roi du septentrion [du Nord] fondra sur lui comme une tempête… ». Dans sa brochure, M. Flurry prouve que le roi du sud est l'Islam radical dirigé par l'Iran. Le roi du nord mentionné dans ce verset est une Europe dirigée par l'Allemagne qui—selon le Psaume 83—sera alliée à plusieurs États arabes, y compris le Liban.

Dans son article « L'explosion de Beyrouth : un catalyseur de la prophétie biblique  », le correspondant de la Trompette à Jérusalem, Brent Nagtegaal, a écrit : « Alors que l'Europe a échoué à agir avec force dans le passé, il semble qu'il y aura bientôt des forces européennes sur le terrain à Beyrouth pour diriger l'argent et l'aide, contournant directement le gouvernement libanais dirigé par le Hezbollah. »

C'est exactement ce que Hariri, et maintenant le Pape aussi, réclament. Et l’Europe, aidant à débarrasser le Liban de l’emprise de l’Iran sur le gouvernement, prépare le terrain pour l’accomplissement de ces prophéties bibliques.

La situation au Liban commence à attirer davantage l'attention de l'Europe et, comme le dit votre Bible, bientôt l'Europe passera à l'action. Continuez à surveiller le Liban. Les événements dans cette petite nation se répercuteront bientôt à travers le Moyen-Orient et dans le monde entier.

Pour plus d'informations sur le Liban et la crise qu'il traverse, veuillez lire « Pourquoi nous vous avons dit de surveiller le Liban  et « L'explosion de Beyrouth : un catalyseur de la prophétie biblique . »

Fr Kos