Recevez un bulletin de nouvelles gratuit dans votre boîte de réception chaque jour ouvrable — la Trompette en bref.

180625 merkel%20in%20jordan gettyimages 980482386%20copy%20copy

KINGDOM COUNCIL OF JORDAN / HANDOUT/ANADOLU AGENCY/GETTY IMAGES

Merkel: nous avons besoin de solutions urgentes aux tendances agressives de l'Iran

Lors d'une visite à Amman, l'Allemagne confirme son support à la Jordanie face à l'agression iranienne.

L'Allemagne voit le besoin urgent de trouver des solutions aux tendances agressives de l'Iran, a déclaré la chancelière Angela Merkel, jeudi, le 21 juin.

Mme Merkel a fait ces remarques acerbes lors d'une conférence de presse conjointe avec le roi de la Jordanie Abdallah II, en visitant Amman pour accorder à la Jordanie un prêt de € 100 millions ($117 millions USD).

Après les États-Unis, l'Allemagne est le deuxième plus grand donateur étranger à la nation du Moyen-Orient, fournissant plus de $1,2 milliard d'aide depuis le début de la guerre civile syrienne en 2012.

Plus que la grande injection d'argent, ce sont cependant les commentaires de Merkel concernant l'Iran qui ont attiré l'attention.

« Bien sûr, nous avons beaucoup en commun quand il s'agit de la question du programme de missiles balistiques de l'Iran », a déclaré Mme Merkel. « Quand on en vient à sa présence en Syrie et à la guerre au Yémen—c'est là que les tendances agressives de l'Iran ne devraient pas seulement être discutées, mais là où nous avons également besoin de solutions urgentes. »

Généralement réticente à critiquer l'Iran pour ses nombreux actes d'agression, Mme Merkel décida de s'abstenir de discours diplomatiques habituels et de blâmer directement le régime de Téhéran pour la crise humanitaire jordanienne.

Mme Merkel tente actuellement d'échapper à sa propre crise des réfugiés dans son pays. Sa position comme chancelière de l'Allemagne est menacée alors que son partenaire de la coalition bavaroise menace de rompre cette alliance, vieille de plusieurs décennies, si elle ne change pas sa politique des réfugiés—une politique qui a vu plus de 1 million de migrants entrer en Allemagne en 2015.

La Jordanie abrite actuellement plus d'un demi-million de réfugiés syriens à l'intérieur de ses frontières, une marée humaine qui tente d'échapper à la guerre civile en Syrie, qui est au Nord de la Jordanie. Pendant que Merkel était en Jordanie, une offensive militaire agressive du régime syrien d'Assad a débuté dans la province de Dara, juste de l'autre côté de la frontière jordanienne, menaçant d'envoyer plus de réfugiés vers le Sud.

Le même jour que Mme Merkel parlait avec le roi Abdallah, des chars jordaniens ont été repérés en cours d’être transportés au Nord du pays afin de faire face à tout débordement potentiel des combats.

Mme Merkel a également abordé ces préoccupations sur l'activité de l'Iran dans le Sud-ouest de la Syrie, affectant Israël et la Jordanie. « Vous vivez non seulement avec le conflit syrien, mais nous voyons aussi les activités de l'Iran en ce qui concerne la sécurité d'Israël et la frontière de la Jordanie », a-t-elle dit.

Comme Israël, la Jordanie craint que l'Iran n'utilise la guerre civile syrienne comme excuse pour placer des bases à ses frontières. La Syrie a réussi à mettre en place une « zone non conflictuelle » dans la région dans le cadre d'un accord conclu avec les États-Unis et la Russie. Cependant, depuis la fin de juin, cette même région connaît des combats violents et une attaque aérienne du régime syrien et des Russes.

C'est dans ces circonstances pressantes que la chancelière allemande est à la recherche de solutions urgentes.

Alors qu'il faudrait probablement une agression beaucoup plus directe de l'Iran pour motiver une intervention militaire allemande dans la région, Berlin a utilisé ces quelques dernières années pour augmenter son soutien militaire aux États du Golfe et à la Jordanie, les adversaires directs de l'Iran.

La Jordanie craint depuis longtemps l'ingérence iranienne dans la région. Dès 2004, le roi Abdallah a averti les États-Unis que l'Iran avait l'objectif d'établir un « croissant chiite » s'étendant de la côte méditerranéenne du Liban vers l'Est à travers la Syrie, l'Irak, et jusqu'en Iran. Comme l'a déclaré le Courcy Intelligence Review à l'époque, « ce qui est surprenant, c'est le degré de crainte de l'Iran qui s'est révélé en Jordanie  ». Quinze ans plus tard, ce que le roi craignait, est la réalité.

Le roi exprime la même inquiétude à l'Allemagne. La réponse de Merkel semble indiquer que l'attitude de l'Allemagne à l'égard de l'Iran pourrait se durcir.

Alors que l'Allemagne a traditionnellement repoussé l'Iran par la vente d'armes à ses ennemis, la prophétie biblique affirme que dans un proche avenir la réponse de l'Allemagne sera beaucoup plus énergique. Les commentaires de Merkel sont révélateurs de ce changement de réaction à venir.

Basé sur des prophéties trouvées dans Daniel 11 et Psaume 83, nous pouvons savoir que la nation de l'Allemagne s'alliera avec la Jordanie, et qu'ils travailleront ensemble pour réprimer par la force la politique étrangère ambitieuse de l'Iran.

Comme nous l'avons constaté, les semences d'un partenariat militaire plus solide sont déjà présentes dans la relation Allemagne-Jordanie. Bien qu'il soit possible que l'Allemagne réagisse à l'agression iranienne sous la direction de Mme Merkel, nous attendons pleinement un changement imminent dans la direction de l'Allemagne.

Si vous voulez comprendre davantage notre analyse concernant les affrontements iraniens et allemands, ainsi que l'alliance que l'Allemagne est en train de former avec les États arabes, veuillez lire deux de nos articles sur la tendance « L’Iran et l’Europe se dirigent vers un choc des civilisations » et « Une alliance entre les nations arabes et l’Europe 

Lead Ad Fr