Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Xd

FINE ART/GETTY IMAGES

Pourquoi l'Amérique doit se méfier de l'Assyrie moderne

Tout comme elle le fit anciennement, l'Allemagne va bientôt choquer l'Amérique et le monde.

Peu de temps après l’inauguration de Donald Trump en janvier 2017, Gerald Flurry, rédacteur en chef de la Trompette , a écrit un article décisif qui montre comment le président de l’Amérique réalise une prophétie dans Amos 7 et constitue un accomplissement moderne du roi Jéroboam ii .

Jéroboam ii régna sur le royaume d'Israël au 8ème siècle av. J.-C. Au cours de ses 41 ans de règne, le royaume connut une résurgence incroyable, agrandissant son territoire, augmentant sa force militaire, renforçant son pouvoir politique et augmentant sa prospérité matérielle (2 Rois 14 : 25-28).

Aujourd'hui, les États-Unis connaissent une résurgence similaire. Son économie est en plein essor, son « État profond » est exposé et confronté, et ses amis et ennemis font preuve de plus de respect. L’expansion économique de l’Amérique s’est poursuivie sans relâche plus de 120 mois depuis juin 2009, la plus longue de son histoire.

Comme le roi Jéroboam jadis, Donald Trump s'attribue tout mérite de la résurgence impressionnante de l'Amérique. C'est une grosse erreur. 2 Rois 14 : 27 dit que Dieu les « délivra [Israël] par la main de Jéroboam ». C'est la même chose aujourd'hui. « Cette résurgence n'était pas due à une quelconque grandeur personnelle ou de la compétence du leadership de Jéroboam », a écrit M. Flurry dans la Trompette de mai-juin 2018. « C'est parce que Dieu eut pitié d'Israël dans son affliction. C'était parce que Dieu ne voulait pas que le nom d'Israël soit effacé. C'était parce que Dieu sauva Israël ! ».

Alors que l'Amérique (et même la Grande-Bretagne et l'État juif) jouissent d'une résurgence moderne, il est important de noter que la résurgence de l'ancien Israël n'était que temporaire . Elle fut suivie par un effondrement rapide et d'horribles souffrances ! À la fin de la résurgence, « Israël fut conquis et son peuple fut dispersé en captivité aux Assyriens », a écrit M. Flurry.

Les prophètes Amos, Osée et Jonas ont livré leurs messages d'avertissement pendant le règne de Jéroboam ii. Tous les trois messages furent miraculeusement préservés pendant plus de 2,800 ans, et ils s'appliquent aujourd'hui aux descendants d'Israël (l'Amérique et la Grande-Bretagne) et le royaume de Juda (l'État juif). Mais ces prophètes ont aussi beaucoup à dire sur un autre grand pouvoir. Leurs livres traitent tous du royaume d'Assyrie, qui existait à l'époque de Jéroboam ii.

Les Allemands actuels sont les descendants des anciens Assyriens. (Vous pouvez le prouver en lisant : Les Anglo-Saxons selon la prophétie, par Herbert W. Armstrong. Demandez une copie et nous vous en enverrons une gratuitement.) Il est clair qu'il existe de profonds parallèles entre l'Amérique moderne sous Donald Trump et l'ancien Israël sous le roi Jéroboam ii. Existe-t-il également des parallèles entre l'ancienne Assyrie à l'époque de Jéroboam ii et l'Allemagne d'aujourd'hui ?

Que se passait-il en Assyrie alors qu'Israël prospérait sous Jéroboam ii ?

L'ancienne Assyrie

L'histoire de l'Assyrie est bien documentée à la fois dans la Bible et dans les sources laïques. Tout commence par Assur, le petit-fils de Noé. Les Assyriens habitaient la région dans le delta supérieur du fleuve du Tigre. La civilisation assyrienne s'est épanouie de 911 à 609 av. J.-C., au cours de ce qu'on appelle l'Empire néo-assyrien. L'empire a atteint son apogée entre 744 et 727 av. J.-C. sous le règne de Tiglath-Pileser iii.

La période néo-assyrienne a été une période d'expansion prolongée, à l'exception de quelques décennies dans la première moitié du 8ème siècle avant J.-C., pendant le règne de Jéroboam ii en Israël. Ce chapitre fascinant de l'histoire de l'Assyrie contient des parallèles remarquables avec l'Allemagne d'aujourd'hui.

Le déclin temporaire de l'Assyrie commença en 797 av. J.-C., juste après que le roi Adad-nerari iii eut conquis Damas et les Araméens (la Syrie moderne). Au lieu de lancer de nouvelles invasions dans le Levant, le roi assyrien fut forcé de retourner à Ninive pour faire face aux problèmes intérieurs et aux troubles politiques. L'armée assyrienne abandonna Damas, laissant la ville nouvellement conquise et ses habitants exposés et vulnérables.

Voyant l'occasion, le roi d'Israël bondit. 2 Rois 14 : 25 et 28 disent que Jéroboam ii restaura les frontières d'Israël et « récupéra Damas, et Hamath ». L'expansion d'Israël est en grande partie due au retrait de l'Assyrie de la région et à sa chute dans le malaise politique et les troubles civils.

L'Atlas biblique esv déclare : « Au cours de la première moitié du 8ème siècle av. J.-C., l'Assyrie était gouvernée par une série de monarques faibles ». William Martin a écrit dans These Were God's People—A Bible History (Ceux-ci étaient le peuple de Dieu—un récit biblique) que l'Assyrie du début du 8ème siècle av. J.-C. « avait perdu ses provinces du Nord au profit de l’Urartu et était en proie à une grave guerre civile ».

Ces événements dans l'ancienne Assyrie sont particulièrement intéressants par rapport à l'état actuel de l'Allemagne.

Des parallèles antiques

Les livres d'histoire assyrienne rapportent que le pouvoir central du royaume au 8ème siècle av. J.-C. a fourni l'occasion aux dirigeants locaux et à la noblesse de s'emparer du pouvoir et de commencer à s'agiter. Parce que l'Assyrie était divisée entre diverses puissances régionales concurrentes, elle était incapable d'agir comme une entité puissante unie dans la région. « Certains nobles assyriens devinrent extrêmement puissants et se comportaient à certains égards en tant que seigneurs de la guerre, régnant sur de vastes territoires et menant des campagnes privées en tant que pouvoirs responsables uniquement envers eux-mêmes » (Encyclopédie des civilisations anciennes).

L'Assyrie au début du 8ème siècle av. J.-C. a également lutté avec la présence et l'influence d'un grand nombre d'étrangers. « Sur le plan ethnique, l'Assyrie subissait un changement majeur pendant cette période en ce sens que l'élément araméen [syrien] de la population augmentait considérablement » (ibid.). Au milieu du 8ème siècle av. J.-C., le nombre d'étrangers en Assyrie était si élevé que « la langue araméenne avait pratiquement remplacé l'assyrien comme langue de tous les jours ».

En bref, les problèmes de l'Assyrie ont été causés en grande partie par un gouvernement fédéral dysfonctionnel, qui a permis la montée des forces révolutionnaires arrivistes, et par des perturbations et des tensions causées par un grand nombre de migrants, pour la plupart en provenance de Syrie.

Cela ne vous semble-t-il pas familier ?

Même si l'Assyrie avait de graves problèmes politiquement, le royaume est resté puissant. Son contrôle sur d'importantes routes commerciales lui donnait un énorme levier économique. Et son armée restait puissante.

« Les Assyriens, en effet, attiraient de l'attention », affirme le Lange’s Commentary, mais en raison de leurs problèmes intérieurs, « il n'y avait aucune probabilité qu'ils mettent en danger le royaume [Israël] ».

L'Assyrie était une grande puissance régionale à l'époque de Jéroboam ii, mais c'était une puissance sans tête. C'était un char sans conducteur.

Ceux qui suivent l'Allemagne aujourd'hui verront facilement les parallèles. La nation est un géant industriel et financier. Avec la Chine et l'Amérique, elle domine le commerce mondial. À l'intérieur de l'Europe et de l'Union européenne, rien de significatif ne se produit sans l'approbation de l'Allemagne. Sur le plan international, Berlin est un joueur puissant dans la politique mondiale. Mais sa force est limitée parce qu'il lui manque un dirigeant fort.

Le gouvernement fédéral allemand est faible. Angela Merkel est une chancelière boiteuse à tous égards. Les élections nationales et locales de 2018 ont été un désastre pour elle ; par la suite, il a fallu quatre mois à Merkel pour former un gouvernement, et maintenant, cette coalition est sur le point de s'effondrer. Le char allemand a un conducteur, mais c'est une mauvaise conductrice qui a perdu le contrôle de la machine.

En juin, le chef du Parti social-démocrate—un partenaire clé du gouvernement de coalition d'Angela Merkel—a soudainement démissionné. Elle n'a pas encore été remplacée parce que les sociaux-démocrates ne peuvent pas se décider pour son successeur. Le soutien au spd, autrefois l'un des deux principaux partis politiques allemands, est à son plus bas niveau.

Le parti le plus populaire d'Allemagne à l'heure actuelle est le Parti Vert. Mais les Verts ont toujours été un parti mineur ; ils ont peu d'expérience à la tête d'un gouvernement de coalition et à la direction de la nation. On ne sait même pas qui les Verts proposeraient comme chancelier, car le parti compte deux dirigeants, un homme et une femme.

Pendant ce temps, les partis d'extrême droite allemands sont très populaires. L'Alternative für Deutschland (AfD), bien qu'elle ait connu récemment une légère baisse de son soutien, affiche toujours plus de 13 pour cent dans les sondages. Le Parti de gauche est à 7 pour cent. Environ un cinquième des Allemands sont aujourd'hui favorables à un parti politique radical. Dans certaines régions de l'Allemagne de l'Est, l'AfD est aujourd'hui le parti le plus populaire. Dans ces États, environ un tiers des électeurs préfèrent les partis extrêmes, que ce soit l'AfD ou la gauche. Un récent sondage indique que l'AfD est en fait plus populaire que les sociaux-démocrates.

L'Allemagne est aujourd'hui dans un état remarquablement similaire à celui de l'Assyrie au début du 8ème siècle av. J.-C. Bien qu'il s’agît clairement d'une grande puissance, elle a de graves problèmes, y compris les nombreux problèmes qui viennent avec l'acceptation de centaines de milliers de migrants étrangers. Sur le plan politique, le gouvernement fédéral allemand et ses partis politiques dominants font face à d'énormes pressions de la part des personnalités populistes, et des partis et mouvements plus petits, mais influents.

Angela Merkel est en ce moment une version du 21ème siècle de Assur-dan iii ou Assur-nerari v, deux rois assyriens du début du 8ème siècle av. J.-C. dont les énergies furent consommées en traitant des disputes internes, la lutte contre les rébellions, et négocier des alliances politiques pour s'accrocher au pouvoir. Le résultat ? L'Allemagne est aujourd'hui une superpuissance intérieure, tout comme l'Assyrie l'était à l'époque de Jéroboam ii.

Pendant ce temps, à l’Ouest, Donald Trump et les États-Unis baignent dans la paix et la prospérité—dû moins pour l’instant.

Compte tenu de ces parallèles remarquables, la question se pose : l'ancienne Assyrie a-t-elle résolu ces problèmes ? Si oui, comment ?

Un nouveau roi féroce

La période de malaise de l'Assyrie changea avec l'arrivée du roi Pulû (son nom babylonien) au milieu du 8ème siècle av. J.-C. Pulû était gouverneur de la ville assyrienne de Calah, dans le Nord du pays, et un général dans l'armée assyrienne. Il exploita le gouvernement central affaibli et le chaos de la guerre civile et prépara un coup d'État. En 745 av. J.-C., il massacra la famille royale assyrienne, s'installa comme roi et changea son nom en Tiglath-Pileser iii.

Son impact fut dramatique et immédiat. Le nouveau roi avait de grandes ambitions, et il les poursuivit avec une passion impitoyable. Pileser élimina tout chef ou parti capable de rivaliser avec lui et installa des administrateurs loyaux qui relevaient directement de lui. L'Encyclopédie des civilisations anciennes décrit Tiglath-Pileser iii comme un « militant vigoureux dans la véritable tradition de la lignée royale assyrienne.... [C]e roi rétablit l'ordre intérieur et s'occupa ensuite efficacement des ennemis extérieurs ».

Pileser se concentra immédiatement sur la transformation de l'armée assyrienne, qui, bien que redoutable, était devenue bureaucratique et inefficace. Le nouveau roi fit disparaître la conscription et fit de l'armée une force permanente, lui donnant le contrôle de la première armée professionnelle du monde. Il en fit rapidement son outil le plus efficace et la source de son pouvoir. Il utilisa la guerre et les campagnes militaires pour unir et raviver l'Empire assyrien. L'Atlas biblique esv dit qu'il « reconstruisit l'Assyrie avec 19 ans de guerre réussie ».

Sous Tiglath-Pileser iii, « l'image changea radicalement », écrit William Martin. Il a d'abord uni l'Assyrie, puis, « avec la nation solidement derrière lui, il inaugura le plus étonnant programme de conquête et de domination que le monde ait jamais vu » (accent ajouté tout au long).

Moins de deux ans après avoir accédé au trône, Pileser lança des campagnes militaires contre la Syrie, Babylone et l'Arménie. Nation après nation, elles furent conquises ou simplement forcées de payer un tribut. À la fin de son règne d'environ 20 ans, il avait conquis pratiquement tout le Moyen-Orient, et a rendu l'Empire assyrien incroyablement riche.

Tiglath-Pileser iii et l'armée assyrienne ont mené une série d'invasions du royaume d'Israël dans les années 730 avant J.-C., puis « le roi Pul d'Assyrie envahit le pays... » (2 Rois 15 : 19 ; Nouvelle version internationale). Le roi d'Assyrie tua des milliers d'Israélites et emmena des milliers d'autres comme esclaves en Assyrie (verset 29). La capitale d'Israël, Samarie, resta intacte, et sa monarchie fut autorisée à rester au pouvoir—mais seulement après que le roi eut accepté de payer un tribut massif. Israël passa les années suivantes à la merci de Ninive, avant son assujettissement complet en 721 av. J.-C.

L'arrivée soudaine de Tiglath-Pileser iii en 745 av. J.-C. fut un moment crucial—non seulement pour l'Assyrie, mais pour toute la région, en particulier pour Israël. Elle a marqué un renversement étonnant et soudain des rôles. Pratiquement du jour au lendemain, l'Assyrie est devenue une superpuissance dominante et terrifiante, tandis qu'Israël s'effondrait dans la dépression, la ruine et l'esclavage.

Cette histoire crie un puissant message d'avertissement.

L'avertissement de la prophétie

Depuis près de 30 ans, le rédacteur en chef de la Trompette, Gerald Flurry, a expliqué les prophéties bibliques, avertissant que Dieu utilisera à nouveau l'Assyrie pour punir les nations d'Israël (l'Amérique et la Grande-Bretagne aujourd'hui). Avant M. Flurry, feu Herbert W. Armstrong lançait le même avertissement.

Depuis des décennies, les deux hommes ont expliqué des prophéties comme Ésaïe 10 : 5-6, qui dit que Dieu utilisera l'Assyrie comme une verge de correction. « Malheur à l'Assyrien, verge de ma colère ! La verge dans sa main, c'est l'instrument de ma fureur. Je l'ai lâché contre une nation impie, je l'ai fait marcher contre le peuple de mon courroux, pour qu'il se livre au pillage et fasse du butin, pour qu'il le foule aux pieds comme la boue des rues ».

Comme il le fit autrefois, Dieu utilisera les Assyriens à la fin des temps pour corriger l'Israël moderne. C'est pourquoi toute cette histoire ancienne est si importante : Ce n'est pas seulement de l'histoire, c'est de la prophétie à propos de l'Amérique, la Grande-Bretagne et l'Allemagne aujourd'hui !

M. Flurry et M. Armstrong ont souligné les Écritures de Daniel 8 et 11, de Habacuc 1 et d'Apocalypse 17 (entre autres) qui prophétisent l'émergence d'un homme fort allemand à la fin des temps. Daniel 8 : 23, par exemple, décrit le caractère de ce tyran : « À la fin de leur domination, lorsque les pécheurs seront consumés, il s'élèvera un roi impudent et artificieux ».

Remarquez, Dieu appelle ce chef un « roi ». C'est un Tiglath-Pileser iii du 21ème siècle ! Et lui aussi arrivera sur la scène soudainement et dramatiquement !

On parle aussi de cet homme dans Daniel 11 : 21 : « Un homme méprisé prendra sa place, sans être revêtu de la dignité royale ; il paraîtra au milieu de la paix, et s'emparera du royaume par l'intrigue ». M. Flurry explique ces versets dans son article de janvier 2019 intitulé : « Allemagne—Un nouveau roi est imminent  », écrivant : « Notez comment cet homme est décrit. Il est « impudent et artificieux », ce qui signifie qu’il est puissant, fort et cruel. Il comprend « les énigmes ». Clarke’s Commentary dit qu’il est « très éduqué et talentueux dans toutes les choses relatives au gouvernement et à ses intrigues »—un politicien rusé. Il hérite du trône de l’Europe « au milieu de la paix », obtenant son royaume par la « flatterie ». Il est malin et sournois, avec un esprit brillant et une personnalité engageante et attirante. Le Jamieson, Fausset and Brown Commentary dit « la nation ne lui donnera pas le royaume par un acte public, mais il l’obtiendra par l’intrigue, la ‘flatterie’ ». En d’autres mots, un public séduit, ou un groupe de dirigeants européens, invitent, vraisemblablement cet homme au pouvoir » (l’emphase est la sienne).

Qui est ce Tiglath-Pileser iii moderne ? Nous ne pouvons pas en être certains, mais depuis plus de 12 ans, nous avons considéré l'ancien ministre allemand de la Défense Karl-Theodor zu Guttenberg comme un candidat potentiel. Guttenberg a tous les ingrédients ; il est aristocratique, riche et puissant. Il a du charisme et communique avec conviction, franchise et pouvoir. Guttenberg n'est pas populaire auprès des élites allemandes ou des médias traditionnels, mais beaucoup d'Allemands ordinaires l'adorent.

Surveillez Guttenberg : Il pourrait être le Tiglath-Pileser iii de l'Allemagne du temps de la fin !

Dans son article, M. Flurry écrit : « Chaque lecteur devrait surveiller de près l'Allemagne. Cette nation connaît des changements qui vont remodeler le pays et l'ensemble de l'Europe. Pourtant, fait remarquable, la plupart du monde est endormi à ce qui concerne ces développements dramatiques ».

C'était exactement la même chose à l'époque de Jéroboam ii. Remarquez comment la King James Study Bible décrit le royaume d'Israël au début du 8ème siècle av. J.-C. : « Les deux royaumes [Israël et Juda] jouissaient d'une grande prospérité et avaient atteint de nouveaux sommets politiques et militaires. C'était aussi une époque d'idolâtrie, d'indulgence extravagante dans la vie luxueuse, d'immoralité, de corruption des procédures judiciaires, et d'oppression des pauvres. En conséquence, Dieu allait bientôt provoquer la captivité assyrienne du royaume du Nord ».

Absorbé dans le péché, Jéroboam ii et le peuple d'Israël ne prêtèrent aucune attention à l'Assyrie. Et ils ne prêtèrent guère attention à Osée et à Amos, qui tous deux avertissaient sans relâche que l'Assyrie était sur le point d'envahir. Pouvez-vous voir les parallèles avec l'Amérique moderne et l'Allemagne ? Comme l'Allemagne d'aujourd'hui, l'ancienne Assyrie était sans chef et axée intérieurement ; et comme l'Amérique d'aujourd'hui, l'ancien Israël était riche, puissant et stable. Un voile d'arrogance se répandit sur Israël, et ni Jéroboam ni le peuple ne virent le besoin d'écouter.

Bien que le roi d'Israël et la plupart de son peuple aient rejeté leurs avertissements, les prophètes Amos et Osée ont continué à avertir. La Bible rapporte que certains citoyens d’Israël ont écouté les prophètes de Dieu et se sont en fait relocalisé dans le royaume de Juda. Ceux qui écoutèrent et agirent sur l'avertissement de Dieu par Ses prophètes furent sauvés.

Nous devons être plus comme Amos et Osée. Ces hommes comprirent l'histoire de l'Assyrie. Ils ont vu que l'Assyrie était une superpuissance qui avait besoin d'un chef, d'un char à la recherche d'un conducteur. Plus important encore, ils crurent Dieu quand Il a dit qu'Il utiliserait l'Assyrie pour punir Israël. Pendant des années, ces hommes furent moqués et méprisés. Les gens ont dit que leurs avertissements étaient sensationnalistes et sans fondement. On leur a dit d'aller prophétiser ailleurs.

Puis Tiglath-Pileser iii est arrivé. 

Usbp Fr