Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

50475218 10

Maintenir la paix imparfaite

Il avait raison – Deuxième partie : L’Angleterre et l’Amérique

La suite provenant de L’infiltration communiste de l’Amérique a été prophétisée

Herbert Armstrong, décrit par plusieurs comme un « ambassadeur non officiel pour la paix mondiale, » assista à la session inaugurale des Nations Unies à San Francisco vers la fin d’avril 1945. « Déjà je peux voir les nuages de la Troisième Guerre mondiale assombrir cette conférence, » écrivit-il de là. « Je ne vois pas la paix germer ici, mais plutôt, les semences de la prochaine guerre ! ... La conférence des Nations Unies ne produit rien que des dissensions et des querelles, et elle est destinée dès sa fondation à se terminer en un échec total. Pourtant, les dirigeants du monde déclarent qu’elle est le dernier espoir du monde—et que la seule autre alternative est l’annihilation totale de l’humanité ! »

Quelques 25 ans plus tard, il rajouta : « La Deuxième Guerre mondiale était ‘la guerre qui mettrait fin à toutes les guerres’. Les Nations Unies étaient ‘l’effort de paix’ du monde pour empêcher d’autres guerres. Quels sont les résultats après un quart de siècle ? Il y a eu plus de 50 guerres. L’ONU a contribué à raccourcir quatre guerres—MAIS—il n’existe aucune preuve qui démontre que les Nations Unies aient prévenu aucune guerre ! » (La Pure Vérité août/septembre, 1970).

Dans la Pure Vérité de janvier 1977, M. Armstrong affirmait sa prédiction originale : « Les Nations Unies ne pourront pas apporter la paix. Les nations agressives—et nous sommes si crédules que nous ne les reconnaissons qu’après qu’elles aient plongé le monde dans une autre guerre—iront de l’avant avec leurs plans et leur planification diabolique pour la domination mondiale ».

M. Armstrong savait que les Nations Unies n’apporteraient pas—ne pourraient pas apporter—la paix à ce monde. Comment le savait-il ? En étudiant profondément la Sainte Bible de Dieu, qui révèle la nature de l’homme. « Ils ne connaissent pas le chemin de la paix » (Romain 3 : 17). Il a vu, par des études de la Bible en prières, que la paix ne viendrait jamais sur Terre par l’homme ; ce serait seulement possible par Jésus-Christ, à Son retour avec Son gouvernement mondial pour instaurer la paix et l’harmonie utopique (Apocalypse 20 : 4-6 ; Ésaïe 2 : 2-4 ; 9 : 5-6 ; 11 : 1-9).

Donc, M. Armstrong avait-il raison ? Était-il—en tant que messager de Dieu des prophéties spécifiques concernant notre époque aujourd’hui—précis dans ces prédictions ?

UN PYROMANE CHEZ LES POMPIERS

ְ mesure que le temps passait, l’ONU s’יtait dיgradיe de l’יchec א la farce. Sir Anthony Parsons, l’ambassadeur britannique א l’ONU de 1979 א 1982, l’a dיclarיe « un יchec dיsastreux ». Jeane Kirkpatrick, ambassadrice amיricaine א l’ONU au dיbut des annיes 1980, a dit que ce n’יtait rien de plus qu’un endroit « oש les nations pouvaient יvacuer la vapeur de la rhיtorique ».

Depuis sa fondation en 1945 jusqu’א 2013, il n’y eu pas moins de 280 guerres et bien au-delא de 3,000 autres conflits militaires—et presque autant de gens y ont יtי tuיs que durant la Deuxiטme Guerre mondiale ! L’ONU a יtי impliquיe dans 71 missions pour maintenir la paix durant ce temps. Uniquement en 2012, elle a maintenu 16 missions, et le nombre de conflits א travers le monde יtait de 38—causant plus de 8 millions de rיfugiיs ! Est-ce que l’ONU rיussit א « maintenir la paix » ? Ou est-ce que les prophיties de Dieu, telles que proclamיes par M. Armstrong, s’accomplissent ?

L’organisation de 193 nations a été le centre d’un cynisme croissant, en grande partie à cause de sa corruption—mais aussi parce dans la plupart des cas il n’y a pas de répercussions réelles pour un pays qui viole ses résolutions.

L’ONU semble donner de façon routinière des positions-clés aux plus absurdes candidats disponibles. En avril 2007, l’Iran fut nommé vice-président de la Commission du désarmement de l’ONU. C’est la même nation provocatrice qui se vante à répétition de ses succès à tromper les puissances de l’Occident en regard du désarmement de ses programmes d’armes nucléaires. C’est aussi la nation numéro un au monde dans le parrainage du terrorisme.

Aussi en 2007, la Syrie fut nommée à la vice-présidence de l’Agence de l’Énergie atomique, et le Zimbabwe fut élu à la présidence de la Commission du Développement durable. C’était seulement quelques mois avant le zénith de l’étonnante crise d’hyperinflation du Zimbabwe. Cette crise culmina par l’impression d’un billet de banque de $100 trillion par le Zimbabwe. Le billet disait 100 trillion—c’est le chiffre un suivi de 14 zéros—mais à peine quelques mois après avoir été imprimé, il ne valait pratiquement plus rien. Cela ressemble-t-il au genre de pays qui devrait diriger une commission internationale ayant pour objectif de rendre les nations économiquement fortes.

En 2013, la Lybie a reçu la présidence de la Sécurité du Désarmement international, avec l’Iran comme rapporteur. « Permettre à l’Iran d’être sur le comité de l’ONU qui gère le désarmement nucléaire et la prolifération des armes est comme inviter Assad, le dictateur Syrien responsable de la mort de 100,000 personnes de son propre peuple, à être le chef du bureau de recensement de la population, » disait l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Ron Prosor, au sujet de cette décision honteuse.

2013 vit aussi la Chine, la Russie et l’Arabie Saoudite nommés au Conseil des Droits humains de l’ONU. Ce choix provoqua une tempête de critiques de la part d’analystes qui dénoncent les rapports de droits humains atroces que ces nations ont chez elles. « C’était comme élire un pyromane comme chef de la station de pompiers, » disait une critique des élections en Russie.

En avril 2014, dans une sélection particulièrement risible, l’Iran a reçu un siège sur la commission des droits des femmes. Ceci veut dire que le pays qui fouette les femmes de façon routinière pour avoir laissé paraître une cheville et les lapide pour avoir été violées a maintenant une influence mondiale sur les droits des femmes.

La liste des nominations et élections ridicules à l’ONU pourrait s’allonger encore.

ÉCHECS, PRÉJUDICES ET SCANDALES

L’impotence de l’ONU fut plus tard rendue évidente par l’entente de Genève qu’elle a signé avec l’Iran en novembre 2013. Dans cette entente, les puissances de l’ONU approuvèrent la levée des sanctions contre l’Iran en échange de promesses des Iraniens de réduire des parties-clés de leur programme nucléaire. Quelques semaines plus tard, le président iranien Hassan Rouhani se vantait sur Twitter : « Dans l’accord de Genève, les puissances mondiales ont capitulé devant la volonté de la nation iranienne ». Cette déclaration impertinente était tout à fait correcte. Au côté d’autres déclarations audacieuses venant de Téhéran, il est clair que l’Iran n’a jamais eu la moindre intention de tenir sa part de l’entente de Genève parrainée par l’ONU.

L’ONU est devenue une plate-forme pour cracher la rhétorique anti-israélienne et anti-américaine. Des défenseurs des droits humains tels que Elie Wiesel, Bayard Rustin et Anne Bayefsky ont souligné que l’organisation a longtemps été un bastion d’antisémitisme rampant. Un exemple fut l’adoption, en 1975, de la Résolution 3379 de l’Assemblée générale de l’ONU, qui mettait sur le même pied d’égalité le sionisme et le racisme. Une autre vint en 2009 quand le président iranien d’alors, Mahmoud Ahmadinejad, utilisa son discours à l’Assemblée générale pour critiquer intarissablement Israël et les États-Unis. L’ONU est simplement utilisée pour marginaliser l’influence d’Israël et de l’Amérique sur la scène mondiale.

Ensuite, il y a les scandales. La corruption de l’ONU était la plus évidente dans une fraude impliquant le programme d’échange pétrole-pour-nourriture qui vit des milliards de dollars siphonnés par les plus hauts niveaux de l’organisation. Le dictateur irakien Saddam Hussein empocha entre 10 milliards et 40 milliards de dollars sous le couvert du programme. Certains l’ont appelé la plus grande arnaque dans l’histoire humaine.

Puis il y eut le scandale sexuel au Congo, d’abord découvert au début de 2004, lequel a continué pour plus d’une année même après que les officiers hauts placés de l’ONU étaient au courant d’allégations que leurs soldats avaient violé des enfants aussi jeunes que 12 ans en plus de commettre de nombreux autres crimes sexuels. Il y a eu plus de 150 accusations de viol, d’abus d’enfants, de sollicitation et d’autres crimes sexuels—70 uniquement dans la ville de Bunia.

En 2007, les nouvelles ont surgi que des millions de dollars qui devaient aller à des projets de développement en Corée du Nord avaient été chapardés par le Chef Suprème Kim Jong-Il.

Plusieurs missions de l’ONU pour maintenir la paix ont été pires qu’inutiles. Non seulement ont-elles failli lamentablement à prévenir quelques instances de génocides et d’oppression, mais dans d’autres cas elles ont empiré les choses. En 2000, par exemple, les forces de l’ONU ont actuellement coopéré avec le Hezbollah à la frontière libano-israélienne lors de l’enlèvement de trois soldats Israéliens.

UN VOILE DE PAIX POUR LES AGRESSEURS

Pendant des décennies après la Deuxième Guerre mondiale, un tabou rigide empêchait l’Allemagne et le Japon de déployer des troupes outre-mer. Ces deux nations étaient les agresseurs principaux de cette guerre dévastatrice, et les nations du monde ne voulaient pas voir des soldats envoyés par Berlin ou Tokyo se promenant un peu partout sur leur territoire. Mais les missions pour garder la paix de l’ONU donnaient à ces deux pays un moyen de contourner ce tabou rigide.

Le premier déploiement de l’Allemagne depuis la Deuxième Guerre mondiale faisait partie d’une mission mandatée de l’ONU en Somalie en 1993. Le premier déploiement militaire du Japon après la guerre était au Cambodge en 1992—sous la bannière des Nations Unies. Une fois que l’ONU eut aidé Berlin et Tokyo à briser ces tabous, il devint significativement plus facile pour les deux d’envoyer des soldats autour du globe. Depuis ce jour, les deux nations ont déployé leurs militaires à l’extérieur des missions de l’ONU.

L’armée allemande, en particulier, a bénéficié de porter ce précieux voile de l’ONU. Largement grâce à sa participation dans ces missions de paix, la Bundeswehr est aujourd’hui parmi les armées les plus avancées en technologie et les mieux équipées sur la planète. Ses troupes sont maintenant dispersées à travers l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie centrale dans des missions de l’ONU et de l’otan. En 2006, la Marine allemande fit sa première incursion dans les eaux du Moyen-Orient depuis la Deuxième Guerre mondiale, alors que l’Allemagne prit le commandement d’une composante maritime de la Force intérimaire de l’ONU au Liban, lui permettant de stationner ses bateaux tout juste au large de la côte d’Israël.

Depuis cette première mission en 1992, la Force d’auto-défense japonaise a envoyé ses troupes au Mozambique, en Irak, en Indonésie, au Népal, en Israël, en Somalie, en Haïti et à Djibouti. Puis en mai 2013—en partie à cause du succès de Tokyo dans ces missions—le parti dirigeant au Japon a approuvé l’ébauche du réarmement à grande échelle du pays.

Sous la bannière de promouvoir la paix, l’ONU permet aux nations ayant des histoires de brutalité sans frein de déployer leurs militaires autour du monde. Le temps prouvera que ceci est une erreur tragique.

L’ONU fut décrite comme le dernier espoir de l’humanité pour la paix. Mais il est maintenant évident que, comme M. Armstrong l’écrivit en 1966 dans sa brochure Le Merveilleux Monde à Venir—Voici comment il sera, « L’homme a raté sa dernière chance ! » Plutôt que de prévenir la Troisième Guerre mondiale, l’ONU a positionné des troupes allemandes au seuil de l’État d’Israël. Comme noté ailleurs dans cette brochure, c’est l’invasion allemande du Moyen-Orient qui marquera le début de la Troisième Guerre mondiale. Plutôt que de prévenir la catastrophe, l’ONU contribue à la provoquer.

Comme le dit Romain 3 : 17, l’humanité ne connaît vraiment pas le chemin de la paix. Cela signifie-t-il que tout espoir est perdu ? Non ! « Maintenant Dieu doit intervenir, sinon nous périrons ! » écrivit M. Armstrong. Voilà l’espoir réel de l’humanité pour la paix.

Les efforts ratés de l’ONU pour apporter la paix au monde seront bientôt remplacés par les efforts merveilleusement efficaces dirigés par Jésus-Christ—le Prince de la paix (Ésaïe 9 : 5). Il règnera sur la Terre entière, unifiant toutes les nations dans Sa voie de prospérité !

C’est le seul espoir de l’homme pour la paix. Ceci est clairement prophétisé dans la Bible. M. Armstrong le répéta pour que beaucoup puissent l’entendre. La Trompette prophétise le même message aujourd’hui afin que plus de gens puissent l’entendre. Et dans un très court laps de temps, cette prophétie, sera heureusement accomplie ! 

La suite sur Champ de bataille ancien et à venir