Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

Nunes%20info

la Trompette

L'histoire derrière le mémo Nunes

Comment un dossier de propagande non vérifié est-il devenu le moteur d'une conspiration visant à miner la présidence de Trump ?

S

CANDALE # 1

La campagne de Clinton et le Comité national démocratique financent le dossier anti-Trump.

Avril 2016

Marc Elias, un avocat représentant la campagne présidentielle de Hillary Clinton et le Comité national démocrate (DNC), engage la firme Fusion GPS pour recueillir des informations compromettantes sur Donald Trump.

Mai 2016

À travers Fusion GPS, le DNC et la campagne présidentielle de Clinton paie à l'ancien espion britannique Christopher Steele 168 000 $ pour produire un dossier d'informations compromettantes sur Trump. Le Bureau fédéral d'enquête paie certaines des dépenses de Steele.

Le DNC aurait enfreint les lois de financement de la campagne en omettant de divulguer l'argent dépensé sur le dossier Steele à la Commission électorale fédérale.

Juin 2016

Steele est de connivence avec des sources russes anonymes pour produire une série de rapports non vérifiés alléguant que Donald Trump s'était livré à certains actes avec des prostituées russes et que le gouvernement russe en avait la preuve et pouvait le faire chanter. Il allègue également que la Russie « alimentait Trump et son équipe de renseignements précieux sur ses adversaires » depuis « plusieurs années ».

Juillet 2016

Steele commence à partager ses rapports avec le FBI.

Septembre 2016

Steele dit à Bruce Ohr, un adjoint du procureur général adjoint au département de la Justice, qu'il était « désespéré que Donald Trump ne soit pas élu et qu'il était déterminé à ce qu’il ne soit pas président ». L'épouse d'Ohr travaille pour Fusion GPS.

SCANDALE # 2

Steele divulgue de l'information à la presse.

Septembre 2016

Fusion GPS ordonne à Christopher Steele de commencer à divulguer des informations au New York Times, au Washington Post, au New Yorker, à CNN et à Yahoo News.

Octobre 2016

Le FBI suspend ses relations avec Steele en raison de sa « divulgation non autorisée d'informations à la presse ».

SCANDALE #3

Le FBI s'appuie sur le dossier de Steele pour mettre sous écoute la campagne présidentielle de Donald Trump.

Octobre 2016

Le FBI fait une demande à un tribunal fédéral secret pour la permission d'espionner Carter Page, l'ancien conseiller de campagne Trump. Le FBI présente un article de Yahoo News comme une corroboration indépendante de l'information contenue dans le dossier Steele, même s'il sait que l'article provient de Steele.

Le directeur du FBI, James Comey, signe la première des quatre applications de l’Acte de surveillance des renseignements étrangers (FISA) autorisant l'espionnage sur Page. Comey signera plus tard deux renouvellements, tandis que le directeur adjoint Andrew McCabe signera un renouvellement. (Une demande de la FISA pour espionner un citoyen américain doit être renouvelée tous les 90 jours, et chaque renouvellement nécessite une preuve de la cause probable.)

Le FBI écoute Page et ne trouve rien d'incriminant pour justifier l'écoute.

SCANDALE # 4

Les principaux médias utilisent le dossier de Steele pour attiser la campagne « accusez Trump ».

Octobre 2016

Donald Trump refuse de commenter s'il accepterait ou non les résultats des élections s'il sentait qu'ils étaient truqués.

La campagne présidentielle de Clinton, le New York Times et les grands médias prévoient que Hillary Clinton remportera l'élection et affirme qu'elle ne peut pas être truquée.

Novembre 2016

Trump remporte l'élection présidentielle américaine.

Les Démocrates et les grands médias commencent à prétendre que la Russie a truqué les élections comme indiqué dans le dossier Steele.

Janvier 2017

Le dossier Steele est sur le point d'être rendu public par les médias. Le directeur du FBI, M. Comey, informe le président Trump à propos de « matériel salace et non vérifié » dans le dossier.

Le site d'information Buzzfeed publie le dossier Steele de 35 pages.

Mai 2017

Le président Trump congédie le directeur du FBI, Comey.

Au département de la Justice, le procureur général adjoint Rod Rosenstein nomme l'ancien directeur du FBI, Robert Mueller, comme conseiller spécial pour enquêter sur les accusations selon lesquelles Trump a agi de connivence avec des Russes.

SCANDALE # 5

Les responsables du parti démocrate tentent d'empêcher la publication du mémo Nunes.

Juillet 2017

Le congressiste démocrate Brad Sherman introduit officiellement à la Chambre des représentants un Article de mise en accusation, accusant le président Trump d'entraver une enquête sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle de 2016.

Décembre 2017

Le directeur par intérim du FBI, Andrew McCabe, a déclaré au Comité du renseignement de la Chambre qu'aucune surveillance de Carter Page n'aurait été demandée sans le dossier Steele.

Janvier 2018

Le FBI et le département de la Justice se battent pour empêcher le membre du Congrès, Devin Nunes, le président du Comité du renseignement de la Chambre, de publier son mémo détaillant leur utilisation frauduleuse du dossier Steele. Ils produisent des documents au Comité du renseignement de la Chambre seulement après que Nunes ait « menacé d'aller de l'avant avec mépris des citations du Congrès ».

Le sénateur démocrate Cory Booker prétend que la publication du mémo Nunes serait « une trahison ». Il prétend que sa publication révélerait les « sources et méthodes » du gouvernement et mettrait en danger la vie des « compatriotes américains dans la communauté du renseignement ».

Le membre du Congrès Nunes publie son mémo détaillant l'utilisation frauduleuse du dossier Steele par le FBI et le département de la Justice.

Février 2018

Le président Trump déclassifie le mémo Nunes, le rendant accessible au public.

Les responsables du Parti démocrate et les principales sources médiatiques cessent de prétendre que le mémo Nunes est plein de « renseignements classifiés » qui pourraient tuer des agents des services de renseignement, et insistent plutôt que le mémo Nunes est un faux rapport qui n'a pas d'importance.

Les Américains devraient être profondément alarmés par les révélations de corruption et d'anarchie au sein des principaux organismes d'application de la loi du pays. Pour en savoir plus, lisez l'article du rédacteur en chef, Gerald Flurry, intitulé « Le mémo Nunes expose une menace invisible pour l'Amérique »

Atk Ad Fr Copy